AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782021044454
93 pages
Seuil (15/09/2011)
3.86/5   42 notes
Résumé :

Ce beau projet est né d’un heureux hasard, d’une rencontre fortuite, celle d’un cahier jeté sur un trottoir lors d’un déménagement et d’un illustrateur qui passe, se penche et l’emporte. Ce carnet contient un témoignage d’une richesse historique et humaine incroyable : le récit des premières semaines de mobilisation d’un homme durant l’été 1914. L’auteur de ce j... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,86

sur 42 notes
5
5 avis
4
5 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

C'est un hasard qui a permis au scénariste de nous offrir cette B.D. qui m'a bluffée. Alors qu'il passe sur un trottoir parisien, des hommes vident une cave et disent de se servir. Il pioche le journal d'un poilu qui court de la déclaration de guerre jusqu'à Noël, date où on pensait qu'elle serait finie. le départ, la marche épuisante, l'attente, les tranchées, les bombardements, la blessure, l'hôpital, l'espoir des nouvelles de ses proches. Barroux le fait revivre avec ses dessins simples et parlants en noir et blanc qui s'accordent bien avec le journal de celui qu'on aimerait savoir ce qu'il est devenu par la suite. B.D. d'un soldat inconnu. Belle réussite ! ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️

Commenter  J’apprécie          280

Cette BD prend appui sur le vrai journal de guerre d'un vrai Poilu.

On assiste ici aux premiers temps de la guerre, quand beaucoup pensaient qu'elle serait terminée pour Noël.

Ce ne sont pas encore les tranchées et la guerre mécanique, moderne mais déjà la peur est là, celle des assauts, des charges, de l'équipement obsolète...

C'est beaucoup moins cru que Putain de Guerre de Tardi. Mais cela n'est pas moins fort, prenant, par la simplicité de la narration et du trait faussement naïf de l'illustrateur, qui s'accorde parfaitement au propos, peut-être même à ce que devait ressentir ce Poilu mais là, je m'avance peut-être).

Commenter  J’apprécie          150

La genèse de ce roman graphique est pour le moins singulière. En plein hiver, alors qu'il se promène entre Bastille et république, Barroux croise la route d'hommes en train de vider une cave. Ils déversent sur le trottoir un flot de « papiers humides, livres moisis, galets de charbon noir et meubles fatigués. » Au milieu de ce capharnaüm, une boîte en carton attire le regard de l'auteur-illustrateur. A l'intérieur de la boîte, il découvre un carnet contenant le témoignage d'un soldat partant pour le front en août 1914. C'est ce surprenant récit qu'il choisit de mettre en image.

Le 3 août 1914, c'est le jour du départ. de Paris, on prend le train vers Montargis. Dans les heures qui suivent, la compagnie prend la direction de l'est. le chemin sera long jusqu'au front, près de Verdun. C'est autour de Longwy que le soldat note les premiers combats. Les jours qui suivent sont difficiles sous le feu de l'artillerie. le 31 août, c'est la blessure puis l'évacuation vers l'hôpital militaire. le journal intime s'arrête à la date du 5 septembre. Impossible de savoir pourquoi le poilu a cessé d'écrire ni ce qu'il est devenu.

On les aura ! est un témoignage des plus réalistes sur les premières heures de la grande guerre. le départ le coeur léger sous les encouragements de la population. Les marches harassantes, les difficultés, certains soirs, à trouver un toit. Les tranchées que l'on creuse. La montée au front, l'horreur des bombardements, les blessés qui se comptent par milliers. le trait charbonneux de Barroux restitue à merveille ce cheminement angoissant vers le théâtre des opérations. le bruit sourd du canon, la peur au ventre, les villages ravagés, le dévouement des infirmières à l'hôpital… Une plongée au coeur d'un conflit dont on célèbrera bientôt le centenaire retranscrite ici avec une grande lisibilité.


Lien : http://crdp.ac-amiens.fr/cdd..
Commenter  J’apprécie          100

Il y a quelques semaines j'étais au festival le Goût des Autres du Havre et j'ai vu la prestation de Barroux en spectacle, adapté de sa bande dessinée "On les aura". Et depuis j'y repense souvent. J'avais envie de vous partager mon avis sur son ouvrage et vous donner quelques informations sur ce qu'un livre de ce type peut donner en spectacle.

"On les aura" est une "bande dessinée" faite à partir d'un journal de poilu trouvé par Barroux lors d'un débarras. A la base, il est illustrateur pour les enfants. Mais là il décide qu'il peut, qu'il doit en faire quelque chose, pour la mémoire … le rendu final c'est un journal, un carnet illustré avec les propos d'un poilu en vis à vis avec le dessin de Barroux pour leur donner vie.

Le synopsis ? Il vous en faut un ?

Nous embarquons pour un voyage dans le passé, au début de la Grande Guerre, de la der des der … Au fil des pages nous suivons les pérégrinations d'un soldat, de Août 1941 à Septembre de la même année.

En noir et blanc, sur un fond tragique, Barroux redonne vie à un soldat tombé dans l'oubli. de la mobilisation au front, en passant par les blessés, cet inconnu nous transporte dans la réalité d'un début de guerre, dans un basculement de vie, dans un moment où tout est flou. Quant à Barroux, il illustre parfaitement ce bel ouvrage, plein de vérité avec des témoignages doux malgré des propos forts.

Un mot du spectacle. J'ai été subjuguée par ce que j'ai vu. Barroux lisait le carnet, et dessinait en même temps certaines scènes. Son dessin était retransmis sur écran géant, ce qui permettait d'admirer en direct les traits donnant vie au texte, aux mots prononcés juste avant. La guitare électrique qui rythmait le tout était une astuce ingénieuse pour bruiter les combats, pour donner le tempo, pour faire gronder le texte, le faire rugir. Une prestation qui n'a laissé personne indifférent.

Alors, si vous avez l'occasion de voir ce spectacle, n'hésitez pas une seconde. Et sinon, laissez vous emporter par la bande dessinée "On les aura", de Barroux.


Lien : http://chickon.fr/2014/02/19..
Commenter  J’apprécie          60

Des dessins en noir et blanc pour illustrer le témoignage d'un poilu de la Grande Guerre. Pour découvrir le quotidien de ces hommes qui ne savaient pas toujours vers quoi on les envoyait.

Commenter  J’apprécie          80


critiques presse (2)
BDSelection   24 janvier 2012
Ici, la guerre est montrée à l'état brut et elle n'a rien d'héroïque. Et ça, c'est impressionnant.
Lire la critique sur le site : BDSelection
Lexpress   19 septembre 2011
Une belle empreinte pour illustrer le climat de ce début de guerre, vu par ce soldat inconnu.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
La BD s'appuie sur le carnet de guerre d'un poilu. Un jour, en hiver, Barroux, qui marchait de Bastille à République, trouve sur un trottoir un carnet jauni qui contient le témoignage d'un poilu durant les premières semaines de mobilisation en été 1914. Dans ce carnet, le poilu raconte la séparation, les débuts de la guerre, les trajets vers les destinations inconnues, l'attente du courrier, les nuits dans les tranchées... et aussi la peur qu'il avait
Commenter  J’apprécie          60
Il faut marcher en file indienne et la colonne s'allonge pendant que l'artillerie allemande commence à battre le bois. En sortirons-nous vivants ? Après bien des angoisses, la compagnie se retrouve intacte de l'autre côté. Décidément, nous avons de la veine.
Commenter  J’apprécie          110
Bonjourr c'est Emeline du collége Béranger grace a vous je me suis inspirer de votre personnage de ce livre pour Moi faire des illustration vous m'avai fait avancée car maintenant j'ecrit un livres nomée L'aventurier Imaginaire . Mercie Beaucoup j'espere quon ce revera bientôt bonsoir :)
Commenter  J’apprécie          30
"Combien de ces soldats que nous voyons passer rentreront dans leur foyer ? Chassons ces idées noires et reprenons courage.
Commenter  J’apprécie          40
C'est fini : adieu a tous ... Non, au revoir car je les révérait !
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : première guerre mondialeVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4712 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre