AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 284172560X
Éditeur : L'Atalante (30/11/-1)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Cet adolescent peut ouvrir la porte du royaume des dieux, mais les dieux veulent sa mort.

Les dieux sont parmi nous : venus autrefois d’un monde nommé Westil, ils ont modelé l'histoire des hommes. Mais en l’an 632 Loki a fermé toutes les portes magiques vers Westil, les privant en grande partie de leurs pouvoirs. Aujourd’hui, les North – la Famille des dieux norrois – vivent cachés dans la campagne américaine.
Or voici que Danny North... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
livr0ns-n0us
  28 mars 2012
Cela faisait longtemps que ce grand auteur n'avait pas tenu le haut du pavé sur mon blog ! Orson Scott Card, c'est ma révélation 2010. Moi qui me targuait de détester la science-fiction, j'ai été complètement prise au dépourvue par cet écrivain à l'histoire personnelle plutôt inhabituelle (il est mormon) dont les thèmes récurrents (la vie et la mort, la métamorphose, l'immanence et la transcendance...) m'ont étrangement touchée. Depuis, j'en ai lu un certain nombre et rends visite assez souvent à son site Internet et celui de son Webzine. C'est donc avec beaucoup d'étonnement que je me suis aperçue de la sortie de cette nouvelle saga que je n'avais pas du tout vu venir ! Bien entendu, ce premier tome a fini immédiatement sur mon étagère. Je l'ai attaqué peu de temps après (bon, quelques mois, mais ce n'est rien comparé à certains qui moisissent des années dans ma pal, ahem...) et je dois dire que j'en ressors conquise...
On pourrait croire qu'Orson Scott Card, à force d'écrire des récits initiatiques, a épuisé le filon. Parce qu'autant le dire tout de suite : un jeune garçon confronté à un monde hostile, des conflits d'intérêts, des familles qui se haïssent, rien de tout cela ne paraît bien folichon. Et c'est là que le grand conteur entre en scène... Avec une facilité déconcertante et une originalité qui ne peut que nous laisser admiratif, Card bâtit un monde qui puise dans tous les mythes connus pour fabriquer son propre univers, à la fois incroyablement familier et novateur. Bien que la majorité de l'action se déroule dans notre monde, la mythologie y est très présente. J'ai beaucoup aimé le travail documentaire qu'a réalisé l'auteur en amont et qui transparaît de façon omniprésente dans le récit. Lorsque Danny s'aperçoit avec effarement qu'il est différent des autres, son monde s'écroule. Il connaît bien entendu le triste sort que l'on réserve aux portemages et décide d'en apprendre plus sur sa condition. Cela n'est pas chose aisée car tous les textes anciens et sacrés sont jalousement gardés, mais il parvient tout de même à tomber sur un manuscrit qui fait mention de Loki, le plus (tristement) célèbre des portemage. Il découvre, même s'il le pressentait, que toutes les divinités sont liées, quelques soient les époques qu'elles traversent ou les noms qu'elle adoptent. J'ai adoré la façon dont Orson Scott Card pioche dans nos mythes et légendes et dont il les agence pour en faire une entité cohérente et tout à fait réelle.
Pour casser la linéarité du parcours de Danny, l'auteur intercale dans une trame parallèle se situant sur Westil. Là-bas comme sur Terre, les dieux y sont restés bloqués et ont perdu beaucoup de leur pouvoir ; l'univers y est en revanche franchement médiéval. Bien entendu, le lecteur ne peut s'empêcher d'attendre avec impatience le moment ou ces deux univers vont se télescoper et s'éclairer mutuellement. Il n'empêche qu'il est particulièrement réjouissant de suivre ces deux histoires distinctement en attendant.
Une fois de plus, Orson Scott Card tisse un univers haut en couleurs qui lui est propre. Je pourrais détailler encore longtemps tous les aspects qui m'ont plu (je n'ai même pas parlé des personnages ! Sachez une chose : ils sont complexes, travaillés et très intéressants...). L'auteur a su se renouveler avec ce titre car il campe un jeune homme qui fait pleinement partie de notre réalité malgré ses pouvoirs. Danny pense, parle et même jure comme n'importe quel garçon de son âge. de prime abord un peu déconcerté par les dialogues assez crus et familiers, j'ai toutefois fini par apprécier cette prise de risque, d'autant que la poésie et la grâce sont toujours bien présentes quoique plus subtiles que d'habitude. le seul petit bémol de cette lecture est la vague impression que le récit ne "coulait" pas aussi bien que d'habitude ; peut-être est-ce dû à la traduction ? En parlant de traduction, une supplique pour l'Atalante : pitié, arrêtez de changer de traducteur à chaque nouveau roman d'OSC !
Lien : http://livr0ns-n0us.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
photonoxx
  22 décembre 2012
Danny est un jeune garçon de 13 ans. Il vit aux États-Unis, mais lui et sa famille reste confiné dans le domaine « North », car loin d'être des terriens, lui et les siens sont une des familles westiliennes arrivées sur terre par des portes magiques, créées par des « Portemages ».
L'usage de ces « Grandes portes » décuplait également les pouvoirs magiques de qui les franchissaient, et les Westiliens furent pris pour des dieux, donnant naissance aux mythologies anciennes. Mais voilà plus d'un millénaire, que le dernier des grands « Portemages » a disparu et les pouvoirs des Westiliens s'estompent inexorablement.
Dans ce monde où la venue d'un portemage pourrait donner l'avantage à une des grandes familles sur les autres, un pacte fut signé décrétant que tout portemage devrait être tué ! Or, Danny découvre un jour qu'il peut ouvrir des portes magique sur de petites distances...
« La Porte perdue » est le premier roman d'Orson Scott Card du cycle « les mages de Westil ». Une de ses plus grandes originalités pour un roman de « fantasy » est sûrement de se situer principalement sur Terre de nos jours, avec seulement certains chapitres se situant sur Westil. Par ailleurs, le monde spécifique créé par l'auteur est lui aussi intéressant et permet de mêler l'histoire de la Terre et de Westil de façon plutôt astucieuse.
Pour autant, on regrettera peut-être certains moments où l'histoire aurait pu être un peu plus développée, mais le roman reste cependant agréable à lire et si la peur de ne voir la suite ne paraître que dans 30 autres années nous prenait (l'idée de cet univers ayant commencé de germer il y a 30 ans chez l'auteur), on peut se rassurer : ce tome ne s'achève pas au plein milieu de l'intrigue et peut donc être lu seul !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LaitFrais
  24 juillet 2013
Bien que grand admirateur d'Orson Scott CARD, j'ai ressenti une difficulté à « rentrer » dans cette histoire et ce personnage. C'est après presque deux tiers du livre, que tout prend bien sa place :
- notre monde actuel avec la présence discrète de nos anciens dieux et légendes personnifiées par leurs « familles » mais ayant perdu la presque totalité de leurs pouvoirs.
- le monde de Westil, dont ils sont issus, médiéval fantastique, où la magie stagne, voire régresse
- et enfin le lien, le pont, la porte, qui relie les deux, source de puissance et du bouleversement passé et à venir des deux mondes.
Une série (en trois volumes ai-je compris !?) qui s'annonce superbe, maintenant que tout est bien amorcé.
Un système de magie original, un lien avec tout le surnaturel de nos mythes et légendes, et surtout un art de « l'épaisseur psychologique » des personnages que Card maitrise parfaitement.
Commenter  J’apprécie          10
caladriel64
  24 juin 2013
Le début d'un nouveau cycle, toujours un imaginaire débordant, je piaffe d'impatience pour la suite !!
Commenter  J’apprécie          00
FabriceW
  30 août 2016
Une histoire bien ficelée qui se lit facilement et avec plaisir. Vivement la suite :).
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (2)
Telerama   27 novembre 2012
On attend avec impatience la suite de cette trilogie annoncée.
Lire la critique sur le site : Telerama
Elbakin.net   12 décembre 2011
Un premier tome qui se pose clairement comme un volume d’introduction, avec toutes les limites que cela peut comporter. L’auteur aborde des thématiques intéressantes même si elles lui sont souvent familières, propose des personnages intriguants, des concepts qui ont de quoi susciter une certaine réflexion chez les jeunes lecteurs, le tout avec suffisamment de métier pour séduire les amateurs de 7 à 77 ans. Mais l’impression de rester sur sa faim persiste longtemps, malgré le talent de conteur de Card, toujours présent au détour des pages.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Janelle2Janelle2   01 octobre 2017
D'après mes recherches, les portemages ne sont pas des guérisseurs, mais franchir une porte guérit tout ce qui peut vous affliger sur le moment.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Orson Scott Card (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Orson Scott Card
La Stratégie Ender (Ender's Game) est un film de guerre de science-fiction américain écrit et réalisé par Gavin Hood sorti en 2013. Il s'agit d'une adaptation de La Stratégie Ender d'Orson Scott Card. Bande Annonce VF.
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La Stratégie Ender

Comment s'appelle le frère d'Ender Wiggin ?

Valentin
Bean
Peter

10 questions
179 lecteurs ont répondu
Thème : Le Cycle d'Ender, tome 1 : La Stratégie Ender de Orson Scott CardCréer un quiz sur ce livre