AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2264066946
Éditeur : 10-18 (05/10/2017)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 4 notes)
Résumé :
« Comme l'animal qui a la prescience de sa mort prochaine, j'ai senti, tandis que je traversais les nuages de fumée noire, épaisse et grasse, une piqûre douloureuse, cruelle. Un truc qui vous tétanise quelques secondes. »
Paris, 1966. Inspecteur à la Crim', Philippe Marlin erre dans un semblant de quotidien aux Batignolles, entre son chat, le jazz, le whisky et les fantômes qui hantent ses nuits charbonneuses. Nuits qui virent au blanc lorsque le cadavre muti... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
SZRAMOWO
  08 octobre 2017
Décembre 1966 à Paris. Paris qui a encore sa dégaine de la fin de la guerre mais commence à changer. On démolit dans le quartier Maine Montparnasse et la Tour et la gare inhumaine seront bientôt là.
La guerre n'est pas loin non plus dans le coeur des personnage, Marlin le flic veuf, ancien du maquis, Baynac le commissaire qui dit-on fut très courageux pendant la guerre. le Varech, leur collègue, est passé par l'Algérie, lui.
Contexte d'un monde qui change, pas en mieux, décrit avec minutie et détail par Xavier Boissel.
Marlin, amateur de Jazz, est le héros et le narrateur. Chet Baker, Coltrane, Archie Shepp, Max Roach, Bill Evans, illuminent sa solitude et ses nuits sans sommeil. Son chat s'appelle Duke comme Ellington bien sûr. Il ne déteste pas fredonner Downtown de Petula Clarck lorsque le tube passe sur la radio de sa 404 de service.
A part le jazz il aime le Scapa et s'enivre au bourgogne aligoté ou au Chardonnay.
Les trois hommes sont en charge d'une enquête criminelle. le meurtre d'Audrey Mésange, une ancienne prostituée sortie du métier en 1962 qui s'est rangée après avoir épousé Flanquart un entrepreneur de travaux publics.
Les ingrédients de l'intrigue sont simples et connus mais rapportés de façon originale par la voix de l'inspecteur Marlin.
La France de l'après guerre, la reconstruction, De Gaulle, le SAC, un gros scandale immobilier, des hommes politiques véreux.
Philippe Marlin parviendra à trouver le fin mot de l'histoire aidé par une jeune journaliste intrépide.
Ambiance et nostalgie. On s'y croirait tellement c'est réaliste. Belle écriture.
«En sortant à Saint-Lazare, je suis passé rue du Havre devant le lycée Condorcet et j'ai bifurqué rue de l'Isly. Endroit calme, sans embouteillage. Fin de l'agitation et de la frénésie marchande. Quand je suis rentré chez Léon, je me suis tout de suite senti à l'aise. J'avais emménagé dans la capitale après la fin de l'Occupation. Paris était mon élément, comme l'eau pour le poisson. Après le maquis et la vie sauvage, il n'y avait que ce lieu où je pouvais respirer. Mais depuis quelques années – peut-être depuis la fin de la guerre d'Algérie –, le Formica envahissait les bistrots et le béton commençait à chasser le pavé des rues, et bientôt, ce serait les Parisiens qui seraient chassés de leur ville.»
«On s'est assis dans le canapé face à une petite table basse en osier. Un cendrier tournant en inox émergeait d'une grappe de petits soldats et de scoubidous. Sarah a déplacé l'étendoir à linge contre un mur tapissé de papier peint à motifs géométriques. Dans un coin, sur l'écran du téléviseur allumé, une capsule de la Nasa flottait dans l'espace. Avec les enfants qui couraient partout, l'appartement semblait minuscule. D'un seul coup, j'ai mieux compris pourquoi le Varech voulait quitter Paris. Je crois qu'il l'a vu dans mon regard et il a souri en nous servant des martinis blancs. Sa femme a rapporté des cacahuètes et des olives noires dans des bols ébréchés. Puis elle a coupé le son du téléviseur, mais pas l'image. Nous avons bu nos verres en fumant des cigarettes. La conversation a roulé sur des banalités. Ils avaient la télévision ? Oui, c'était exceptionnel, pour les enfants. Et puis parfois, ils diffusaient des programmes intéressants. le petit gars à un moment est venu me voir avec un livre.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Lousine
  15 octobre 2017
Enquête sous De Gaulle
Les Batignolles, locaux de la Brigade Criminelle, accueillent un nouvel inspecteur, Philippe Marlin : un amateur de whisky et de Jazz qui avait pris le maquis 20 ans auparavant. Dans le même service, travaillent Baynac ,un super flic qui a fait partie des RG auparavant, et le Varech, son adjoint.
Le 2e protagoniste de ce roman est le Service d'Action Civique, la police parallèle créée par le général De Gaulle pour défendre et faire connaître sa pensée et son action mais qui fut mise en cause dans de nombreuses affaires de meurtres, d'escroqueries et de trafics, qui est omniprésent même au sein de la Brigade Criminelle.
Le roman commence avec une tentative de cambriolage dans une bijouterie à laquelle notre héros, Marlin, met fin.
L'affaire qui lance le roman arrive ensuite : le meurtre d'une femme retrouvé dans le 17e arrondissement et que l'équipe de Marlin doit d'abord identifier puis dont elle doit retrouver l'assassin. Cette découverte emmène la nouvelle recrue dans de nombreuses péripéties afin de résoudre les différentes énigmes liées à ce cas.
Le roman est construit grâce à des descriptions très précises lors desquelles on a l'impression d'avoir la scène sous les yeux.
Les citations venant d'horizons divers (de genres et pays variés et dont on a la liste complète à la fin du livre) nous aident à comprendre les pensées, rêveries ou hallucinations de l'inspecteur au fur et à mesure de son enquête.
Les chapitres sont plutôt courts et rapides et nous permettent de suivre les différentes aventures de Philippe Marlin. L'intrigue reste cependant un peu lente à mon goût et le dénouement semble au contraire un peu précipité.
Il s'agit toutefois d'une intrigue assez intéressante pour les fans de polars se déroulant à des périodes historiques précises : la passion de l'auteur pour l'Histoire (avec un h majuscule) apporte de la crédibilité à l'histoire (avec un h minuscule).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Jeanfrancoislemoine
  18 octobre 2017
Je ne reprendrai pas les commentaires très clairs et pertinents des intervenants précédents mais je voudrais dire combien j'ai apprécié cette intrigue,lue d'une traite.
D'abord,il y a les lieux,les activités humaines,l'évolution liée à l'époque,bref un très bon rendu de la vie à Paris.Il se trouve que j'allais souvent chez ma tante qui habitait le quartier des Batignolles,parc ou j'allais jouer ,j'avais 12 ans.
J'ai eu l'impression de rentrer dans un récit en noir et blanc,comme l'illustration de couverture qui,du reste,à attiré mon regard et motivé mon choix de lecture.Vous l'avez compris,la nostalgie s'est emparée de moi!
L'imper,le casse croute dans un café du coin,le vin,la cigarette,bref l'atmosphère des inspecteurs de l'époque,comme dans les films.
Et puis cet amour impossible entre un flic veuf perturbé et une jeune journaliste dynamique et émancipée,situation pas facile dans les années 60,pas plus que le statut d'homosexuels,sujet on ne peut plus tabou.
L'histoire se déroule lentement,c'est vrai mais chaque chapitre se succède avec habilete.Quant a la fin,oui,ça s'accélère et le dénouement final nous appartient
Je crois que ce roman plaira à ceux qui,comme moi,on vécu cette période mais j'espère aussi qu'elle drainera un public plus jeune qui,au delà d'une intrigue bien maîtrisée,trouvera une photographie de la France pré soixante huitarde
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
Charybde2
  12 octobre 2017
Un roman policier rude et étrangement poétique dans la France satisfaite de 1966.
Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2017/10/12/note-de-lecture-avant-laube-xavier-boissel/
Lien : https://charybde2.wordpress...
Commenter  J’apprécie          50
Citations & extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   12 octobre 2017
Comme l’animal qui a la prescience de sa mort prochaine, j’ai senti, tandis que je traversais les nuages de fumée noire, épaisse et grasse, une piqûre douloureuse, cruelle. Un truc qui vous tétanise quelques secondes.
Je courais vers le pavillon de chasse, l’index collé au pontet du pistolet-mitrailleur. Je ne l’ai pas entendu arriver dans mon dos, l’autre pourri, avec son Rr 51. Ce n’est pas l’arme la plus fiable de la police française, mais il a suffi d’une balle de 7,5 mm pour me briser les reins. Et maintenant, étalé dans la pièce, par terre, comme un trophée, je ris alors que le sang s’échappe à gros bouillons de mon dos, s’épanche sous mes jambes en petites flaques sur les dalles en grès qui, tout à l’heure l’auront bu.
La douceur est incroyable en ce matin d’hiver. Dehors, le branchage noir qui s’agite à la cime du grand tilleul filtre les rayons du soleil, tresse des couronnes d’ombres sur les murs. C’est une journée qui s’annonce clémente, comme on dit. J’aurais dû profiter de ces petits matins brumeux, suivis d’éclaircies fugitives, inattendues, pendant lesquelles les rares feuilles des arbres prennent toutes leurs teintes, s’accrochent encore aux branches, avant de disparaître dans la grisaille. Oui, j’aurais dû profiter des bannières matinales de l’hiver, avant le grand plongeon dans les ténèbres.
J’aurais dû.
Me voici ramené à la loi des ombres, à ce temps qui n’en finit pas de finir.
Ni tout à fait vivant, ni tout à fait mort.
Je ris.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   12 octobre 2017
La guerre, je l’avais faite un peu par hasard, les circonstances ayant dicté ma conduite bien plus qu’une quelconque prédisposition au courage. Un frère aîné réfractaire au STO qui avait pris le maquis et que je ravitaillais de temps en temps. Puis un jour de janvier 1944, à dix-sept ans, j’avais pris la décision de le rejoindre, lui et ses copains. Instruction et entraînement au camp des Aulnottes, dans la froideur des nuits d’hiver. Sabotages, embuscades, opérations de harcèlement. Et ensuite mon affectation dans une SAP. Six mois d’une vie clandestine passée dans les forêts, comme dans un éternel présent, d’une vie qui s’était éprouvée en chaque point de mon être. Jusqu’à la blessure, à la fin de l’été. C’est pendant ma convalescence à l’hôpital d’Orléans, vers la mi-novembre, que j’ai appris la mort d’André, mon frère, tué par un tireur isolé dans les faubourgs de Strasbourg. Ce frère adulé qui avait rejoint le 81e RI pour « continuer le combat ». J’ai promis à ma mère, pétrie de chagrin, de reprendre le chemin du lycée. J’étais devenu sérieux à dix-sept ans. C’est sans doute pour cela que je suis flic.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   12 octobre 2017
Je finissais parfois la soirée dans le caboulot en bas de chez moi, tenu par Baptiste, un limonadier taciturne qui boitait ; une rafale de Schmeisser dans la cuisse, prise dans les Flandres en 1940. J’aimais bien ce rade. Baptiste y déambulait, claudicant, le torchon à carreaux sur l’épaule. Il venait prendre les commandes, clignait ses yeux tristes, hochait la tête et retournait derrière son comptoir sans jamais rien dire. Renfermé, le regard sombre, en fumant ses gauloises. Il avait fait l’acquisition du bistrot après son long séjour en stalag, où sa blessure avait été mal soignée. Mais on sentait bien qu’autre chose l’avait meurtri : la faim, le froid. Le frôlement, le frottement continuel de l’homme contre l’homme. Captif des captifs. Quand il l’avait acheté à un vieux bougnat, le bistrot n’avait pas de nom. Il en était resté là. C’était mieux comme ça. Il faut un peu laisser les choses sans nom.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   12 octobre 2017
Les citations dans mon travail sont comme des brigands sur la route, qui surgissent tout armés et dépouillent le flâneur de sa conviction. (Walter Benjamin, « Sens unique », 1928, trad. Jean Lacoste)
Commenter  J’apprécie          10
SZRAMOWOSZRAMOWO   08 octobre 2017
J’ai récupéré la 404 rue de la Roquette. Sur le trottoir, devant le passage du Cheval-Blanc, un vendeur de marrons grillés interpellait les passants à la cantonade. Assis à côté de lui, un clochard se chauffait les mains au brasero. Je suis rentré aux Batignolles. J’ai mangé une omelette jambon-fromage chez Baptiste, que j’ai dégustée avec un pichet de poulsard bien frais. Parmi les rares clients, quelques jeunes qui discutaient politique sur un ton enfiévré. J’ai fait la fermeture et suis rentré chez moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Xavier Boissel (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Xavier Boissel
Xavier Boissel .Interview de Xavier Boissel pour Autopsie des ombres, éd. Inculte, 2013 ? Christine Marcandier, août 2013
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1024 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre