AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266218870
192 pages
Pocket (07/03/2013)
3.83/5   673 notes
Résumé :
Il y a eu un cyclone inouï, la petite Dorothée et son chien Toto ont été emportés dans un grand tourbillon, et les voici qui atterrissent... au féerique pays d'Oz ! Dorothée n'a cependant qu'un désir - et Toto aussi : rentrer chez eux, dans leur cher Kansas. Or, ce voeu, seul le Grand Magicien peut l'exaucer, et il demeure loin, très loin, dans la Cité d'Emeraude. Alors ils partent, courageux et confiants, et bientôt ils ont trois compagnons de route et d'espoir : u... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (153) Voir plus Ajouter une critique
3,83

sur 673 notes
5
49 avis
4
51 avis
3
30 avis
2
9 avis
1
0 avis

HundredDreams
  26 mai 2022
« le magicien d'Oz » fait parti de ces lectures qui ont fait de moi une lectrice passionnée dès toute petite. Je me rappelle mon émerveillement à cette lecture.
La plus belle adaptation cinématographique est sûrement celle de Victor Fleming avec Judy Garland dans le rôle de Dorothy, mais je reste enchantée des images mentales que je me suis construite dans ma tête et qui m'ont laissé un souvenir inoubliable.
Le moment de la lecture offerte est le moment que mes élèves attendent chaque jour d'école avec impatience, ils sont toujours très curieux de connaître la prochaine histoire que je vais leur raconter.
J'ai choisi de leur faire découvrir « le magicien d'Oz », un chapitre par jour, pour leur montrer qu'un long roman ne doit pas leur faire peur et qu'il peut être appréhendé comme une succession de petites histoires qui se suivent.
Beaucoup n'ont jamais lu de romans de près de 200 pages, mais ils ont reconnu que lorsque l'on aime une histoire, on est content de retrouver, jour après jour, les mêmes personnages pour une nouvelle aventure. Ils ont compris que l'important ce n'était pas le nombre de pages, mais le plaisir ressenti.
*
Dorothy est une jeune orpheline qui vit avec son oncle et sa tante dans une petite ferme du Kansas.
Un jour, une tornade traverse la ferme et balaie la maison dans laquelle elle s'est réfugiée avec son petit chien Toto. La maison s'envole, l'emportant loin de chez elle jusqu'au pays d'Oz.
Lorsqu'enfin, tout en douceur, la maison atterrit dans un monde d'une étrange beauté, écrasant par la même occasion la méchante sorcière de l'Est, Dorothy n'aura de cesse de trouver le moyen de rentrer chez elle.
« le cyclone avait déposé la maison avec une douceur étonnante – du moins pour un cyclone – au milieu d'un pays d'une beauté incroyable. C'était une profusion de tapis de verdure, d'arbres imposants chargés de fruits somptueux, de massifs de fleurs splendides et d'oiseaux aux couleurs exotiques qui voletaient en chantant dans les frondaisons. Non loin de là, les eaux scintillantes d'un ruisseau coulaient entre deux rives verdoyantes ; leur murmure était enchanteur pour une fillette qui avait vécu si longtemps dans la grisaille et la sécheresse des grandes prairies. »
Grâce aux conseils de la Sorcière du Nord, elle part sur la route pavée de briques jaunes qui mène à la Cité d'Emeraude pour demander l'aide du Magicien d'Oz et ainsi retrouver sa famille.
« Même quand notre patrie est morne et grise, nous autres les êtres de chair et de sang nous préférons y vivre plutôt que dans le plus beau des pays étrangers. Rien ne vaut son chez-soi. »
Accompagnée de son petit compagnon Toto, Dorothy va croiser en chemin, un épouvantail sans cervelle, un bûcheron de fer-blanc sans coeur, et un lion poltron qui désirent tous demander l'aide du Magicien d'Oz. Avec ses nouveaux amis aussi singuliers qu'attachants, elle poursuit sa route jusqu'à la cité d'Emeraude.
*
Cette merveilleuse histoire est magnifiquement écrite. Elle m'a rappelé « Anne de Green Gables » de Lucy Maud Montgomery par son côté frais et candide.
Les enfants ont été sensibles à la « poésie » de l'écriture de Lyman F. Baum, aux répétitions voulues par l'auteur qui bercent par ses airs de ritournelle.

Le récit est parfaitement rythmé, les chapitres courts laissant une part d'inconnu et de mystère pour donner envie de poursuivre le récit et cheminer en compagnie de Dorothy et de ses sympathiques compagnons.
Les paysages décrits ont beaucoup de charme, donnant l'impression d'être dans un conte de fées. C'est un plaisir de découvrir l'univers fantaisiste et coloré d'Oz, un monde imprégné de rêve et de magie.
« Dans les pays civilisés, je crois qu'il ne reste plus aucune sorcière, ni aucun magicien, ni aucune enchanteresse, ni le moindre enchanteur. Mais, vois-tu, le pays d'Oz n'a jamais été civilisé parce que nous sommes coupés du reste du monde. Voilà pourquoi nous avons encore parmi nous des sorcières et des magiciens. »
*
Il est bien entendu impossible de ne pas s'attacher à chacun des personnages.
On ne peut qu'apprécier leur simplicité, leur affection mutuelle, leur esprit de camaraderie, leurs forces et leurs faiblesses. On est parfois attristé par leur détresse et leur désarroi mais leur jovialité naturelle reprend vite le dessus.
C'est aussi un délice de trembler pour ces héros si fragiles et si démunis, d'être effrayé par la perfection mortelle des vastes étendues fleuries ou des majestueuses forêts peuplées d'étonnantes créatures, d'animaux fantastiques, de plantes vénéneuses.
*
Le titre interroge car le lecteur ne rencontre "Le Magicien d'Oz" qu'à la moitié du roman et nous finissons l'histoire sans lui. Mais les enfants étaient en attente de rencontrer ce fameux magicien qui allait sûrement aider Dorothy à rentrer chez elle.
J'ai lu que l'histoire du magicien d'Oz était une critique de la politique américaine et une allégorie économique. Je préfère garder à l'esprit les paroles de l'auteur et le côté merveilleux du récit :
« le Magicien d'Oz a été écrit dans cet état d'esprit, avec pour unique ambition de donner de la joie aux enfants d'aujourd'hui. Il ne vise qu'à être un conte de fées modernisé : il élimine les peines de coeur et les cauchemars pour ne conserver que l'enchantement et le plaisir. »
L'histoire véhicule également de belles valeurs sur l'envie, le désir, le courage, la bonté, la générosité, l'entraide.
« Vous autres qui avez un coeur, vous pouvez vous en servir pour vous guider et ne jamais nuire à personne. Mais moi qui n'en ai pas, je dois être très prudent. Bien entendu, quand Oz m'en aura donné un, je n'aurai plus besoin de me faire autant de souci. »
« Tu n'as besoin que de confiance en toi. Tous les êtres vivants éprouvent de la peur en présence du danger. le vrai courage consiste à faire face malgré la peur, et tu n'en manques pas. »
Après discussion, mes élèves ont compris que les épreuves que traversaient nos héros étaient un rite de passage et que leur quête (à part pour Dorothy) était inutile, car ils possédaient déjà au fond d'eux ce qu'ils pensaient ne pas avoir.
Par contre, nos héros ont appris la valeur de l'amitié.
*
Pour conclure, je pense avoir aimé cette histoire autant que mes jeunes élèves. « le magicien d'Oz » est un conte intemporel qui illustre tout ce qu'il y a de plus magique dans la littérature classique enfantine.
Le monde d'Oz est merveilleux, il est à lire ou à relire.
A noter la splendide édition de Benjamin Lacombe que je vais essayer de me procurer, ayant acheté l'édition Pocket pour un prix dérisoire, mais sans images.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4936
isajulia
  02 mai 2013
Je connaissais mal l'histoire du Magicien d'Oz , il était donc temps que je me penche sur ce conte archi connu.
J'ai donc rencontré Dorothy et son chien Toto, qui, après un ouragan se retrouvent emportés dans une merveilleuse contrée. Bien que la petite fille reçoive un excellent accueil dans cette terre inconnue, elle ne souhaite q'une chose : retourner au Kansas pour revoir son oncle et sa tante. Dans tout le pays, un seul magicien est assez puissant pour lui apporter son aide : le grand Oz , elle va donc se mettre en chemin vers la Cité d'Emeraude par la route de briques jaunes.
Au cour de son périple elle se liera d'amitié avec un épouvantail qui rêve d'une cervelle, d'un bûcheron de fer-blanc qui rêve d'un coeur et d'un lion froussard qui rêve de courage.
Avant de faire face au grand magicien, nos héros vont vivre d'innombrables aventures...
Je me suis régalée, je fais partie de la catégorie des vieux enfants (j'ai même passé la date de péremption depuis un bail) alors ce petit conte ne pouvait que me vendre du rêve.
L'histoire est tellement adorable qu'il n'en fallait pas plus pour réveiller mon enthousiasme et faire marcher mon imagination à plein régime. Je regrette de ne pas l'avoir lu étant plus jeune. J'ai fait comme Balrog, c'est la nouvelle édition qui m'a poussée à sauter le pas, 1,55 euros c'est vraiment donné comparé au plaisir qu'apporte cette lecture. Je ne saurais que trop vous le conseiller, peu importe que l'on soit jeune ou vieux, enfilons nos plus beaux souliers argent et en avant sur la route de briques jaunes!
A lire!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          562
Fifrildi
  18 juin 2019
Le Magicien d'Oz est un classique de la littérature jeunesse publié en 1900 par Lyman Frank Baum et rendu inoubliable avec son adaptation cinématographique de 1939 avec Judy Garland.
https://www.youtube.com/watch?v=PSZxmZmBfnU
La petite Dorothée et son chien Toto sont transportés par une tornade au pays d'Oz. En atterrissant, sa maison écrase la méchante sorcière de l'Est. Chaussée de ses souliers d'argent, Dorothée va se rendre auprès du Magicien d'Oz afin qu'il l'aide à rentrer dans son Kansas natal…
Je ne me souviens pas avoir vu le film (de 1939) mais il y est tellement fait référence partout que c'est très difficile de passer à côté.
Je suis ressortie ravie de cette lecture. J'ai aimé l'écriture et l'histoire est vraiment bien ficelée. Les personnages sont attachants et quand ils sont en difficulté ce n'est jamais pour très longtemps. Je regrette d'ailleurs de ne pas l'avoir lu ce livre avec mes enfants quand ils étaient petits.
J'ai été assez étonnée d'apprendre que ce livre avait été banni des bibliothèques publiques américaines entre 1928 et 1972 o.O
http://www.openculture.com/2016/09/when-frank-l-baums-wizard-of-oz-series-was-banned-for-depicting-women-in-strong-leadership-roles-1928.html
Quoi qu'il en soit, un excellent moment de lecture.


Challenge multi-défis 2019
Challenge défis de l'imaginaire 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          396
kuroineko
  14 juin 2019
N'ayant jamais regardé l'adaptation cinématographique du Magicien d'Oz, je suis partie en néophyte dans ce court roman.
Il recèle toutes les caractéristiques du contes. A commencer par un voyage extraordinaire depuis le Kansas déssèché jusqu'en un pays verdoyant pour la petite Dorothy et son chien Toto. Malgré la beauté merveilleuse de cet endroit inconnu et l'accueil bienveillant de ses habitants, l'orpheline ne souhaite qu'une chose, rentrer dans son monde et retrouver son oncle et sa tante qui l'élève.
S'ensuit un cheminement sur la route de briques jaunes, où épreuves et rencontres formeront comme autant d'épisodes initiatiques. L'auteur promeut l'amitié et l'entraide dans son conte. Accompagnée de l'Épouvantail qui rêve d'un cerveau, du Bûcheron en fer-blanc qui rêve d'un coeur et du Lion froussard qui rêve de courage, Dorothy accomplit un long périple, surmontant dangers et difficultés. Ses amis, pour singuliers qu'ils soient, possèdent déjà les qualités auxquelles ils aspirent, sans s'en rendre compte. J'ai particulièrement apprécié l'Épouvantail, astucieux et maladroit.
En revanche, côté Méchante Sorcière de l'Ouest aux terribles pouvoirs, on repassera. Elle est ridicule! Les Éditions Bragelonne ressortent Wicked, la véritable histoire de la Méchante Sorcière de l'Ouest de Gregory Maguire. Il me tentait mais il me paraissait judicieux de lire d'abord l'oeuvre originale pour ne pas passer à côté de références.
Et que dire du Grand, du Terrible Oz qui règne sur l'ensemble de ce mystérieux pays depuis son palais de la Cité d'Émeraude? Mieux vaut le découvrir par soi-même.
Un petit voyage dans le merveilleux agréable et attachant. Lu ou entendu enfant, je crois qu'il aurait eu plus d'impact et que sa magie eût mieux fonctionné. Mais même si l'adulte que je suis voit les mécanismes narratifs, la gamine en moi reste suffisamment présente pour ne pas bouder mon plaisir et rêver à mon tour de souliers d'argent et d'amis extraordinaires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
FlowerPanda
  22 septembre 2014
Ep-pe, pe-pe, kak-ke ! Hil-lo, hol-lo, hel-lo. Ziz-zy, zuz-zy, zik ! Formule d'incantation des singes ailés qui n'a pas l'air de fonctionner… Et zut !
Est-il encore nécessaire de présenter le Magicien d'Oz ? Qui n'a jamais vu le film de Victor Fleming de 1939 ou lu le livre dont il est adapté ? Et bien moi, jusqu'à ce jour, je ne l'avais jamais lu ! Il était donc temps que je m'y mette !!
Dorothy est une jeune fille qui vit dans une ferme au Kansas en compagnie de son oncle et de sa tante. Mais un jour, elle est emportée par une tornade dans un lieu étrange : le pays d'Oz. Commence alors un long périple pour rentrer chez elle. Heureusement, elle ne sera pas seule dans son aventure. Accompagnée de son fidèle chien Toto, elle croisera le chemin de créatures aussi fantastiques qu'attachantes !
Le Magicien d'Oz est un roman écrit il y a déjà plus d'un siècle et qui n'a pourtant pas pris une ride. Au même titre que les Contes de Charles Perrault, de ceux des frères Grimm ou encore d'Andersen, il parvient à nous faire voyager dans un univers merveilleux.
Si aujourd'hui, la mode est aux héroïnes débrouillardes et pleine d'intelligence, ici, au contraire, nous en retrouvons une tout ce qu'il y a de plus classique et limite un peu cruche (et oui, à l'époque, les demoiselles n'étaient sûrement pas encouragées à partir à l'aventure, encore moins toutes seules ! Scandale en vue !). Ainsi, une fois transportée au pays d'Oz, Dorothy n'a qu'une hâte : rentrer chez elle et cela, en dépit de son attachement à ses compagnons. Et ceux-ci forment une troupe pour le moins originale : un épouvantail sans cervelle, un lion dénué de courage et un bûcheron en fer-blanc qui a perdu son coeur. Chacun décide de se rendre devant le grand et sublime magicien d'Oz pour lui demander ce qu'il lui manque. Afin d'exaucer leurs voeux, le magicien leur demande de tuer la méchante sorcière de l'Ouest. Mais la tâche s'annonce assez difficile.
J'ai préféré les personnages secondaires à Dorothy. En effet, bien que tous soient abordés de façon simpliste (et parfois même trop, donnant à certains moments une impression de superficialité), j'ai trouvé Dorothy assez fade. Par moment, je me suis même demandée à quoi elle servait ! Très rapidement, le rôle de Dorothy va être assez limité. Elle se contentera de dormir (oui, oui, je vous jure et même qu'elle a le sommeil vraiment lourd, même une bombe aurait du mal à la réveiller !), d'être sauvée par l'Epouvantail et le Bûcheron et de répéter inlassablement « je veux rentrer chez moi ». Heureusement que ses amis sont plus intéressants ! L'Epouvantail qui se dit sans cervelle ou encore le Magicien d'Oz sont mes préférés.
Au niveau du style d'écriture, on reconnaît bien celui typique aux contes. Tout en fluidité et simplicité mais avec un langage quelque peu soutenu car il s'agit après tout de captiver l'esprit de nos chers petits (et des grands, bien entendu !). Tout le long de ma lecture, je n'ai pas pu m'empêcher de penser à deux adaptations : d'une part au film de 1939 et d'autre part, au film de Sam Raimi sorti en 2013 : Les Mondes Fantastiques d'Oz avec James Franco. le premier se veut l'adaptation fidèle du livre et si de nombreuses différences sont à noter (la plus flagrante étant la couleur des souliers), cela ne m'a absolument pas dérangée, le film occupant une place particulière dans mon coeur depuis toute petite ! En ce qui concerne le deuxième, celui-ci se veut inspiré aussi bien du livre que du premier film. Et là encore, j'ai été étonnée de voir que finalement, il y avait bien de nombreux points fidèles. Ainsi, à ces personnes qui reprochent à Sam Raimi d'avoir fait du Magicien d'Oz un escroc et un charlatan, je leur dirais d'aller lire le livre ! Parce qu'il permet d'en apprendre un peu plus sur cet univers que tant de monde pense connaître et parce qu'aussi et surtout, c'est un très joli conte comme on les aime dès notre plus jeune âge !
Pour conclure, je reprendrais ces quelques mots de Lyman Frank Baum : « le Magicien d'Oz a été écrit … avec pour unique ambition de donner de la joie aux enfants d'aujourd'hui. Il ne vise à être qu'un conte de fées modernisé : il élimine les peines de coeur et les cauchemars pour ne conserver que l'enchantement et le plaisir ». Que dire de plus ?
Lien : http://drunkennessbooks.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240

Citations et extraits (65) Voir plus Ajouter une citation
HundredDreamsHundredDreams   26 mai 2022
Dans le grand champ de maïs qui s’étendait de l’autre côté, elle aperçut non loin de là un épouvantail perché sur un piquet afin d’éloigner les oiseaux des épis mûrs. Dorothy appuya son menton sur sa main et l’examina avec attention. Sa tête était formée d’un petit sac bourré de paille sur lequel étaient peints des yeux, un nez et une bouche. Le reste de sa silhouette consistait en un vieux chapeau pointu de couleur bleue, qui avait dû appartenir à un Munchkin, et en un costume bleu râpé, décoloré et lui aussi rempli de paille. Il était chaussé d’une paire de vieilles bottes à revers bleu, comme en portaient tous les hommes du pays, et un piquet enfoncé dans son dos le maintenait au-dessus des tiges de maïs.
Tandis qu’elle observait le visage peinturluré de l’épouvantail avec le plus grand sérieux, Dorothy eut la surprise de le voir lui adresser un clin d’œil. Elle crut d’abord s’être trompée, parce qu’au Kansas les épouvantails ne clignent pas des yeux ; mais bientôt le mannequin hocha la tête à son intention. Elle descendit alors de la clôture et marcha vers lui, pendant que Toto courait autour du piquet en aboyant.
— Bien le bonjour, dit l’Épouvantail d’une voix rauque.
— Tu as parlé ? demanda la fillette, stupéfaite.
— Certainement. Comment vas-tu ?
— Très bien, je te remercie, répondit-elle poliment. Et toi ?
— Je ne me sens pas très bien, dit l’Épouvantail en souriant. C’est très ennuyeux d’être perché là-dessus jour et nuit pour effaroucher les corneilles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
FlowerPandaFlowerPanda   22 septembre 2014
- Qui es-tu ? demanda l’Epouvantail après s’être étiré en bâillant. Et où vas-tu ?
- Je m’appelle Dorothy, et je vais à la Cité d’Emeraude demander au Grand Oz de me renvoyer au Kansas.
- Où est la Cité d’Emeraude ? Et qui est Oz ?
- Comment ? s’exclama la fillette, très étonnée. Tu ne le sais pas ?
- Non, je ne suis au courant de rien, répondit-il avec tristesse. Tu vois bien que je suis empaillé, alors je n’ai pas du tout de cervelle.
- Oh ! dit Dorothy. Je suis désolée pour toi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
isajuliaisajulia   01 mai 2013
Dans les pays civilisés, je crois qu'il ne reste plus aucune sorcière, ni aucun magicien, ni aucune enchanteresse, ni le moindre enchanteur. Mais, vois-tu, le pays d'Oz n'a jamais été civilisé parce que nous sommes coupés du reste du monde. Voilà pourquoi nous avons encore parmi nous des sorcières et des magiciens.
Commenter  J’apprécie          230
HundredDreamsHundredDreams   26 mai 2022
Le cyclone
Dorothy vivait au milieu des grandes prairies du Kansas avec oncle Henry et tante Em, un couple de fermiers. Leur maison était petite, car il avait fallu apporter de très loin le bois de construction dans des chariots. Il y avait quatre murs, un plancher et un plafond, ce qui faisait une pièce ; et cette pièce contenait un fourneau rouillé, un placard à vaisselle, une table, trois ou quatre chaises et les lits. Oncle Henry et tante Em avaient un grand lit dans un coin, Dorothy un petit dans un autre coin. Il n’y avait ni grenier ni sous-sol – à l’exception d’un trou creusé sous la maison et baptisé « cave anticyclones », qui pouvait abriter la famille lorsque s’élevait une de ces grandes tornades capables de broyer tous les bâtiments situés en travers de leur chemin. Une trappe aménagée dans le plancher et une échelle donnaient accès à cette petite cavité obscure.

(Incipit)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
jadziajadzia   05 août 2014
Dorothée prit Toto solennellement dans ses bras, et après avoir dit un dernier au revoir, elle frappa trois fois les talons de ses souliers l’un contre l’autre, tout en ordonnant :
- Ramenez-moi à la maison, chez tante Em !


Dorothy now took Toto up solemnly in her arms, and having said one last good-bye she clapped the heels of her shoes together three times, saying:
“Take me home to Aunt Em!”
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140

Videos de Lyman Frank Baum (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lyman Frank Baum
À 36 ans, Benjamin Lacombe est l?un des illustrateurs les plus doués de sa génération. Il nous présente sa version du « Magicien d?Oz », qu?il publie aux éditions Albin Michel, conte écrit en 1900 par Lyman Frank Baum et réadapté pour l?occasion par Sébastien Perez.
autres livres classés : contesVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Le magicien d'Oz

Au début du livre, Dorothée vie...

en Picardie
au Cansas
au Canada
en Suisse

14 questions
173 lecteurs ont répondu
Thème : Le Magicien d'Oz de Lyman Frank BaumCréer un quiz sur ce livre