AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290137065
Éditeur : J'ai Lu (04/01/2017)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 38 notes)
Résumé :
« Non, vraiment, le terme « islamophobie » est mal choisi s'il doit désigner la haine que certains tarés ont des musulmans. Il n'est pas seulement mal choisi, il est dangereux. [...]
Lutter contre le racisme, c'est lutter contre tous les racismes, alors lutter contre l'islamophobie, c'est lutter contre quoi ? Contre la critique d'une religion, ou contre la détestation des gens qui pratiquent cette religion parce qu'ils sont d'origine étrangère ? »

>Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Under_the_Moon
  15 novembre 2015
Un ensemble de texte à la verve communiste provocatrice, comme le font si bien les rédacteurs de Charlie Hebdo.
Même si certains propos méritent d'être nuancés, Charb énonce quand même une vérité sur notre société : les dérives communautaristes font vraiment chier ! Finalement, c'est peut-être ce que garanti le foutage de gueule dans un magazine comme Charlie Hebdo : l'égalité. Tout le monde en prend plein la gueule de la même façon.
Après, qu'on soit d'accord ou non sur des limites à ne pas franchir c'est un autre débat. Mais dans le débat démocratique, c'est important d'avoir des gens comme Charb pour nous secouer tous et nous interpeller.Là où il sait remettre les pendules à l'heure, c'est sur le fait que le problème ce n'est ni la religion, ni les pratiquants, mais les ignorants (ou "les connards" comme il le dit lui-même) qui par bêtise et montrer qu'ils sont mieux que les autres essayent de faire tout interdire ou censurer au nom du respect de la différence.
L'autre point important que Charb soulève, c'est le rôle nauséabond des médias dans ces nouveaux conflits à la mode, où toute mèche est bonne à allumer pour faire "vendre" (de l'amalgame aux infos biaisées et tutti quanti).
Qu'on soit d'accord ou pas, c'est donc un acte presque républicain de lire cette lettre.
Quelle ironie lorsqu'on pense que cette compilation de textes de Charb sur l'islamophobie et le racisme a été finalisée 48h avant les attaques de Charlie Hebdo - et qu'en plus j'ai choisi cette lecture quelques heures avant les infos du vendredi soir..... L'ironie coûte vraiment cher en 2015 ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          274
bdelhausse
  27 mars 2019
Un grand coup de gueule de Charb qui n'aurait peut-être jamais eu ce retentissement si deux jours après la parution de ce petit ouvrage, Charb n'avait été assassiné par les frères dont je préfère oublier le nom et l'existence.
Le corps du texte est une longue attaque sur le mot même d'islamophobie et l'usage qui en est fait. D'aucuns, et je peux suivre Charb dans sa dénonciation, mettent homophobie et négrophobie dans le même sac qu'islamophobie. Erreur évidemment, nous dit Charb. L'homophobie et la négrophobie servent à nier l'humain, l'islamophobie devrait (étymologiquement) être la négation de l'islam... ce qui n'a pas de sens.
L'argument central de Charb est de considérer qu'il est inutile de se doter d'un mot nouveau. Racisme suffit. Ou devrait suffire. Au passage, il note qu'antisémitisme n'est pas le pendant d'islamophobie. Se moquer des cons parce qu'ils sont cons, ce n'est pas la même chose de dessiner un nez crochu à un Juif simplement parce qu'il est Juif (indépendamment du fait que le nez crochu rappelle des caricatures qui n'étaient pas faites pour rigoler).
On le voit, le sujet est complexe et Charb fait de la corde raide. Ancien militant communiste, il a des résurgences de son passé. Mais il tient aussi des propos réactionnaires parfois sur l'ordre des choses. Et à force de vouloir régler ses comptes, il finit pas se perdre un peu dans sa "démonstration" (qui n'en est pas vraiment une).
Car sur le principe de "qsui trop embrasse, mal étreint", Charb tire un peu dans tous les sens. Le propos stricto sensu de son pamphlet, essai, truc... c'est dénoncer les gens qui vivent de l'islamophobie tout en faisant croire qu'ils défendent les droits de certains individus. Un peu comme ces Irlandais qui ont vu les pourparlers de paix arriver avec angoisse car ils pensaient que cela allait les priver d'une raison de vivre. Les rapaces de l'islamophobie sont les intégristes musulmans, les médias et certains milieux que Charb qualifie de "bobo gauchiste" qui semblent incapables de voir la différence entre arabe, musulman, islamiste. En entretenant le concept même d'islamophobie, ces groupes permettent aux racistes de faire florès. C'est là, à mon avis, que Charb se trompe. Les racistes n'ont besoin de rien pour l'être. Si leur voisin est noir, il lui en voudront. S'il est homo aussi. Et s'il est blanc, hétéro, va à la messe... ils trouveront quelque chose à lui reprocher. Charb, étonnamment, ne semble pas avoir mesuré l'ampleur de la connerie humaine et de l'intolérance.
Férocement athée, libre-penseur (tant qu'on est de son avis), il part du principe que se moquer de tout le monde y compris de soi-même, cela permet de vivre mieux en société. de là où il est maintenant il aura le loisir de méditer le fait que Sarkozy a défilé pour lui rendre hommage...
Ce livre a le mérite de bousculer le lecteur, de susciter l'interrogation et pourquoi pas de lancer la discussion. Ce n'est déjà pas si mal. Mais faire changer d'avis les kilotonnes de racistes et de révisionnistes, trolleurs de réseaux sociaux... ne rêvons pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Seydas
  15 août 2015
Je suis tombée dessus par hasard à la bibliothèque ouverte du camping, maigre tente ajourée ne profitant d'un pet d'ombre et contenant au mieux une trentaine de bouquins. Il faisait chaud comme c'est pas permis et j'avais envie de tout sauf de m'asseoir et de coller mon dos et mes fesses à une chaise, histoire de transpirer un peu plus.
Mais je suis tombée dessus, caché, pressé entre deux pavés de la section "nouveautés", et j'ai fini par m'asseoir.
L'essai de Charb "finalisé deux jours avant les attentats de janvier qui lui ont coûté la vie" selon la note de l'éditeur se lit rapidement, court essai d'un sujet grave et intéressant traité avec des clins d'oeil humoristiques qui donnent une légèreté au tout.
D'après ce que j'ai compris du livre, selon lui, l'islamophobie n'existe pas comme les médias et les associations anti-islamophobie nous le laissent entendre mais ce n'est que du racisme que le dit-islamophobe montre, portant atteinte à des individus, alors que nous voyons une atteinte à une religion. Aussi, il affirme dans son essai à tous les anti-islamophobes qui le sont uniquement pour se promouvoir, d'arrêter de faire ce qu'ils font (par exemple attaquer Charlie Hebdo, journal aucunement islamophobe, en justice) car en cela ils "font le jeu des racistes".
Ce que je retiens le plus dans cet essai est la différence marquée par Charb entre islamophobie et racisme, et par son avis qu'il montre, dont je ne peux sortir indemne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
christinebeausson
  09 juin 2015
On peut difficilement critiquer un livre qui présente les idées pour lesquelles des hommes ont été assassinés.
Alors reprendre quelques têtes de chapitre de ce petit essai qui m'ont questionnée.
"Le racisme ringardisé par l'islamophobie", excellente démonstration.
"La foi, c'est se soumettre", merci de nous rappeler cette évidence.
"Condescendance des élites et infantilisation", le doute m'envahit, peut on généraliser ?
Alors en détaillant, je reprends " les journalistes au service de l'islamophobie", l'utilisation des médias pour alimenter le faux sensationnel. Constat accablant fait chaque jour aux grandes messes des journaux radiotélévisés.
MAIS
"La politique au service de l'islamophobie", procès un peu simpliste, certes il est facile de se laisser piéger par la peur de la provocation et se laisser tenter par le silence ...
Certains sont peut être tombés dans ce piège,
Mais accuser nos politiques ou des dessinateurs tels que Plantu d'être complices, je ne crois pas pouvoir suivre Charb dans son plaidoyer.
Le silence est il complice de l'amalgame entre critiques ou caricatures d'individu et celles d'une religion ?
Par contre j'ai mal, j'ai vraiment très mal quand je lis à la lumière des événements qui ont eu lieu deux jours après la finalisation de ce texte :
"La polémique s'est terminée par une amusante sortie de Disiz, toujours sur Instagram, a l'attention des dessinateurs de Charlie hebdo : " même si vous étiez muets je vous couperai la parole, vous voulez savoir comment je ferai ? Eh bien je vous couperai les mains " .....
7 janvier 2015 ... 11 morts .... L'horreur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ErnestLONDON
  21 avril 2017
Sarkozy et ses suiveurs détestables, ont libéré en France la parole raciste en instrumentalisant à des fins politiciennes l'identité nationale. En des termes fermes et percutants, Charb relate cet épisode où tout a basculer, où toute retenue a disparu.
« Lorsque la plus haute autorité de l'État s'adresse aux cons et aux salauds en leur disant « Lâchez-vous les gars  », que croyez-vous que font les cons et les salauds ? Ils se mettent à dire publiquement ce qu'ils se contentaient, jusque-là, de beugler à la fin des repas de famille trop arrosés. »
(...)
Charb analyse avec patience, minutie et une certaine liberté de parole, la propagande intégriste qui récupère toute critique envers les extrémismes religieux, y compris ceux qui prônent la violence terroriste, pour l'assimiler à un racisme.
Une parole salutaire qui manque assurément en ces temps troubles.
À lire d'autant plus qu'on cherche ces jours-ci à interdire les représentations de ce texte.
Article complet en suivant le lien.
Lien : http://bibliothequefahrenhei..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51

critiques presse (1)
LeDevoir   13 mai 2015
Dans un livre-testament malgré lui, Charb dénonce l’hypocrisie au nom de la tolérance.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Eric75Eric75   18 avril 2015
Si tu penses que la critique des religions est l'expression d'un racisme,
Si tu penses qu' « islam » est le nom d'un peuple,
Si tu penses qu'on peut rire de tout sauf de ce qui est sacré pour toi,
Si tu penses que faire condamner les blasphémateurs t'ouvrira les portes du paradis,
Si tu penses que l'humour est incompatible avec l'islam,
Si tu penses qu'un dessin est plus dangereux qu'un drone américain,
Si tu penses que les musulmans sont incapables de comprendre le second degré,
Si tu penses que les athées de gauche font le jeu des fachos et des xénophobes,
Si tu penses qu'une personne née de parents musulmans ne peut être que musulmane,
Si tu penses savoir combien il y a de musulmans en France,
Si tu penses qu'il est essentiel de classer les citoyens selon leur religion,
Si tu penses que populariser le concept d'islamophobie est le meilleur moyen de défendre l'islam,
Si tu penses que défendre l'islam est le meilleur moyen de défendre les musulmans,
Si tu penses qu'il est écrit dans le Coran qu'il est interdit de dessiner le prophète Muhammad,
Si tu penses que caricaturer un djihadiste dans une position ridicule est une insulte faite à l'islam,
Si tu penses que les fachos attaquent surtout l'islam lorsqu'ils visent un Arabe,
Si tu penses que chaque communauté devrait avoir une association antiraciste dédiée,
Si tu penses que l'islamophobie est le pendant de l'antisémitisme,
Si tu penses que les sionistes qui dirigent le monde ont payé un nègre pour écrire ce livre,
Alors, bonne lecture, parce que cette lettre a été écrite pour toi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          353
Eric75Eric75   22 avril 2015
Que font ceux qui hululent dès qu'est publié dans Charlie Hebdo un dessin qui met en scène un terroriste se réclamant de l'islam ? Ils laissent entendre qu'en caricaturant un terroriste islamiste le dessinateur a voulu symboliser tous les musulmans. Il suffit que le terroriste soit identifiable comme musulman, c'est alors de tout l'islam que se moque le dessinateur. Si on dessine un djihadiste dans ses œuvres de djihadiste, c'est le milliard de croyants qu'on traîne dans la boue. Lorsqu'on représente un Mahomet qui dénonce les extrémistes de sa religion, on insulte tous les musulmans. Le terroriste doit être dépouillé de tous les éléments qui peuvent faire penser qu'il est musulman, et, quant à Mahomet, il est tout simplement interdit de le représenter. Si dessiner de manière grotesque un terroriste islamiste, c'est islamophobe, cela revient à dire que tous les musulmans sont des terroristes ou qu'ils sont solidaires de ce dernier.
Ceux qui accusent les dessinateurs de Charlie Hebdo d'islamophobie chaque fois qu'un personnage porte une barbe ne sont pas seulement malhonnêtes ou de mauvaise foi gratuitement, ils montrent leur soutien à l'égard de l'islam dit radical. Lorsqu'on dessine un vieux qui commet un acte pédophile, on ne jette pas l'opprobre sur tous les vieux, on ne laisse pas entendre que tous les vieux sont pédophiles (ni l'inverse), et, d'ailleurs, à part de très rares imbéciles, personne ne reprocherait ça aux dessinateurs de Charlie Hebdo. Ce qui a été dessiné, c'est un vieux pédophile, rien d'autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Under_the_MoonUnder_the_Moon   14 novembre 2015
Rappelons en outre qu'une religion n'existe pas sans croyants. Un texte ne devient sacré et éventuellement dangereux que parce qu'un lecteur fanatique décide d'appliquer au premier degré ce qui est écrit dans son livre de chevet. Il faut être vraiment naïf pour prendre au pied de la lettre ce que disent les textes fondateurs de toutes les grandes religions, et il faut être particulièrement psychopathe pour vouloir reproduire chez soi ce qu'ils prônent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Under_the_MoonUnder_the_Moon   14 novembre 2015
Les musulmans les plus radicaux compensent leur infériorité numérique par un activisme militant intense. Tout le monde s'y laisse prendre. Les associations musulmanes comme les journalistes. Parce qu'ils ont la plus grande gueule, ils sont l'islam, le vrai.
Commenter  J’apprécie          110
Under_the_MoonUnder_the_Moon   14 novembre 2015
L'homophobie n'est pas condamnable parce qu'elle serait une critique de l'homosexualité, mais parce qu'elle exprime la haine des homosexuels.
Commenter  J’apprécie          182
Videos de Charb (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Charb
UNE MINUTE QUARANTE-NEUF SECONDES : en librairie le 2 octobre ---- Né en 1966, Riss rejoint La Grosse Bertha en 1991 où il rencontre Charb, Luz, Cabu, Philippe Val et toute l?équipe du futur Charlie Hebdo. En juillet 1992, il participe à la reparution de Charlie Hebdo. En 2009, à la suite du départ de Philippe Val, il partage avec Charb la direction du journal. le 7 janvier 2015, il est blessé lors de l?attentat contre Charlie Hebdo et devient le directeur du journal. ---- https://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature/une-minute-quarante-neuf-secondes
autres livres classés : amalgameVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1189 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre