AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791036000393
432 pages
Éditeur : L'Atalante - Collection La Dentelle du Cygne (26/03/2020)

Note moyenne : 4/5 (sur 4 notes)
Résumé :
En 2033, les humains ont été chassés de la surface, désormais inhabitable.
À Paris, les survivants se sont réfugiés dans les profondeurs du métropolitain. Des communautés sont installées au niveau de certaines stations de Rive Gauche, plus ou moins en contact, souvent en conflit ; la surface est crainte parce qu’irradiée ; Rive Droite est un lieu maudit.
Dans les méandres des boyaux de Paris, à défaut de lumière, les émotions sont plus vives, les rancœ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
JustAWord
  30 mars 2020
Depuis 2005, Metro, l'univers de l'écrivain russe Dmitry Glukhovsky ne cesse de s'étendre. Après la trilogie initiale constituée de Metro 2033, Metro 2034 et Metro 2035, c'est par le jeu vidéo avec Metro 2033 et ses deux suites, Metro : Last Light et Metro : Exodus que le monde post-apocalyptique de Glukhovsky renforce sa popularité.
Initiative rare, l'auteur propose un « univers Metro 2033 » qu'il permet à d'autres écrivains d'exploiter. C'est ainsi que l'on a pu bénéficier, toujours chez L'Atalante, des deux opus d'Andreï Dyakov dans le même univers mais…à Saint-Petersbourg avec Vers la lumière et Vers les ténèbres !
Que manquait-il donc à ce monde post-apocalyptique si ce n'est une touche française ?
Voici que Pierre Bordage, auteur des Guerriers du Silence et d'Arkane, se lance à son tour dans l'aventure avec Rive Gauche, premier volume d'un diptyque tout aussi noir et désespéré au coeur des stations parisiennes !
On prend les mêmes…
Rive Gauche passe rapidement en revue son petit monde souterrain dès le premier chapitre. Pierre Bordage le sait, les lecteurs de son roman seront, très majoritairement, des habitués de l'univers créé par Dmitry Glukhovsky, c'est pourquoi il dresse à la volée la situation du métro parisien, énumère des stations-clé et les statiopées (c'est-à-dire les regroupements de plusieurs stations comme Montparnasse ou Petite-Chine) et pose ses enjeux.
Une certaine Madone tente d'imposer une Fédération à l'ensemble des stations de Rive Gauche pour mettre fin aux différentes tyrannies qui sévissent dans Metro 2033 (comme l'appelle eux-mêmes les habitants). Évidemment, peu nombreux sont les puissants qui voient cette initiative d'un bon oeil, à commencer par le Pasteur Parn, responsable du culte d'Élévation, et les membres du conseil de Montparnasse, statiopée-capitale sous l'emprise justement de cette religion particulièrement envahissante.
Mais tous les survivants ne vivent pas dans les stations de métro habitables du réseau parisien. Les Armuriers, la bande de voleurs et tueurs du Daub, continuent à farfouiller pour revendre armes et denrées rares perdues dans les décombres d'après l'Apocalypse. Parmi eux, Juss et Plaisance, un fouineur et une Nyct, deux gosses qui vont vite devoir se débrouiller seuls au milieu de la cruauté du Métro.
Pierre Bordage pose également d'entrée de jeu les différents mutants de son Rive Gauche dont deux types seront véritablement mis en valeur : les Nycts, capables de voir dans le noir le plus total, et les dvinns, enfant-monstre à la tête disproportionnée et capable de deviner l'avenir.
Dès après, l'auteur français reprend le schéma de l'univers Metro 2033 en entremêlant plusieurs arcs narratifs dont les importants resteront tout du long ceux de Madone et des deux Armuriers. Rive Gauche reste une fan-fiction, pour le meilleur et pour le pire.
La french-touch du Metro
En quoi se distingue Pierre Bordage par rapport à son comparse russe ?
D'abord par sa volonté de créer une histoire politico-sociale forte avec un sous-texte assumé sur la tolérance de son prochain, surtout si l'autre est radicalement différent.
Ainsi, tout du long, Rive Gauche met l'accent sur les conflits politiques qui occupent le Metro Parisien à l'ère post-apocalyptique.
Les deux mamelles de la terreur restent évidemment l'argent/le pouvoir et la religion. Cette dernière, largement représentée par un pasteur Parn aussi mégalomaniaque que dégoûtant et intolérant, permet à Pierre Bordage de montrer que le mal religieux nécessaire à la survie de l'homme doit trouver un contre-pouvoir. le problème ici, c'est de savoir lequel doit l'emporter entre Madone, cette proto-Jeanne D'Arc qui veut sauver le Royaume de France (ou ce qu'il en reste) pour redonner espoir au Peuple… et des gens plus cyniques et certainement plus réalistes quant à la nature humaine comme Augir ou Léj… sans parler des mandars de Petite-Chine !
Entre ces feux-croisés, la populace meure souvent et les mutants, de plus en plus nombreux, sont à deux doigts de devenir un bouc émissaire et un défouloir. le feu nucléaire a beau avoir balayé les trois quarts de l'humanité, celle-ci n'a pas vraiment retenu la leçon.
La prise de conscience politique et l'affrontement entre liberté démocratique et contrôle dictatorial et/ou ultra-capitaliste offrent à Rive Gauche une intéressante perspective sur ce monde qui semble avoir tout oublié de la surface. de même, le changement de décor permet de varier les plaisirs pour le lecteur familier de l'univers russe. Dommage que Pierre Bordage ne prenne pas davantage de risques comme il l'avait amorcé en disputant systématiquement le pouvoir patriarcal grâce à des figures féminines fortes, de Ière à Aube en passant par Madone et Otre.
En terrain connu
Car le principal défaut de Rive Gauche, c'est qu'il offre un roman finalement assez attendu, tombant parfois même dans quelques caricatures agaçantes comme celle du triangle amoureux pour Madone, Mitch et Urm. À cet égard, l'histoire de Juss et Plaisance sonne nettement plus authentique dans un univers aussi noir que celui de Rive Gauche. le mélange de naïveté, d'amour et de cruauté de leur situation a quelque chose de terriblement poignant.
Pierre Bordage a également un peu trop facilement recours au pouvoir des dvinns pour résoudre les situations épineuses de ses personnages, comme une sorte de deux ex machina qui permettrait à tous les gentils de s'en sortir, notamment Madone.
Autre problème, cette idée étrange (et ridicule) de faire en sorte que les personnages de Rive Gauche appelle leur métro littéralement Metro 2033. Pourquoi ce choix alors qu'aucun des trois autres romans ne prenait ce parti ? Surtout qu'il s'agit du titre de la licence ? Comment ce titre pourrait-il faire partie intégrante de la diégèse de Rive Gauche d'ailleurs ? Les survivants parisiens auraient-ils lu l'oeuvre de Glukhovsky? Difficile à croire quand ceux-ci ne semblent plus capables de lire même une simple affiche…
C'est d'ailleurs l'un des derniers points les plus intéressants de ce Rive Gauche. L'ensemble des survivants se révèle analphabète, à l'exception de deux : Roy et Ière. L'utilisation opposée que les deux personnages font de cette connaissance révèle surtout que les livres, l'écriture et le lecture sont les dernières choses qui séparent l'homme du chaos. C'est d'ailleurs grâce à eux que les créatures de ce Métro Parisien deviennent plus familières…
Une façon comme une autre de revenir en terrain connu pour le lecteur français…
Pierre Bordage ne le cache pas : Rive Gauche est un roman pour les amateurs de l'univers Metro 2033. Grâce à une touche politico-sociale française bienvenue et des personnages féminins forts, l'histoire parvient tout de même à divertir de façon fort agréable l'amateur de post-apocalyptique en lui faisant oublier qu'il ne s'agit à l'arrivée que d'une fan-fiction de luxe, et c'est déjà beaucoup !
Lien : https://justaword.fr/rive-ga..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Le_chien_critique
  04 mai 2020
Jusqu'où aller pour la démocratie ?
Métro 2033, puis 2034, puis 2035, soit une série de romans et de jeux vidéos. Puis des fans fictions et l'univers grandit au point que certains d'entre eux pointent le bout de leur nez en étant publié.
Pierre Bordage s'empare de cette "licence" de l'écrivain russe Dmitry Glukhovsky.
Bon point : ce n'est pas une paraphrase du Métro russe. le temps n'est déjà pas le même : Que s'est il passé en surface, en quelle année sommes nous et pourquoi cette date de 2033 ? L'époque de la catastrophe ? Alors que l'une des critiques de la trilogie originelle était le manque d'éléments féminins et la place accordée à la femme, ici, sans en faire trop, sans en faire étalage, ce sont les femmes qui sont sur le devant de la scène.
Seul point commun, cela se passe dans le métro et on y parle Politique.
Le russe était aussi assez empreint de désespoir, ce n'est pas le cas ici, l'Apocalypse a eu lieu et les idéaux humanistes refont surface. Une présidente de station entame un voyage à travers les stations pour proposer son projet de fédération, l'entraide plutôt que la violence. Mais tous ne sont pas sur la même longueur d'ondes. Dont les puissants de la station Montparnasse avec cet ecclésiastique en conflit avec les politiques.
La pièce de choix est bien entendu la place accordée à la femme, à travers différents personnages et nuances. L'auteur semble nous dire que l'avenir de l'homme est clairement la femme, voir, plus nuancé, une osmose dans la relation entre les deux sexes, comme semble l'indiquer l'histoire des deux enfants errants. La vielle garde, elle, est toujours engoncée dans ces certitudes patriarcales, mais le vieux monde n'est-il pas mort ?
J'ai bien aimé aussi ce système d'argent mis en place et que je vous laisse découvrir, ou encore ce divers néologismes, dont ce Métrolites pour parler des habitants. Bordage invente plutôt qu'imiter.
Le roman est assez bienveillant, optimiste sur la nature humaine. Et même si il y a une certaine part de violence, de malveillance des personnages, les utopistes le sont un peu trop parfois à mon goût. Mais cela fait aussi sa force face à nombre de post apo.
J'y ai trouvé quelques notes de merveilleux, avec toute une exploration se rapprochant à mon sens du mythe de la Terre creuse et son bestiaire étrange et fabuleux qui laisse présager de bons moments de lectures pour la suite.
Jusqu'où aller pour la démocratie ? Voilà une question difficile. Pour combattre ses ennemis, faut-il utiliser leurs stratégies, leurs compromissions ou laisser faire les basses besognes par d'autres, sans se salir les mains ? Ces questions irriguent le roman et place le lecteur dans une réflexion : comment agirai-je dans cette situation ?
Mais Put de Rive Droite, il s'agit d'une trilogie et ce tome se termine sans que rien ne soit réellement révélé, terminé. Bref, plus qu'à attendre la suite, que je lirai avec plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
OmbreBones
  26 mai 2020
Rive Gauche est le premier tome d'une trilogie post-apocalyptique qui se déroule à Paris, dans l'univers de la saga Métro 2033 de Dmitry Glukovsky chez le même éditeur. Il n'est pas nécessaire d'avoir lu les romans d'origine pour comprendre le contenu de Rive Gauche car Pierre Bordage reprend surtout le principe d'habitants réfugiés sous terre pour échapper à une catastrophe ayant rendu la surface inhabitable. Rive Gauche contient tous les ingrédients qu'on attend d'un roman de ce type en proposant une intéressante réflexion sur la nature humaine. Je pense pouvoir affirmer qu'il plaira aux aficionados du genre -ce que je ne suis pas donc je prends des pincettes !
Lien : https://ombrebones.wordpress..
Commenter  J’apprécie          00
Negan
  27 mars 2020
C'est qui ce mec qui se permet de voler un concept purement créer et inventer par Dmitri Glouhvoski
Du gros foutage de gueule. Poseur !
Commenter  J’apprécie          14
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Le_chien_critiqueLe_chien_critique   04 mai 2020
Nul besoin de légendes, donc, la réalité recèle des merveilles accessibles à celui qui consacre une partie de son temps et de son énergie à les chercher. Mais les humains, qui cèdent facilement à la paresse et au découragement, préfèrent se réfugier dans les mondes illusoires pour donner de faux sens à leurs existences. Peut-être leur instinct grégaire les pousse-t-il également à s’agréger autour de croyances communes pour consolider leurs communautés. C’est ainsi que sont nées les religions de la surface censées unir les hommes et responsables d’une grande partie des désastres qui ont conduit les survivants de l’humanité décimée à rejoindre les rats dans les profondeurs de la Terre. Nous nous hâtons bien entendu de reproduire les mêmes erreurs, preuve, s’il en était encore besoin, que les humains ressentent le besoin fondamental d’adopter des pensées et des pratiques communes, de s’enfermer dans une sorte de prison collective dont ils peuvent toucher du doigt les murs et le plafond. La liberté, justement, abolit les prisons. Elle se présente comme un vide effrayant au captif qui s’aperçoit soudain que la porte de sa geôle n’est pas fermée à clef.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
JustAWordJustAWord   30 mars 2020
Les hommes ne pourraient vivre sans légendes. C’est plus fort qu’eux, il faut toujours qu’ils mêlent surnaturel, ou le mystère, à leur réalité, et plus leur existence est difficile, plus ils invoquent les dieux et les créatures aux pouvoirs extraordinaires, plus ils s’inventent des ennemis monstrueux.
Commenter  J’apprécie          50
Le_chien_critiqueLe_chien_critique   04 mai 2020
Il n’y a pourtant aucun mal à avouer son ignorance. On peut remplir le vide, pas ce qui est déjà encombré d’une illusion de plein.
Commenter  J’apprécie          20
Le_chien_critiqueLe_chien_critique   04 mai 2020
Sois toujours prête à combattre, ma fille,
et plus encore parce que tu as une fente
et pas une misérable queue entre les cuisses,
tu dois être plus forte qu’eux…
Commenter  J’apprécie          00
JustAWordJustAWord   30 mars 2020
Le cœur est la plus merveilleuse et dangereuse des sources. Il vous permet d’accomplir des choses extraordinaires comme il peut vous pousser aux pires abjections.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Pierre Bordage (56) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Bordage
Pierre Bordage, Inkarmations, chez Leha Editions : https://editions-leha.com/catalogue-details/inkarmations/ Retrouver un extrait inédit = https://chapitres.actualitte.com/extrait/inkarmations-pierre-bordage/7175
autres livres classés : post-apocalyptiqueVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Mort d'un clone de Pierre Bordage

Quel âge a Martial Bonneteau ?

47 ans
48 ans
49 ans
50 ans

15 questions
23 lecteurs ont répondu
Thème : Mort d'un clone de Pierre BordageCréer un quiz sur ce livre