AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782874230752
188 pages
Mijade (29/09/2011)
3.75/5   144 notes
Résumé :
Sophie s'apprête à faire son premier baby-sitting. Quelle surprise lorsqu'elle découvre que c'est une grand-mère et non une jeune maman qui a posé l'annonce. A partir de ce moment, rien ne se passe comme prévu, et la vie de Sophie va en être bouleversée.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (50) Voir plus Ajouter une critique
3,75

sur 144 notes

Ancolie
  23 octobre 2012
Quel joli petit roman. Sophie, quatorze ans, répond à une demande de baby-sitting qui se révèle surprenante : Mouche qui n'a plus que quelques semaines à vivre lui demande de s'occuper en sa présence de ses petits-enfants. Les semaines passent et Sophie ne voit toujours pas l'ombre d'un enfant…
Si cette histoire permet d'aborder des thèmes comme la mort, le deuil et la famille, il donne aussi l'occasion de s'interroger sur la vérité et l'utilité (ou non) des mensonges. Mouche met un point d'honneur à terminer sa vie sur des notes de franchise et Sophie s'en imprègne : « Ne pas mentir est-il possible ? Sans le mensonge, j'aurais déjà eu pas mal de problèmes en plus ».
Ce que j'ai le plus apprécié est le portrait de Mouche, cette dame âgée qui a vécu libre, qui a profité de la montée du féminisme pour savourer chaque instant et ne pas s'enfermer dans une vie de couple anesthésiante.
Sophie aussi sonne très juste. Très adolescente par moment, on sent tout de même la jeune femme qui grandit en elle. Sa rencontre avec Mouche lui ouvre les yeux sur ce qu'est la mort mais aussi l'amour et le pardon.
L'écriture fine et belle renforce ce sentiment d'histoire à la fois légère - car si proche de la vie quotidienne - et profonde par les réflexions qui s'en dégagent. J'ai passé un très bon moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          592
calypso
  03 janvier 2021
J'imagine que vous avez, vous aussi, des romans qui se trouvent dans votre bibliothèque depuis tant d'années que vous n'y prêtez même plus attention. J'en ai un certain nombre et je vais essayer de me tourner régulièrement vers ces « oubliés » cette année. J'ai notamment à disposition un certain nombre de romans jeunesse assez courts qu'il me sera sans doute agréable de lire entre deux pavés. Bref, c'est avec cette idée en tête que j'ai pris sur une de mes étagères Premier chagrin d'Eva Kavian et cela a été une belle surprise. Ce roman qui ne payait pas de mine est en réalité un beau récit mêlant les générations : Sophie, la narratrice, est une adolescente de quatorze ans qui, alors qu'elle cherche à obtenir une place de baby-sitter sans avoir la moindre expérience dans ce domaine, fait la rencontre de Mouche, une vieille dame. Celle-ci a besoin d'elle pour s'occuper de ses petits-enfants lors de leurs visites. Mais, surtout, il s'avère que Mouche est malade et va mourir. Sophie, dont le père vit en Suisse et qui a des relations parfois compliquées avec sa mère, accepte d'aider la vieille dame et, déjà, les premiers échanges et les premiers jours passés ensemble sont un enrichissement… mais également une source d'interrogations car le temps file et aucun membre de la famille ne semble décider à pointer le bout de son nez. Eva Kavian réussit le pari d'offrir un roman extrêmement émouvant sans être une seule seconde larmoyant. Il y a de la légèreté dans ce roman, beaucoup, n'oublions pas qu'il s'agit d'un roman jeunesse, mais aussi un terreau propice à une réflexion très sérieuse sur les rapports familiaux, les erreurs passées, la capacité à oublier et pardonner, problématiques dans lesquelles Mouche et Sophie se retrouvent et se reflètent, miroirs intergénérationnels que le hasard a mis face à face. Tandis que Mouche s'éteint, Sophie grandit. Il y est, forcément, énormément question de la fin de vie, des derniers jours solitaires, des mains tenues et de la mort dans sa dimension la plus matérielle. Une belle réussite !

