AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2364740762
Éditeur : Thierry Magnier (14/04/2012)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Le travail élevé au rang de religion ? Le rire, les larmes et la parole déclarés indésirables ? L'éternelle jeunesse pour seul horizon ? Le rêve comme ultime refuge d'une réalité invivable ? Avec sensibilité et un sens de l'observation implacable, l'auteure de ces récits dénonce les dérives d'une société devenue si pragmatique qu'elle n'est plus capable d'établir une harmonie entre les hommes et le temps. De la science-fiction ? On aimerait pouvoir l'affirmer.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
myriampele
  15 mars 2015
La science fiction n'est pas le genre que je préfère...Mais un ouvrage de Jeanne Benameur ne saurait m'échapper, même si celui-ci s'adresse aux adolescents! Les trois nouvelles écrites ici sont de celles qui font dresser les cheveux sur la tête! Un paradis fictif offert aux travailleurs zélés, à ceux qui n'ouvrent jamais la bouche pour dire ce qu'ils pensent...et les quais de métro aux autres! Une fin de vie passée à rêver pour qu'Hélène continue de vivre avec son mari disparu. Et enfin une éternelle jeunesse proposée aux corps (histoire de peau). Tout cela fort bien écrit mais terrifiant!
Commenter  J’apprécie          110
Gwendo
  05 juin 2013
Trois nouvelles de science-fiction (mais pour combien de temps encore ?) d'une grande sensibilité.
Un société structurée sur le travail dans laquelle le seul mot d'ordre est Travaille Travaillons Travaillez, qui ne laisse plus aucune place à l'individu, à son accomplissement ni aux liens avec ses semblables. Une société aseptisée où le niveau de vie dépend entièrement de l'investissement et la rentabilité au travail et dont les éléments perturbateurs sont rigoureusement exclus, enfermés dans les anciens couloirs de métro où ils sont parqués et tenus au calme par des drogues. Enfin, jusqu'au jour où une voix fredonne...
Un monde dans lequel le rêve est la seule activité reconnue, où chaque détail à son importance pour l'impact qu'il peut avoir sur la qualité et la maîtrise du rêve... Et si on rêvait ?
Enfin, une histoire de peau où il est question d'une jeune artiste qui refuse la nouvelle dictature de beauté qui veut figer le temps et empêcher les corps de vieillir. Une femme fleur qui aime la vie...
Une écriture puissante qui nous embarque pour ces mondes étranges (ou si peu) et nous questionne en profondeur. Si ce recueil est publié en jeunesse, ne vous y trompez pas, nous avons tous à gagner à sa lecture !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PetiteNoisette
  20 juillet 2013
Une histoire de peau est un recueil de trois nouvelles de science-fiction, toutes super intéressantes :
Travaille Travaillons Travaillez : Dans la société du futur, la vie est consacrée au travail. Toute l'énergie y est consacrée. Il ne faut parler que lorsque c'est absolument nécessaire et tout faire pour travailler le plus possible. Ceux qui ne sont pas assez productifs pour "l'entreprise" sont relegués au rang de Miséreux et doivent vivre sur les Quais abandonnés du Métro. E est un élève surdoué. Ses parents, qui ont déjà une très bonne place dans l'entreprise, rêvent de le voir entrer à son tour au plus haut niveau. Mais E est bien plus intelligent que tous et cette vie l'ennuie. Il est capable de tromper la Machine et d'être envoyé sur les Quais avec les Miséreux. Là, il espère découvrir la vraie vie. Une vie où l'on peut converser et dépenser son énergie comme on le souhaite.
Cette nouvelle est vraiment passionante, pleine de suspens. Surtout, elle fait réfléchir. Quel est le sens de la vie ? Travaillons-nous pour vivre ? Ou vivons-nous pour travailler ?
Si on rêvait ? : Dans cette nouvelle, le hommes ne vivent que pour rêver, car c'est là que se passe le plus intéressant de leur existance. Lorsqu'ils sont éveillés, ils mettent tout en condition pour que leur futur rêve soit le plus agréable possible. L'héroïne est une femme d'un certain âge qui a jadis été élue Reine du rêve, championne parmis les champions. Or depuis quelques temps elle n'arrive plus à rêver et cherche donc une nouvelle maison pour être installée différemment. Elle va alors faire une étrange découverte.
Cette nouvelle m'a fait penser à Inception où les personnages confondent la vraie vie et la vie rêvée. C'est une nouvelle encore une fois très sympa à lire et qui fait réfléchir.
Une histoire de peau : Troisième et dernière nouvelle de science-fiction. Cette fois-ci, les hommes ont trouvé une sorte de médicament qui fait qu'après une seule injection on garde pour toujours le visage que l'on a à ce moment là. Bien sûr, la dictature de la jeunesse est de plus en plus forte et pratiquement plus personne ne décide de continuer à vieillir. Excepté l'héroïne, petite-fille de l'inventeur, qui, avec son mari, ne souhaite pas recevoir cette injection et décide de vieillir naturellement. A travers ses photographies, elle montre leur évolution naturelle, qui n'est plus normale pour la majorité des gens. Mais ces photos posent questions et font un peu trop réfléchir...
Cette dernière nouvelle s'attache au dictat des apparences, à la recherche de la jeunesse éternelle. Encore, une fois, elle fait beaucoup réfléchir.

Ce recueil de nouvelles m'a vraiment beaucoup plu. J'ai découvert Jeanne Benameur dans un registre que je ne lui connaissais pas et qui lui va très bien ! J'aimerai en lire plus !!

Lien : http://blogonoisettes.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lilicrapota
  03 août 2017
Jeanne Benameur, décidément, il y a à prendre et à laisser : plus ça va et plus je trouve que ses écrits sont inconstants, de l'incroyable génie de "profanes" au pas terrible "pas assez pour faire une femme". Je commence à en avoir lu pas mal et les 3 nouvelles qu'elle présente dans "une histoire de peau", eh bien je me demande si c'est une commande, si c'est un essai, bref, qu'est-ce que ça vient faire là. d'abord parce qu'elle se frotte à un genre qui ne lui convient pas, la science fiction. Jeanne Benameur, elle a juste du génie pour s'imprégner et fixer les émotions et les sentiments des êtres, en écrire le déroulé et l'achevé. Ecrire sur le siècle prochain, même si elle choisit pour le coup des thèmes qu'elle a déjà abordés dans d'autres oeuvres, l'éternelle jeunesse, le travail valorisé à l'excès, le rêve... ne convient pas (à mon sens!!!) à son style et à sa façon profonde d'aborder l'écriture. Ces nouvelles, pour être honnête, je pense que si elles n'avaient pas été signées, jamais elles n'auraient été publiées ;-) Ce n'est pas que c'est mauvais, hein, c'est que ce n'est pas suffisant. Enfin je crois. C'est inabouti et facile. Je suis dure!!!! Mais c'est que je voue une admiration sans borne à cette auteure et à chaque fois que j'ouvre un de ses livres, j'ai une telle attente!!!!:-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
Ricochet   04 septembre 2012
Toute une réflexion sur les relations humaines et le sens de la vie dans ce recueil de nouvelles, qui fait appel à la science-fiction pour éclairer d'une autre façon les débats de notre époque.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
GwendoGwendo   05 juin 2013
Quand ils eurent raconté à tous ce qu'ils avaient vu sur l'écran, des exclamations fusèrent, des soupirs. Il n'y avait donc rien à espérer décidément d'un tel monde.

Le vieil homme se fit l'interprète de tous en déclarant :

_ Que tout soit détruit ! Nous n'avons rien à garder.

_ Nous reconstruirons tout de nos mains, ajouta E.

Son père s'approcha de lui. Il murmura :

_ Je ne savais pas, E. Tout ce que je voulais, c'était emmener ta mère un jour au Lieu d'Exception et qu'on y soit enfin heureux... Je ne savais pas...

E demeura silencieux un moment puis il répondit, en se tournant vers Ilona :

_ Ce monde était déjà mort. C'est maintenant que nous pouvons vivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
KawaneKawane   18 décembre 2015
Toutes les Misères étaient concentrés dans ce qu'autrefois on appelait le "métro", un antique moyen de circulation qui reliait les différents quartiers de la cité.
Commenter  J’apprécie          50
myriampelemyriampele   15 mars 2015
- Eh bien d'accord, nous sommes ridicules et démodés! Mais qu'est-ce que ça peut bien vous faire? C'est notre peau, non?
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Jeanne Benameur (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jeanne Benameur
CEUX QUI PARTENT | ?J'ai eu envie dans ce texte de m'approcher au plus près de ce qui doit basculer chez un être humain quand il doit quitter tous ses repères .? Jeanne Benameur
? Paru le le 21 août #RL2019 #RentréeLittéraire Également disponible en livre numérique https://rentree.actes-sud.fr/#Benameur
autres livres classés : jeunesse éternelleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

des filles et des garçons

Dans "Pour Samia",quelle est la promesse que le père de Samia a faite à son oncle lors du séjour en Algérie?

Il a promis d'envoyer de l'argent pour son cousin
Il a promis de marier sa fille au cousin de sa femme
Il a promis de marier sa fille à un vieux cousin

5 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : Des filles et des garçons de Jeanne BenameurCréer un quiz sur ce livre