AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Carine Bruy (Traducteur)
ISBN : 2375611012
Éditeur : Mirobole (04/05/2018)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Bonita n’a guère vécu. Depuis le décès de son père, elle s’occupe d’Elvy, sa mère malade, dans leur grande maison familiale d’Ystad et ses sorties se limitent à des incursions à la supérette locale. Son amie d’enfance, Doris, partie vivre à Malmö une existence sophistiquée, revient s’installer en face de chez Bonita.
Lorsque les deux femmes renouent le lien, elles s’attaquent à une question qui les intrigue : les employeurs louches qui ont recruté Doris ne tr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
sandrine57
  13 juillet 2018
Fidèle à la promesse faite à son père sur son lit de mort, Bonita s'occupe de sa mère malade depuis de nombreuses années. A 57 ans, elle a l'impression d'avoir perdu sa jeunesse, ses rêves, sa vie, entre les murs de la maison familiale qui porte son nom, dans la banlieue d'Ystad. Et même si elle est très attachée à sa mère, Bonita perd parfois patiente et regrette son sacrifice, son emprisonnement dans une existence triste, sans amours, sans amis, sans autre sortie que les quelques courses au supermarché. Quand sa voisine décède et que sa fille Doris revient à Ystad, Bonita se souvient avec une pointe de nostalgie de ses jeunes années et de leur belle amitié. Doris, toujours belle et sûre d'elle, revient s'installer dans la maison d'à côté et Bonita sent que sa vie pourrait prendre un nouveau tournant. Et en effet, Doris qui n'a pas réussit à Malmö aussi bien qu'elle le laissait entendre, revient avec des projets plein la tête. Leur amitié reprend de plus belle et les deux femmes se lancent dans une entreprise aussi cocasse que risquée mais qui fait souffler un vent nouveau dans la villa Bonita.
Une histoire drôle et tendre qui veut prouver qu'il n'y pas d'âge pour changer, pour oser, pour s'épanouir. On sourit souvent aux péripéties de Bonita et Doris, aux déboires des employeurs de cette dernière mais on est surtout ému par les deux femmes, leur gentillesse, leur abnégation, leur volonté de faire le bien.
Ce n'est pas le roman du siècle, l'histoire n'est pas particulièrement originale et pourtant on s'attache à ces personnages de femmes décrites avec beaucoup de simplicité et de tendresse par l'auteure et, finalement, on a passé un bon moment dans cette bulle de bons sentiments. Léger et charmant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
VivianeB
  22 juillet 2018
Ce que j'aime dans les romans de l'auteur, c'est la bienveillance qui entoure les histoires de personnes simples, confrontées à des situations parfois compliquées mais pour lesquelles, des solutions sont trouvées toujours à leurs bénéfices. Une histoire touchante, drôle et émouvante pour décrire les destins de femmes confrontées à la solitude et qui se trouvent réunies par les évènements.
Commenter  J’apprécie          100
zazy
  15 juin 2018
Bonita, depuis la mort de son père, s'occupe à plein temps de sa mère, très diminuée. Elle est elle-même devenue une vieille femme trainant, dans ses pantoufles et son tablier, son ennui. Lors de l'enterrement de sa voisine, elle retrouve Doris, son amie d'enfance. Elles se voyaient si souvent que le passage, bien marqué sur les pelouses et les arbres qui séparent les deux maisons, faisaient sourire les parents. La vie les a séparées. Doris est partie en ville, et Bonita a joué la bonne de sa mère.
Malgré ce que pense Bonita, Doris n'a pas la vie dorée qu'elle imagine. Elle vient d'être licenciée et a, par chance, trouvé un emploi quelque peu bizarre, mais bon… Un malheur n'arrivant jamais seul, elle est larguée par son mari et décide de revenir dans la demeure familiale d'Ystad.
Les relations entre les deux voisines-amies reprennent de pus belle. La morgue, plutôt, la prétendue morgue de Doris tombe, si elle existait. Bonita reprend quelque assurance, va même mettre sa mère en maison le temps de quelques jours ; chose qu'elle n'avait jamais fait auparavant.
Les deux amies vont enquêter sur les employeurs quelque peu douteux de Doris et découvrent qu'elle travaille pour un proxénète, charmant, n'est-il pas !
Elles décident, rien moins que cela, d'aider les prostituées et autres femmes battues en les accueillant dans leurs maisons respectives.
Quel changement pour Bonita. Même sa mère, revenue chez elle, s'en trouve très bien, enfin on s'occupe bien d'elle, il y a du mouvement. La vie revient à la Villa Bonita
Les deux amies n'en restent pas là et ont un projet un peu hors des clous de la morale, mais….
Comme les deux vieilles soeurs d'Aphrodite et vieilles dentelles, les deux amies montent un businesse, peut-être pas tout-à-fait… Mais bon… pour se sentir vivantes. Bonita a ouvert les parenthèses de sa vie et Doris a pris sa revanche
Un livre drôle, agréable à lire.

Lien : http://zazymut.over-blog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Alexmotamots
  04 juin 2018
Troisième roman de l'auteure parue et traduit chez Miroboles, je me suis encore une fois régalée avec les personnages.
Bonita et sa mère atteinte d'Alzheimer vivent dans leur grande maison à Ystad. Leur vieille voisine décède, et sa fille revient habiter la maison.
Doris, fraîchement divorcée, a trouvé un travail étrange : elle est chargée de contacter des clients qui veulent louer une chambre avec mobilier à la journée, d'encaisser le loyer et de le reverser à ses employeurs. Pas de taxes, pas d'impôts.
Bien sûr, les deux quinquagénaires mènent l'enquête pour savoir ce qui se cache derrière cette entreprise louche, et découvrent deux proxénètes pas très doués.
Par esprit de revanche, elles accueilleront chez elles d'anciennes prostituées.
J'ai aimé la mère de Bonita qui perd la tête, mais qui se souvient de temps en temps de qui elle est et de son histoire.
Les deux proxénètes sont navrants de bêtises, s'en est comique.
Une auteure qui sait nous montrer pour nous faire apprécier les petites choses du quotidien qui font une belle vie.
L'image que je retiendrai :
Celle du jardin de la villa décrit à toutes les saisons.
Lien : http://alexmotamots.fr/villa..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
vero95270
  02 septembre 2018
Après "aphrodite et vieilles dentelles", je me suis lancée avec plaisir dans la lecture de "Villa Bonita".
Ce second ouvrage est un plaidoyer humoristique de lutte contre la prostitution
C'est aussi la peinture des solitudes face aux épreuves : maladie, divorce, abandon familial, violences.
Le tout traité avec bienveillance et humour.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   19 mai 2018
D’habitude, sa mère interrompait constamment ses pensées et il lui arrivait de se dire que cela ne valait pas la peine d’essayer de réfléchir. Elle aurait pu se contenter d’être en vie, comme Elvy. La seule différence était sans doute que Bonita avait des rêves, même s’ils étaient enfouis si profondément que jamais elle n’aurait cru possible de les faire remonter à la surface pour les réaliser. Sa mère avait passé la majeure partie de la journée à dormir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   19 mai 2018
Bonita s’était montrée réticente quand son amie avait insisté pour lui mettre du rouge à lèvres et de l’ombre à paupière bleue. En guise de touche finale, Doris l’avait copieusement aspergée de Chanel N°5. Certes, ce parfum sentait bon, mais Bonita avait éprouvé une légère gêne. Elle s’était d’ailleurs trouvée si belle qu’elle avait eu du mal à cesser de s’admirer dans le miroir.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   19 mai 2018
Elle avait beaucoup de mal à comprendre que sa mère soit parfois tout à fait normale et qu’elle se souvienne d’événements remontant à un lointain passé alors qu’à d’autres moments, elle paraissait plongée dans un état de confusion extrême et tenait des propos sans queue ni tête.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   19 mai 2018
Quand le médecin l’en avait avertie, Bonita avait eu l’impression de se trouver au bord d’un précipice, sans aucune rambarde pour l’empêcher de tomber, ni repère pour trouver des appuis fermes. C’est toute sa vie qui lui avait semblé tanguer.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   19 mai 2018
Pouvoir quitter la maison quelques instants constituait un soulagement, même si elle avait honte d’éprouver un tel sentiment.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Karin Brunk Holmqvist (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Karin Brunk Holmqvist
Aphrodite et vieilles dentelles de Karin Brunk Holmqvist et Carine Bruy aux éditions J?ai Lu
Tilda et Elida Svensson, 79 et 72 ans, célibataires, mènent une vie à la routine paisible. Elles font des confitures, vont à l?église et se couchent chaque soir exactement à la même heure. Pas de commodités à l?intérieur de leur maison vétuste : les toilettes sont au fond du jardin, l?eau est à tirer au puits. Tout change à l?arrivée d?un nouveau voisin, Alvar Klemens, ou plutôt de son chat : le félin est pris de frénésie sexuelle en mangeant une des plantes d?Alvar, que celui-ci entretient avec un engrais curieux. Et si elles tenaient avec ce produit l?occasion de s?offrir enfin des W.C. dignes de ce nom ? La révolution est décidée : les deux dames montent un business clandestin d?élixir aphrodisiaque?
Vous pouvez commander Aphrodites et vieilles dentelles sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : prostitutionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
103 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre