AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782360810895
60 pages
Éditeur : Editions Cornélius (16/10/2014)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 40 notes)
Résumé :
Après Toxic et La Ruche, Charles Burns signe avec Calavera la fin de sa trilogie chez Cornélius ... Quelques années après l'épisode de La Ruche, nous retrouvons Doug, jeune adulte grassouillet et un peu perdu dans la vie. Poursuivi par des fantômes et des regrets, il continue de dérouler jusqu'au bout le fil de sa vie passée et décide de retrouver son amour d'adolescent: Sarah ... Calaveros boude avec maestria toutes les intrigues déroulées au fil des précédents tom... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Foxfire
  16 août 2017
3ème tome de la série après "Toxic" et "la ruche", "Calavera" a une tonalité un peu différente. Une grande part du récit nous présente un Doug (celui du monde "réel") maintenant adulte. Ceci expliquant sans doute cela, "calavera" a une tonalité très nostalgique. Mais on est chez Burns alors la nostalgie n'a ici rien de rassurant ou de doux. Il s'agit ici d'une nostalgie très déprimante. Si les autres tomes avaient une ambiance sombre, glauque et malsaine, il n'y avait pas, comme dans "calavera", ce regard teinté de tristesse qu'un adulte peut porter sur sa jeunesse, ses errements, ses erreurs irréparables. En tout cas, c'est comme ça que je l'ai ressenti. J'ai trouvé "calavera" encore plus déprimant que les autres tomes de la série. Ce n'est peut-être pas la lecture idéale à l'approche de la quarantaine...
Quoi qu'il en soit, "calavera" clôt de façon réussie, quoique moins fascinante que dans "Toxic" et "la ruche", une série passionnante et singulière.
Challenge B.D 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
colimasson
  11 juillet 2015
Impression de déjà-vu en commençant la lecture de Calavera. C'est pas moi qui deviens sénile et malgré tout le respect que je lui dois, il me semble plutôt que Charles Burns commence à se répéter…

Calavera est le troisième épisode de la série de la Ruche mais il ressemble en tous points au premier et au deuxième épisode. On peut revendiquer le goût pour l'obscur, le mystérieux et le surréaliste pour masquer ce qui n'est en réalité qu'inconsistance du scénario et manque d'idées, mais la supercherie finit tôt ou tard par être démasquée.

Lecture ni désagréable, ni trépidante, sauf quelques rares occasions où de belles découvertes zoo-préhistoriques teintées d'émotion humaine se manifestent.
Commenter  J’apprécie          110
Yvan_T
  13 janvier 2017
« Calavera » propose la conclusion de cette trilogie imaginée par l'auteur du cultissime Black Hole.
Cette nouvelle pépite signée Charles Burns est clairement influencée par l'oeuvre d'Hergé et de William S. Burroughs. de la couverture du premier tome, ouvertement inspirée de « L'Étoile mystérieuse », à cette première scène de l'autre côté du miroir, visiblement tirée de l'album « le Trésor de Rackham le rouge », en passant par ce personnage à la silhouette caractéristique, flanqué d'une houppette qui l'est tout autant et au nom d'artiste éloquent (Nit Nit, Tintin à l'envers), les références au petit protégé de Moulinsart sont légion. Pour son premier livre en couleurs, l'auteur s'approprie d'ailleurs également ce style ligne clair familier des tintinophiles, mais ne manquera pas de prendre le lecteur à contre-pied par la suite. Car, si aventure de Tintin il y a, ce sera dans la Quatrième Dimension ! Il devient en effet vite évident qu'en suivant les pas de Doug, Burns a bel et bien l'intention de nous emmener dans son monde à lui, d'évoluer vers un style visuel plus sombre et d'user de la puissance évocatrice de son dessin pour livrer des personnages plus inquiétants et d'ainsi dégager un sentiment de malaise profond au fil des planches.
