AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782490164004
196 pages
FAUNS (16/02/2018)
3.86/5   11 notes
Résumé :
Carbone est né d'un constat simple : il manquait un lieu à la fois ludique et sérieux avec une approche culturelle différente et intemporelle. Un lieu sincère, sans actu ni promo, exigeant mais jamais élitiste, qui puisse autant poser un regard transversal, érudit et généreux sur toutes les formes de culture populaire, que les inventer.
Carbone c'est une revue, des essais et de la fiction. Imaginez lire dans la revue un article sur E.T., qui laisse une porte ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique

Carbone est une revue qui regroupe une série d'articles, des textes, des bandes dessinées autour d'une thématique. Dans ce premier numéro, il est question de chasse aux trésors. le sujet est vaste et plusieurs sujets de fiction (films, livres, dessins animés rentrent dans la thématique. Cette revue peut se lire dans n'importe quel ordre. Néanmoins, pour rester dans le thème, le sommaire est construit... attention... comme une carte aux trésors ! Bien trouvé, non ?

Plusieurs directions étaient possibles depuis ce sommaire, j'ai choisi de commencer par L'île au trésor, une histoire japonaise. On parle bien évidemment du roman d'aventures de Robert Louis Stevenson, L'île aux trésors adapté par des japonais à leur sauce. Ainsi le fameux Osamu Tezuka créa La nouvelle île au trésor (en 1947)

De nouvelles directions s'offrent à moi... Je ne vais pas revenir sur chaque article, texte ou bande dessinée mais j'ai eu une recherche/lecture très plaisante. J'avoue que j'ai moyennement apprécié le comics de Grant Morrison sur les super-héros (j'avais pourtant aimé Nou3) et j'ai eu de la peine à trouver le lien avec la chasse aux trésors.

On y parle même de l'oeuvre de plusieurs auteurs : Clark Ashton Smith dont l'édition de l'oeuvre relève d'une véritable chasse aux trésors ou même Philip K. Dick et de sa fameuse Exégèse.

Les articles sont très bien documentés, même si certains m'ont semblé moins intéressants pour ma culture personnelle. Lecture à plusieurs niveaux, en plusieurs temps.

J'ai même téléchargé l'application mobile et j'ai lu quelques articles sur d'autres sujets. Par contre, je n'ai réussi à scanner la revue (pas assez de lumière ?).

Merci à la revue Carbone et à Masse Critique pour cette belle découverte !

Commenter  J’apprécie          240

Carbone, mais quoi qu'est-ce ? Voici ce qu'en dit la présentation officielle : « Moins journal d'information et d'actualité que manuel inachevé d'exploration croyant encore dans la critique, Carbone est un projet indépendant né d'une envie de proposer un regard enrichi, insolite, exigeant mais jamais élitiste sur la pop culture. »

Et on en dirait difficilement autre chose ! Car au rythme d'un numéro par trimestre, Carbone étale ses fameuses explorations sur quelques 270 pages, tout en couleur, s'il vous plaît, et sous une maquette des plus soignées. Pour preuve la magnifique quatrième de couverture gaufrée, que mes doigts malhabiles ont d'abord pensé être en braille (de fait, non, mais c'est très classe quand même).

Pour ce numéro consacré aux cartes aux trésors, c'est dès le sommaire que l'on rencontre le thème puisque la structure du magazine est présentée sous forme de titres qui se répondent, s'appellent, se rejoignent d'un coup de flèche. Lecteur étourdi ou nul en orientation, pas de panique : il y a aussi des numéros de pages. Ainsi, libre à vous de choisir votre première étape : attaquerez-vous par « Trésors à la carte, de Steven Spielberg à J.J. Abrams » ? Ou bien par « Pour un monde sans limites : Westwolrd et le niveau caché » ? Ou alors vous laisserez-vous tenter par « A la recherche de la trace : redécouvrir Zelda » ? Il y en a pour tous les goûts. Et si l'un des essais théoriques et critiques proposé ne vous branche pas, il vous reste la possibilité de vous rabattre sur les fictions (souvent signées de grands noms de l'imaginaire), nouvelles ou bandes-dessinées.

Il faudrait peut-être encore préciser que la revue pousse son concept d'interactivité et de support transmedia jusqu'au bout. Car outre la (conséquente) revue papier, il faut compter sur un site et une application mobile. Si les contenus sont inédits de l'un à l'autre, il peut être intéressant de se munir d'un appareil équipé de l'application à la lecture de la revue, certaines pages recelant manifestement du contenu caché (que je n'ai pas testé faute de matériel adéquat, mais qui a titillé ma curiosité).

En bref, une revue transmedia extrêmement soignée, que l'on conseillera à tout amateur de culture. Car pas besoin d'être un pro en culture pop pour apprécier ce numéro en particulier !

Commenter  J’apprécie          60

Carbone est un magazine transmédia, outre ce gros pavé de 276 pages, remporté sur la Masse critique organisée par Babelio, on peut en retrouver la déclinaison sur deux autres supports distincts, un site internet, et une application mobile.

Une expérience de lecture augmentée car chacune de ces « versions » bénéficie d'un contenu exclusif.

4 numéros par an sont prévus (autant que de saisons).

Le premier opus est paru pour l'hiver 2018, il y a un an donc. En ce qui me concerne c'est celui-ci que j'ai remporté.

Amateur d'imaginaire et me rendant régulièrement sur les salons, j'ai souvent croisé des piles de ce magazine (on le trouve également à la FNAC par exemple) et fait la sourde oreille aux propositions que l'on a pu me faire sur certains stands.

Je pense notamment à l'illustrateur Jean Emmanuel Aubert (Organic Editions) et me doit d'admettre que j'aurai du lui faire confiance, tant j'ai aimé, à postériori, le concept que propose Carbone.

Un sujet, ici « Cartes aux trésors » abordé sous différents angles et interprétations, une association de texte et d'illustrations.

On y trouve des articles que l'on reste libre de lire dans l'ordre que l'on veut, selon son inspiration du moment, cela va du très sérieux et scientifique (sans être pompeux), ou plus ludique qui relève de la curiosité amusante.

Carbone englobe tous les genres (Cinéma, Manga, Comics, Jeux vidéo Sciences, etc..)

L'ensemble est livré pèle mêle, peut être une particularité de ce numéro avec son sommaire en forme de chasse au Trésor.

J'aime assez ce « désordre », qui nous fait passer d'un article sur Amblin Entertainement, pour revenir sur « Cobra Space Adventure », avant de repartir vers « Metropolis » (Fritz Lang) ou une réflexion sur les « amours connectés » ; en faisant une pause sur quelques planches de Multiversity de Grant Morrison ou une nouvelle de Sabrina Calvo (Toxoplasma – La volte)

Tout cela, surtout, sans pub !

C'est là aussi à mon avis un des points forts de ce magazine, il n'y a pas de publicités intercalées, si ce n'est indirectement pour les extraits d'oeuvres partagées (planches, nouvelles ou extrait de roman).

Un contenu divers et dense qui bénéficie d'une homogénéité pour ce qui est des graphismes.

Carbone est un trimestriel de haute gamme dans son genre, du niveau de L'America de François Busnel et Eric Fottorino; en plus cool.

Un travail de qualité qui assurément pourrait amener les néophytes à prendre plus au sérieux les littératures de l'imaginaire en voyant l'apport qu'elles donnent à notre société en matière de questionnement et de réflexion.

275 pages qui valent leur pensant d'or (le prix de 20€ n'est pas excessif pour un trimestriel)…

Merci à Babelio de m'avoir offert la carte qui m'a permis de découvrir ce trésor !

(Et encore pardon Jean Emmanuel)

Commenter  J’apprécie          30

J'ai toujours adoré tout ce qui est trans-média mais j'étais complètement passée à côté de Carbone, une énorme revue interactive qui parait à la suite d'un site internet et qui s'appuie sur une application mobile.

Le thème de ce premier volume tourne autour des cartes aux trésors et on les explore sous toutes leurs formes.

On parle aussi bien de conquêtes spatiales, avec l'histoire de Gordon Cooper, que d'astronautes, de l'animé Cobra ou des jeux vidéos Zelda ou Metropolis.

Certains sujets ne m'ont pas intéressée et, dans l'ensemble, je n'ai pas beaucoup aux différentes interviews, que ce soit celle de scénaristes de dessins animés ou d'auteurs de bandes dessinées.

Mais j'ai aussi découvert des choses assez fascinantes et, dès que le sujet me parlait un peu, j'ai trouvé tout ça très intéressant.

L'ensemble est donc assez prenant et les nouvelles présentées m'ont donné envie d'aller sur le site pour découvrir les oeuvres entières.

C'est donc un pari réussi !


Lien : https://yodabor.wordpress.co..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation

La vague des scénaristes britanniques qui a déferlé sur le comics de super-héros américain dans les années quatre-vingt s’est brisée ; laissant certains de ses protagonistes ramer vers les sirènes du cinéma ou de la littérature, Grant Morrison, lui, continue de surfer le même rouleau.

Commenter  J’apprécie          120

autres livres classés : culture populaireVoir plus