AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070422234
261 pages
Éditeur : Gallimard (31/01/2002)
3.92/5   87 notes
Résumé :
Comment s'entremêlent en la personne du Roi-Soleil, la couronne et la personne ? C'est le fil rouge de la lecture que nous propose Philippe Beaussant dans Le Roi-Soleil se lève aussi, son essai sur Louis XIV. Pour comprendre ce qu'est la vie du roi des Français, il faut suivre heure par heure une journée type de Louis XIV. On se rend compte que Sa Majesté obéit à un rituel cérémonial extrêmement complexe et parfaitement codifié. Du lever jusqu'au coucher, le roi doi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
3,92

sur 87 notes
5
7 avis
4
9 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

ladyoga
  19 septembre 2015
A lire pour le plaisir de l'immersion dans la cour du Roi-Soleil ! Une jolie découverte pour moi, un réel plaisir de lecture, pas une minute d'ennui, très instructif pour mieux comprendre cette époque. Très belle plume. Un livre riche en anecdotes.
Commenter  J’apprécie          200
madameduberry
  23 octobre 2013
Philippe Beaussant possède une plume alerte, et son ouvrage constitue un complément très utile à l'ouvrage romancé de Françoise Chandernagor: L'Allée du Roi.
Avec les outils de pensée contemporains, nous sommes invités à analyser ce temps extrèmement important d'un point de vue rétroactf, où le roi, et donc le pouvoir, va se mettre en scène . La vie du roi, son corps, et ses fonctions les plus intimes sont donc non seulement visibles, mais présentées au public, d'une façon codifiée et ritualisée au quotidien. Paradoxalement, la fonction royale s'en trouve relevée et renforcée.
Louis Quatorze, premier inventeur de la Société du spectacle?
Commenter  J’apprécie          90
BlueGrey
  27 août 2009
« Qui êtes-vous quand votre père vous demande : "Comment vous nommez-vous ?" et que vous répondez à l'âge de quatre ans : "Je m'appelle Louis Quatorze" ? Et qu'en outre le père réplique : "Pas encore, mon fils, pas encore." »
Le propos de ce livre est donc de déceler l'homme sous la couronne. Vaste entreprise si l'on songe qu'en ce Grand Siècle (le XVIIe) l'individu est indissociable de sa fonction et de son rang social ! Alors, pour comprendre la vie du plus grand des rois, Philippe Beaussant nous invite à le suivre heure par heure sur une journée. On voit sa nourrice pénétrer, toujours la première, avant le Lever, dans sa chambre d'apparat : « Elle allait le baiser dans son lit » (dixit Saint Simon). Pendant la journée, on se régale des mille détails du cérémonial protocolaire, le Roi s'offrant en permanence, à table, à cheval, sur sa chaise percée, à l'admiration de ses sujets. La représentation théâtrale est son quotidien et se joue sans relâche, et le défilé des figurants, où chacun connaît son rôle à la perfection, est continu.
Tout, dans cette analyse de l'air du temps royal, dans l'étude du caractère du monarque, passionne, instruit et distrait. Car non seulement Philippe Beaussant apporte un soin évident à l'exactitude des faits rapportés, mais il le fait avec humour et élégance. Tout est expliqué, remis en contexte, disséqué, exploré, chaque micro-événement de la journée du roi étant prétexte à d'autres rappels sur le roi et son règne. Et le moindre détail nous dévoile la réalité d'un monde dont on ignore finalement beaucoup, la plume alerte de Philippe Beaussant remettant en place pas mal d'idées reçues :
« Ainsi va L Histoire. C'est une bâtisse édifiée à l'aide de blocs d'images toutes faites que nous nous transmettons, souvent (mais pas toujours) sans penser à mal, mais sans davantage nous demander si elles sont vraies ou si ce sont, elles aussi, des postiches. Et quand bien même nous le saurions, l'image que nous savons inexacte reste parfois plus forte que la vérité que nous n'ignorons pas. "L'Etat, c'est moi", il ne l'a pas dit. "Après moi le déluge", Louis XV non plus. "La Garde meurt mais ne se rend pas", même pas Cambronne. Mais c'est plus fort que si c'était vrai. L'Histoire est toujours à la ressemblance de ce que nous voulons qu'elle soit. »
A la fois micro-biographie ramenée à l'échelle d'une seule journée, précis d'histoire et roman, ce livre se lit avec délectation : la plume est légère et fine, le discours limpide et le sujet passionnant !
Lien : http://descaillouxpleinleven..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Ophelien
  24 août 2013
J'ai trouvé qu'on apprenait beaucoup de choses grâce à ce livre : sur l'époque, sur les moeurs, sur l'intimité du roi, sur la vie à la Cour … Les explications ne sont pas longues mais attirent l'oeil et se lisent rapidement et facilement. le récit n'est pas lassant, on est toujours attiré par le style qu'à l'auteur, qui essaie toujours d'intéresser le lecteur, de l'interpeller. On voit bien comment la vie pouvait être fascinante à cette époque. C'est un très bon résumé de la vie quotidienne du Roi Soleil. J'aurai néanmoins aimé un peu plus d'objectivité de la part de l'auteur mais en même temps c'est ce qui fait la particularité de ce livre : l'auteur parle au lecteur et donne ses impressions en même temps. Un très bon livre, très riche et très intéressant selon moi.
Commenter  J’apprécie          60
Lunabiax
  15 février 2021
Quels rapports entretiennent, chez un seul homme, la personne et la fonction, l'être humain et la couronne ? Où s'arrête l'homme ? Où commence le roi ? Pour comprendre qui a été Louis XIV, et quelle a été sa vie, l'auteur nous propose de suivre une journée du monarque, de son lever à son coucher, dans les moindres détails. le roi, personnage public en constante représentation, n'est autorisé à n'être que cela, roi, et pas homme. Sans répit, et d'une façon extrêmement codifiée, et rigide. Quitte à sacrifier de ce qu'il est.

Ainsi découvre-t-on les principales étapes qui rythment la royale journée, et les nombreux acteurs qui concourent à leur organisation et à leur bon fonctionnement : 7 heures, le petit Lever, 8 heures et demie, le Grand Lever suivi du rituel de la chaise percée, 10 heures, les affaires et la justice, puis la messe, 13 heures, le Dîner, 14 heures, chasse ou danse, 18 heures, des jeux à "l'appartement" ou théâtre, et Souper à 22 heures. Chacun de ces moments est décrit avec précision, et l'historien fait le point sur les particularités de l'époque, les façons de voir les choses, si différentes des nôtres. Il est question du roi, de l'homme et de la fusion des deux ; de son comportement dans une mise en scène permanente – n'oublions pas que Louis XIV était un grand danseur, dont il avait le maintien - ; de son entourage, ses conseillers, ses courtisans, ses valets de chambre, ses maîtresses ; de ses relations avec Molière, qui devait sa connivence avec le souverain à sa charge de "tapissier du roi", c'est-à-dire valet de chambre, un rôle honorifique hérité de son père. Il est question de pouvoir, de représentation, de transmission, de comédie, de danse, et de plaisir, au sens premier du terme – s'il plaît au roi, ce n'est pas parce que cela lui fait plaisir, mais parce que telle est sa volonté. Philippe Beaussant, en historien scrupuleux, nous éclaire ainsi sur les conventions de l'époque que nous ne pouvons juger à l'aune des nôtres, mais aussi sur le sens des mots tels qu'on les entendait au 17ème siècle. Ce récit érudit nous éclaire ainsi non seulement sur le quotidien du Roi Soleil, mais aussi sur une époque dont nous découvrons là de nombreuses subtilités.

Lien : http://usine-a-paroles.fr/le..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
FanatikFanatik   28 février 2013
Tout d'abord on est parfaitement immergé dans le XVIIème, ces contraintes, ces manières d'être et de percevoir le monde, chose qui est véritablement très intéressante. Le concept du livre m'a beaucoup plus, l'on part du réveil du Roi-Soleil pour suivre petit à petit sa journée. A cela s'ajoute de nombreux détails, l'on s'y croirait et de nombreuses questions qui trouvent parfois réponse dans les écrits de l'auteur mais qui en suscite d'autres pour nous même.
Et surtout, les questions ont un vrai sens, au delà du politique, de l'analyse exact de sa vie il y a quelque chose en plus dans ce livre. Je dirais que c'est plus c'est parce que l'auteur à chercher à se placer du point de vue d'une personne du XVIIème. Il cherche à comprendre les réflections de Louis XIV, comme homme, comme roi; comment distinguer ces deux entités ? Sont-elles différentes ou complémentaires ? Louis XIV avait-il deux personnalités ? Cela pourrait continuer longtemps, tant de questions et si peu de réponses pour un roi qui a passé sa vie à jouer la comédie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
FanatikFanatik   28 février 2013
La chasse n'a pas été pour Louis XIV la passion qu'elle fut pour son père. Encore qu'il faille toujours prendre mille précaution lorsqu'on parle de lui, et que sa vie secrète soit toujours plus difficile à évaluer qu'on ne croit. Qu'a-t-il aimé "avec passion" ? Passion, désir se dissimulent toujours (presque toujours...) chez lui sous une carapace qui semble de raison et qui donne le change.
Commenter  J’apprécie          50
cecilitcecilit   01 mars 2017
Dans un instant, nous allons assister à l'incroyable cérémonial du Lever. Incroyable pour nous, bien entendu, tant ce rituel compliqué et tatillon, où chaque pas, chaque geste, chaque objet, chaque présence même, et chaque absence par conséquent, tout est prévu, arrangé, composé, codifié : quelle peut être la signification, quelle est la raison d'être d'une telle liturgie appliquée aux fonctions les plus ordinaires et les plus insignifiantes de la vie ? Est-ce leur insignifiance qu'il s'agit justement, de nier ? Mettre ses pantoufles, se coiffer, se raser : nous faisons cela, nous aussi, chaque matin. Mais d'abord nous ne sommes pas tenus de mettre nos pantoufles avant notre robe de chambre, ou l'inverse ; et si nous avons l'habitude de faire l'un avant l'autre, nous pouvons changer, sans y penser ou en y pensant, un matin. Ensuite nous ne faisons pas cela en public. Nous ne mettons pas notre culotte en public. Nous ne convoquons pas nos amis quand nous nous coiffons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
luocineluocine   17 juillet 2009
Je me sentis comme élever l’esprit et le courage, je me trouvai tout autre, je découvris en moi ce que je ne connaissais pas, et me reprochai avec joie de l’avoir trop longtemps ignoré. Cette première timidité qu’un peu de jugement donne toujours, et qui d’abord me faisait peine, surtout quand il fallait parler quelque temps en public, se dissipa en moins de rien. Il me sembla seulement alors que j’étais roi et né pour l’être . »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
luocineluocine   17 juillet 2009
« Mais n’est-il pas vrai que l’aveuglement des hommes, ceux d’hier, ceux d’avant-hier ? Et s’ils savent peu, il faut qu’ils raisonnent davantage ; qui le leur reprocherait ? Le malheur vient lorsque, raisonnant sur ce peu, on fabrique un monde si raisonnable qu’on le croit vrai, tandis qu’il est imaginaire »
Il ne faut jamais reprocher aux hommes leur ignorance, mais seulement leur obstination à construire des systèmes sur ce qu’ils ne savent pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Philippe Beaussant (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Beaussant
"Le Passé est-il présent ?" par Philippe Beaussant, délégué de l'Académie française Séance de rentrée des cinq Académies 2013, Institut de France
autres livres classés : louis xivVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (187) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2407 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..