AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782723492874
152 pages
Éditeur : Glénat (28/08/2013)

Note moyenne : 4.01/5 (sur 36 notes)
Résumé :
Une célébration des plaisirs du vin...

Fred Bernard a comme qui dirait le vin dans le sang. Né peu avant les vendanges en Bourgogne, il a grandi au milieu des cartons et des caisses de grands crus: ses terrains de jeux préférés étaient les caves de son grand-père et de son arrière-grand-père, tous deux vignerons. Sans cesse on lui répétait: "Quand tu seras grand, tu feras du vin". Las, il a choisi une carrière d auteur ; mais le plaisir du vin, lui, e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  28 septembre 2014
Qui dit septembre dit vendanges...
Rien de telle qu'une bonne initiation, les pieds dans les ceps, la tête dans le fût (et à l'envers), les yeux qui pétillent et le palais soumis à nouvelles expériences gustatives. L'on prend alors la route vers la Bourgogne, haut-lieu éminemment connu pour ses vignes, plus précisément à Savigny-lès-Beaune là où a grandi Frédéric Bernard. On peut donc dire qu'il est tombé dans cette potion magique dès l'enfance. Arrière petit-fils et petit-fils de vigneron, en tant qu'aîné de la fratrie, il se devait de faire du crémant à son tour. Mais après avoir fait des études en biologie pour devenir vétérinaire, il s'est dirigé vers les Beaux-Arts. Cette idée de faire un livre sur son grand-père, sa passion pour le vin, mais aussi sur cette belle région qu'il affectionne et vers laquelle il vient se ressourcer, lui tenait à coeur depuis des années. Voilà comment sont apparues ces Chroniques de la vigne... L'on se balade dans les rues, l'on gambade dans la forêt, l'on découvre la nature, l'on se passionne pour toutes ces anecdotes racontées un verre à la main ou l'on admire ces vignes. L'auteur met en scène son grand-père de 90 ans et 40000 bouteilles au compteur. C'est dire le bonhomme... On ne se lasse pas de ces petites histoires narrées avec passion, nostalgie parfois, mais toujours dans la bonne humeur et un brin d'humour. Ce récit regorge de tendresse et d'humanisme tant les personnages sont touchants. La chaleur du coup de crayon et un dessin à l'aquarelle juste croqué renforce cette impression de douceur, d'amour et de respect que se portent les deux hommes mais aussi qu'ils éprouvent envers cette terre.
Chroniques de la vigne...à déguster avec un bon p'tit rouge...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
alouett
  12 septembre 2013
Fred Bernard nourrissait depuis 18 ans ce projet d'album sur le vin. Idéalement, il souhaitait que Bernard Richard, son grand-père maternel, y soit associé mais il se heurtait au refus de ce dernier :
Bah ! Oublie ça ! le vin, ça se lit pas, ça se boit ! Tu veux raconter quoi ?! Tout a été dit. Et puis le vin c'est devenu snob !
Le grand-père, Bernard Richard, est aujourd'hui âgé de 90 ans. Ce vigneron bourguignon est propriétaire de vignes situées sur la commune de Savigny-les-Beaune non loin de domaines aussi réputés que Meursault, Nuits-Saint-Georges… et Savigny est située, comme 36 autres communes viticoles, sur la route des Grands Crus de Bourgogne.
L'auteur a grandi et vécu en terres bourguignonnes. le vin est une histoire de famille. Les cépages et les caves ont été un terrain de jeu idéal lorsqu'il était enfant. Jeune adulte, il a ressenti le besoin vital de s'extraire de cet univers natal et de voyager à travers le monde.
« Jeanne, mon héroïne fétiche, possède des vignes à Savigny et voyage. La mère d'Ursula, dans un de mes autres livres, a également des vignes à Morey-Saint-Denis (…). J'ai toujours écrit à partir de choses que je connaissais, celles que j'ai fui et abandonné et celles qui m'ont attiré. A 18 ans, je vendais des aquarelles des vignes et des cabottes alentour aux touristes pour financer mes voyages… J'ai toujours voulu écrire un livre avec mon grand-père sur le vin, et j'ai failli le faire il y a 15 ans aux éditions du Seuil, quand il avait alors seulement 75 ans. Mon éditeur était d'accord mais pas mon grand-père qui considérait qu'il y avait trop de livres sur le vin. Je m'étais dit que je finirais par l'avoir à l'usure ! » (extrait d'une interview de Fred Bernard réalisée à l'occasion de la sortie de cet album).
Bien que l'idée de cet ouvrage lui tenait à coeur, il s'est toujours heurté à l'obstination de son grand-père. Et les années qui passent ne sont pas parvenues à pondérer l'entêtement de ce dernier à l'égard des sollicitations de son petit-fils… Il y fait la sourde oreille, quitte à débrancher son sonotone. Fred Bernard s'est donc résolu à écrire seul ce livre et si son projet perdait en rondeurs, il n'en était pas pour autant dépourvu de sens. Il s'est contenté de solliciter son grand-père pour avoir quelques précisions quant aux anecdotes présentes dans Chroniques de la vigne…
Ce livre voit donc le jour en août 2013. Entre temps, et comme le souligne si bien Fred Bernard, les lecteurs ont eu le plaisir de découvrir Les Ignorants ou Les gouttes de Dieu, deux titres qui profitent de critiques élogieuses sur la toile.
Qu'apportent effectivement ces Chroniques de la Vigne à la bibliographie existante ? de la fraîcheur, un regard d'esthète et de passionné sur cet univers finalement peu connu. Cet ouvrage prend la forme d'un recueil de courtes nouvelles, allant de l'anecdote humoristique à des souvenirs plus anciens (seconde guerre mondiale, occupation allemande, courte biographie d'un aïeul, périodes des vendanges…).
-
Passé et présent cohabitent au coeur de ses pages sans qu'il y ait de méthodologie particulière à leur répartition. Un événement anodin du quotidien est souvent employé comme un prétexte et permet à l'aïeul de se remémorer un souvenir, qu'il soit heureux ou douloureux. Finalement, le lecteur constate avec plaisir que ce grand-père s'est investi plus que de raison dans la réalisation de cet album, mû par un souci de précision ou se laissant tout simplement aller au gré de la conversation. Fred Bernard n'utilise aucun artifice, aucune fioriture pour déplier les scénettes qu'il a choisies pour cet album. Il semble les retranscrire telles qu'elles viennent à son esprit, il les alimentent parfois d'une réflexion plus personnelle (très souvent formulée sur un ton amusé). Chaque propos nous permet de ressentir l'amour démesuré (et la fierté) de l'auteur pour la vigne/le vin.
On navigue au coeur d'une chronique chronique familiale. Avec la complicité de son grand-père, Fred Bernard partage son regard sur le monde viticole ; il sera question de l'inscription d'une famille (plusieurs des générations) dans un tissu local rural, d'une culture du vin et d'un amour particulier pour la vigne, des conditions de vie des vignerons durant les dernières décennies, de l'évolution de leur métier (avec notamment l'arrivée des engins agricoles)… J'ai eu quelques moments (rares) durant lesquels je n'ai pas su me situer. Il s'agit de passages plus intimes (la présence des photos d'enfance, quelques confidences du grand-père) durant lesquels j'étais partagée entre la gêne et la satisfaction de découvrir ces instants.
(...)
Lien : http://chezmo.wordpress.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
blandine5674
  11 janvier 2016
Distribution de bonheur avec cette chronique graphique, où l'auteur, ayant fait l'école des beaux-arts et beaucoup voyagé, prend un grand plaisir à revenir à Savigny-lès-Beaune. Il rend hommage à son grand-père de 90 ans et à ses 40 000 bouteilles qu'il a bu (quoi ! comme il dit : même pas 2 bouteilles par jour !), ainsi qu'à sa vigne et à la Bourgogne. Respect, tendresse, admiration, contemplation, souvenirs, humour, au programme de cet échange entre deux générations. Des dessins simples aux belles couleurs pastel. Instructif et humain. Découvert grâce à la critique de fannyvincent
Commenter  J’apprécie          120
beklf
  03 mai 2018
Les BD de fiction de Fred Bernard ne m'ont jamais déçu et certaines d'entre elles sont à mes yeux parmi ce qu'on trouve de mieux en BD française (aahh... les aventures de Jeanne Picquigny). Il s'en dégage toujours une vitalité, un souffle, une poésie, et on ressent souvent son amour pour ses personnages. Logiquement, en s'attaquant à une histoire (auto)biographique centrée sur son grand-père et son rapport au vin, à sa région, à la famille, on ne pouvait attendre que la même chose en encore plus touchant. le pari est réussi, le regard est tendre, gourmand, et le propos savoureux, intéressant et amusant. On apprend une multitude de choses sur la viticulture, la Bourgogne, les relations grand-père/petit-fils et même les amateurs japonais de vins de Bourgogne. le grand-père est haut en couleurs, avec du caractère, des fulgurances philosophiques sur le sens de la vie et de la vigne. le dessin de Fred Bernard est toujours aussi agréable, et les paysages de vignes de différents crus qu'il propose sur des pages entières sont très chouettes.
Et si vous ne l'avez pas encore lu et que vous voulez à nouveau vous régaler avec une BD sur le vin, dégustez les Ignorants de Etienne Davodeau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
fannyvincent
  16 novembre 2015
Ayant grandi à Savigny-lès-Beaune, au beau milieu des vignobles de Bourgogne donc, et issu d'une famille de vignerons, l'auteur livre ici une véritable ode au vin, au plaisir de sa dégustation. Mais il accorde aussi une place centrale à son propre grand-père, un sacre gaillard plein de gouaille, qui, selon ses comptes, a bu 40 000 bouteilles dans sa vie (soit en 80 ans, même pas deux bouteilles par jour, précise-t-il). Les anecdotes sont tantôt tristes (certaines des histoires du grand-père remontent a l'occupation), d'autres plus légères, joyeuses. Mais transparaît de ces pages, illustrées d'aquarelles, le plaisir du vin, transmis de génération en génération...et croyez-moi, une fois ce roman terminé, on a qu'une seule envie : aller déboucher une bonne bouteille !
Commenter  J’apprécie          83


critiques presse (3)
ActuaBD   13 novembre 2013
S’il n’est certes pas le plus intéressant des ouvrages de Fred Bernard du point de vue du dessin ou de la narration, le livre parle avec sincérité et générosité des choses de la vie, du lien familial, de l’ivresse ou de l’amour.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BoDoi   17 octobre 2013
Voilà un excellent cru de bande dessinée, à déguster sans modération.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   17 septembre 2013
Des brèves de comptoir à quelques réflexions plus philosophiques, ce sont des instants de partage qui sont offerts, chacun puisant son bonheur là où il le souhaite. Un livre simple, généreux et terriblement humain.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
blandine5674blandine5674   11 janvier 2016
Partout les rangs mettent en valeur les reliefs, dessinent des courbes, animent les replats. Elles habillent les panoramas, c’est de la haute couture ! Cela me fait aussi penser à des lignes d’écriture, des paragraphes, des pavés de texte. Le reste autour, la forêt, les friches, les architectures, les illustrent. Et le tout raconte l’histoire du pays.
Commenter  J’apprécie          70
marina53marina53   28 septembre 2014
Mon grand-père dit que "le snobisme, c'est la classe des cons".
Commenter  J’apprécie          430
alouettalouett   12 septembre 2013
Tu vois, si on irrigue des vignes, les racines n’iront pas plus loin, elles trouveront ce qu’elles cherchent en surface, à savoir de l’eau. En revanche, moins elle trouve, plus elle creuse. Elle est comme ça, la vigne : opiniâtre, courageuse et résistante ! Et plus les racines plongent dans le sol, plus elle risque de traverser des strates différentes en minéraux et intéressantes pour le vin. Et hop ! Elle remonte tout ça dans le fruit… C’est ça le terroir ! Une vigne, c’est un lion chasseur qui se dépense sans compter pour se nourrir ! Une vigne irriguée, c’est un gros chat en cage qui s’empâte !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
fannyvincentfannyvincent   15 novembre 2015
Tout le monde disait que de Funès était une tête de lard. Eh bien, ce jour-là, il était adorable et n'arrêtait pas de faire le zouave pendant que Bourvil faisait la gueule...peut-être l'effet du Meursault ? Je plaisante...
Commenter  J’apprécie          50
lectureenfantparentlectureenfantparent   17 mai 2019
Les gosses tombaient comme des mouches. J’avais dix ans quand ma mère est morte à trente ans parce qu’on ne savait pas la soigner. Et le vin était souvent médiocre.

Les étés pourris, il était carrément bon pour les sauces. Et on attendait l’année suivante. On ne savait pas traficoter, à part en ajoutant du sucre. Et on n’a jamais eu droit aux assemblages comme à Bordeaux. A l’époque et pendant longtemps, les vignerons bourguignons étaient de pauvres hères qui vendaient leur raisin aux négociants qui faisaient et vendaient le vin.

Il a fallu attendre les années 60-70 pour voir les viticulteurs commencer à vignifier et à vendre leurs propres bouteilles avec leur nom dessus ! Et les prix s’envoler ! Le début de la fête !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Fred Bernard (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fred Bernard
Le dessinateur publie avec Fred Bernard une très belle version dessinée de King-Kong, Il explique ici comment il a dessiné ce grand sing mythique. 
Plus d'informations sur la BD :  Plus de leçons de dessin : https://www.youtube.com/playlist?list=PL43OynbWaTMLSUzMpmqwuKcJNbTeC5GhD Plus de BD : https://www.franceinter.fr/theme/bande-dessinee
autres livres classés : bourgogneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'homme bonsai

Où l'arbre a-t-il été trouvé?

sur un bateau
sur une plage
sur une île

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : L'Homme Bonsaï de Fred BernardCréer un quiz sur ce livre

.. ..