AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2211037119
Éditeur : L'Ecole des loisirs (18/09/1996)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 331 notes)
Résumé :
Un magasin spécialisé, une caverne d'Ali Baba pour fanatiques de simulation sur petit écran. Mais le marchand, un vieil homme, remarque sur la poitrine d'Andreas un insigne auquel ses camarades n'avaient pas accordé d'attention. Il murmure "Ça ne finira jamais…" et leur donne un jeu. En leur ordonnant d'y jouer. Un jeu "d'enfer". Quand le virtuel rejoint le réel, quand le passé pare l'actualité d'un désagréable air de déjà vu, le frisson n'est pas loin. Celui qui at... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (64) Voir plus Ajouter une critique
latina
  12 novembre 2012
« No pasarán », « Ils ne passeront pas », c'est la phrase, cri de révolte et de haine, prononcée par un camp espagnol lors de la guerre civile, mais c'est finalement celle qui reflète toutes les guerres !
Voilà enfin un roman qui, sous prétexte d'incursion surnaturelle dans un jeu vidéo, informe les adolescents sur la guerre. Mais quelle guerre ? Toutes les guerres ! Que ce soit celle de 14-18 avec les batailles autour de Verdun, ou la guerre civile espagnole avec Guernica, ou encore la guerre en Bosnie, ou enfin la guerre 40-45, avec la Rafle du Vel d'Hiv'…
Voilà donc le thème principal de ce roman qui flirte allègrement avec la violence.
Certains pourront dire que la violence les insupporte, c'est vrai, mais c'est pour mieux la bannir que l'auteur l'a mise en scène ! Un trop-plein de sang, de massacres provoque inévitablement la nausée. Les 3 adolescents héros de cette histoire vont boire cette coupe écoeurante jusqu'à la lie.
Certains diront aussi que le style de l'auteur n'est pas particulièrement « spécial », que la fin est trop classique…Oui, c'est vrai. Mais il faut dire que la complexité due au mélange des guerres et à l'interpénétration du réel et du fantastique est suffisante pour ne pas en « rajouter » avec un style difficile à comprendre. Et la fin « convenue » est une fin percutante pour nos ados qui n'y connaissent rien, il faut l'avouer, à la guerre 40-45.
Et enfin, il faut reconnaître que les personnages sont un peu trop caricaturés, soit bons, soit méchants. OK…mais je le redis, c'est pour ne pas détourner l'attention des ados du thème principal.
Vous l'aurez compris, je plaide à toute force pour ce roman. Pour les ados. Pour la vie. Pas celle des jeux vidéo, pas celle des combats, celle de la tolérance et de la compréhension.
La violence « no pasará » !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          612
abo2008
  15 juin 2011
L'histoire est très originale. Un vieux monsieur offre un jeu vidéo à des adolescents. Ces derniers vont découvrir un jeu de guerre particulièrement violent et réaliste. Tellement réaliste qu'ils ne sauront plus s'ils sont dans un monde réel ou un monde virtuel. Et le lecteur également. On ne sait plus, comme les héros, si les scènes de batailles sont réelles ou non.
De plus, renforçant cet impression, le réel et le virtuel se croisent : un des garçon ayant choisit le rôle du SS reconnaît, parmi les déportés juifs, le vendeur de la boutique âgée d'environ 15 ans.
L'atmosphère du récit est oppressante, la violence est très présente, mais de façon à ce que le lecteur finisse par s'interroger sur la banalisation de la violence, du racisme et des conséquences que cela à eu ou pourra avoir.
La fin est un peu décevante car trop classique.
Commenter  J’apprécie          290
Eroblin
  24 août 2019
Je ne joue pas aux jeux sur ordinateur et n'y jouerai jamais mais si j'ai lu cette histoire c'est parce qu'elle permet de basculer dans un univers fantastique tout en étant une réflexion sur la guerre en générale.
Trois copains liés par l'amour des jeux vidéo bien sanglants sur ordinateur profitent d'un séjour scolaire à Londres pour faire une incursion dans un magasin tenu par un étrange vieillard. C'est une caverne d'Ali Baba où on trouve tous les jeux que l'on désire. Mais au moment de partir, le vieillard remarque sur le blouson d'Andréas un insigne nazi et il les oblige alors à accepter un jeu qui va les faire basculer dans une réalité virtuelle troublante.
C'est Thierry qui s'en rend compte en premier puisqu'il se retrouve catapulté en 1917 en France sur le front de l'Aisne. Cette expérience ultime le terrifie tout comme Eric qui, lui, se retrouve dans le village de Guernica en 1938. Mais pas Andréas qui, au contraire, est fasciné par la possibilité de pouvoir tuer, et encore tuer. Qu'importe s'il s'agit d'innocents, qu'importe s'il devient un bourreau sanguinaire, Andréas sombre dans une folie meurtrière virtuelle certes mais ô combien révélatrice de sa personnalité. Les deux amis vont devoir trouver un moyen pour stopper Andréas.
Le roman est court mais intense, de plus il se termine par un « cliffhanger » comme on dit qui vous laisse sur votre faim. Vite la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
3Akervallon
  31 janvier 2014
Attention, pour amateurs de jeux vidéos, uniquement !
J'ai hésité entre 4 et 5 étoiles et finalement ce sera quand même un petit 5 étoiles pour l'originalité et le thème.
No pasaran le jeu est une oeuvre écrite par Christian Lehmann et éditée par L'école des loisirs en 2013.
Ce livre parle des violences durant la guerre d'Espagne, de la vie d'un adolescentet de son addiction pour les jeux vidéos.
Eric, un adolescent du XX° siècle vient d'acheter un jeux vidéo, étrange, passionnant, auquel il joue beaucoup. Son ami Andréas a lui aussi obtenu ce jeux, il défie Eric et remporte la partie. Mais à la fin de la séance de jeu, il sort du monde de la guerre et a mal aux mêmes endroits que pendant le combat. Eric va-t-il remporter la guerre d'Espagne, ou laisser cette terre à la légion Condor d'Andréas qui fera régner la chaos ?
Ce livre m'a particulièrement interressé, car j'ai aimé le contexte (guerre d'Espagne, monde de l'adolescence) mais aussi car il explique des fait réels.
Je l'ai apprécié, et j'ai été fasciné par l'immersion d'Eric dans le jeu vidéo.
L'épisode suivant m'interresserait, car dans celui-ci il n'y a pas de fin véritable.
J'ai aimé l'extrait suivant :
" Andréas choisit 1939-1945. A son grand soulagement, un nouveau menu apparut, déroulant des noms de lieux, de batailles, de faits de guerres, qui lui arrachèrent un grognement de profonde satisfaction. Pearl Harbor, Stalingrad, Varsovie, Dachau... A cette énumération, Andréas bouillait d'impatience. Il cliqua fébrilement pour choisir son unité, voyant défiler à l'écran des dizaines d'uniformes : SA, SS, Wehrmacht, légion Condor, Gestapo..."


Un jeu doué d'une intelligence, y croyez-vous?
"No pasaran le jeu " de Christian Lehman est un livre de fiction écrit en 1996 où trois adolescents qui lors d'un voyage scolaire décident de s'éclipser pour aller se balader dans les rues de Londres.
Ils entrent dans un magasin de jeu vidéo et en sortent avec une simple disquette sans indication, mais quel est donc ce jeu?
Eric, Andréas et Thierry jouent chacun a leur tour à ce jeu et nous révèlent leur vraie personnalité. Mais ce jeu "L'expérience Ultime" est bien plus dangereux qu'ils ne le croiyaient.
Ce roman traitant de la guerre de 14-18 à la guerre de l'Espagne , nous plongent dans le monde de la guerre et de la violence qu'elles avaient apporté a ceux qui ont eu le malheur de la vivre .
Des éxecutions aux batailles sanglantes , nos jeunes joueurs vont vivre l'expérience la plus intense de leur vie. Mais une expérience dangereuse a aussi pour effet de faire perdre connaissance (p.95) ...
Ce roman est très intéressant de par son thème et des personnages assez proches de nous, pas seulement par rapport a leur âge mais aussi par leur attitude et leur vocabulaire .
Nous avons eu un grand plaisir à lire ce roman et j'ai vraiment aimé la façon dont l'auteur a caractérisé chaque personnage pour que chaque passage les comportant soit comique comme par exemple ce passage :
"Ah ! les bombes incendiaires ! J'adore le bruit que fait la soute des bombardiers en s'ouvrant , cette espèce de glissement hydraulique ... Whooosssshh... (...) Je suis heureux que tu y aies trouvé du plaisir . Surtout ne te gêne pas pour continuer sans moi."
Je conseille donc ce livre aux adolescents qui vont surement avoir un grand plaisir à le lire .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
emmyne
  21 juin 2011
Un roman incontournable et nécessaire sur l'ascendant des jeux video, celui des mondes virtuels, sur certains adolescents, prétexte à mettre en évidence et dénoncer la guerre, le fascisme, la banalisation de la violence déversée au quotidien par les médias, celle historique, lointaine, sans réalité concrète, ni dimension humaine.
Par cette longue phrase d'introduction, je vous laisse imaginer la densité des thèmes et des références, l'intelligence et l'efficacité de ce roman qui s'inscrit dans le genre fantastique dans la mesure où ce jeu ( No Pasaran en référence à Guernica, à la guerre civile espagnole ) présente des qualités technologiques extraordinaires et semble s'adapter à chacun des joueurs, à leur personnalité, en toute autonomie alors même qu'il n'existe pas, n'affichant aucun octet sur le disque dur de l'ordinateur et réalisant des connexions en réseau sans branchement de modem.
La force du récit tient à son paradoxe : hyper réalisme à travers le virtuel. le jeu confié par un vieil homme dans une boutique de Londres entraînent les trois héros dans des reconstitutions historiques de batailles dans lesquelles ils sont actifs, se confrontant à l'horreur des conflits en totale immersion - l'expérience ultime, troisième et dernier niveau du jeu - parmi les Poilus sacrifiés, les Brigades Internationales dans l'Espagne de 1937...partout où les peuples se sont déchirés. Peur, dégoût, haine et cruauté, la prise de conscience sera terrifiante et douloureuse, d'autant que l'un des adolescents, Andreas, déjà fasciné par la violence et la mort, adepte forcené du jeu Doom, bascule dans l'idéologie fasciste - en cela déjà préparé par un père raciste et activiste - dans sa logique de destruction, dans l'idéal mortifère de supériorité et puissance par les armes et la terreur qu'il suscite. Prises de conscience au pluriel serait plus juste : des vies humaines face aux stratèges, des combattants sans idéologie s'abandonnant aux pires instincts, du rôle essentiel du passé, de le connaître, de le comprendre, pour l'avenir.
L'atmosphère du récit est oppressante, emplie de questions, de doutes, d'inquiètude; l'univers des jeux video rendu avec un réalisme technique évident - noms des jeux, marques, matériels - donnent justement tout un ton de véracité et de possible à l'histoire. le malaise est diffus, les thèmes s'entrecroisent à travers les personnages principaux, leurs expériences; thèmes contemporains à travers les personnages secondaires, un frère soldat français en Bosnie, une camarade de classe serbe réfugiée en France.
Aussi magistral que " Be Safe " de Xavier-Laurent Petit, si ce n'est l'épilogue qui m'a paru hâtif et convenu, jouant du moral retournement de situation : Andreas, ayant choisi le rôle d'un SS au cours de la Rafle du Vel d'Hiv lors d'une reprise du jeu, se voit arrêté et déporté avec les familles juives - personnes parmi lesquelles il reconnaît le vieil homme à l'avant-bras tatoué de chiffres de la boutique alors jeune homme d'à peine quinze ans -, confondu pour usurpation d'identité, et donc soupçonné d'avoir une raison de se cacher, puisque seule la police française était active ce matin là.



Lien : http://lisezjeunesse.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

critiques presse (1)
Sceneario   12 février 2014
Cette Bande Dessinée est une très belle réussite qui donne envie de découvrir le roman et ces auteurs talentueux.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
latinalatina   12 novembre 2012
Ce que recherche Andreas, c'est le pouvoir démentiel que procure une arme à un pauvre type sans idées, sans courage, sans rien d'autre que sa haine de lui-même et des autres.
Andreas te sortira des milliers de discours sur la noblesse militaire, sur la grandeur de servir le drapeau, un tas de conneries auxquelles il ne connaît rien mais que sa famille lui a inculquées depuis tout petit pour masquer par des mots l'essentiel. L'envie de détruire, l'envie d'écrasr, l'envie de tuer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
genougenou   09 juin 2013
Ce n’était pas un rêve. La poignée était solide, résista même une seconde. Eric poussa de tout son poids, et la porte céda enfin. Il reconnut l’odeur de la boutique, inexplicablement. L’odeur des matins de Noël, des emballages en cellophane luisant sous le papier cadeau déchiré, des paquets ouverts exhalant le propre et le neuf, l’inconnu. Ils restèrent groupés sur le seuil un instant, comme hésitant à rompre la magie de l’endroit. Puis se séparèrent, timidement. Thierry ôta sa casquette, son écharpe. Du coin de l’oeil, Eric le vit faire, songea que c’était probablement à cause de la chaleur. L’effet évoquait plus sûrement un croyant pénétrant dans une église. Il se concentra sur l’étalage devant lui, leva lentement la main vers une boite de jeu, repoussant l’instant du contact. C’est idiot, songea-t-il, ce ne sont que des jeux sur ordinateur, pas le Sacré Graal…mais cette pensée ne fit que traverser son esprit, et il glissa la boite hors de son logement avec précaution, presque avec révérence. A l’intérieur de la boutique, le temps alors n’eut plus cours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
3Ckervallon3Ckervallon   06 février 2014
Vous-aimez la guerre et les jeux vidéos? Venez me lire.

Cette oeuvre paru en France le 18 septembre 1996.
Trois jeunes adolescents, Eric, Thierry, Andreas se trouvent en voyage scolaire à Londres. Ils se rendent dans un magasin de jeux vidéos. Le marchand leur donne une disquette sans livrer d'instruction. Arrivés en France, Thierry, impatient installe le nouveau jeu. Andreas et Thierry y jouent en permanence. Dans le jeu pas comme les autres, Thierry est atteint d'une crise d'épilepsie, il la ressent dans la vie réelle et se retrouve à l’hôpital accompagné d'Elena et d'Eric. La mère de Thierry arriva à l'hôpital et donna l'ordre aux deux enfants de rentrer chez Thierry pour prévenir son père. Par la suite, les trois copains se mettent à rejouer au jeu et vont chacun dans un clan ce qui crée des conflits amicaux. Vont-ils arrêter d'y jouer ?

On a aimé cette oeuvre car on aime la science-fiction et c'est un livre sur les jeux vidéos et la guerre ce qui normalement intéresse les jeunes. C'est un roman qui se lit facilement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
3Ckervallon3Ckervallon   07 février 2014
fan de roman de science-fiction ? ce livre est fait pour vous!!!!
C'est un roman qu'on doit lire au moins une fois dans sa vie.
Cependant, les filles n'aimeront moins car il parle de jeux video uniquement!
C'est une histoire très origine de trois adolescent.Un jour une personne agée donne un jeu video à ces trois adolescents.Ces derniers vont découvrir un jeu de guerre très réaliste et ce dernier va se révéler extremement violent.
Tellement réaliste, que les adolescents ne sauront plus si ils se trouvent dans un monde réel ou ou un monde fictif !!!!!
Ce récit fait référence à la guerre d'Espagne.
Ce livre nous rappelle que les jeux vidéo sont addictif et dangereux si nous y restons trop longtemps dessus!!
C'est un bon roman d'apprentissage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
SachenkaSachenka   07 août 2011
- Les seuls combats perdus d'avance sont ceux qu'on refuse de livrer...
Commenter  J’apprécie          260
Videos de Christian Lehmann (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Lehmann
No Pasaran le jeu, Christian LEHMANN, Enquête d'auteur
autres livres classés : jeux vidéoVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

No pasaràn, le jeu.

Qui est amoureux d'Elena?

Thierry
Andreas
Eric
Cédric

10 questions
347 lecteurs ont répondu
Thème : No pasaran : Le Jeu de Christian LehmannCréer un quiz sur ce livre
.. ..