AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Hitler est mort tome 1 sur 2

Jean-Christophe Brisard (Autre)Alberto Pagliaro (Autre)
EAN : 9782344033340
64 pages
Glénat (14/10/2020)
3.62/5   25 notes
Résumé :
Quels secrets se cachent derrière la mort du Führer ? Pourquoi n'existe-t-il pas de photos officielles du cadavre d'Hitler ? Pourquoi ces rumeurs sur son évasion en Amérique du Sud ? Il est temps de lever le voile sur l'une des plus grandes manipulations de la Seconde Guerre mondiale...
2 mai 1945, l'Armée rouge a conquis Berlin après des semaines de combats intenses. Mais le Führer reste introuvable. Les nazis affirment qu'il s'est suicidé. Comment les croi... >Voir plus
Que lire après Hitler est mort, tome 1 : Vigilant et impitoyableVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Berlin. 6 mai 1945.

Les Russes se sont emparés de la capitale du Reich depuis plusieurs jours. La guerre est finie… Enfin, la guerre entre les nazis et les alliés… Parce qu'une autre guerre ne fait que commencer !
C'est une guerre secrète qui oppose les Soviétiques entre eux. En l'occurrence, deux belles crapules, deux grands assassins, deux immondes bourreaux : Viktor Abakoumov et son SMERSH contre Beria et son NKVD. Une guerre entre services secrets russes. Une guerre qui se traduit par une course contre la montre. Lequel des deux services sera-t-il le premier à mettre la main sur Hitler ! Avant de signer la fin de la guerre, le Petit Père des Peuples, Staline, veut s'assurer que son grand ennemi personnel est bien mort et qu'à défaut, il lui tombe entre les mains.

Critique :

Dans un premier temps, repoussé par les dessins des personnages taillés à la serpe, et les couleurs crues et uniformes, j'ai différé l'achat de cette bande dessinée. Finalement, tenté par le sujet, j'ai acheté l'album avec beaucoup de réticences, ce type de dessin n'étant pas ma tasse de thé.
Après lecture, je suis revenu sur mes premières impressions. Ces dessins très géométriques, anguleux au possible et ces couleurs contribuent bien à l'atmosphère délétère de l'ouvrage, où l'on voit les dirigeants des deux services secrets russes s'affronter par petits pions interposés et où tous ls coups fourrés sont autorisés, les deux maisons ne reculant devant aucun sacrifice. Je croyais savoir pas mal de choses sur la fin d'Hitler, sa fin et les jours qui ont suivi, mais j'ignorais à quel point cette affaire du cadavre de feu le Führer avait l'objet d'une guerre entre services secrets russes.
J'attends avec impatience la suite de l'histoire.
Commenter  J’apprécie          210
Jean-Christophe Brisard part dans cette série BD prévue en trois tomes de la mort d'Hitler dans son bunker pour imaginer la recherche de son cadavre par les forces soviétiques en mai 1945. Staline met une pression maximale à ses troupes pour pouvoir montrer le cadavre au monde entier. A défaut, il veut être sûr que le dictateur nazi est bien mort. Il charge de cette mission le NKVD de Beria et le SMERSH du colonel Abakumov.

Dans une URSS où il vaut mieux être bien vu du secrétaire général du PCUS, les deux services se lancent dans une course de vitesse dans les ruines de Berlin.

Le scénario se nourrit de personnages réels : Heinz Linge, le valet d'Hitler, Hans Baur, son pilote d'avion, Otto Günsche, le dernier aide de camp d'Hitler. S'y ajoutent les héros de fiction : la lieutenant Kagan du SMERSH, jeune fille efficace qui cache sa judéité, le capitaine Saveliev, chef de l'équipe du NKVD, sans scrupules et violent.

Les dessins des personnages allongés et plutôt géométriques étonnent un peu, mais finalement ce type de graphisme convient au sujet. Évidemment, le rouge prédomine dans les couleurs de l'album : rouge du sang, rouge des uniformes…

Pas mal construite, mais sans grand rythme, cette BD mérite un détour. On lira la suite...
Commenter  J’apprécie          201
Tome 1 - Vigilant et impitoyable.
Scénario : Jean-Christophe Brisard.
Dessin et couleur : Alberto Pagliaro.
Je ne suis pas du tout une spécialiste de BD.
Cependant, lorsqu'il s'agit d'histoires réelles, j'aime me pencher sur celles-ci.
C'est le cas pour ce volume dont j'ai apprécié l'histoire ( recommandé par Historia, ce qui est une référence )
Quant aux dessins, j'ai aimé les traits abrupts et les couleurs éclatantes qui me paraissent convenir à ce type de relation.
Certains cartouches sont couleur sépia lorsque L Histoire prend le pas sur l'histoire. Les cieux sont balayés de nuages en volute qui sont parfois des nuages d'incendie car Berlin, encore fumante, est en ruine.
Je trouve que ce premier opus est une réussite.
Commenter  J’apprécie          170
Là encore, j'ai lu récemment une BD qui traitait sur le même scénario à savoir dans les décombres de Berlin la recherche du cadavre d'Hitler en Mai 1945. On se souvient tous de ce coup de coeur un peu collectif à savoir « Seules à Berlin ».

Cependant, on est pas dans le même registre émotionnelle. Hitler est mort est de la BD de divertissement pur grand public. On oublie un peu les viols commis par les soldats de l'armée rouge conquérante ainsi que toute la souffrance d'un peuple. C'est certes évoqué mais tout se concentre sur l'événementiel à savoir la lutte de deux services rivaux de l'URSS (NKVD et le mystérieux Smersh) quant à la recherche du cadre d'un dictateur nazi avec ce doute : Hitler est-il bien mort ? A t'il pu s'enfuir en Amérique du Sud comme d'autres dignitaires nazis ? Tel est l'enjeu de ce récit assez passionnant.

Dans ce registre, la mission est accomplie par les auteurs. Il y a bien quelques retournements de situation. le tout demeure assez crédible. Au final, un thriller historique palpitant.
Commenter  J’apprécie          120
Mai 1945, la guerre fait rage....

Mais plus vraiment dans les rue de Berlin car la ville, tout comme le IIIe IIIe Reich, viennent de tomber.
Les troupes soviétiques se sont en effet rendues maîtres de la ville et les hauts-dignitaires nazis, tels que le Maréchal Keitel, chef d'état-major d'Hitler, encore en vie sont sur le point de signer la réddition, sans condition, de l'Allemagne.

Mais une lutte de prestige et sans concession a lieu entre les deux services de renseignements soviétiques, le SMERSH du colonel Abakumov et le puissant NKVD dirigé par Lavrenti Béria.

Le but : obtenir les faveurs de Staline en ramenant les premiers, le corps d'Adolf Hitler à Moscou !!, rien que ça.

Mais leurs équipes ont fort à faire à Berlin, non pas à chacun trouver des pistes, des indices, mais en s'évitent l'une et l'autre car tous les coups sont permis.

Connaissant Staline, la donne est simple : la gloire et les médailles, ou la Sibérie et le goulag.

Donc pour être sûr la première marche, il ne suffira pas d'être les plus rapides,ils faudra aussi se faire à l'idée que tous les coups sont permis.

Commenter  J’apprécie          100


critiques presse (2)
ActuaBD
04 février 2022
C’est un joli thriller que nous a écrit Jean-Christophe Brisard où les protagonistes sont fort bien caractérisés, d’autant mieux que le dessin expressionniste d’Alberto Pagliaro, aux mises en couleur et aux perspectives déstructurées, accentuent une ambiance proprement paranoïaque.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Auracan
30 octobre 2020
Avec ce premier tome haletant d’un triptyque historique, le scénariste capte rapidement l’attention du lecteur qu’il entraîne dans un imbroglio dans lequel tous les coups sont permis.
Lire la critique sur le site : Auracan
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Hitler mort ! Vérité ou ultime propagande des nazis ? C’est pour le savoir que Staline a envoyé ses meilleurs limiers à Berlin. Le cadavre carbonisé de Goebbells a été retrouvé près du bunker du dictateur. Le fidèle sbire d’Hitler s’est suicidé avec sa femme et ses six enfants. Mais aucune trace du monstre. Hitler a disparu. (p. 4-5)
Commenter  J’apprécie          50
Et il y a un terrible silence pendant lequel on n'entend que le bruit d'une plume sur le papier. Comme c'est silencieux, l'abdication d'un peuple.
P 23 Glénat
Il s'agit de la signature de l'acte de reddition, le 8 mai 1945, par le Maréchal Keitel, chef d'état-major d'Hitler, en présence du Maréchal russe Joukov. ( NDL )
Commenter  J’apprécie          40
Tu as vite compris que les honneurs ne s'obtiennent qu'en se salissant les mains.
Commenter  J’apprécie          160
Les imbéciles ! Parce qu'ils sont toujours en vie, ils pensent que la mort les a oubliés.
Commenter  J’apprécie          50
- Officier, je suis le Général Baur. Je refuse d’aller à Moscou dans de telles conditions. Nous sommes des prisonniers de guerre, pas des animaux.
- Ha ! Ha ! Ha ! Vous n’êtes ni l’un ni l’autre, vous êtes des putains de Nazis.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
autres livres classés : stalineVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (53) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2845 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *}