AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782277211631
J'ai Lu (30/08/1985)
3.66/5   16 notes
Résumé :

Victor Déliot, le fameux avocat des causes désespérées, accepte de défendre Jules Bournot, accusé d'avoir empoisonné son compagnon de cellule Bruno Carvault. Celui-ci a été condamné à la réclusion perpétuelle pour l'enlèvement et le meurtre du jeune Serge, le fils d'une richissime jolie veuve, Thérèse Vifral. Personne ne croit " le bon jules " capable de tuer. Il ne rêvai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
anne-7
  07 août 2015
Victor Déliot, avocat, se charge de la défendre le petit truand Jules Bournol. Celui-ci est accusé d'avoir tué son codétenu Bruno Courvault, à l'aide de cyanure.
Bruno Courvault n'est autre qu'un kidnappeur et tueur d'enfant, condamné à perpétuité. Victor Déliot pense que Bournol est innocent mais parviendra-t-il à le prouver? Il ira mener son enquête dans le milieu marseillais.
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   22 septembre 2017
Les gens ont la conviction que plus ils paieront cher un avocat à tapage et plus leur peine sera légère. Ce en quoi, pensait Deliot, ils se trompent lourdement ! Trop de publicité faite sur le nom d’un avocat n’est pas toujours la meilleure arme défensive. Mais comment un vieil homme comme lui pouvait-il lutter – dans ce siècle de bluff grandissant et de mégalomanie universelle – contre un courant qui envahit même les cours de justice ? N’étaient-ils pas légion ses confrères, dont la longue expérience et la pratique patiente des couloirs du Palais n’avaient plus grand poids devant l’assaut de jeunes Turcs aux toques fraîches dont l’unique ambition était de se faire un nom au plus vite et cela par n’importe quel moyen.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   22 septembre 2017
J’ai encore en mémoire, comme beaucoup de gens sans doute, le souvenir, après avoir lu les journaux, des façons magistrales dont vous avez sauvé, il y a quelques années déjà, un sourd-muet et aveugle de naissance accusé d’avoir assassiné un Américain ainsi qu’une jeune fille qui avait tué son père adoptif. Et je m’étais toujours dit que si, par malheur, il m’arrivait de me trouver dans un cas aussi désespéré que les leurs, ce serait à un homme tel que vous que j’aurais recours. Si je ne l’ai pas fait il y a deux ans, c’est parce qu’il ne s’agissait pas d’un meurtre, mais d’un simple hold-up manqué où il n’y a pas eu le moindre blessé. Mais, cette fois, je sens que les charges qui risquent de peser contre moi sont beaucoup plus lourdes à cause des apparences et des circonstances dans lesquelles est mort mon codétenu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
patatarte2001patatarte2001   06 juin 2021
On a vite sympathisé parce qu'on est tous de la même région...Les autres, ceux du Nord ou d'ailleurs, nous ont même surnommés "La bande des Marseillais". ça les agace qu'on ait tous un peu de soleil dans le gosier.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   22 septembre 2017
Depuis que l’organisation du P.M.U. s’est infiltrée partout, on ne peut plus opérer en toute tranquillité. Les gens ont de moins en moins recours à nous : ce qu’ils veulent c’est leur ticket avec le cachet du P.M.U… À une époque, ce fut fameux mais ça périclite ! Il y avait des jours où ça marchait et d’autres où ça n’allait pas du tout ! Je prenais aussi les paris pour les matchs de football ou de rugby : c’était presque meilleur… Pour résumer, je connaissais des hauts et des bas. Comme vous le disiez tout à l’heure : je vivotais mais plutôt mal que bien !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   22 septembre 2017
Quand on tourne en rond dans un espace aussi exigu, c’est obligatoire qu’après quelque temps on finisse par repérer les têtes…
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Video de Guy des Cars (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guy des Cars
"Le chateau du clown" (Plon) est le 40ème roman de Guy des CARS, dont il lit les premières lignes à Bernard PIVOT. L'écrivain définit ce qu'est un roman, alors que le personnage de son livre, lui, a existé. Au cours d'un séjour dans le Sud il visite le château de GROK, château monstrueux ou le clown est enterré. Guy des CARS raconte, comment, jeune journaliste, il a fait une tournée avec le Cirque Pinder. Dans son roman il raconte l'ascension et le déclin de GROK.PIVOT lui parle de sa "pas bonne" réputation dans le milieu littéraire, celui-ci dit qu'il est "lu". Il a des lettres de grands écrivains, GIDE, VALERY, CARCO, COLETTE qui l'ont encouragé. Il parle du seul prix littéraire qu'il ait eu dans sa carrière, du Goncourt qu'il n'a pas eu, et de la bataille que ça a suscité à l'époque. De noblesse authentique, il est fier des militaires de sa famille, notamment celui de l'Algérie. Il se dit "heureux", entouré de gens intelligents...ne se voyant pas d'ennemis.Mot de la langue française qu'il n'aime pas : valableMot que vous aimez bien : l'amitié
+ Lire la suite
autres livres classés : châtimentVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2994 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre