AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 978B08KWBT9JC
Éditeur : Mnémos (06/11/2020)

Note moyenne : 4.42/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Après avoir déjoué la folie de Délius, Bertrand Lacejambe, botaniste, et son fidèle secrétaire B. Fenby se retrouvent à Marseille en 1905. En ce soir de Noël, on inaugure le pont transbordeur, on se passionne pour un nouveau sport pédestre, on boit... Dans une ambiance tropicale d'espions et de palmiers, ils vont pourtant faire face au plus terrible des périls. Perdus dans un dédale urbain aux occultes secrets, de soirées mondaines en scènes de panique, ils devront ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
DreamBookeuse
  16 janvier 2021
Dans Délius, une chanson d'été, j'avais déjà soulevé le fait que Sabrina Calvo versait dans l'absurde et le surréalisme. Là, je dirais que ce second volume a dépassé un stade. le stade du pensable. Et l'impression bizarre, soudaine, étrangère, de devoir penser autrement, réfléchir inconsciemment, un peu à l'instar de ce que Vita Nostra des Diatchenko chez l'Atalante avait pu me procurer comme sensation. Cette impression de perdre tous ses repères, de devoir laisser derrière moi tout ce que je tenais pour acquis, l'immobilisme des objets, le mutisme des lampadaires et des soupes. Parce que dans ce volume, la soupe peut parler. Pour de vrai. Et les hommes peuvent devenir des boules étranges et rebondissantes, et les lampions attaquer, et la mer se teindre de sang.
Tout ça pour une fleur. Parce que bien sûr les qualités et compétences de notre cher botaniste ne sont pas en reste et il lui faut dénouer un nouveau mystère. L'envie, pourtant, semble l'avoir déserté, le plaisir aussi, et petit à petit notre illuminé aux cheveux changeants se met à déprimer, lentement, mais inexorablement. Il y a une certaine noirceur dans ce second tome qu'il n'y avait pas avant, une noirceur qui emprisonne tout, la conscience, la vérité, la poésie. Tout semble dégouliner d'horreur et de panique alors que le passé et le présent se mêle, alors que le sang versé pendant la Commune, semble également se déverser aujourd'hui. Mais cela reste pour une fleur ridicule, misérable, puisant dans la misère et la crasse de cette ville pour pousser, la Massalia. Celle qu'on lui demande de chercher et qui semble avoir disparu. Un lien ténu avec son passé. Qu'est ce qu'il poursuit finalement ? le mystère de cette fleur disparue ? L'aventure qui le sort enfin de sa dépression ? L'aube qui chassera les ténèbres ? Les lueurs de son passé ? On ne sait pas, et à notre joyeux duo d'enquêteurs qui semble pourtant bien mal portant, tous les deux souffrant en silence de leur éloignement suite aux événements du premier volume (et au fait que Fenby se soit changé pour partie en plante, ça n'aide pas), s'ajoutent différents personnages.
Je dois dire que je n'ai pas trouvé ces personnages très intéressants, arrivant un peu tardivement dans l'histoire et puis surtout comme sortis de nulle part. Je n'ai pas réussi à m'attacher à eux, trouvant le personnage que l'on voit le plus souvent, Noriko, une jeune chanteuse japonaise, particulièrement irritante et les autres pas assez marquants.
Celui-ci m'a semblé davantage fouilli que le premier avec quelques rares moments de réalisme souvent liés d'ailleurs aux émotions des personnages qui semblaient presque plus tangibles que le monde qui les entourait. Je dois avouer aussi avoir souri, voire ri à plusieurs reprises devant l'improbabilité de certaines situations et les réactions de nos personnages entre stupéfaction et fatalisme : un homme qui roule en boule ? ok. Une soupe qui parle ? Bon c'est quand même bizarre. Des gens qui demandent partout où est Lou quelque soit l'endroit où on les croise ? Faut avouer que c'est chelou mais bon ce Lou doit bien exister quelque part…
En résumé
La Nuit des Labyrinthes de Sabrina Calvo est aussi déroutant et hypnotisant que l'était Délius, une chanson d'été. On retrouve avec plaisir notre duo d'enquêteurs, changés et en même temps inchangés, dans une enquête complètement absurde : retrouver une fleur disparue. Au service d'une intrigue loufoque et surréaliste, la plume de l'autrice vient surprendre, caresser l'imaginaire, et nous offrir une infinité de possibilités loin de nos idées préconçues. Alors si une soupe vous parle les ami.e.s, ne soyez pas surpris.e 😉
Lien : https://lesdreamdreamdunebou..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
FungiLumini
  12 décembre 2020
J'avais lu et adoré Délius, une chanson d'été l'an passé et il me tardait de découvrir ce que l'avenir réservait à notre duo de choc. C'est Cindy Canévet qui est une nouvelle fois aux commandes pour l'illustration de couverture, et elle a réalisé travail sublime, élégant et délicat, aux tons chauds automnaux et aux notes florales. On retrouve nos protagonistes atypiques 8 ans après la fin de l'enquête qui bouleversa leurs existences.
Que s'est-il passé pendant ces 8 années ? Et bien, pas grand chose : la dépression a gagné notre botaniste qui a décidé de se terrer chez lui, et Fenby, son fidèle assistant, affirme être une fleur. le soir de Noël, poussé par Fenby qui veut voir du monde, Lacejambe se laisse entrainer contre son gré dans une soirée mondaine. L'hôtesse Engandine est ravie de le revoir, mais c'est son mari Ours-Antoine qui va raviver la curiosité du botaniste en lui confiant une étrange mission : trouver la meilleure Marina de la ville afin qu'il puisse gouter un souvenir de son enfance avant de mourir. Un problème se pose cependant : la fleur qui pousse habituellement partout semble avoir disparu… Voilà un mystère à résoudre pour notre botaniste et son assistant fleur/elficologue !
On part ensuite aux côtés de Lacejambe et Fenby pour une aventure des plus improbables et des plus folles. J'ai adoré les escorter dans les rues de Marseille, suivant des pistes douteuses, qui les menaient toujours plus proches de la folie, entre souvenirs du passé et présent insensé. On a l'impression de suivre Alice Liddel dans une de ces fantasques épopées au pays des merveilles, allant de non-sens en non-sens sans s'en étonner le moins du monde, sauf que notre duo plonge dans les profondeurs d'une Marseille à un doigt de l'implosion.
Alors que le premier tome était plutôt léger et féérique, celui-ci est bien plus sombre ; tout comme les cheveux du botaniste qui ont arrêtés de changer de couleur pour se maintenir d'une teinte noire. On y retrouve cette beauté, cette poésie, cet onirisme, cette charmante magie enfantine, mais elle finit toujours par se teindre de noirceur, d'occulte et de sang. Encore une fois, on se demande si on est bien dans la réalité ou dans un monde fantasmé, reflet de la psyché personnelle en détresse du botaniste.
Bien que la nuit soit à la fête, les catastrophes s'enchainent, Lacejambe assiste à chaque fois aux désastres, spectateur impuissant (voire insensible) qui tente de coller les pièces de puzzle ensemble alors que le monde et son monde s'écroulent autour de lui. En quête d'une simple fleur, c'est finalement un complot impliquant toute la ville qu'il va tenter de débusquer. Au coeur de ce labyrinthe, une voix le guide. En tant que lecteur, nous l'entendons nous parler, elle semble habiter les éléments du décor, les animer. Qui est au final ce mystérieux Vivaux que Lacejambe semble bien connaître ?
Ce roman, d'une richesse incroyable, porte aussi un message écologique : il a été prédit que la disparition de la Marina serait le signe de la fin. Les hommes ont usé les ressources de la ville jusqu'à la lie, l'encombrant de déchets, d'immondices jusqu'au débordement, et finalement elle se venge. le diadème est discret dans ce tome, bien qu'il fasse encore son apparition. Sa présence n'a pas fini de nous hanter. On en saura peut-être plus dans le prochain tome : « Laocoon, hymne d'hiver ».
Un second tome plus sombre que le précédent : l'autrice reprend son duo de protagonistes atypiques et nous propose, au départ d'une simple mission, de partir dans les directions les plus improbables, et de finalement enquêter sur un mystère bien plus grand. Un roman d'une richesse incroyable, passant de l'absurde à la folie, de la magie au cauchemar, du funeste passé au présent insensé. Une lecture irrationnelle, débridée et empreinte de mélancolie, de poésie et de folie comme je les adore !
Lien : https://livraisonslitteraire..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
culturevsnews
  07 novembre 2020
Tout d'abord bravo pour ce sublime couverture qui donne un grand plus à cette ouvrage qui apporte de la poésie au beau milieu d'une enquête criminelle sordide telle est le défi que s'est imposé Sabrina Calvo pour ce deuxième tome des aventures de Lacejambe et Fenby où elle mêle poésie litteraire. Il sera question dans cet ouvrage ainsi que de fantastique, de meurtre, de rêves sans oublier une touche d'humour, le tout enveloppé d'une atmosphère victorienne réjouissante qui imprègne tout le récit. À tel point que même si l'intrigue se déroule sur plusieurs continents. C'est une qualité tant l'auteure arrive à transcender le ton de son récit pour approfondir son oeuvre.Il nous reste un récit qui emprunte beaucoup au charme britannique. Il n'y qu'à lire les dialogues entre Lacejambe et son faisait valoir Femby qui rappelleront aux initiés les échanges entre un autre détective célèbre et un certain docteur Watson. La plume de L'auteure dégage une puissance onirique assez rare capable de nous faire passer de l'entretien avec un suspect à une course-poursuite dans un endroit des plus surprenants. Quelques lignes suffisent pour que l'univers empreint de fantastique et d'onirisme prend corps. 'est un véritable page turner , quand on le commence il est très difficile de s'arrêter, cette lecture est addictive, c'est rythmé et il y a de l'action tout au long du livre, on ne s'ennuie pas du tout. L'écriture cinématographique rend les descriptions tellement réelles, on peut presque sentir, toucher et ressentir l'histoire. C est une excellente lecture addictive, je suis tombé sous le charme de la plume si sombre de cette auteure. Si vous aimez l'univers de la dark Fantasy, les thèmes comme la vengeance et le dépassement de soi, je vous le recommande vivement.
Lien : https://culturevsnews.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
JessieL
  24 novembre 2020
Après avoir enchantée de sa plume volubile la rentrée de la fantasy française en 2019 avec Délius, une chanson d'été, Sabrina Calvo est de nouveau à l'honneur chez Mnémos.
En effet, avec La Nuit des Labyrinthes, l'autrice signe une nouvelle enquête menée par son improbable duo d'apprentis détectives. Huit ans après leur dernière investigation menée à Londres et même outre-Manche pour mettre la main sur un poète-tueur, Bertrand Lacejambe et son secrétaire Fenby reprennent donc du service. Dans ce nouvel opus, on les rencontre à Marseille où ils sont conviés à une soirée mondaine pour le réveillon de Noël. Peu amateur de ces réjouissances, le botaniste s'y rend de mauvaise grâce mais retrouve tout son intérêt quand on le charge d'élucider l'étrange disparition de la plus commune des fleurs. Voilà de quoi pimenter sa soirée qui s'annonçait de prime abord si assommante...
Dans ce roman, on retrouve les personnages de Sabrina Calvo quelque peu changés. En effet, Bertrand Lacejambe est ressorti meurtri de sa dernière enquête. Il est, de fait, beaucoup moins fantasque et nettement plus sombre. La perte tragique de cet innocent l'a profondément transformé. Sa dépression et sa tristesse colorent donc ce nouveau récit d'une certaine morosité. Néanmoins, ce nouveau mystère lui donne le coup de fouet dont il avait tant besoin pour sortir de cette spirale infernale. Fenby est lui aussi bien différent. Il n'est plus vraiment humain depuis la dernière fois mais se rapproche davantage des êtres féeriques qu'il a rencontré lors de leur dernière aventure. Mais rassurez-vous, ils forment toujours une paire insolite de héros qui nous entraîne dans une succession d'événements aussi ahurissants que renversants.
En effet, l'autrice utilise les mêmes éléments qui font le charme de ses récits. Ainsi l'absurde côtoie toujours la beauté, notamment celle de la nature et des fleurs car le merveilleux est floral chez Sabrina Calvo. Ce maelstrom de fleurs enivre et enchante autant ses personnages que ses lecteurs.
Avec La Nuit des Labyrinthes, l'autrice mêle à sa fantasy de l'uchronie. Originaire de Marseille, elle a souhaité mettre la cité phocéenne au coeur de son intrigue. Elle multiplie donc les clins d'oeil à des épisodes marquants de son Histoire comme la peste de 1720 qui a décimé la moitié de sa population ou encore la Commune de Marseille qui a été réprimée dans le sang dans la nuit du 4 au 5 avril 1871 par le général versaillais Henri Espivent de la Villesboisnet. Ainsi, au fil de ses recherches, le botaniste est lui-même hanté par son passé car de douloureux souvenirs remontent à la surface, notamment l'assassinat de ses parents lors de cette fameuse nuit sanglante d'avril et l'incarcération plus tard de son meilleur ami. Or, aussi insensé que cela puisse lui paraître, tout semble le ramener à son passé mais pourra-t-il vraiment en accepter toutes les conséquences ?
La Nuit des Labyrinthes est un roman qui part finalement dans tous les sens. Tantôt on remonte le fil des souvenirs d'un homme marqué par le regret, tantôt on flirte avec les sociétés théosophique et franc-maçonnique qui oeuvrent dans l'ombre des rues de Marseille ou dans l'intimité des salons mondains pour étendre leur joug sur toute la communauté.
Sabrina Calvo a épicé son texte d'un soupçon de diablerie, d'occulte et de secrets pour nous dépeindre un merveilleux surprenant, mais non moins poétique... suite sur Fantasy à la Carte.
Lien : https://fantasyalacarte.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Strega
  21 décembre 2020
Étrange roman que celui-ci, qui commence comme une banale enquête un soir de réveillon et se termine en fantasmagorie échevelée où se mêlent folie et ésotérisme.
Nous retrouvons Lacejambe et Fenby, huit ans après les événements de Délius, une chanson d'été. Profondément traumatisés par leur rencontre avec le fleuriste et tout ce qui en a découlé, ils vivent en reclus mais se sont pour un soir décidés à répondre à une invitation. Au chevet d'une vieille connaissance, Lacejambe se voit investi d'une mission qui pourrait soit lui rappeler l'homme qu'il était autrefois, soit le perdre définitivement. À la poursuite d'une fleur, nos compères nous entraînent dans un nouvel imbroglio hallucinatoire dans les rues de Marseille.
On rencontre entre ces pages des personnages historiques, des francs-maçons, des anarchistes et des fleurs, bien sûr. Mais qui est qui ? Vous retrouverez dans ce roman la même ambiance onirique que dans Délius, peut-être bien un peu plus dense encore.
La suite sur mon blog...
Lien : http://livropathe.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
FungiLuminiFungiLumini   12 décembre 2020
Il toucha l’écorce, il voulut la faire vibrer sous ses doigts. Il avait cette force en lui qui lui permettait de faire résonner toute chose végétale, mais l’arbre ne répondit pas. Se pouvait-il qu’il n’ait plus assez de beauté en son cœur ? Et si l’affaire du Fleuriste l’avait, lui, à tout jamais, privé de magie ? Sous ses doigts, les fleurs ne répondaient plus et même Fenby, qui se vantait d’en être une, lui apparaissait désormais comme un cinglé, bon à enfermer. Lacejambe l’encourageait par conscience professionnelle mais au fond, quand il creusait suffisamment loin pour découvrir la vérité, il savait qu’il avait perdu la beauté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
julienraynaudjulienraynaud   24 octobre 2020
Lacejambe fit quelques courbettes au duc de Machin. Il croisa des épaves de la politique locale et des journalistes qui mâchaient lentement leurs petits-fours. Il effrayait les dames, cachées derrière le papier de leurs éventails japonais. Il regretta ses fleurs et la quiétude de son appartement, cette succession de pièces qu’il avait apprises par cœur à force d’y marcher pendant toutes ces années sans sortir. Il pleura le génépi de son salon, il maudit cette idée de venir ici ce soir, pour faire le brave dans ce cloaque de paons et de pucelles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
FungiLuminiFungiLumini   12 décembre 2020
Vivaux vivait avec ses parents dans un cabanon près des Goudes, tous les matins, il se levait avec du gravier dans les cheveux. Il était très propre. Il se lavait six fois par jour, sa mère disait qu’il était obsessionnel parce que sa grand-mère était morte noyée dans une coulée de boue après les grandes pluies de juin 1867, quand une moitié de colline avait basculé sur la ville, charriant les corps d’une centaine d’habitants. Vivaux détestait la boue plus que tout, il disait qu’il ne vivait que pour la voir périr.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Sabrina Calvo (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sabrina Calvo
22/08/2019 : "Délius, une chanson d'été" de Sabrina Calvo
XIXe siècle. Un poète assassin sème la terreur autour du monde, ses victimes sacrifiées aux cours d?horribles rituels floraux. Sur ses traces, Bertrand Lacejambe, un botaniste excentrique et son fidèle Fenby, elficologue amateur. Aux portes de la folie et de la magie, ils vont devoir braver les dangers de Féerie pour dévoiler la terrible menace que fait peser le Diadème sur nos rêves.
Délius, une chanson d?été nous plonge dans une fantasy victorienne étourdissante, dans un univers merveilleux et effroyable, au c?ur d?une enquête délirante sur un ton souvent décalé.
Sabrina Calvo est une autrice, dessinatrice et conceptrice de jeux vidéo, née à Marseille en 1974. Reconnue pour son sens très singulier du merveilleux et de l?absurde, elle vit quelque part dans le monde fatal. « ? Que savez-vous des étoiles, Fenby ? ? Des étoiles ? Oh, pas grand chose. Ce sont des rêves, non ? ? Oui. Les rêves des planètes. »
+ Lire la suite
autres livres classés : folieVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Wonderful

Le personnage principal est un médecin qui est ...

Boiteux
Asmathique
Borgne
Manchot

12 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Wonderful de Sabrina CalvoCréer un quiz sur ce livre