AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782959968037
205 pages
Éditeur : The Menthol House (01/11/2012)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Elle a tout quitté, elle a pris le train direction "Hasard" : Et échoué à Nancy, pour épouser une vie rangée, un homme, un enfant.
Elle ? Lucille, une jeune mère, qui se plonge à corps perdu dans la sculpture, pour échapper à son passé, fuir la folie qui, derrière chacun de ses gestes, la hante. Au fil de pages hallucinées, Anne CALIFE offre ainsi le portrait poignant d'un personnage morcelé, fragmenté, qui laissera dans l'imagination du lecteur une marque in... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
zabeth55
  24 mars 2015
Pas facile de faire une critique après cette lecture. Il m'a fallu laisser passer un peu de temps.
Quelle douleur, quelle désespérance, mais quelle force, quelle énergie aussi.
Une magnifique écriture qui vient des tripes, qui va aux tripes.
Le récit est mené par Lucille, ou par « je », c'est pareil, c'est la même, et cette alternance du sujet rythme les émotions, les urgences.
Lucille est belle, Lucille est seule, malgré son bébé, son mari, ses amis, les saisons.
Lucille est seule avec ses souvenirs enfouis, ses angoisses, ses névroses, malgré ses efforts, malgré ses sculptures, malgré la nature, forte présence si bien décrite.
La limite est si fragile entre la démence et la raison.
On plonge avec elle, on se noie avec elle, on remonte avec elle.
Et on referme le livre en plein désarroi en même temps que plein d'espoir. Troublé au plus profond de soi.
Quelle sincérité dans l'écriture, c'est émouvant.
D'autant qu'en tant que lorraine, j'ai tout retrouvé de la nature, des saisons, des couleurs, des ambiances, de Nancy, de la pépinière…..
C'est le deuxième livre que je lis d'Anne Calife, une deuxième superbe découverte.
Vite, lire les autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
myriampele
  21 avril 2015
une voix: celle de Lucille, jeune femme fragile, à la limite de la folie et qui se raconte, en utilisant parfois la troisième personne.
Elle est parfois sujette à des hallucinations, et craint qu'on ne "l'enferme". Elle soupçonne son mari de comploter sa perte avec sa propre mère.
Pourtant elle se montre tendre et très maternelle avec Tom, son petit garçon, auquel elle voue un amour sans limites.
C'est très beau, une écriture spontanée, très proche de la vie.
Et la fin est pleine d'espoir.
Commenter  J’apprécie          91
enigma78
  27 février 2013
En ce début de roman, nous faisons la connaissance de Lucille, 18 ans, qui décide de tout plaquer et fuit Marseille ainsi que son passé pour prendre un nouveau départ à Nancy. Nous comprenons dès les premières lignes que Lucille cache un secret qui la ronge et pense pouvoir le laisser derrière elle en s'enfuyant.
Nous la retrouvons quelques années plus tard, mariée à Philippe. Son mal être commence à réapparaître après la naissance de son fils puisqu'elle a été contrainte d'arrêter son traitement médical pendant sa grossesse.
Elle se jette corps et âme dans la sculpture sur bois pour purifier ses obsessions, mais cela semble peine perdue...
Lucille est un être à la fois fort et fragile. Elle essaye de laisser de côté son passé, sa famille, mais sa maladie est toujours présente en elle. Nous assistons progressivement à la dégradation de son état mental et aux réactions de ses proches face à cette nouvelle situation.
le style très particulier adopté par l'auteur, rend compte de l'état mental dans lequel se trouve notre protagoniste en utilisant à la fois la première et la troisième personne du singulier. Nous n'avons pas seulement accès aux pensées de Lucille, mais aussi à celles de son mari et de sa voisine et amie Régine, qui par leur intervention nous montre d'une manière plus extérieure comment évolue Lucille.
En bref, c'est un livre angoissant, émotionnellement fort et haletant. J'ai beaucoup aimé le thème profond et difficile abordé par l'auteur, qui change de nos lectures parfois superficielles. C'est un livre plein d'espoir qui fait réfléchir aux réactions que peut avoir notre société face à la maladie d'un proche.
Lien : http://metamorphoselivresque..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Elanorlessien
  14 avril 2016
Début de lecture et grande surprise pour moi, l'histoire débute à la gare St Charles de Marseille, elle cherche à fuir sa ville pour s'épanouir ailleurs. Etant originaire moi même de Marseille, j'ai eu l'occasion plus d'une fois de fouler les marches de la gare.
Lucille fuit sa famille et Marseille pour une ville inconnue, elle fêtera son anniversaire dans le train lorsqu'il arrive en gare d'Orange, puis elle descend quelques gares plus tard. Se retrouvant dans une ville inconnue, elle s'assoit dans l'allée des marronniers du parc de la ville, laisse ses émotions se déverser et fait la rencontre d'un homme, Philippe.
J'ai beaucoup aimé le livre mais j'ai eu beaucoup de mal à m'y retrouver dans les termes artistiques, Lucille est une artiste, elle peint, sculpte, les noms de divers peintres et de diverses toiles sont utilisées tout au long de l'histoire mais n'y connaissant quasiment rien, j'ai été rapidement perdue, mais j'ai finalement passé outre mon ignorance et j'ai pu apprécié l'histoire.
Lucille est malade, elle doit prendre un traitement à vie contre la schizophrénie, on entrera dans sa tête pour s'apercevoir qu'elle est complètement perturbée. Néanmoins, elle a Philippe qui la comprend et la soutien énormément, malgré ses tocs (si on peut les appeler comme ça) il la laissera mener sa vie en prenant soin d'elle. J'ai trouvé ça attendrissant et incroyablement courageux. La vie du couple à Nancy connait des hauts et des bas comme dans tous les couples, mais ils connaîtront aussi un grand moment de bonheur. J'ai beaucoup aimé Lucille mais je l'ai trouvé parfois un peu étrange mais ça c'est voulu par l'auteur et c'est très bien retranscrit ici.
La schizophrénie est une maladie horrible et dur à vivre autant pour la personne atteinte que pour son entourage, on le ressent très bien à travers le livre d'Anne Calife. Il est difficile de ne pas se sentir mal pour Lucille, de compatir pour Philippe et d'admirer son courage.
Le livre se lit rapidement 200 pages ça peut paraître court mais au final c'est suffisant, il n'y a pas de moment inutiles, très centrée sur Lucille mais parfois sur Philippe et sur d'autres personnes.
Je remercie les Editions The Menthol House et le site Babelio pour m'avoir fait découvrir lors du masse critique ce livre que j'ai beaucoup aimé.

Lien : http://mes-grimoires.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12
Kiwwi
  18 septembre 2014
Bon voilà, je tombe sur ce livre avec un résumé étonnant, pas beaucoup d'information, enfin tout ce qui me fait envie !! je l'emprunte donc et me mets à le lire , je le finis en pas très longtemps.
Ma réaction ... difficile a expliquer ! ce livre est surprenant mais aussi perturbant.. (Oh làlàlà je fais des rimes, ça ne va plus du tout )
Je ne sais pas vraiment s'il ma plus, je ne sais vraiment pas .
Mais c'est une très belle histoire d'une femme un peu paumé qui essaye de rester saine d'esprit (je sais pas comment dire) grâce à la peinture. On vois aussi le combat qui se mène en elle .
Voila ma réaction, un mot : Bouleversant (oh je sais pas hein !! )
Sinon mon avis sur l'age des lecturs: moi perso, j'ai 13 ans (meme si je lis des livres , des fois, qui rentre dans des catégories d'age plus élevé) et je pense que c'est vraiment la limite pour lire ce livre !!
bonne lecture ! :)
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
zabeth55zabeth55   24 mars 2015
De l’hiver lorrain on émerge avec un regard neuf. On n’a jamais vu de printemps aussi beau. Devant les cerisiers, pommiers, mirabelliers en fleurs, tous on attendra je ne sais quoi. On se dira que tout peut encore arriver.
Commenter  J’apprécie          120
Cindy_bouhCindy_bouh   11 mars 2013
Parler, se livrer ? Ils en ont de belles ceux qui n'ont jamais souffert. Comme si c'était facile d'exhiber ces parties sombres. D'ailleurs, ça tombe bien: ma mémoire refuse de livrer ces instants Elle ne veut pas. Elle ne veut plus qu'on touche à ses plaies.
Commenter  J’apprécie          40
zabeth55zabeth55   24 mars 2015
En Lorraine, on entre en hiver comme dans une grotte, une caverne, en pèlerinage : en baissant la tête et courbant le dos. Suffit juste de trouver la bonne position, se pelotonner. Et de bien se mettre en boule, parce qu’ici, l’hiver dure, dure.
Commenter  J’apprécie          30
Cindy_bouhCindy_bouh   11 mars 2013
- Tu en as mis du temps, Lucille.
Qui m'a parlé ? Qui est-ce ? Je ferme les yeux. Je souffre tellement que je ne sens plus rien. Que je peux même jouer : cela s'appelle le cynisme.
Commenter  J’apprécie          40
Cindy_bouhCindy_bouh   11 mars 2013
Passent des couples agglutinés, échangeant des baisers feuillus et je me suis soudain sentie si seule. Terriblement seule. Et dingue, dingue à se couper la tête, à se trancher les chevilles pour faire cesser la douleur. La rosée mouille mes mains nouées tandis que les larmes roulent sur mes joues.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Anne Calife (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Calife
Lectures authentiques d' Anne Calife
autres livres classés : schizophrénieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Blanc, Noir... ou bien Gris ?

Jack London a écrit :

Croc-Blanc
Croc-Noir
Croc-Gris

20 questions
2301 lecteurs ont répondu
Thèmes : noir et blanc , couleur , humour , littérature , contrairesCréer un quiz sur ce livre