Lien : http://aperto-libro.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          463
Moan
  24 septembre 2012
Sophie vit seule avec sa mère depuis que son père est parti refaire sa vie en Suisse. Elle a quatorze ans et pour se payer un stage, décide de répondre à une petite annonce pour faire du baby-sitting. En fait son travail ne sera pas exactement ce qu'elle attendait puisqu'elle se retrouve chez une mamie qui lui demande quelque chose de particulier, ce qui lui posera beaucoup de questions et la fera grandir.
Histoire sympathique qui aborde des sujets importants.
Commenter  J’apprécie          420
Lali
  14 septembre 2012
J'aime tout ce que l'écrivaine belge Eva Kavian écrit. Tout. Je ne m'en cache pas. C'est donc d'avance conquise que j'ai entamé la lecture de son plus récent roman jeunesse intitulé Premier chagrin. Et encore plus conquise que dès le premier chapitre derrière moi. Parce qu'il s'agit d'une des histoires les plus émouvantes qu'il m'ait été donné de lire. Parce qu'Eva Kavian sait doser les émotions, autant pour ses personnages que pour nous. Si bien que dès que nous comprenons que la tâche de Sophie sera bien différente de celle qu'elle avait en tête nous serons aussi bouleversés qu'elle.
Sophie ne va pas garder des enfants, ce qui était prévu au départ, mais préparer les derniers jours d'une vieille dame qui sait ses jours comptés et qui voudrait voir réunis autour d'elle les siens alors qu'ils ne la visitent plus, alors qu'elle n'a plus de lien avec ses petits-enfants.
Mais il y a Sophie. Une Sophie qui vit des émotions fortes, une Sophie qui s'est profondément attachée à Mouche même si celle-ci a volontairement choisi quelqu'un d'extérieur à sa vie pour l'accompagner dans ses préparatifs, le tri de ses lettres, les objets à donner, quelqu'un qui ne sait d'elle que ce qu'elle voudra lui dire.
Mais Sophie est incapable de se contenter de demi-vérités et surtout, elle a bien l'intention de réaliser le dernier souhait de Mouche. À sa manière. Sans lui dire. Parce que Mouche n'est plus étrangère. Parce que cette expérience l'a changée, parce que Sophie ne laisse jamais tomber ses projets en cours de route.
Premier chagrin est un roman touchant, sensible, qui pose beaucoup de questions, notamment sur les soins palliatifs, sur le choix de ce qu'on veut faire de ses derniers jours si on a la chance de les préparer, sur la mort elle-même. Un grand roman destiné aux adolescents, mais que bien des adultes devraient le lire.
Lien : http://lalitoutsimplement.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
argali
  16 août 2012
Un magnifique roman qui évoque, sans lourdeur, la maladie et la mort. A travers la relation touchante de Sophie et Mouche, l'auteur nous entraine dans une réflexion rarement abordée en romans jeunesse. Avec franchise, elles parlent de la maladie qui affaiblit celui qui en est atteint et effraie ses proches ; de la mort qui arrive sans prévenir ou qui se fait attendre ; de la vie qu'on voudrait voir se prolonger encore un peu ; des liens familiaux qui parfois se distendent…
L'émotion est bien présente mais pas larmoyante. On a le coeur qui serre mais l'humour et le caractère bien trempé des personnages sont là pour alléger la tristesse, rendre la mort plus acceptable. En parler est nécessaire pour y faire face mais les adultes n'ont pas toujours les mots. Ce roman est donc précieux, en plus d'être beau.
Commenter  J’apprécie          260


critiques presse (1)
Ricochet   12 janvier 2012
Un magnifique petit roman pour évoquer – sans voyeurisme ni fausse pudeur – la maladie dévastatrice, la déchéance physique et l’attente de la mort. L’auteure traite ici les plus jeunes avec le respect et la confiance qu’ils méritent en rappelant, à travers la voix de Mouche, que « les enfants comprennent beaucoup de choses quand on leur dit la vérité ».
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
AncolieAncolie   24 octobre 2012
C’était une autre époque, Sophie. On sortait d’une prison d’idées, on sortait de la toute-puissance des hommes, nous, les femmes, nous devenions des êtres humains. La règle devenait l’absence de règle ; beaucoup d’entre nous, et j’en étais, ont vécu ces années comme on se jetterait sur un buffet de gâteaux après trois jours sans manger. Ni les femmes ni les hommes ni les familles sont sorties indemnes de cette révolution, c’est peut-être ta génération qui construira un meilleur équilibre, entre le besoin d’être libre et celui de construire à deux. Mais j’ai eu une belle vie, ça oui. Pas parce que j’ai aimé beaucoup d’hommes, mais parce que je ne me suis pas enfermée dans des désirs et des règles qui ne me correspondaient pas. Après ces années sans lois et cette loi que devenait la liberté à tout prix, j’ai cherché qui j’étais, moi. Ce parcours, tu devras le faire aussi, Sophie, ce n’est pas une question d’époques, c’est notre chemin d’humain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
MoanMoan   24 septembre 2012
- Apprends à pardonner, Sophie, ta vie sera plus douce. Aimer quelqu'un , c'est aussi accepter d'avoir besoin de lui.
Commenter  J’apprécie          551
LowraLowra   07 novembre 2012
- Avant, quand je pensais à ma mort, je me disais que je me ferais incinérer et que je demanderais que l'on disperse mes cendres dans mon jardin.
- Dans le potager ?
- Par exemple. C'est un endroit où je me suis toujours sentie bien. Comment en accord avec tout l'univers.
- Si un de mes grand-parents faisait disperser ses cendres dans son potager, cela ne me réconcilierait pas avec les légumes.
- Je n'avais pas pensé à ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
AncolieAncolie   23 octobre 2012
-Je n'ai jamais aimé à moitié. Il n'y a pas de petit et de grand amour, selon moi. Il y a l'amour ou pas l'amour. Il y a les histoires courtes ou celles qui durent, mais ce sont toutes des histoires d'amour.
Commenter  J’apprécie          190
orbeorbe   17 avril 2013
En dehors du fait qu'elle allait mourir, je me disais que j'aimerais devenir quelqu'un comme elle quand je seais adulte tellement elle avait l'air d'être en paix et pas bourrée de complexes et de contradictions comme moi.
Commenter  J’apprécie          160

Videos de Eva Kavian (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eva Kavian
Morgane 14 ans a lu Tu es si belle d'Eva Kavian, paru chez Oskar éditeur. Elle en parle dans ce nouveau SpeedBook. ------------------------------------------ Abonnez-vous à notre chaîne Youtube : https://tinyurl.com/ya2scuvg
autres livres classés : cancerVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Ma mère à l'ouest

pourquoi Samantha doit elle quitter sa mère?

Elle part en voyage
elle a des problèmes mentaux
elle vient de décéder

8 questions
16 lecteurs ont répondu
Thème : Ma mère à l'Ouest de Eva KavianCréer un quiz sur ce livre