« Calavera » met donc fin au trip halluciné de ce personnage qui a fini par trouver un semblant d'équilibre dans sa vie, mais qui se retrouve toujours hanté par des images du passé et par cette relation inachevée avec Sarah. Doug est donc plus âgé que lors des tomes précédents mais, malgré sa relation avec Sally, il semble tout de même avoir beaucoup de mal à passer à autre chose et à oublier certaines images traumatisantes du passé, qui viennent régulièrement perturber son sommeil. le lecteur retrouve donc également Johnny, le double imaginaire tintinesque de Doug, qui poursuit son périple dans un univers onirique suffocant. Errant dans ce monde très étrange, il retrouve Suzy, l'une des femmes gestatrices de la Ruche qui était sur le point d'accoucher lors du volet précédent. Si les deux fils narratifs se font écho au fil des pages, ils abordent également les mêmes thèmes, dont l'angoisse de la paternité, l'avortement ou la fuite des responsabilités. Si cet univers fantasmé sert visiblement de refuge au personnage, il s'y retrouve néanmoins hanté par les mêmes images.
Construisant son récit sous forme d'ellipses, multipliant les allers-retours et proposant une narration très fragmentée, l'auteur s'amuse certes à brouiller les pistes, mais livre progressivement les clés de compréhension du récit. Passant d'un personnage alité et drogué aux souvenirs enfumés d'une relation avec une fille aux goûts artistiques glauques, sans oublier les flashs psychédéliques au sein d'un monde peuplé de créatures étranges, l'album entremêle habilement le quotidien, les rêves, les cauchemars, les fantasmes et les hallucinations de Doug. Burns prend un malin plaisir à faire disparaître les frontières entre fiction, réalité, passé et présent, comme en témoigne cette scène où Doug se voit lui-même en train d'observer une photo de Sarah ou lorsqu'il feuillette une bande dessinée des aventures de Nitnit, son alter ego tintinesque. le lecteur appréciera également cette référence aux vieux romance comics des années 50/60, que l'auteur s'amuse à mettre en images dans le style de l'époque, et qui propose un nouvel écho à la vie de Doug. Ces différentes versions de Doug se superposent avec brio, proposant ainsi différents niveaux de lecture, tout en conservant une fluidité déconcertante.
Lors de cette conclusion, Charles Burns livre les pièces manquantes de ce puzzle narratif étonnant. D'abord déroutant, avant de devenir prenant, le récit se joue des repères spatio-temporels et permet à Burns d'aborder des thèmes qui lui sont chers, tels que l'enfantement, la prise de drogues, la filiation, le désir, les névroses , les relations amoureuses, le traumatisme de l'adolescence ou l'avortement. Arrivé au bout de cette quête identitaire de Doug, le lecteur ne peut que saluer le nouveau chef-d'oeuvre de ce génie graphiste au style souvent imité mais jamais égalé.
Lien : https://brusselsboy.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
antihuman
  19 mai 2015

Un exemple d'absurde qui laisse sans voix: par définition, quand il est par trop présent il n'y a pas grand chose à ajouter. Pourtant cette BD m'avait semblée au début pas sans intérêt, avec ce nerd qui rejoint une copine qui se cache dans un passage secret qui débute dans des toilettes publiques...
Mais le reste se poursuit sur ce même thème, ajoutant page après page de ces doses d'extravagance et de saugrenu sans jamais ajouter une seule once de réalisme - telle qu'on la signifie au sens propre: pourquoi faire ?
Cependant c'est plutôt dommage, car le grand Charles Burns nous avait habitué à être coupable de beaucoup mieux. Mais hélas c'est tout le problème des auteurs célèbres, ils réécrivent toujours le même bouquin comme chacun sait, ou bien, et c'est le cas de "Calavera" l'insensé suprême devient leur but unique et l'occasion de prouver leur talent qui ne nécessite pas de développement explicatif, sinon juste une case illustrative. Tout le problème de la célébrité, puisque le marché de l'art commercial comme celui qui est élitiste est en réalité basé sur qui-a-fait-a-quoi et qui-est-qui (à part peut-être pour les innocents très optimistes.)
Donc je ne pense pas que l'intrigue de cet album laissera des marques sans nom dans le siècle, mais en tout cas il apparaît clairement que cette histoire de rocker médiocre n'a pas pour autre atout pour Burns de distribuer des piques ça et là, et en particulier à ces élèves d'école d'art qui se pensent très vite géniaux. Et du fait que "Calavera" est un roman choral, on perd très vite le fil qui ne suit, bien entendu, aucune ligne crédible de base sinon uniquement la sienne.
Tout cela n'est donc au final qu'une bulle de plus d'irrationnel pour accros, aficionados variés, ou simples habitués de la BD, ce qui n'est déja pas mal mais ça ne va pas plus loin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
BidouilleB
  10 décembre 2014
Calavera fait apparemment parti d'une trilogie. N'ayant eu que ce tome entre les mains, qui s'avère être la conclusion, il me manque sûrement des éléments pour comprendre l'oeuvre de Burns.
Cependant, ce tome est très riche, tant dans sa forme narrative que dans son propos.
Doug est un artiste un peu gras, photographe et dessinateur, partagé entre un bonheur a portée de main et ses regrets de jeunesse.
Sans trop m'étendre sur les tenants et aboutissants de ces
regrets, la belle réussite de Burns c'est de tranposer les angoisses de Doug dans son monde créatif. Son héros, sorte d'anti Tintin, peu chevalresque, est le pendant de Doug. Comme lui, il fuit les responsabilités, quitte à tomber encore plus bas. Avec ce glissement dans le surréalisme Charles Burns éclair le lecteur sur les états d'âme de Doug. Une mise en abîme brillament réussie ou la ligne du dessinateur s'inspire du franco belge avec force de clin d'oeil à Hergé.
Un récit en clair obscur sur l'échec personnel et le manque de confiance en soi.
C'est un roman graphique générationnel dans lequel chacun peut se reconnaître. C'est là toute la sensibilité de Burns, il est capable de donner une universalité à ces histoires dans lesquelles chacun peut y lire ses propres interrogations.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (7)
Liberation   02 février 2015
Avec Calavera, l’auteur américain Charles Burns met fin à sa trilogie Toxic, une histoire d’abandon, hommage à ses cauchemars et à ses lectures de jeunesse, surtout Tintin. Loin des standards américains de la graphic novel, il propose une trilogie en couleur à la ligne claire et au format 48 pages très franco-belge.
Lire la critique sur le site : Liberation
Du9   17 novembre 2014
En s’appropriant le format européen de l’album, Charles Burns réintroduit une expérience mobile de lecture, où la cohérence de l’ensemble clos semble, même après la conclusion de la trilogie, rester ouvert à d’autres connexions.
Lire la critique sur le site : Du9
Telerama   12 novembre 2014
Un malaise que l'auteur de Black Hole, son précédent chef-d'œuvre, décline, au choix, dans le saisissant staccato des images qui suggèrent sans montrer, ou l'obsédante répétition des flashs mémoriels qui montrent sans entamer le secret caché : c'est toute la puissance évocatrice d'un art graphique d'une incomparable maîtrise.
Lire la critique sur le site : Telerama
BDGest   04 novembre 2014
Il y a dans le style graphique adopté par Burns une véritable dualité qui autorise les passages incessants d’un monde à l’autre : d’une part, une ligne presque claire lorsque le ‘héros’ se réfugie en lui-même et, d’autre part, quelque chose de plus solide, avec plus de matière et de volume, lorsque la réalité reprend ses droits.
Lire la critique sur le site : BDGest
Chro   28 octobre 2014
À travers la semi-autobiographie, la bande dessinée investit le terrain poreux des relations entre la réalité et l’imaginaire, ou pour le dire autrement, les rapports entre le conscient et l’inconscient.
Lire la critique sur le site : Chro
BoDoi   28 octobre 2014
D’une grande et stimulante densité psychologique, Calavera a aussi le grand mérite de laisser les portes ouvertes : sur les voies de l’inconscient, l’incommunicabilité, l’incapacité à aimer, la filiation. Le tout mis en scène par une superbe et maniaque ligne claire évoluant vers des ombrages détaillés.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Sceneario   08 octobre 2014
Un album qui démontre combien Burns est définitivement un des grands maître US, mêlant à la fois un univers très personnel, un vrai propos et une intelligence de ton très pertinente.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
colimassoncolimasson   11 juillet 2015
Tu sais ce qui me ferait envie, là ? Un grand bol de chips au fromage… Mmmm… Ou des p’tits beurre avec des maquereaux. J’adore bouffer cette merde.
Commenter  J’apprécie          41
antihumanantihuman   19 mai 2015
"Je ne suis même pas là."
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Charles Burns (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charles Burns
Dans le cadre du FIFIB, rencontre avec Charles Burns autour de son ouvrage "Dédales" aux éditions Cornélius.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2367867/charles-burns-dedales-volume-1
Notes de musique : © YouTube Audio Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : drogueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3891 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre