AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 229006873X
Éditeur : J'ai Lu (04/09/2013)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 128 notes)
Résumé :
Aux États-Unis, de nos jours

Zack Walker a une obsession : la sécurité. Marié et père de deux enfants, cet auteur de science-fiction a préféré quitter un environnement urbain qu’il estime trop dangereux, pour une vie de banlieue bien paisible.

Paisible ? A voir. Car Zack, en bon parano, continue de voir le danger partout : ses ados s’obstinent à laisser la porte d’entrée ouverte aux cambrioleurs potentiels et surtout, sa femme Sara la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
canel
15 décembre 2013
Zack est auteur de science-fiction. Ce n'est pas un mauvais bougre, bien au contraire, mais son obsession pour la sécurité teintée de paranoïa le rend insupportable pour sa femme et leurs deux adolescents. Déjà, il leur a fait quitter la ville - ses assassins, ses voleurs, ses toxicos - pour une banlieue résidentielle tranquille. Tranquille ? mouais ! On a parfois de drôles de surprises en apprenant à connaître les gens. Et Zack a un don certain pour se fourrer dans des situations inextricables.
De Linwood Barclay, j'avais lu 'Crains le pire', un polar plein de suspense, de ceux que l'on peut classer dans les page-turner, mais somme toute très classique. Rien de tel ici, l'intrigue policière est secondaire, ce sont la naïveté du narrateur, ses aventures loufoques et les situations cocasses en cascade qui font tout l'intérêt du livre. Guère de suspense, mais peu importe. Ou tant mieux, même, tant on a envie de continuer à rire des mésaventures du sympathique anti-héros. D'autant plus que le côté 'Guignol' est jubilatoire : le lecteur voit venir bien des choses évidentes avant le narrateur, tellement crédule, innocent, honnête, limite con-con, parfois.
Très bons moments de lecture avec ce roman beaucoup moins "policier" qu'humoristique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Acoun
31 mars 2016
Pourtant tu m'avais prévenu :
« Je n'insisterai pas trop là-dessus. Disons seulement qu'il ne vous faudra pas longtemps avant de penser que je suis un vrai con. Ou du moins un connard. »
S'il y a un héro qui ne nous prend pas en traitre, c'est bien Zack Walker.
Oui Zack, t'es vraiment un connard. Je ne sais pas combien de fois je me suis dit « Non, il va pas faire ça ? »... Bin si, tu le fais...
Soyons honnête, il nous arrive à tous de nous tromper, de prendre de mauvaises décisions...
Mais toi, tu fais systématiquement le mauvais choix, même après avoir mûrement réfléchi.
Tu pèses le pour et le contre, mais, tel le vendeur de légumes sur le marché, tu n'hésites pas à donner un ptit coup de pouce pour faire pencher la balance du mauvais côté.
Et, c'était couru, (bon okay, moi j'ai l'avantage de lire la 4ème de couv) : pour avoir voulu donner une leçon à ta femme, te voilà embarqué dans un truc qui te dépasse rapidement.
Les évènements s'enchainent sans que tu n'aies le temps de reprendre ton souffle, et surtout sans que tu ne puisses faire le point sur la meilleure attitude à adopter.
Bim, boum, un ennui attire un problème, ce problème crée de gros soucis, qui sont alors sources d'emmerdes... Ca marche comme ça avec toi, Zack. Tu crois voir un peu de lumière, le début d'un bout du tunnel... Bin non, mauvaise pioche, t'es reparti encore plus profond.
Quiproquos, poursuites, bagarres, drogue, tueurs, escrocs, chantage, revolver, menottes, incendies, explosions, cadavres.
Si tu veux mon avis, ça manque un tout petit peu de sexe pour que le tableau soit complet mais bon... Comme ta fermme l'a constaté, il y a des moments ou on a la tête ailleurs...^^
Il est assez jubilatoire de suivre tes tribulations, confortablement installé dans un fauteuil devant la cheminée,un verre de whiskey sur la table basse. Par contre, bon sang, je suis content de ne pas t'avoir pour ami... Ou alors il faudrait me présenter ta voisine Trixie, la...Hem Hem... comptable...
Bon, si j'ai bien compris, Papa Linwood t'a bricolé trois autre aventures.
J'ai deux trois trucs sur le feu, alors si tu pouvais me laisser un peu de temps avant de te laisser emporter dans un nouveau tsunami d'embrouilles, promis je serai à tes côtés.
Si tu croises Iris, fais lui un gros poutou de ma part, c'est quand même grace à elle qu'on s'est connu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          264
Kassuatheth
22 août 2016
Avez-vous déjà empiré la situation en voulant réparer une erreur? Puis, parce que vous avez insisté, vous êtes m onté d'un cran?
Moi, cela m'est déjà arrivé en plomberie et cela vient tout juste d'arriver en informatique.
Je ne suis pas le seul n'est-ce pas? Tant mieux, ces mésaventures vont vous permettre de mieux comprendre Zack Walker, l'anti héros de Linwood Barclay. Puis cela va vous consoler de constater que d'autres sont pires que vous.
Zack Walker est non seulement maniaque de sécurité, mais il fait tout pour obliger sa famille à suivre ses recommandations, comme par exemple cacher la voiture de son épouse dans la rue voisine pour lui faire comprendre les risques de laisser ses clés trainer…
C'est comme ça que ses mésaventures ont commencé. En voulant donner une autre leçon à sa conjointe, il prend son sac dans le panier à provision et l'apporte dans leur auto…
Malheur, ce n'était pas le sac de son épouse. Zack n'est pas un détective exemplaire, il ne réussit qu'à se mettre les pieds dans les plats.
J'aime bien ce personnage qui nous change des super héros qui peuvent trouver le coupable à partir à partir d'un indice ridicule. Il est peut-être maniaque de la sécurité mais ne voit pas ce qui se passe derrière les portes de ses voisins.
Il s'en sort heureusement indemne, prêt à vivre une nouvelle aventure où la malchance l'empêtre encore plus mais où la chance lui donne un coup de main. Une lecture légère et agréable avec quelques pointes de tension.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
nameless
24 septembre 2014
Surfant sur le succès remporté par les récentes productions de Lindwood Barclay, Belfond a décidé avec un certain opportunisme commercial de rééditer ses premiers romans. Après la lecture de “Mauvais pas”, premier opus publié par l'auteur en 2004, on ne saurait blâmer cet éditeur de nous rappeler les premiers pas de celui qui est surnommé “le créateur de frissons”.

Il s'agit d'un roman qui m'a apporté exactement ce que je cherchais quand j'ai choisi de le lire : un excellent moment de détente durant lequel je me suis bien marrée. Si « Mauvais pas » est étiqueté thriller par son éditeur, autant dire immédiatement que ce n'est pas la résolution des meurtres qui est l'axe essentiel de l'histoire, mais bien davantage les tribulations de Zack Walker, père de famille zinzin et obsessionnel qui fait une fixette sur la sécurité. Cet écrivain de science-fiction, marié, père de deux ados, décide de quitter le centre ville où il vit parce qu'il considère les siens en danger. Risques de vol de voiture, de cambriolages, d'agressions, seringues abandonnées sur le trajet de l'école de ses gosses, bandes d'ados désoeuvrés rapidement agressifs, insécurité (ce mot démagogique et magique qui recouvre à la fois tout et rien), le poussent à opter pour un lieu de vie qu'il imagine beaucoup plus tranquille où sa famille sera, selon lui, à l'abri des dangers du monde : une banlieue résidentielle.

Ce roman devrait être lu par tous les candidats à l'accession à la propriété loin des centres villes : de nombreuses malfaçons dévalorisent la maison de Zack dans un lotissement qui n'en finit pas de se terminer à cause de la virulence d'écolos bien ennuyeux pour les promoteurs, puisqu'ils veulent protéger la salamandre Mississauga, en voie d'extinction, et qui vit malencontreusement pour elle sur le futur lieu d'érection des baraques. Sa voisine comptable reçoit bizarrement ses clients à domicile, et il ne s'inquiète guère, que son fils, au contact de son voisin, veuille brusquement devenir horticulteur. Il faut bien sûr deux voitures pour vivre normalement, à savoir se rendre au boulot, chez l'épicier du coin, au resto du coin. Les sorties facilement accessibles sont rayées de leur vie. Tout cela ne serait rien si Zack ne se mêlait pas, en plus, de découvrir un cadavre, non, deux....

Maladroit, naïf, interprétatif, Zack va s'enfoncer dans sa névrose, créant de nouveaux problèmes à chaque fois qu'il croit en résoudre un. J'ai beaucoup aimé cette lecture, qui mine de rien, sous couvert d'un humour parfaitement maîtrisé, égratigne certains poncifs. L'écriture est leste, les dialogues sont enlevés. Je n'irai pas plus loin dans cet avis, à chacune et chacun, de découvrir les débuts de Lindwood Barclay s'ils le souhaitent. Certes, la patte de l'écrivain confirmé balbutiait encore (pourquoi une patte ne balbutierait-elle pas?), mais l'on devine déjà dans “Mauvais pas”, tout son potentiel, qu'il ne s'est pas privé de développer par la suite.

PS : j'espère de tout coeur que la salamandre Mississauga a survécu à cette histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Babelutte52
18 mai 2017
Je continue à découvrir cet excellent auteur canadien qui nous livre des polars bien ficelés et qui fonctionnent comme une horloge bien réglée.
Dans ce bouquin il y a surtout l'humour qui joue un rôle important dans l'histoire de ce monsieur tout le monde qui veut à tout prix bien faire et tout sécuriser pour sa famille et lui même.
Malheureusement pour lui, ça foire et et tourne en catastrophe de plus en plus.
Délicieux ce roman qui nous fait rire et nous inquiéter au fur et à mesure.
Bravo Monsieur Barclay!
Commenter  J’apprécie          90
Citations & extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
canelcanel11 décembre 2013
- Ma production [de marijuana] du sous-sol correspond à un besoin. J'offre un service. C'est comme écrire de la pornographie, ajoute-t-il en faisant un geste vers moi.
- Je n'écris pas de la pornographie mais de la science-fiction.
- Ouais, enfin, si tu écrivais du porno, ça serait la même chose.
- Non, parce que je n'écris pas de porno.
- D'accord, simplement, t'as pas compris mon point de vue. Les gens ont des besoins. Peu importent les lois et les règles mises en place. Ils veulent assouvir leurs besoins, d'une manière ou d'une autre. Ils sont de plus en plus stressés. (...) Les gens ont envie de réconfort et mon boulot consiste à leur en donner.
(p. 124)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
jadziajadzia04 septembre 2013
Je n’insisterai pas trop là-dessus. Disons seulement qu’il ne vous faudra pas longtemps avant de penser que je suis un vrai con. Ou du moins un connard.
En fait, je ne crois pas être un con, parce que le con de base a peu de chances d’être conscient de son état (combien de cons savent-ils qu’ils le sont ?). Ce que je veux donc souligner, c’est que je me suis conduit comme un con en certaines circonstances, je ne fais pas partie de la confrérie. Je comprendrai toutefois que vous ne soyez pas convaincu.
Quand vous en aurez fini avec cette histoire, vous risquez de penser : Bon sang ! Zack Walker, quel gros con !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
isalef95isalef9517 août 2015
"Zack ! Oh, mon Dieu. J'ai appelé au moins cent fois ! Qu'est-ce qui s'est passé ?
- Sarah, tout va bien. Calme-toi. Tout le monde va bien : les enfants, moi. Tout roule.
- Mais Paul m'a dit que tu étais tombé, que tu ne bougeais plus...
- Je sais mais c'est un malentendu. J'étais seulement allongé par terre, c'est tout.
- Allongé par terre ?
- En gros, oui !"
Silence sur la ligne. Puis :
" Tu me jures qu'il n'y a aucune urgence ?
- Exactement.
- J'ai donc brûlé un feu rouge et écopé d'une contravention pour des prunes."
Angie, qui ne pouvait entendre sa mère mais qui voyait mon expression, m'a murmuré :
- Tu veux que je demande à l'ambulance de revenir dans une demi-heure ? Tu pourrais en avoir besoin quand maman va rentrer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
manue14manue1401 mars 2015
- Tu peux être plus précis ?
- J’ai déplacé ta voiture un peu plus loin dans la rue.
- Là où je ne la verrais pas.
- Oui, c’était mon plan.
- Et quand j’aurais cherché mes clés, je ne les aurais pas trouvées et je me serais aperçue que la voiture avait disparu. J’aurais cru qu’elle était volée, j’aurais eu une putin de crise cardiaque. Tout ça pour te permettre de me punir. C’est exact ?
- Je n’ai jamais voulu te causer une crise cardiaque. Seulement te donner une leçon.
- Une leçon !
J’avale ma salive avec difficulté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
canelcanel14 décembre 2013
C'est ce qu'il y a de bizarre avec les e-mails. Alors qu'ils flottent quelque part dans l'éther, dès qu'un message menaçant apparaît sur votre écran, à votre adresse, vous avez l'impression que son auteur se trouve là, devant vous. Vous subissez une intrusion sans effraction. Vous voudriez fermer votre porte à clé mais il est trop tard. Toute fuite est impossible.
(p. 217)
Commenter  J’apprécie          60
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Mauvais pas" de Linwood Barclay.

Comment s'appelle l'homme qui a été retrouvé la tête dans une bouche d'égout ?

Jeff Conklin
Archie Roget
Arnold Murphy

10 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Mauvais pas de Linwood BarclayCréer un quiz sur ce livre
. .