AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791021002746
Éditeur : Tallandier (05/09/2013)

Note moyenne : 4.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Le 22 juin 1941, l'Allemagne nazie lance contre l'URSS la plus grande armada jamais réunie jusqu'alors. Cette "guerre d'extermination" du "judéo-bolchevisme" et pour la conquête de "l'espace vital" tournera à la catastrophe. Repoussée jusqu'à Leningrad, Moscou et Stalingrad, l'Armée rouge se redresse, brise l'envahisseur, et déferle bientôt sur l'empire nazi, jusqu'aux rues défoncées de Varsovie, Budapest et Berlin. Ayant confronté deux féroces tyrannies à une époqu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Arakasi
  01 octobre 2013
« Elle aime, elle aime le sang, la terre russe » déclamait la poète Anna Akhmatova. Une bien lugubre citation, mais tristement justifiée car, si une terre fut arrosée de sang jusqu'à la nausée, ce fut bien celle de la Russie lors du conflit de sinistre mémoire qui l'opposa à l'Allemagne nazie de 1941 à 1945.
Affrontements colossaux, exterminations de masse, pertes humaines et matérielles vertigineuses, marches forcées sur des milliers de kilomètres, gigantisme meurtrier des paysages, températures à faire regretter l'ère glaciaire, etc. Ce qui frappe d'entrée avec la guerre germano-soviétique, c'est sa démesure. Ici, foin de demi-mesures ou de modération ! Les hommes tombent comme des mouches, les chars sont fauchés par bataillons entiers, les villes rasées jusqu'aux fondations en l'espace de quelques semaines ! A la lecture de certains chiffres, on croirait presque rêver tant ceux-ci nous semblent sortis du cerveau sous-acide d'un comptable mégalomane. On ose à peine y croire et pourtant tout est vrai. Terribles temps, en vérité, où la vie humaine valait si peu de chose que l'on pouvait la sacrifier avec plus de désinvolture que l'on en mettrait à se gratter le nez...
La principale force de l'imposant ouvrage de Nicolas Bernard est d'avoir réussi à rendre compte de cette monstrueuse extravagance en cernant le conflit de la façon la plus complète possible (dans la mesure, bien entendu, où l'on peut conter cinq ans de guerre en « seulement » 600 pages et quelques). Si les manoeuvres militaires et le déroulement stratégique de la guerre ont la part belle, comme dans tous ouvrages de ce genre, l'auteur n'hésite pas à consacrer de larges tranches de son livre aux autres aspects du conflit : économique, diplomatique, social, politique, culturel, mémoriel et j'en passe – un tour d'horizon un peu épuisant et franchement déprimant par moment, mais très complet et d'une grande clarté. Personnellement, j'ai particulièrement apprécié les chapitres détaillant les causes de la guerre, puis ses multiples conséquences, ainsi que ceux consacrés à l'analyse comparée des deux systèmes totalitaires en présence.
C'est d'ailleurs dans cette analyse que réside, à mon sens, le deuxième gros point fort de « La guerre germano-soviétique ». Tout au long de son ouvrage, Nicolas Bernard s'est attaché à dresser deux portraits très bien ficelés de l'Allemagne nazie et de l'Union Soviétique. Sans nier les nombreux points communs et la barbarie des deux régimes, il a l'intelligence de mettre en avant leurs particularités respectives et évite ainsi de tomber dans le piège de l'équivalence qui reviendrait à les banaliser tous les deux. A l'issu de son ouvrage, on comprend fort bien le calcul de Churchill et Roosevelt, deux hommes à l'intelligence politique aigue, qui prirent la difficile décision de s'allier à « l'ogre rouge » contre l'horreur hitlérienne. Entre le loup qui se ronge les pattes et celui qui dévore ses voisins, il faut parfois choisir le moindre mal…
En conclusion, « La guerre germano-soviétique » s'avère une synthèse certes assez massive d'aspect, mais également exhaustive, nuancée et surtout tout à fait accessible pour les amateurs d'Histoire ne possédant qu'une connaissance modérée du sujet (des gens comme ma pomme, quoi). Quant aux 150 pages supplémentaires de notes et de bibliographie qui concluent l'ouvrage, les courageux pourront s'y atteler, mais je doute que quiconque vous tienne rigueur si vous décidez sagement de les esquiver – il sera toujours temps d'y revenir plus tard !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
ArakasiArakasi   17 septembre 2013
« Qu'est-ce que Staline n'a pas été capable d'accomplir en vingt ans et que Hitler a réussi en une année à peine ? Nous faire commencer à apprécier le régime soviétique. »

(Plaisanterie ukrainienne, 1942)
Commenter  J’apprécie          120
ArakasiArakasi   27 septembre 2013
« L’Histoire, ou plus exactement l’Histoire que nous remuons, est une cuvette bouchée. Nous tirons la chasse mais la merde continue à monter. »

(Günter Grass, 2002)
Commenter  J’apprécie          90
ArakasiArakasi   28 septembre 2013
Plaisanterie allemande : « Que feras-tu après la guerre ? - Je ferai le tour de l'Allemagne à vélo. - Et l'après-midi? »

(1945)
Commenter  J’apprécie          90
Lire un extrait
Videos de Nicolas Bernard (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Bernard
La guerre du Pacifique : 1941-1945 de Nicolas Bernard aux éditions Tallandier 1943. Moins de deux ans après Pearl Harbor, le "Grand Japon" est aux abois. Ses armées se sont implantées au coeur de la Chine, contrôlent l'Asie du Sud-Est, campent aux portes de l'Inde, verrouillent les îles du Pacifique. Mais les Alliés viennent de briser leur avance, et entament une vaste contre-offensive qui s'achèvera par l'horreur nucléaire d'Hiroshima et de Nagasaki et la capitulation. Au fil d'un récit plein de bruit et de fureur, Nicolas Bernard retrace la course folle d'un Empire vers sa chute. En ressort également la dimension herculéenne de la reconquête alliée, combinaison d'odyssées militaires à travers l'immensité de l'Asie et sur le plus grand océan du monde. La chute du Japon fait ressortir l'ambiguïté d'une croisade minée par des ambitions rivales : les Etats-Unis, dont l'idéalisme se confond avec la volonté de puissance, affichent leur intention de refaçonner le continent asiatique, alors que la Grande-Bretagne, la France et les Pays-Bas cherchent à récupérer leurs colonies... lesquelles ne l'entendent pas de cette oreille ! le tableau ne serait pas complet s'il omettait la Chine, théâtre méconnu, territoire dévasté, peuple martyrisé. Puisant à de nombreuses sources, notamment correspondances et journaux intimes, cette fresque dépeint une époque où la méconnaissance de l'autre conduit aux plus graves erreurs de calcul - et aux pires atrocités.
http://www.lagriffenoire.com/56131-romans-la-guerre-du-pacifique-1941-1945.html
Vous pouvez commander La guerre du Pacifique sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : soviétismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1082 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre