AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2864249251
Éditeur : Métailié (02/05/2013)

Note moyenne : 3.32/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Pourquoi un détenu, petit délinquant apparemment sans histoire, est-il libéré dans des conditions particulièrement sanglantes par un commando mafieux ? La commissaire d’une unité d’élite, Elena Rinaldi, se lance à ses trousses, assistée de mauvaise grâce par l’inspecteur Ferraro, un de ses ex. Avec l’aide de Lanza, hurluberlu génial de l’Agence européenne, ils découvrent qu’ils pourchassent en réalité un tueur redoutable, échappé des brûlantes brousses d’Afrique et ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
encoredunoir
  17 octobre 2014
Haile, immigré érythréen et petit délinquant est libéré de prison par un commando jusqu'aux dents. Problème : si les gardiens qui accompagnaient Hailé dans un fourgon cellulaire en direction de l'hôpital sont restés sur le carreau, c'est aussi le cas de plusieurs des attaquants qui ont apparemment été mis hors d'état de nuire par celui-là même qu'ils venaient libérer ou par un autre complice. Dès lors se pose la question de savoir qui est ce tueur méthodique et entraîné qui se dissimulait sous l'apparence du simple petit criminel. C'est là le travail de la commissaire Rinaldi et de l'inspecteur Ferraro qui vont traquer l'évadé des rues de Milan jusqu'au sud de la Botte.
En suivant le parcours de ce tueur, du désert érythréen à l'Italie en passant par la Libye et, parallèlement, celui des policiers qui le poursuivent, Gianni Biondillo, comme il l'a lui-même expliqué lors du festival Toulouse Polars du Sud, dresse un portrait sans fard des filières de l'immigration et de la mafia qui les gère mais aussi une sorte d'anti-guide touristique de l'Italie. Une trame qui pour autant ne prend jamais le pas sur l'étude des personnages et de leurs relations complexes car, bien entendu, derrière tout cela, au coeur de tout cela, il y des hommes et des femmes avec des motivations diverses, voire divergentes, y compris du côté des enquêteurs.
Cela donne en fin de compte un road-trip assez décalé servi par une écriture alerte au service d'un récit particulièrement bien construit. Et si la résolution d'une partie des affaires que l'on suit en parallèle par le truchement d'un étrange policier tenant du génie un peu fou peut apparaître un peu trop artificielle ou tirée par les cheveux, il n'en demeure pas moins que même une fois la lecture terminée, le roman continue de faire son chemin dans l'esprit du lecteur. Bref, un roman qui divertit tout en donnant à penser. Un bon livre.

Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
Bazart
  21 octobre 2013
J'avais entendu parler de Gianni Biondillo, maître du roman noir italien, en maintes occasions, et notamment lors du Festival Quai du Polar de 2011 lorsque j'étais membre du Jury avec un Président Claude Maspiède qui ne tarissait pas déloge sur lui, mais je n'avais pas encore l'occasion de lire ces ouvrages.
Cette carence est réparée grâce à l'éditeur Metailié qui m'a fait découvrir le dernier opus de l'auteur, Ce matériel du tueur qui emmène le lecteur dans un road movie haletant en pleine tourmente sociale italienne, une Italie anxieuse et anxiogène pleine de peurs , accablée par un ciel de plomb, et où défile toute une humanité improbable mais bien réelle.
L'intrigue commence lorsqu'un détenu africain s'évade au cours de son transfert à l'hôpital dans une ambulance dont tous les occupants sont tués. Elena Rinaldi, commissaire de police se lance alors à sa poursuite à travers l'Italie, découvrant peu à peu sa véritable identité et le but de sa cavale. Cette commissaire est secondée par un local, le bougon mais assez étonnant inspecteur Ferraro.
Cette traque assez classique en apparence est émaillée de nombreuses digressions,des digressions assez nombreuses, sur le passé colonial de l'Italie en Afrique, les circuits actuels de traite des migrants, ou les charmes historiques et artistiques de telle ou telle ville du nord de l'Italie. Ces digressions sont inégales : parfois amusantes et interessantes, parfois un peu inutiles et ralentissant la course poursuite initiale.
Mais progressivement, ces disgressions se font moins nombreuses, et le rythme de l'intrigue s'accélère soudainement.
On se surprend dès lors à ne plus lâcher le livre jusqu'au sprint final, quand même assez haletant. Et évidemment, ce style Biondillo dont on m'avait parlé, est bel et bien présent tout au long de l'ouvrage, cette poésie urbaine parfaitement retranscrite par le traducteur et également écrivain ( et d'ailleurs lauréat du prix du Quai du Polar l'année où je siégais, pour son roman Saturne), j'ai nommé Serge Quadruppani...
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          146
Analire
  16 juin 2013
J'ai reçu ce livre dans le cadre d'une masse critique sur le forum de Babelio. Je remercie l'équipe qui gère le site Babelio ainsi que toutes les éditions partenaires, en particulier les éditions Métaillé, par qui j'ai reçu ce roman.
Je tiens à dire que ma chronique sera courte, car je n'ai pas DU TOUT accroché au livre, et j'ai donc décidé de l'abandonner à la moitié (chose rare, de ma part). Je ne publierais donc pas cette critique sur mon blog, pour ne pas faire trop de mauvaise "publicité" à ce livre.
Je ne connaissais pas du tout cet auteur italien, qui a pourtant écrit plusieurs romans. Je l'ai découvert grâce à ce livre, mais je n'ai pas apprécié sa façon d'écrire. Trop brutale, vulgaire, à la limite du possible.
De plus, le style était assez ennuyant, lent, et ne donnait pas envie de continuer ma lecture. Les interminables descriptions m'ont achevées. Les enquêtes étaient confuses, comme tout ce qui se passe dans ce livre.
Je n'ai pas accroché aux personnages, qui me semblaient éloignés, qui étaient trop nombreux, et peu émotionnels.
Vraiment, je suis déçue de ma lecture. Ce livre s'annonçait pourtant génial... comme quoi, il ne faut pas se fier à la couverture et aux résumés !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
LN
  15 janvier 2014
Comment Haile, détenu érythréen a-t-il réussi à s'évader de sa prison ? Qui sont ses complices alors qu'il avait été arrêté pour une raison anodine, ne semblant pas faire partie d'une organisation quelconque ? Fait-il partie d'une mafia plus large ? L'inspecteur Ferraro devra enquêter aux côtés de Elena Rinaldi, commissaire d'une unité d'élite, et accessoirement son ex maîtresse.

« de toute façon, il n'y avait rien à faire, avec la vie. Qu'elle te plaise ou non, il fallait la vivre. Arrivés là, mieux valait arrêter de jouer les déprimés existentialistes. Nous ne pouvons que proposer notre bonne volonté et notre sourire, ce qui ne fait jamais de mal face aux précipices. » (p. 48)

C'est avec talent que Gianni Biondillo campe ses personnages. Talent dans la psychologie de ses personnages avec cet inspecteur désoeuvré entre son ex-femme, sa fille qui grandit et cette maîtresse sous les ordres de qui il doit collaborer, si possible avec brio , avec aussi Elena, commissaire qui doit diriger des hommes pas toujours enclin à écouter une femme, et enfin Haile, homme perdu dans la jungle italienne dont on découvre l'histoire page après page.

Talent dans l'intrigue également, en multipliant les points de vue le lecteur s'attache non seulement à l'enquête mais aussi au présent et au passé de Haile avec en toile de fond l'immigration clandestine, les trafics de haut vol, la violence, et ces hommes sanguinaires, perdus, aux codes d'honneur facilement transigés.

Talent dans l'observation de la société italienne et des moeurs contemporaines.

Talent dans le style enfin avec des pages au lyrisme brûlant comme ce dernier passage qui fait écho aux premières lignes :

"Il la vit. Ce n'était certes pas celle de son enfance, épaisse comme une couverture, blanche comme le lait, mais c'en était ; elle s'insinuait timidement, on aurait dit qu'elle rentrait à la maison, après une longue absence, on aurait dit un nuage qui avait perdu son troupeau, qui cherchait le repos dans cette vieille cour d'immeubles milanais, mince, fragile, mais c'en était ; elle était là, elle s'étendait, prenait les mesures du bassin de pierre et de crépi, faisait pâlir l'obscurité, lui donnait un air fantastique, se gonflait, humidifiait l'air, la peau, adoucissait les douleurs, émouvait, rappelait la mort et pourtant la fuyait, suspendait le temps, paralysait les choses, les personnes, le monde, interrompait les peurs, les amplifiait, fantasmatique, consolait, racontait et faisait taire, apeurait quand elle se raréfiait, trompait quand elle devenait dense, sculptait avec le givre, se dissolvait avec l'air, effaçait, remémorait, perdait les choses lointaines, les gardait avec elle, éclairait, annulait, blanchissait. Il la vit, étreignant sa fille, et cela lui suffisait. La brume, la brume."


Du grand art !
Lien : http://www.lecturissime.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Coucal
  24 juillet 2013
Si l'Italie n'a pas de secret pour vous, si vous distinguez du premier coup d'oeil un milanais d'un romain, et que vous aimez les histoires policières qui prennent leur temps pour arriver, alors ce livre est fait pour vous. Dans le cas contraire vous risquez – comme moi – de rester un peu sur votre faim à sa lecture.
L'intrigue démarre assez paresseusement : Haile, un détenu africain s'évade au cours de son transfert à l'hôpital dans une ambulance dont tous les occupants sont tués. Elena Rinaldi, commissaire de police se lance à sa poursuite à travers l'Italie, découvrant peu à peu sa véritable identité et le but de sa cavale. Vue comme cela, l'histoire paraît simple. Elle est émaillée de nombreuses digressions, tant du point de vue du fugitif que de celui de ses poursuivants qui font que j'ai eu beaucoup de mal à entrer dans ce roman. L'auteur à la particularité agaçante d'appeler ses personnages tantôt par leur nom tantôt par leur prénom qui fait qu'on a un peu de mal à comprendre qui est qui. Pour ajouter à la complexité du propos, le lecteur est confronté à quelques intrigues secondaires autour d de Ferraro, un policier, ancien amant de l'héroïne, embarqué malgré lui dans la traque tout en cherchant à résoudre une autre enquête, tuyauté par Lanza, fonctionnaire dont les oracles ressemblent à ceux de la Pythie
Pourtant au fur et à mesure que le lecteur avance dans l'histoire, le rythme s'accélère, le filet se resserre autour du fugitif, on comprend peu à peu le jeu des enquêteurs entre eux et on se surprend à ne plus lâcher le livre jusqu'au sprint final haletant.
Au total ce roman est un polar atypique et très typé qui pourra agacer ou passionner simultanément ou successivement mais qui récompensera le lecteur persévérant.
Lecture dans le cadre de masse critique, merci à Babelio et à l'editeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (2)
LesEchos   25 juin 2013
« Le matériel du tueur », un livre à la fois échevelé et méditatif de Gianni Biondillo, avec pour décor l’Italie d’avant l’euro.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Lexpress   17 juin 2013
Du lourd, du costaud, du brutal, de la qualité. Un des meilleurs polars du moment.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
sariahlitsariahlit   25 juin 2013
Ferraro attendait patiemment, assis sur un petit canapé dans le hall de l'hôtel, en feuilletant d'un air distrait quelques quotidiens. Puis il vit la jeune femme s'approcher de la réception, avec son bagage refait à toute vitesse ou alors non, peut-être n'avait-elle pas eu le temps de répartir les chemisiers dans les tiroirs, de suspendre les vestes dans le placard. Peut-être n'avait-elle fourré dans sa valise que le pyjama et les quelques affaires portées la veille.
A la réception, ils lui présentèrent leurs condoléances avec mesure et décence, mais il n'oublièrent pas de lui faire payer la chambre réservée par son père. La jeune femme ne broncha pas, signa où elle devait signer et, prenant sa valise, se dirigea vers le policier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LPBeaumontLPBeaumont   27 octobre 2014
"Quels sont les choses qui ont poussé un gang mafieux à libérer un petit détenu ? Une unité d'élite découvre que ce n'est pas ce qu'elle pense de ce détenu...." Tobias. Sde TMA
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   29 octobre 2015
Elena ne se repentait de rien, entendons-nous bien, la vie s’était précipitée sur elle comme un piano dégringolant dans les films comiques muets, aucun regret, mais elle avait besoin de temps en temps d’une espèce de dédommagement sensoriel. C’était le désir de ne pas perdre le vice, de garder ses yeux constamment entraînés. C’était sa manière de ne pas sacrifier la beauté au nom de la réalité quotidienne toute crue. C’était son refuge de combattante, dans une existence belligérante où ce qu’elle avait conquis à coups de dents n’arriverait jamais à compenser ce qu’elle avait perdu pour toujours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   29 octobre 2015
Avoir huit, dix enfants, pour une femme, peut-être pour cette fille voilée que je n’ai jamais plus rencontrée, c’est normal, la probabilité que quelques-uns de ces morveux meurent dans l’enfance est prise en compte, donc il faut en faire quelques-uns de plus pour égaliser avec la mort.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   29 octobre 2015
Ce que nous savons, c’est qu’un commando paramilitaire a libéré un détenu considéré jusqu’à hier comme un minable. Il faut des hommes, de l’argent et des véhicules, pour le faire. Ce qui signifie que nous avons quelque part en Italie des gens vraiment dangereux.
Commenter  J’apprécie          00
Video de Gianni Biondillo (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gianni Biondillo
Cercle Polar : William Boyle, Gianni Biondillo, Olivier Norek... trois bons polars à lire cet... .
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1633 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre