AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Claire Jouanneau (Traducteur)
ISBN : 2811203370
Éditeur : Milady (09/04/2010)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 112 notes)
Résumé :
Trahi par les familles dirigeantes d'Italie, un jeune homme se lance dans une épique quête de vengeance. Afin d'éliminer la corruption et de rétablir l'honneur des siens, il deviendra un assassin.
Il fera appel à la sagesse de Léonard de Vinci ou Nicolas Machiavel, car il sait que sa survie dépend des dons qu'il doit développer.
Aux yeux de ses alliés, il représente le changement car il combat pour la liberté et la justice. Mais ses ennemis le considèr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
Tatooa
20 décembre 2016
Tout d'abord, je dois préciser que je ne connais pas le jeu, pas beaucoup, du moins, manche que je suis avec la manette... (Mouahahaha !)
Si ma fille ou mon fils ne sont pas là pour m'aider à passer certaines épreuves, je suis comme une nouille, je n'ai donc fait que le début. (Ceci dit c'était le cas pour Fable II alors que maintenant j'y arrive, tout n'est donc pas perdu...)(Je suis une vieille geek, un peu d'indulgence s'il vous plait ! Arf !). Bref, je connaissais un peu le fond, et l'histoire parce que ma fille m'en a beaucoup parlé, mais pas les détails.
J'ai pu donc constater de visu qu'effectivement, ce bouquin reprend à la grimpette près le jeu. Ce qui est assez surprenant, surtout au début, quand les aventures d'Ezio ne sont qu'un prétexte à la prise en main...
L'auteur a sans doute eu lui aussi besoin de prendre en main l'histoire ! :)
Par contre, j'ai un avantage par rapport à ceux qui l'ont fini (le jeu...) ! C'est que je ne connaissais pas l'histoire. J'ai donc pris grand plaisir à suivre les démélés d'Ezio avec les templiers ! (Amusant retournement de situation, j'avoue que jusqu'ici je ne voyais les templiers que comme des sortes de héros chevaliers martyrisés, L Histoire (et Philippe le Bel) leur ayant fait un sale sort...) (D'ailleurs si vous voulez lire une excellente saga de fantasy historique sur eux, Damné d'Hervé Gagnon vous comblera !).
C'est donc une "surprise" que cet ordre d'Assassins qui se bat contre des méchants templiers... La prise de marques par O. Bowden se sent, oui, mais on sent davantage d'aisance dans la narration à partir du moment où Ezio s'en va à Venise. La présence de personnages historiques comme Laurent de Médicis, Machiavel et de Vinci (et plein d'autres, les pontes des cités états de L'Italie des années 1490), ajoute une touche de réalisme à une histoire qui se révèle finalement complexe et total "fantasy" même si on pouvait en douter au début (quoi de plus fantasy qu'un héros qui doit sauver le monde (et qui est un tombeur, mdr !), je vous le demande !).
Bref, ces scénaristes de jeux, ils sont quand même au top, j'ai beaucoup aimé ce bouquin malgré ses défauts !
Du coup j'ai ressorti le jeu, d'ailleurs, mdr ! (Oui cette période où le jour dure de 8h30 à 17H m'est difficile, les jeux vidéos ça m'aide à la passer sans trop déprimer, et les enfants sont là pour les passages difficiles, ça tombe bien !).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Crunches
10 janvier 2013
Je ne connais absolument pas le jeu vidéo, je m'abstiendrais donc de toute comparaison.
Que vous dire de ce livre ? Très franchement, je m'attendais à pire. J'avais lu quelques critiques qui n'étaient pas des plus flatteuses... Et bien, moi, je suis convaincue. Si j'ai l'occasion, je lirai la suite et prendrais beaucoup de plaisir à retrouver Ezio.
Pourquoi ? Parce que l'histoire est très bien ficelée et les personnages sont très intéressants. On commence par découvrir Ezio, un jeune homme de Florence en 1400 et des poussières. Son père est un riche banquier et le jeune Ezio, bien qu'étant le cadet, est celui qui devra reprendre le flambeau. Dès le départ, on rencontre les ennemis de la famille d'Ezio et on constate que le jeune homme ainsi que son frère ainé, est très doué pour se battre, pour escalader les murs et sauter d'un toit à un autre... Sans oublier de décocher des sourires charmeurs aux jeunes filles.
Malheureusement, la famille d'Ezio n'a pas que des amis et ses ennemis sont puissants. Après avoir été trahis par un allié, Ezio se retrouve seul avec sa mère et sa jeune soeur. Il choisit alors de rejoindre son oncle. Celui-ci va lui donner ce qu'il faudra pour que le jeune homme puisse assouvir sa vengeance. Mais il va aussi lui apprendre que sa famille, les Auditore, sont des Assassins. Une guilde créée il y a bien longtemps pour contrer les Templiers. Ainsi, depuis toujours, les Assassins et les Templiers se battent pour obtenir le contrôle des principales cités italiennes.
Si Ezio était un adolescent audacieux et plein de fougue, il va devenir un jeune homme dangereux, capable de tuer en respectant le Code. En chemin, il rencontrera Léonard de Vinci, qui lui sera d'une grande aide ainsi que celui qu'on nommera le Prince de Machiavel. D'autres personnages viendront apporter leur aide au jeune homme, tous oeuvreront afin de contrer les Templiers.
Vous l'aurez compris, j'ai beaucoup aimé les différents personnages. Au niveau de l'intrigue, j'ai trouvé très intéressant de parcourir l'Italie, allant de Florence à Venise afin de contrer les Templiers. Cette intrigue là, m'a beaucoup intéressée, par contre j'ai moins apprécié le fait que la vengeance soit la seule motivation d'Ezio pendant les 5/6 du roman. Heureusement, ce changement laisse entrevoir une suite un peu plus sympathique, avec une autre motivation pour la prochaine quête d'Ezio (d'ailleurs celle-ci commence déjà à s'amorcer dans ce premier tome).
Au niveau des points un peu plus négatifs, je retiendrais l'absence d'une chronologie ou de dates. On ne sait pas quel est l'âge d'Ezio au début de l'histoire, à part qu'il a plus que 16 ans, que c'est un jeune homme. A la fin, il a trente ans. Mais je n'ai pas vu le temps passer. On a quelques dates de temps en temps, mais cela ne m'a pas aidé à me repérer par rapport à Ezio. A un moment, il part effectuer une mission qui, pour moi, ne dure que quelques semaines. Or, à son retour, son oncle lui affirme que ces quelques mois lui ont été bénéfiques. Il y a donc des indicateurs de temps qui manquent.
Ensuite, j'avoue que sur la fin, j'en avais un peu ma claque. J'avais l'impression que l'hsitoire se tirait en longueur. Pour moi, on aurait pu l'arrêter quelques chapitres avant et garder ceux-ci pour la suite. Un peu comme s'il y avait une sorte de coupure et qu'on était passé à une autre histoire. du coup, je n'étais plus vraiment dedans et je trouve ça dommage.
Le roman est donc assez bien construit, l'intrigue est prenante même si elle tire un peu en longueur sur la fin et les personnages sont intéressants. Ils sont très différents les uns des autres et je pense que certains d'entre eux nous réservent encore quelques surprises.
Malgré la structure narrative, il y a quand même des éléments qui sont typiques des jeux vidéos : Ezio a une liste de personnes à abattre afin de venger sa famille et contrer les Templiers. A chaque fois (ou presque) qu'il tue un de leurs alliés, il découvre une page du Codex. Page cryptée qui lui permet de temps en temps d'obtenir une nouvelle arme ou des informations sur une quête plus importante. Il doit également souvent voir son oncle pour parfaire son entrainement ou Léonard de Vinci pour en déchiffrer le Codex. Ce sont ces éléments qui m'ont fait penser aux jeux vidéos. Néanmoins, c'est très bien intégré et on n'est pas spécialement choqué.
En conclusion, c'est un roman que j'ai apprécié Je lirai certainement la suite afin d'en savoir un peu plus sur la nouvelle quête d'Ezio Auditore et sur le conflit Templiers/Assassins.
Lien : http://plaisirsdelire.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Dionysos89
26 juillet 2012
Assassin's creed Renaissance porte bien son nom ! L'adaptation en roman du deuxième épisode de la franchise éponyme nous emmène en plein coeur des tribulations d'un jeune noble florentin alors que la Renaissance bat son plein dans toute l'Italie. L'histoire d'Ezio Auditore da Firenze et son initiation au "Credo des Assassins" (à l'Assassin's Creed) mêlent hardiment destin cruel, vengeance à assouvir, amours contrariés et combats spectaculaires.
La première moitié du livre est relativement laborieuse, sans grande nouveauté par rapport aux situations et aux dialogues initiaux, hormis quelques approximations pour rendre le style d'Ezio plus réaliste. La seconde partie, en revanche, appuie franchement sur l'accélérateur du suspense et nous tient en haleine jusqu'au bout à grands renforts d'actions et de coups d'éclat, en y ajoutant pour notre plus grand bonheur quelques touches d'humour "à l'italienne" bienvenues (cf. citations publiées).
Côté regrets, deux axes de réflexion : du fait qu'il y ait énormément d'événements présents dans cet épisode du jeu vidéo, il a dû être compliqué de condenser tout cela de manière logique et ça se ressent un peu ; de plus, du fait de cette accumulation d'événements capitaux, une chronologie plus détaillée à chaque début de chapitre (une date aurait suffi) aurait été la bienvenue, plutôt que des allusions de-ci de-là.
Finalement, ne boudons pas notre plaisir pour autant, car retrouver Ezio Auditore est toujours un plaisir et le voir accomplir la première partie de ses aventures avec autant d'abnégation et de patience (une quête de 25 ans dans cet épisode, tout de même!) l'est également !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Goupilpm
10 mars 2016
Assassin's Creed Renaissance est novélisation du deuxième épisode de la franchise éponyme du même nom.Une histoire qui nous transporte en pleine Renaissance italienne dans les pas d'Ezio un jeune florentin. Après avoir été trahis par un allié, il va apprendre que sa famille, les Auditore, sont des Assassins. Une guilde créée il y a bien longtemps pour contrer les Templiers. Ainsi, depuis toujours, les Assassins et les Templiers se battent pour obtenir le contrôle des principales cités italiennes.
Assassin's Creed Renaissance est l'adaptation du deuxième épisode de la saga du studio Ubisoft. C'est dans une fantasy classique où l'aspect historique prend le dessus sur le fantastique que l'auteur nous entraîne. La part de fantastique ne repose que sur quelques petits aspects qui apparaissent tout au long de l'oeuvre ; pages d'un Codex, reliques magiques,... le postulat de départ s'avère tout ce qu'il y a de plus basique car l'intégralité du récit repose sur le personnage principal et son désir d'assouvir sa vengeance.
Le roman, assez bien construit dans l'ensemble, s'avère au départ quelque peu laborieux.
En effet la première partie du roman oblige le lecteur à effectuer des allers-retours quasi incessants pour vérifier les termes italiens utilisés à tout va dans les phrases. Comme si ces termes étaient absolument nécessaires au lecteur pour s'imprégner de l'univers et de l'ambiance florentins. Une première partie qui révèle également un style maladroit : une narration nerveuse, répétitions nombreuses et phrases incohérentes. Une première partie qui donne la nette impression que l'auteur cherche une façon d'écrire qu'il n'a pas encore trouvée.
Passé les écueils de cette première partie, le récit suit un style plus proche de la rédaction d'un scénario de JdR que d'un roman. Un effet certainement du à la novélisation du jeu qui donne l'impression qu'il s'agit de la ré-écriture du scénario afin d'offrir une part plus belle au personnage principal.
Au fur et à mesure que les pages se tournent le récit devient plus addictif, le style s'affirme et se met véritablement en place offrant au lecteur une histoire plus fluide et plus agréable. le lecteur parvient mieux à s'immerger dans le récit et prend plaisir, en même temps que le héros, les mystères qui l'entoure.
Et ceci malgré des éléments qui s'avèrent un peu trop typiques des jeux vidéos : une liste de personnes à abattre, la découverte d'une page du Codex à chaque assassinat d'un allié des Templiers, page qui lui,permet de découvrir des informations sur une quête plus importante ou... en fait un scénario proche des jeux de rôles, mais qui somme toute s'intègrent bien au récit.
Les personnages sont plutôt bien campés, même s'ils auraient gagné en profondeur avec une psychologie plus poussée. Des personnages très différents les uns des autres. L'univers de la Renaissance est très intéressant à découvrir, solide notamment dans l'emploi de nombreuses figures historiques. Un univers qui fait voyager le lecteur de Florence à Venise en passant par Rome, les descriptions étant bien maîtrisées, pas trop longues, laissant une partie du décor à l'imagination du lecteur.
La dynamique du récit est excellente, toute en action et rebondissements, malgré une narration qui ne permet pas au lecteur de s'attacher pleinement au personnage principal.

Au final, l'auteur nous offre un récit plus proche du roman historique que de la fantasy, qui nous offre un très bon voyage dans l'Italie de la Renaissance, teinté d'une pointe de romance et d'un zeste d'humour qui offre un très bon divertissement au lecteur. Une novélisation assez réussie, malgré quelques longueurs et quelques phrases trop emphatiques, qui laisse entrevoir une suite plus sympathique encore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Saiwhisper
31 mars 2016
Une fois de plus, l'adaptation d'Oliver Bowden est très fidèle au jeu. J'ai pris plaisir à revivre l'histoire d'Ezio Auditore : ses badinages avec la gente féminine, sa relation avec son frère ainé, ses courses sur les toits de Florence, ses combats contre les Borgia, mais également sa peine ainsi que sa colère lorsque la moitié de sa famille sera jugée puis condamnée à mort... Ainsi, j'ai aimé redécouvrir ce changement brutal entre le personnage jovial, dragueur et "je m'en foutisme" du début et l'Assassin dangereux, à l'aise parmi la foule et capable de tuer en respectant un Credo. A travers sa quête de vengeance, Ezio entraîne le lecteur d'une ville italienne à une autre : Florence, Venise, etc. le voyage est long, rempli de péripéties, d'ennemis, de cibles (les Templiers) à éradiquer et de pages de Codex à récupérer. Redondance assez similaire au jeu : notre jeune héros enchaîne les missions d'assassinats, ce qui peut vite lasser le lecteur.
J'ai tout de même quelques regrets : étant donné que la saga est assez longue, l'auteur a tenté de condenser un maximum d'événements. Il a donc été à l'essentiel. Les descriptions sont donc souvent survolées, l'histoire avance rapidement (on sent qu'Oliver Bowden a privilégié les scènes les plus importantes du scénario) et la chronologie se montre parfois difficile à analyser (ce roman retrace la vie d'Ezio de dix-sept à quarante-quatre ans, autant dire que c'est énorme). Peut être aurait-il fallu une date ou une indication temporelle au début de chaque chapitre... Bien évidemment, on sait que le temps est passé d'une cible à une autre, mais tout de même, j'aurais voulu plus de détails temporels. Heureusement, la plume de l'auteur est toujours aussi simple que prenante. de plus, les péripéties ne manquent pas, de même que les scènes d'action, ce qui m'a permis de passer un bon moment de lecture et de retrouver l'ambiance du jeu vidéo. J'ai également apprécié l'utilisation de mots en italien, une langue qui, heureusement, ne m'est pas inconnue ! Ce qui n'est pas plus mal, car j'imagine que ceux qui ne parlent pas cette langue doivent sans cesse aller vérifier la signification des termes dans le glossaire... Des allers-retours qui doivent rendre dingue et qui doivent casser le rythme de la lecture ! Peut-être aurait-il été préférable de traduire les mots en bas de page ?
La saga Assassin's Creed rédigée par Oliver Bowden est clairement du marketing, mais qu'importe. Personnellement, j'apprécie ce genre de lecture car cela se lit bien et me permet de replonger dans l'univers de la firme. Lorsque je découvre la retranscription d'un passage du jeu qui m'a donné du fil à retordre ou qui m'a fait sourire, cela éveille divers souvenirs... Et c'est ce qui me plaît. Généralement, l'adaptation est assez fidèle et dynamique. le seul bémol est que cela n'apporte pas grand chose si l'on a joué aux jeux vidéos. Hormis les deux derniers tomes ("Unity" avec Elise et "Underworld" avec "Greeny"), l'auteur retrace le scénario complet du jeu. Il n'y aura donc pas de surprise scénaristique si vous avez déjà joué au jeu d'où est adapté le roman...
Malgré quelques longueurs et une absence de données temporelles, "Assassin's Creed Renaissance" m'a fait passer un bon moment. Il faut dire que la recette est agréable : voyage en Italie, combats, humour, un peu de romance et beaucoup d'action... E. C.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations & extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
TatooaTatooa18 décembre 2016
Il parla des impasses fluviales, discrètes et noires comme de l'encre, des imposants palazzi éclairés à la bougie, du curieux dialecte italien dans lequel on s'y exprimait, du silence qui y régnait, de la splendeur criarde des vêtements, des formidables peintres, dont le prince était Giovanni Bellini - et que Leonardo avait hâte de rencontrer -, de la musique, des masques, de l'exubérante capacité des habitants à faire de l’esbroufe, de leur maîtrise de l'art du poison.
- Et tout ça, conclut-il (Leonardo), je l'ai appris dans les livres. Imagine un peu à quoi ça doit ressembler dans la réalité !
"Ce sera sale et humain, songea froidement Ezio. Comme partout ailleurs".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Dionysos89Dionysos8904 février 2012
- Ça suffit pour l'instant, dit Teodora. Viens, Ezio. Tu as travaillé dur, mon fils. Je sens que ton corps fatigué a besoin de réconfort et d'attention.
Ezio comprit aussitôt ce qu'elle voulait dire, et il joua le jeu.
- C'est vrai, ma sœur. J'ai tellement mal partout que j'aurais bien besoin d'un peu de réconfort et d'attention. J'espère que tu sauras te montrer à la hauteur !
- Oh ! sourit Teodora. Je n'ai pas l'intention d'apaiser tes douleurs toute seule ! Les filles !
Un essaim de courtisanes se faufila devant Ezio en lui souriant et pénétra dans la pièce, au centre de laquelle il aperçut un lit aux dimensions impressionnantes, au côté duquel se trouvait un engin singulier ressemblant à une couchette, mais avec des poulies, des sangles et des chaînes. Cela lui fit penser à un mécanisme digne de figurer dans l'atelier de Leonardo, mais il n'osait imaginer quel usage l'inventeur aurait pu lui donner.
Il échangea un long regard avec Teodora, et il la suivit dans la chambre, refermant solidement la porte derrière lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
TatooaTatooa19 décembre 2016
- C'est la première fois que j'entends parler d'une femme à la tête d'une cité-état. Je suis impressionné. (Ezio)
Caterina esquissa un sourire.
- Eh bien, elle se trouvait auparavant entre les mains de mon mari, naturellement. Vous vous souvenez de lui, non ? Girolamo... (Elle marqua une pause.) Eh bien, il est mort.
- Je suis vraiment navré...
- C'est inutile, répondit-elle simplement. Je l'ai fait assassiner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Dionysos89Dionysos8915 mars 2012
Machiavelli fit un pas en avant et lança un regard sévère en direction d'Ezio.
- Là où d'autres suivent aveuglément la vérité, rappelle-toi... (Et Ezio acheva la phrase comme s'il l'avait entendue toute sa vie :)
- ... que rien n'est vrai.
- Là où d'autres sont limités par la morale et la loi, poursuivit Machiavelli, rappelle-toi...
- ... que tout est permis.
- Nous œuvrons dans les ténèbres pour servir la Lumière. Nous sommes des assassins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Dionysos89Dionysos8924 janvier 2012
Ezio le regarda s'éloigner avant de décider de le suivre. La charrette était bien loin en contrebas mais, se souvenant de ses leçons, il maîtrisa sa respiration, se calma, se concentra.
Alors seulement il s'élança dans les airs et entreprit le plus grand bond qu'il ait jamais réalisé. Un bref instant, il crut avoir mal calculé sa trajectoire mais, dominant ce court épisode de panique, il atterrit sain et sauf dans le foin. Un vrai saut dans l'inconnu ! Le souffle court, mais en même temps soulagé par son succès, Ezio sauta de la charrette sur la chaussée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
autres livres classés : jeux vidéoVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
875 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre
. .