AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1028101139
Éditeur : Bragelonne (15/02/2017)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 43 notes)
Résumé :
Paris, 1907. Un mystérieux tueur « à répétition » fait trembler la capitale en s'attaquant à l'entourage de personnalités célèbres et aux policiers qui enquêtent sur son cas. En plus de la terreur, il laisse derrière lui de curieux symboles ésotériques et, dans la gorge de ses victimes, un double domino. La presse accuse « Double Six », un ancien bagnard au torse tatoué dont la rumeur dit qu'il aurait plusieurs vies. Le préfet Lépine confie l'affaire à l'inspecteur ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
verobleue
  29 août 2017
Avec « L'effet Domino », François Baranger nous a concocté un thriller historique dans le Paris de la Belle Époque. Un mystérieux « tueur à répétition » prend pour cible l'entourage de célébrités et les policiers chargés de l'enquête. Il sème derrière lui de curieux symboles ésotériques et, dans la gorge de ses victimes, un domino double. La presse accuse « Double Six », un ancien bagnard au torse tatoué, dont la rumeur dit qu'il aurait plusieurs vies.
Une grande tension s'abat sur la capiltale et sa population que la violence de ces meurtres effraient.
Le préfet Lépine confie l'affaire à l'inspecteur Lacinière, monté de Rennes, sans attaches ni famille que le tueur pourrait cibler. C'est un policier renommé, cynique et désabusé qui s'attire aisément l'antipathie de son entourage. Celui-ci s'entoure d' Albertine, une jeune féministe noble, de Thomas, un jeune agent puis s'ajoute un journaliste de droite Saint-Alexis qui leur ouvre bien des portes.
L'intrigue prend du temps à se mettre en place et le roman souffre de quelques longueurs. Il y a de longs passages narratifs qui cassent un peu le rythme. Pas de chapitre mais des jours et des heures qui passent et qui ajoutent à l'attente. D'un autre côté, l'auteur nous invite à une immersion totale dans cette époque à l'ambiance particulière avec le début des automobiles, le bruit des fers à cheval sur les pavés, les vêtements, costumes chez les hommes, robes longues chez les femmes, la pauvreté et la saleté de certains quartiers, l'arrivée de l'électricité, le début du métro. L'auteur nous instruit également en parlant des différentes personnalités vivants à cette époque, des ballades dans Montmartre, des conditions de la femme à cette époque…
François Baranger réussit quand même à étonner par un coup de théâtre avant que l'histoire ne reprenne son cours et se termine. Une longue enquête mais je ne me suis pas pas ennuyée.
L'équipe policière ainsi constituée, avec son logement indépendant et ses avantages en logistique forme les prémices des Brigades du Tigre, formées en 1907 par Clémenceau, surnommé « le Tigre », en raison de sa manière brutale de traiter ses adversaires politiques. Implantées dans les principales villes de province, elles était dirigées par un commissaire divisionnaire, assisté de 3 commissaires de police et commandant 15 à 20 inspecteurs qui effectuaient leur travail 24h/24 en se relayant par groupes de 5. Ce corps de police spécial est aussi le premier du monde à mettre en pratique les ressources de la science moderne. Ils bénéficiaient des dernières méthodes d'investigations techniques et de la modernisation du fichage des criminels (fiches anthropométriques avec empreintes digitales). Cette nouvelle police d'élite disposait de moyens modernes: télégraphes, téléphones et bientôt automobiles. Ainsi, leur activité continue dans leurs enquêtes, surveillances et filatures optimisaient l'efficacité de leur mission et maintenaient une pression constante sur le banditisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
StefEleane
  15 février 2017
Messieurs, faites vous poussez la moustache, Mesdames enfilez votre robe en dentelle.. Vous êtes prêts ?? Alors laissez-vous vous téléporter en 1907 à Paris. Fermez les yeux ...Vous entendez les bruits d'automobile ou de fers à cheval sur les pavés. Vous entendez les travaux du métropolitain pour sa création de la ligne 4. Les cloches des églises, les gens dans les rues, les chiens aboyer, les sifflets des policiers. Vous sentez l'odeur de charbon si vous êtes proches de la gare... Des divers étals. Vous marchez tranquillement, jusqu'à ce qu'un gamin vous crie à l'oreille qu'un horrible crime vient encore d'avoir lieu !Domino a encore frappé ! le serial-killer le plus terrible depuis Jack l'Éventreur frappe Paris depuis quelques semaines ! Tout le monde peut être sa cible, même si vous avez de grandes chances de ne pas le rencontrer. (Enfin si vous n'avez aucune personnalité dans votre entourage ni un policier chargé de l'affaire !) Mais mon petit doigt me dit que ce n'est pas un hasard si vous êtes sur la Capital ! Vous allez suivre discrètement les quatre personnages principaux de cette histoire, n'est-ce pas ?Vous avez en premier lieu un inspecteur Rennais, plutôt asocial, mais brillant. Il est le responsable d'une équipe constituée d'une jeune femme féministe et d'un policier prometteur qui sort tout juste de l'école. À cela s'ajoute un journaliste intelligent qui arrive rapidement à ses fins !Bien entendu, vu la complexité des crimes et des représailles faites aux policiers. Cette enquête se fait dans le plus strict secret.
Oh je vous sens frileux tout d'un coup .... Je comprends, car ces crimes sont plutôt atroces ...Allez, enlevez moustache et enfilez un jean et revenez au présent ..
François Baranger nous offre un polar historique des plus palpitants tant son intrigue est prenante. Il nous décrit des scènes dures, sanglantes et ésotériques. Il confronte vieilles croyances et un esprit cartésien avec habilité. de plus, il a l'intelligence de prendre son temps afin de nous balader dans les rues parisiennes, de nous immerger dans cette époque.
Il est instructif en plus de vous divertir ! Que demander de plus ?? Pour ma part, j'ai aimé être propulsé dans cette époque de Clemenceau, Curie ...J'ai découvert l'histoire d'un grand mathématicien !
Ce livre est un pavé, car il fait 570 pages, mais à aucun moment je ne me suis lassée ! C'est dire si l'on en a pour son argent !
Un Caleb Carr version française ! Heu Monsieur Baranger je veux bien une suite à ce roman, retrouver ces personnages !!!
Lien : https://lesciblesdunelectric..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Rob7
  20 mars 2017
Un thriller envoutant de François Baranger le titre L'effet domino.
Paris début du siècle le préfet Lépine oui Lépine le créateur du projet Lépine pour la création. Convoque en grand secret l'inspecteur Laciniée, un breton de Rennes qui à fait ses preuves qui porte une histoire passée. Des crimes sont commis sur Paris et sa banlieue. Nous sommes en 1907. le criminel signe ses crimes en mettant des dominos dans la bouche de ses victimes. Une équipe va être constitué pour résoudre ses mettre et attraper le ou les meurtriers.
Passionnante histoire que l'auteur nous conte à travers de l'ésotérisme, du créole, un mélange de vaudou et à travers la psychologie de chaque personnage.
A lire. note 4/5
Commenter  J’apprécie          130
murielB34
  27 juillet 2017
Merci à lecteurs.com de m'avoir offert l'opportunité de découvrir ce nouveau roman de François Baranger.
Ici nous sommes très loin de Dominium Mundi, son roman précédent : pas de science fiction, mais une plongée dans le Paris de 1907, et dans une enquête policière à la poursuite d'un tueur fou qu'alors on ne nommait pas tueur en série.
L'enquête est menée par un quatuor assez improbable pour l'époque : un flic de province doué mais détesté par ses pairs, une jeune femme qui se bat pour être reconnue pour ses compétences, un « bleu » prometteur tout juste sortir de l'école de police et un journaliste issu de la haute bourgeoisie et très orienté politiquement.
Ce quatuor, nous allons le suivre dans une ville en plein bouleversement : les travaux lancés par Haussmann, quoi que très avancés, ne sont pas encore terminés, et Paris est divisée entre beaux quartiers aux appartements et maisons cossus, et quartiers populaires extrêmement pauvres, sales, sombres, dangereux. Bourgeois et ouvriers, femmes du monde et prostituées, tous vivent dans cette ville, et se côtoient rarement. Cette description est excellente, et clairement l'auteur m'a embarqué dans ce début de 20eme siècle qui découvre les voitures,
Il m'y a embarquée aussi du fait du vocabulaire utilisé, suranné, désuet mais tellement parlant, qui m'a ramenée des années en arrière quand, enfant, je regardais Les brigades du Tigre et trouvais leur façon de parler tellement drôle et différentes. La gouaille de certains personnages correspond totalement à l'image que j'ai de cette époque dans laquelle l'argot parisien était monnaie courante, et j'ai pu m'imaginer sans peine certaines scènes et dialogues.
L'enquête, elle, est longue, ardue, mais jamais ennuyeuse ; les rebondissements et les temps plus calmes s'enchainent bien et rendent le récit à la fois prenant et didactique. Tout est cohérent et précis, chaque personnage à sa place et suffisamment intéressant pour qu'on le suive avec plaisir (peut-être la place tenue par le jeune flic aurait-elle mérité d'être un peu plus étoffée pour le rendre plus présent et nécessaire à l'histoire).
Bref, j'ai retrouvé dans ce roman tout ce que j'apprécie d'un policier historique : plongeon dans le passé, réalisme et respect historique, récit qui tient la route (même s'il reste un peu en deçà de ce qui pour moi se fait de mieux dans le genre : L'aliéniste de Caleb Carr). Je vous le recommande donc chaudement !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
manue14
  21 mars 2017
Si les idées sont assez intéressantes il faut que je reste sincère et avouer que je n'ai malheureusement pas apprécié ce livre.
L'auteur nous fait partager le quotidien d'une enquête dans un Paris des années 1900.
Si j'ai bien aimé remonter le temps, l'auteur ne m'a pas transportée dans son univers. J'aurais voulu découvrir cette atmosphère avec des habits d'un autre temps, des coutumes et des habitudes qui aujourd'hui ont disparu. Malheureusement à part le mode de transport je n'ai pas vraiment remarqué de changement par rapport à notre époque, ce qui est un peu dommage.
Les situations sont trop approfondies, j'ai eu l'impression que certains passages n'allaient pas se terminer… Je pense que l'auteur a voulu aller trop au fond des choses et finalement on s'y perd un peu. J'aurais par contre apprécié découvrir des descriptions des vêtements, des rues, des endroits connus de Paris. Si François Baranger les évoque je ne suis malheureusement pas arrivée à me les imaginer…
Les personnages sont attachants, mais sont parfois un peu des héros et cela leur enlève leur humanité.
En ce qui concerne leur physique il y a quelques détails mais pas assez pour que l'on arrive à se représenter réellement les protagonistes. Par contre, concernant les sentiments de ces derniers ils sont assez bien approfondis.
Ce que j'ai bien apprécié c'est qu'il n'y a pas de chapitre, mais l'auteur met en avant les jours et les heures qui passent. C'est une bonne idée et cela permet vraiment de savoir combien de temps s'écoule entre les actions.
Certains retournements de situations arrivent parfois un peu trop brusquement mais dans l'ensemble les idées s'enchaînent bien et l'histoire ne va pas trop vite.
L'auteur alterne les points de vue mais ce que j'ai trouvé frustrant c'est le fait que François Baranger n'exploite pas tous les personnages. J'aurais vraiment voulu savoir ce qu'il se passait pour tous les personnages et ce n'est malheureusement pas le cas… Au final certaines choses sont mises sous silence et je trouve cela un peu dommage. L'auteur aurait pu rajouter par exemple des points de vue concernant les meurtriers.
L'épilogue est assez particulier. Au final on ne sait pas vraiment ce qui va se passer pour les personnages et c'est vraiment dommage !
Ce qui pourrait être intéressant, si l'auteur écrit un autre roman, ce serait d'avoir d'autres enquêtes avec le même groupe d'enquêteurs. Je pense que cela pourrait être une bonne idée.
En résumé, un livre qui malheureusement ne m'a pas vraiment plu mais que je conseille aux lecteurs qui ont envie de lire un roman policier approfondi qui se déroule dans un Paris des années 1900.

Lien : http://fais-moi-peur.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   23 février 2017
L’objet de la peine de mort, en principe, est de dissuader de futurs criminels de passer à l’acte. Or, l’on sait bien, et depuis fort longtemps, que les criminels, spécialement les plus dangereux comme celui dont il est question, ne réfléchissent pas en ces termes. Ils cèdent à un instinct primitif plus puissant que toute rationalisation. Je suis bien certain que ce Soleilland, lorsqu’il s’apprêtait à commettre l’irréparable, n’a pas songé un instant aux conséquences de ses actes. Donc, si la peine de mort ne dissuade pas les criminels, à quoi sert-elle, à part assouvir la soif de vengeance de la société?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   23 février 2017
Il existe un type de tueurs, voyez-vous, qui ne cherchent dans l’homicide qu’à assouvir un besoin impérieux. Ces « assassins à répétition » ne sont motivés par aucun mobile prosaïque, tel que le vol, pas plus qu’ils n’agissent sous le coup d’un sentiment brusque et temporaire, comme la colère ou la jalousie. Ceux-là pensent à leur crime depuis des années. Le désir de passer à l’acte grandit inexorablement en eux jusqu’à devenir irrépressible. Alors, ils commencent à tuer et ne s’arrêtent jamais d’eux-mêmes. Ils tuent encore et encore jusqu’à ce que la police – ou la fatalité – y mette un terme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   23 février 2017
Les deux femmes bavardaient sans discontinuer depuis le début du trajet, ajoutant à l’ennui du voyage la punition d’un assommant verbiage. Tous les sujets, ou presque, y étaient passés, et maintenant il était question d’insécurité, thème particulièrement propice aux réflexions populacières. Voyous, escrocs, assassins, violeurs – il semblait, à les entendre, que pas un n’avait connu la prison et que la mollesse de la répression n’avait d’égale que l’humanitarisme béat des politiciens de gauche qui fabriquaient nos lois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   23 février 2017
Décidément, notre époque moderne n’avait rien à envier au Moyen Âge, comme si la piété d’une ville se mesurait au nombre de pierres que l’on était capable d’empiler à la verticale. Notre jeune aristocrate, probablement réjouie par la présence d’un lieu saint, tint à me faire grimper en haut du dôme, jusqu’à la lanterne (lubie qu’il nous fallut payer de cinquante centimes chacun et d’une centaine de marches), afin de profiter d’une vue de Paris encore plus stupéfiante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
zezette3217zezette3217   17 janvier 2019
Vivre est une expérience difficile,finis-je par dire
presque pour moi-même,mais on ne nous a pas
donné le choix.il faut nous y soumettre jusqu'au bout..
Commenter  J’apprécie          50
Videos de François Baranger (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Baranger
Conférence Cthulhu et ses petits camarades : la folie Lovecraft ! enregistrée aux Imaginales 2018. Avec Karim Berrouka, Gille Ménégaldo et François Baranger.
autres livres classés : tueur en sérieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "L'effet domino" de François Baranger.

Quel objet trouve-t-on souvent sur les corps des victimes ?

un dé
un domino
une pièce d’échec

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : L'effet Domino de François BarangerCréer un quiz sur ce livre
.. ..