AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2203099976
Éditeur : Casterman (11/04/2018)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 54 notes)
Résumé :
Max est un homme tellement insignifiant qu'il finit par devenir vraiment invisible. Léo est une femme peureuse qui vit dans ses rêves. Max s'installe chez Léo et observe sa vie.
Une comédie romantique et fantastique par l'auteur de la BD à succès : Betty Boob
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  18 mai 2018
Un gros bouquet de fleurs artificielles dans les bras, Max tente tant bien que mal de se faufiler à travers la foule qui semble l'ignorer. Arrivé en haut de chez lui, quelle n'est pas sa surprise de découvrir sa petite amie dans les bras d'un autre. Apparemment, elle aurait oublié qu'elle vivait avec lui depuis 4 ans. Cela ira de mal en pis. Son nouveau colocataire, Nabil, ira jusqu'à oublier qu'il vivait avec lui, sa psychologue, à qui il se confie, ne le reconnaîtra pas.. Max se rend compte qu'il devient de plus en plus transparent aux yeux des autres...
Léo, après avoir bu quelques verres, se fait raccompagner chez elle par un jeune homme. le couple fait l'amour mais dès le lendemain matin, la jeune femme feint l'amnésie et le somme de s'en aller. Son amie et voisine, Jasmine, qui passe la saluer en coup de vent, n'est pas étonnée de la voir refaire le coup de l'amnésique. Une fois seule, Léo est confrontée à des spectres qu'elle chasse dans tout l'appartement. le lendemain, dans l'escalier, elle croise Max qui vient juste de s'installer...

Véro Cazot nous plonge dans un récit intimiste où, peu à peu, Max devient invisible. D'abord insignifiant aux yeux de son entourage, il finit par disparaitre totalement. Libre de tout geste, il s'immisce dans la vie de Léo jusqu'à partager son quotidien. Une étrange relation fantastique s'établit alors, évidemment à sens unique. le personnage de Max, bien que transparent, est attachant, sincère dans ses sentiments et ses gestes, voulant protéger Léo de ses fantômes qui la hantent. L'auteure aborde différents sujets tels que la timidité, la difficulté des relations amoureuses, l'amitié, la solitude, l'enfance... Une comédie sentimentale douce-amère, fantastique et attendrissante. Graphiquement, Camille Benyamina nous offre de magnifiques planches empreintes de douceur et de mélancolie, des pleines pages sensuelles. Son trait se révèle juste et tout en finesse, sa palette de couleurs délicate.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          640
Presence
  22 avril 2018
Ce tome comprend une histoire complète indépendante de toute autre. Il est paru en avril 2018. le scénario a été écrit par Véro Cazot, les dessins et la mise en couleurs ont été réalisés par Camille Benyamina. Cazot est également la scénariste de l'excellente BD Betty Boob, dessins de Julie Rocheleau. Cette histoire comporte 146 pages de bandes dessinées. Il est découpé en 4 chapitres : (1) le parfum imaginaire des fleurs artificielles, (2) à la croisée des ondes, (3) la théorie des cordes sensibles, (4) la fin des illusions.
Max est en train de ramener une plante en pot artificielle chez lui, à pied. Alors qu'il traverse une rue, il se retrouve repoussé par le flot de piétons venant en sens inverse, au point de se retrouver à son trottoir de départ, tellement personne ne prête attention à lui. Il rentre chez lui et découvre sa copine Ana au lit en train de se faire déshabiller par un autre homme. Ce dernier s'étonne, sans être plus gêné que ça ; Ana se rend compte qu'elle avait oublié l'existence de Max, alors que ça fait 4 ans qu'ils sont ensemble. Léo (diminutif de Léonie) est en train de prendre un verre de Sancerre au comptoir, un peu ennuyée. Elle répond à un autre client qu'elle n'arrive pas à retrouver son appartement. Il lui propose de l'accompagner jusqu'à son adresse. Elle lui propose de monter avec lui et ils font l'amour. Au matin, elle joue les amnésiques effarouchées pour que le coup d'un soir déguerpisse au plus vite. Sa copine Jasmine (psychologue) arrive pour lui rendre visite et comprend immédiatement le subterfuge de Léo. Cette dernière prépare des repas fait maison qu'elle livre à des clients.
Le même jour, Max se rend en consultation chez Jasmine, souffrant d'être insignifiant aux yeux des autres, au point que sa présence soit inconsistante, et que les autres ne le voient littéralement pas. Après quoi, il retourne dans l'appartement d'Ana, récupère ses affaires, et s'en va passer un nuit à l'hôtel. À chaque fois qu'elle rentre chez elle, Léo tient sa bombe lacrymogène à la main afin de se défendre contre les spectres présents dans son appartement. Elle récite une prière en forme de mantra avant de s'endormir, mais elle cauchemarde en pensant aux spectres imaginaires. le lendemain, Max prend une autre colocation, avec un dénommé Nabil, dans le même immeuble que celui de Jasmine et Léo. Il sort prendre l'air sur le balcon et aperçoit Jasmine sur le balcon voisin. Il la salue, mais elle ne le voit pas, et salue Nabil qui se tient derrière lui. Max insiste ; elle finit par le remarquer mais ne le reconnaît pas alors qu'il est son patient. Alors que Max ramène ses affaires dans l'immeuble (y compris sa plante artificielle en pot), il croise Léo qui lui dit que sa plante sent bon. Ils font connaissance, et Max lui tend la main pour une poignée de main, mais elle a un geste de recul en constatant qu'il lui manque 2 phalanges à l'index de la main droite.
Après l'extraordinaire BD Betty Boobs, le lecteur guette la production suivante de ses auteures. Il découvre l'épais roman graphique de Véro Cazot, s'étant associée à une autre artiste dont les brèves notes en fin de volume indique qu'elle est tombée en amour pour le scénario. La scénariste a développé une histoire d'amour faite de petits rien sur une longue pagination, avec l'intervention d'un élément surnaturel : l'existence corporelle de Max s'éloigne de la réalité physique de l'humanité. Concrètement, il devient une sorte de fantôme, vivant dans un monde fantomatique qui est le reflet du monde réel, qui s'y superpose, mais il n'est plus perceptible que sous forme de discrètes sensations, et que par un nombre très restreint d'individus, essentiellement Léo. Sur la base de ce postulat, cette histoire d'amour revêt une forme des plus étranges, mais aussi inédite, dans laquelle Max peut observer tous les faits et gestes de Léo dans son intimité, alors que celle ne ressent que vaguement une poignée d'effets de sa présence. Camille Benyamina représente alors Max de la même manière que les autres personnages, mais avec des traits de contour moins appuyés, ou des couleurs translucides, laissant apparaître une partie de ce qui se trouve derrière lui, décors ou personnages.
Il ne faut pas longtemps au lecteur pour saisir le concept de la nature fantomatique de Max, et les auteurs facilitent ce glissement vers la dématérialisation en tirant avantage de la pagination, montrant que le passage vers l'intangibilité s'effectue progressivement. le lecteur et le personnage (Max) s'habituent ainsi en douceur à cet état sortant de l'ordinaire. Les dessins et le comportement de Max montrent un individu gentil, attentionné, ne cherchant pas à se mettre en avant, éprouvant de l'empathie pour les autres, apportant une forme de soutien ou de réconfort discret, sans chercher de récompense, sans attendre de remerciement. D'une certaine manière son comportement le rend aussi falot qu'attendrissant. Sa banalité le rend littéralement transparent aux yeux des autres, alors même que sa présence produit un effet réconfortant. le lecteur ressent toute la qualité de l'écriture et de la narration des auteures en prenant conscience que Max n'est pas fade ou inexistant. Bien au contraire, il s'attache tout de suite à cet individu discret et prévenant, gentil et attentionné, tout en conservant un caractère qui n'est ni celui d'un sycophante, ni celui d'un individu qui n'existerait qu'à travers les autres. Plus Max devient inexistant aux yeux des autres, plus il prend de la consistance pour le lecteur.
Dans le même temps, le lecteur s'attache immédiatement à Léo, jeune femme pleine d'entrain, semblant facile à vivre souvent d'humeur enjouée, décidée et sachant ce qu'elle veut, sociable. Camille Benyamina la représente avec une silhouette élancée, dans des postures naturalistes, sans velléité de la transformer en modèle de beauté, en mannequin de présentation de vêtements de mode ou de produits de beauté. Elle présente une forte identité visuelle du fait de sa chevelure rousse un peu sauvage (ce n'est pas non plus une publicité ambulante pour shampoing), et des taches de rousseur sur son visage. du fait de la pagination et des situations évoquées, le lecteur pénètre dans son intimité, que ce soit pour des moments solitaires comme le rituel du coucher, ou pour des interactions sociales, avec une belle crise de fou-rire qui amène immédiatement une sourire sur le visage du lecteur. L'artiste sait capter les gestes machinaux et les postures féminines, sensibilité visible dans les petits détails, comme la manière de retirer son débardeur en page 43. Il pénètre également dans son intimité physique que ce soit lors de sa toilette ou des ébats sexuels. À chaque page, il ressent une sensibilité féminine qui s'exprime, à l'opposé d'une mise en scène dans la performance physique, et sans sensiblerie, un équilibre délicat et épatant.
Au travers des scènes de la vie de tous les jours, le lecteur découvre en Léo, une jeune femme charmante, irrésistible même, car ses faits et gestes sont présentés comme naturels, comme allant de soi, les auteures lui laissant la possibilité de justifier un comportement sortant de l'ordinaire (sa simulation d'amnésie) en parlant à un autre personnage. Elle emporte l'amitié du lecteur par son refus de se résigner à la solitude, de subir les fantômes de ses angoisses, de faire au mieux avec ce qu'elle a (le choix de concubin), et son goût pour le sancerre et le chablis. En vis-à-vis d'elle, les différences de caractère d'avec Max ressortent avec force. Son langage corporel et ses postures font apparaître un individu plus effacé et plus prévenant. Utilisant toujours la copieuse pagination du récit, Véro Cazot préfère montrer l'état de Max plutôt que de l'expliquer. le lecteur cartésien peut être un peu rebuté par ce procédé, mais il se rend compte que son attachement pour le personnage va grandissant et qu'il consent bien volontiers le petit supplément de suspension d'incrédulité nécessaire pour rester dans l'histoire. Or Max ne reste pas juste condamné à l'état de voyeur passif. Il bénéficie même d'une séquence constituant une variation sur le thème de l'origine secrète.
Alors qu'il s'est confortablement installé dans la relation univoque entre Léo et Max, le lecteur a la surprise d'accompagner Max rendant visite à ses parents. Il est encore plus surpris de constater qu'il a aussi disparu pour eux, quasiment remplacé par un chien. Les dessins montrent des adultes d'une cinquantaine ou peut-être soixantaine d'années, sereins et confortablement installés dans leur vie, apaisés et entièrement satisfaits du plaisir que leur apporte leur chien. La séquence est d'autant plus déchirante que Max ne se résigne pas à la situation, mais l'accepte comme une forme de fatalité contre laquelle il n'est pas utile de lutter. Il analyse son histoire personnelle plutôt que de subir et de se lamenter Son inexistence atteint un summum : ce n'est pas simplement qu'il ne représente rien pour tous ceux qu'ils croisent, c'est aussi qu'il n'a plus d'importance pour ses parents, qu'il n'en a jamais eu. Il s'agit d'une séquence d'une rare cruauté, rendue plus insupportable par sa douceur et son naturel. le lecteur découvre par la suite que ce comportement découle d'une circonstance liée à l'histoire personnelle de Max, relatée page 106 & 128, susceptible d'induire un tel refoulement. Cet effacement total de l'existence de Max est de nature à fendre le coeur de n'importe quel lecteur, et pour autant le récit ne verse pas dans le misérabilisme. le comportement de Max relève plus de l'acceptation que de la résignation dans la mesure où il se rend compte que son état spectral lui permet de se livrer à des activités interdites aux gens en chair et en os. C'est ainsi qu'il prend un bain de soleil version naturiste (page 71) au milieu de des autres usagers du parc public, pour un dessin en pleine page des plus libérateurs.
Ce n'est pas la seule scène de nudité, car la sexualité et elle occupent une place importante dans le récit, apparaissant dans une quinzaine de pages, soit environ 10% du récit. À chaque fois, il s'agit d'un comportement naturel s'intégrant de manière organique dans le récit. Les dessins de Camille Benyamina ne peuvent pas être qualifiés de pornographiques, même lors de la représentation de l'acte sexuel, mais plutôt de sensuels, y compris lorsqu'il y a nudité frontale, voir pénétration lors de la page 81, entièrement dévolue à des accouplements entre adultes consentants. L'artiste ne se concentre pas sur les détails (pas de représentation des tétons, uniquement des auréoles), et ne place pas ses personnages dans des postures pornographiques ou de magazine de charme. La relation sexuelle est dépeinte comme une chose allant de soi, débarrassé de toute névrose ou de rapport de domination. Cela n'empêche pas les auteures de placer le lecteur dans une position de voyeur passif pour des scènes de positions banales, de masturbation, de triolisme, et même de lecture de manga pornographique.
L'activité sexuelle fait donc partie de la vie des personnages, sans fausse pudeur, mais sans que cela n'en devienne leur activité essentielle. Non seulement le lecteur se retrouve en position de voyeur, mais Max également car il a choisi de s'installer dans l'appartement de Léo, en tant que fantôme invisible. Il partage donc tous les moments de son intimité. Cazot & Benyamina utilisent le dispositif surnaturel du fantôme amoureux pour mettre en lumière des facettes de la relation amoureuse. Max a décidé de vivre avec Léo, même si celle-ci ignore tout de sa présence. Il a ainsi l'occasion extraordinaire de vivre avec elle à chaque instant de sa vie. Dans un premier temps, le lecteur constate que cette relation déséquilibrée ne profite qu'à Léo : Max se montre attentionné envers Léo en essayant de la rasséréner, alors que Léo ignore jusqu'à son existence. le langage corporel de Léo évolue, indiquant qu'elle a regagné confiance en elle, qu'elle n'est plus minée par les fantômes du soir, les doutes et les angoisses qui l'assaillent. Max se détend également dans cette quasi absence de d'interaction avec le monde physique, acceptant l'état qui est le sien quasiment depuis sa naissance (il paraît que sa mère avait oublié qu'elle était enceinte jusqu'à ce qu'elle accouche). le lecteur peut voir cette détente dans son comportement moins inquiet.
Bien évidemment la tentation est forte pour le lecteur de se lancer dans des considérations psychanalytiques. Max consulte Jasmine une psychologue. Il est question de traumatisme d'enfance, entre la mort de la petite voisine de Max, et les douches de Léo dans l'enfance, ou encore de Max étant enfant de personne (page 105). À plusieurs reprises, des remarques anodines font émerger des névroses légères : Léo se rendant compte qu'elle n'arrive pas à supporter la vue d'un doigt auquel il manque des phalanges, un homme obnubilé par le risque d'un poil de nez qui dépasse, une problématique de mauvaise odeur corporelle. Dans ces occasions, le lecteur apprécie à sa juste valeur l'osmose entre scénariste et dessinatrice, comme si le récit était raconté par une unique personne. Mais le lecteur peut aussi se passionner pour la dynamique de la relation qui se développe entre Léo et Max. Leur qualité de vie se trouve dégradée, celle de l'un comme celle de l'autre quand ils ne partagent pas leur vie. Il se développe ainsi une forme de codépendance pour pouvoir accéder au bonheur. L'un agit comme un exhausteur de goût pour l'autre, et dans l'autre sens l'autre fait littéralement exister le premier. À plusieurs reprises, le lecteur ressent la forte impression que c'est le vécu de la scénariste qui fait exister ces sentiments, comme si certains passages relevaient d'une autofiction honnête et sans fard.
Le lecteur referme le tome, totalement sous le charme d'une relation à laquelle il a presque participé de l'intérieur. La pagination laisse le temps aux personnages d'exister, et aux auteures de faire exister des moments fugaces, des sensations ténues qui sont l'essence même de la relation entre Léo et Max, qui lui donnent son unicité et sa qualité. Alors même qu'il s'agit d'une comédie sentimentale des plus intimes, le surnaturel est utilisé avec ingéniosité pour montrer le caractère et les difficultés psychologiques des 2 personnages principaux. Pourtant le récit reste léger d'un bout à l'autre, à la fois grâce aux dessins d'un grand naturel et d'une grande justesse pour le jeu des acteurs, à la fois grâce à l'écriture discrètement sophistiquée de Véro Cazot. S'il y est sensible, le lecteur apprécie la finesse d'observation qui s'exprime dans certaines phrases, ainsi que la saveur cocasse de certaines métaphores comme celle de la douche froide que subit Max, ou de son attachement à une plante en plastique, aussi factice que sa vie sociale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Under_The_Moon
  12 octobre 2018
Max est un jeune homme très effacé, au point qu'il en devient littéralement invisible. Alors qu'il tente de comprendre ce phénomène et de savoir d'où il vient, il rencontre Léonie (Léo), une belle rouquine.
Léo est bien visible elle, mais cette très belle femme est aussi pétrie d'angoisses. Et tour à tour elle se sent étouffée par une présence ou par l'absence.
Ces deux personnages vont cohabiter dans l'appartement de la jeune femme, sans que celle-ci s'en rende compte. Reste à savoir comment faire partie de la vie d'une personne qui ne vous voit pas ? Comment avancer, et plus difficile encore : avancer ensemble ?
Un récit vaporeux, intime et étrange à la fois. Une fable sur les paradoxes des relations humaines dans nos grandes villes modernes.
Les graphismes à la fois voluptueux, sensuels et comme fait de voiles intriguent, interpellent, sans qu'à la fin de cette lecture je sache réellement me positionner. J'aurai aimé que l'intervention du personnage de la psychologue soit plus fouillée et moins secondaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
sld09
  09 juin 2018
J'ai beaucoup aimé cette bande-dessinée, autant pour son histoire très touchante que pour les dessins doux et chaleureux, les deux s'harmonisant parfaitement pour nous immerger dans l'atmosphère intimiste de ce récit qui sort des sentiers battus. En effet, Max, devenu invisible à force d'indifférence, emménage chez Léo, jeune femme hantée par des terreur nocturnes et seule personne capable de percevoir ne serait-ce que vaguement la présence du jeune homme. Au fil de la cohabitation, une étrange relation se noue entre Léo et Max...
J'ai trouvé que le dénouement arrivait un peu rapidement, surprenant le lecteur et changeant complètement la perspective qu'on avait de l'histoire de Léo et Max, mais cela ne m'a pas empêcher d'adorer Les petites distances.
Lien : http://lecturesdestephanie.b..
Commenter  J’apprécie          220
Vexiana
  21 janvier 2019
Max se sent insignifiant, Max se sent invisible. Petit à petit, il a l'impression de perdre de la consistance, un jour Max disparait complètement. personne ne se souvient de lui, plus personne ne le voit.
Mais Max continue à évoluer parmi nous, comme dans une dimension parallèle, où il a du pouvoir sur son environnement sans que cela ait une influence sur le notre.
Max tombe amoureux de sa voisine du dessous et s'installe avec elle...mais elle ne le voit pas.
Max prend conscience que ce qu'il fait a une influence sur elle...
J'ai passé un moment agréable en compagnie de Max et de ses voisins. L'histoire est bien traitée et intéressante et je me dis qu'elle pourrait faire un chouette scénario de film mais je ne suis pas convaincue par tous les éléments de l'histoire même si certains d'entre eux sont plutôt bien trouvés.
Côté dessin, c'est très beau, très esthétique et sensuel.
Une chouette découverte.
Commenter  J’apprécie          110

critiques presse (4)
LActualite   06 août 2018
Tout est fin et sensible dans ce roman graphique brillamment créé avec humanité.
Lire la critique sur le site : LActualite
BDGest   01 juin 2018
Une bande dessinée qui devrait sourire aux amateurs de Philippe Dupuy, Charles Berbérian, Grégory Mardon et tous ces bédéistes qui décrivent avec finesse et humour la jeunesse parisienne.

Lire la critique sur le site : BDGest
Bedeo   04 mai 2018
Histoire touchante sans être glaçante, dessin sensible sans être larmoyant, Les petites distances a semble-t-il trouvé le bon équilibre pour être une œuvre à laquelle on peut s’identifier, à laquelle on peut croire au bout d’un moment, et à laquelle on veut absolument connaître la fin.

Lire la critique sur le site : Bedeo
Actualitte   30 mars 2018
Avec Véro Cazot au scénario et Camille Benyamina au dessin, Casterman livre au lecteur un récit intimiste et sentimental empreint de mélancolie et de douceur. Laissez-vous séduire par l’histoire de Max et Léonie qui infuse le quotidien de fantastique presque tangible.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   18 mai 2018
Les amis nous oublient si vite quand vous partez. Ils se détachent de vous à une vitesse vertigineuse. Au début, vous vous appelez, vous leur manquez et ils vous manquent, mais très vite, la vie s'organise sans vous, sans eux, les appels s'espacent, les nouvelles deviennent trop longues à raconter et, de résumé en résumé, l'amitié ne se ressent plus qu'au passé.
Commenter  J’apprécie          291
marina53marina53   18 mai 2018
Je suis complètement invisible. C'est de pire en pire, mais c'est comme ça depuis ma naissance. Quand ma mère m'a mis au monde, elle ne savait même pas qu'elle m'attendait. Il y a des jours où je me sens complètement inconsistant.
Commenter  J’apprécie          160
PresencePresence   22 avril 2018
Je viens d'entendre les voisins du dessous s'envoyer en l'air. Il y en a qui ont de la chance. C'est très nouveau pour moi. Je comprends pour la première fois le concept de faire l'amour. […] Moi, jusque-là, mes orgasmes, je les ai toujours eu toute seule. Alors, je ne voyais pas vraiment l'intérêt de partager cela.
Commenter  J’apprécie          20
PresencePresence   23 avril 2018
Tu as vu l'homme idéal dans les parages, toi ? Non ? Eh bien moi, j'en ai marre d'attendre. Vlad n'ait pas parfait, mais je crois que je serais perdue sans lui. Tant pis pour le prince charmant, il n'avait qu'à se pointer avant.
Commenter  J’apprécie          30
mandrake17mandrake17   19 août 2018
Les amis vous oublient si vite quand vous partez. Ils se détachent de vous à une vitesse vertigineuse. Au début, vous vous appelez, vous leur manquez et ils vous manquent, mais très vite, la vie s'organise sans vous, sans eux, les appels s'espacent, les nouvelles deviennent trop longues à raconter et, de résumé en résumé, l'amitié ne se ressent plus qu'au passé.
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Véronique Cazot (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Véronique Cazot
Betty Boob
autres livres classés : estime de soiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3139 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..