AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2702149413
Éditeur : Calmann-Lévy (14/04/2010)
Résumé :
Un thriller qui n'est pas sans évoquer Le Maître et Marguerite de Mikhail Boulgakov. « Le Christ recolle l'oreille du soldat mutilé et avertit son disciple : celui qui use du glaive périra par le glaive. Cela lui avait toujours semblé absurde : le pêcheur du lac de Tibériade n'avait pas de raison de porter un glaive. Un couteau, en revanche, c'est plausible. Il reste que saint Pierre est mort crucifié, et non par le glaive. Une prophétie du Christ non avérée, cela f... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   08 mars 2016
Marie ne sacrifie pas à cette vertu sublime, que l'homme prétend naturelle aux femmes pour mieux refréner leurs désirs. Elle se contente d'une décence héritée d'une éducation sagement chrétienne, et qu'elle plie sur un tabouret avec sa chemise avant de se livrer à Pierre comme si c'était la moindre des choses. Il se sent bien. Il n'est pas le vil séducteur des romans ni le pierrot échatonné par une pierreuse de chanson d'étudiant. Il est Adam découvrant Ève. Marie était la promesse d'un nouveau monde, dans l'enthousiasme de la Commune. Elle s'était donnée à lui comme au conquistador. Il s'était étonné de la trouver vierge, comme si les filles du peuple naissaient dépucelées. Cette innocence préservée pour lui était devenue le symbole de l'étape décisive qu'ils franchissaient ensemble. Une façon romantique de se donner bonne conscience.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   08 mars 2016
Marie a un visage à la mode. Pour son teint clair de poupée citadine ? Il aurait l'impression d'aimer la glycéroline Léchelle, dont elle fait un usage immodéré. Non, il l'avoue tout crûment, comme une provocation : il aime ses gros seins qui jaillissent d'un bond quand elle se dégrafe, qu'il saisit à pleines mains en bêtifiant des mots idiots. Curieux, comme il se sent lavé des lieux communs en lâchant des nénets, des tétais et des lolos qui font rougir Marie. Il s'étourdit des mots autant que de la chair, il en a plein la bouche, il happe, lèche, tète, mordille, titille de la pointe de la langue un bout de tétin perdu dans une large aréole, il est amoureux de cette minuscule tache de rousseur, au bas du sein gauche, à l'endroit exact où il a lui-même un grain de beauté. Une cible pour Cupidon, dit-il, pour qu'il ne puisse rater le cœur. Elle rit sans comprendre, baise le petit naevus qu'elle appelle une envie, et qui lui semble un sceau de leur amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   08 mars 2016
Hypocrites ! Courtisans ! Bouffis de mots aussi creux que vos titres. C'est de vous qu'est malade la France. De vos traits d'esprit poudrés à l'ancienne pour mieux dissimuler vos appétits de prédateurs. Mieux vaut encore la morgue du baron Téragon, ramassé au détour du gotha et qui ne prendra jamais la peine d'afficher des prétentions vouées à l'échec. C'est votre espoir mesquin qui étouffe la France, entretenu comme un feu frileux en soufflant sur des haines séculaires et des calculs sordides. La monarchie n'est pas un espoir. Un roi est au-dessus des manœuvres et des compromissions : voilà sa légitimité. Il règne, c'est tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   08 mars 2016
Je n'ai pas de pouvoir, pas de relations, pas même de charme, ni l'argent qui te manque. Je n'ai que ma présence, et tu ne la sauras pas. Tu pourras grâce à moi te croire seul et parler à quelqu'un, ou te croire un ami en restant solitaire. Je me plierai à tes humeurs. Aie confiance. N'aie pas peur.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   08 mars 2016
On ne connaît jamais personne. Chaque geste, chaque parole de Marie augmente le malentendu. Le silence par lequel il y répond n'arrange rien. Parler, se taire, mêmes mensonges. Pourquoi tant de maladresse à détacher les mots des lieux communs qui les trahissent ? Pourquoi n'ont-ils pas l'évidence des corps ? Alors, peut-être, pourrait-on connaître les gens derrière les mots qui les déguisent.
Commenter  J’apprécie          20
Lire un extrait
Videos de Jean-Claude Bologne (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Claude Bologne
10.05.18 - INTEGRALE - J-C. Petitfils, V. Girod, F. Vitoux, F. Taillandier et J. Weber...
autres livres classés : prophétieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
13742 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre