AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 291457732X
Éditeur : Lettres vives (28/09/2006)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 25 notes)
Résumé :

Je ne vois pas la mort comme une montagne de cendres mais comme un fleuve qui sort de la poitrine du mort, une barque chargée à ras bord de fleurs odorantes, une extase dans le noir, la vie à son zénith.

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
patatipatata
  15 juillet 2012
Cela me fait de la peine de dire ça, mais la poésie de Christian Bobin n'est pas parvenue jusqu'à moi.
C'est un peu comme si l'on avait rendez-vous avec un ami d'enfance. On s'en fait toute une joie, on sourit en reconnaissant sa voix, on lui ouvre les bras, mais peu à peu, lorsque la conversation s'installe, les mots deviennent prévisibles, trop prévisibles, comme figés sur la ligne du temps. On continue de l'écouter avec tendresse, mais en mesurant avec tristesse l'éloignement.
Commenter  J’apprécie          150
Mladoria
  14 juillet 2017
Un petit livre rituel. Je m'explique. le rituel de l'ouverture du livre, il y avait longtemps que je n'avais pas ouvert (au sens propre) les pages d'un livre, détacher délicatement chaque feuillet de son voisin avec un coupe papier, précautionneusement en veillant à ce qu'aucune ne se déchire. Impatiente de se plonger dans les pages ainsi déflorées une première fois.
J'avais presque oublié à quel point j'aime la poésie des mots de Bobin. Ce recueil de prose poétique est centrée sur la mort, non pas dans son aspect dramatique mais dans sa dimension mystique, religieuse, ésotérique et profondément liée à la Nature et la Vie. Des pensées butinant d'un lieu à l'autre, d'une personne à l'autre, des instants d'éternité figés en mots, admirablement éphémères et portant pourtant la grâce de l'immortel.
On en ressort ressourcé et la joie de vivre au coeur.
Commenter  J’apprécie          101
marlene50
  11 août 2017
Petit volume rempli de phrases et petits textes merveilleusement bien écrits.
Une pluie de lumières qui apprivoise la mort.
Commenter  J’apprécie          110
charlottelit
  15 septembre 2015
magnifique, poétique, profond,enthousiasmant, il faudrait tout noter pour petits et grands
Commenter  J’apprécie          100
Yuko
  06 juillet 2010
Christian Bobin écrit comme vit l'homme, en perpétuel voyage entre la vie et la mort, en conversation constante avec les disparus...
Mais ici les mots deviennent une thérapie, un désir d'aller au delà des mots, des sens, du rationnel...
Une bibliothèque de nuages fait partie de ces récits que l'on ouvre une fois mais qu'il nous est difficile de refermer...
Lien : http://art-enciel.over-blog...
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
marlene50marlene50   11 août 2017
Je suis d'accord pour mourir n'importe quel jour.
Aux urgences, j'ai emmené un livre assez petit pour tenir dans une poche, assez dense pour éclairer des heures d'attente.
Je voudrais n'écrire que des livres qu'on puisse lire aux urgences, là où les questions qu'on nous pose et l'attention qu'on nous porte sont si froides qu'elles nous vident de notre âme.
Il y a une manière de vivre - comme si on ne tenait plus à la vie - qui est le nom le plus secret de l'amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
nadejdanadejda   19 décembre 2010
Je voudrais n'écrire que des livres qu'on puisse lire aux urgences, là où les questions qu'on nous pose et l'attention qu'on nous porte sont si froides qu'elles nous vident de notre âme. Il y a une manière de vivre --- comme si on ne tenait plus à la vie --- qui est le nom le plus secret de l'amour.
Commenter  J’apprécie          80
nadejdanadejda   24 mai 2011
L'hiver fait le travail des grands maîtres : il simplifie. Passer l'hiver, traverser le monde appuyer sur le blanc de la page jusqu'à ce qu'il se fendille puis craque comme de la glace, et délivre l'eau lumineuse d'une phrase charitable, douce aux agonisants inépuisables que nous sommes tous -- Voilà mon but.
Commenter  J’apprécie          50
nadejdanadejda   19 décembre 2010
Le verger laissé en friches s'élève de jour en jour au paradis des graminées. Une mésange charbonnière va et vient dans un arbre creux au pied duquel des dizaines de marguerites s'illuminent, fraîches comme une neige de l' au-delà. J'ai toujours su que je n'étais pas de ce monde.
Commenter  J’apprécie          40
charlottelitcharlottelit   15 septembre 2015
La farine poudrait les cheveux du meunier d'une douceur blanche
qui me rassurait sur la vie et sur l'au-delà.
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Christian Bobin (52) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Bobin
L’émission « For intérieur », par Olivier Germain-Thomas, diffusée le 31 mars 2002 sur France Culture.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Complétez les titres des oeuvres de Christian Bobin

Ce que disait l'homme qui n'aimait pas...

Les femmes
Les oiseaux
Les souvenirs
Ses semblables

20 questions
65 lecteurs ont répondu
Thème : Christian BobinCréer un quiz sur ce livre