AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782205043358
48 pages
Éditeur : Dargaud (15/01/1998)
3.94/5   98 notes
Résumé :
Une gueule. Un personnage. Une légende de l'Ouest américain, pas moins. Il s'appelle Blueberry. Mike Blueberry. Drôle de nom : en anglais, il signifie "myrtille"... Mais attention : avec son nez cabossé, sa barbe de trois jours et son caractère de cochon, Blueberry est un dur. Un coriace. Un éternel rebelle, indiscipliné, râleur et batailleur. C'est aussi l'une des figures légendaires de la bande dessinée, née dans les pages de l'hebdomadaire Pilote. Les bonnes fées... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
gill
  03 avril 2015
Depuis 1866, une fantastique épopée bouleverse le centre et l'ouest des États-Unis, tout juste sortis de la guerre de sécession.
Deux compagnies rivales, l'Union Pacific et la Central Pacific, se sont lancées dans une gigantesque entreprise : relier l'Atlantique au Pacifique par une voie ferrée jetée à travers tout le continent.
Les deux lignes progressent l'une vers l'autre.
Une rivalité implacable les oppose !
Partie de l'est, l'Union Pacific est dirigée par le général Dodge et les frères Casement...
A Fort-Navajo, Blueberry est aux arrêts de rigueur, depuis dix jours, pour avoir dévasté, avec son six-coups, tout un saloon dont le patron, paraît-il, trichait au poker !
Une lettre vient le sortir de son cachot.
Le général Dodge a besoin d'un spécialiste des indiens et l'a fait affecter à l'Union Pacific.
Le lieutenant et Red-Neck Wooley, son guide, entament alors un périlleux voyage qui doit les mener de Fort-Navajo jusqu'à la tête de ligne de l'Union Pacific aux limites du Nebraska et du Wyoming....
Le texte est signé Charlier, les dessins de Giraud.
Cette nouvelle aventure est le préambule du deuxième cycle de la série.
"Le cheval de fer", "l"homme aux poings d'acier", "la piste des sioux" et "général tête jaune" sont les quatre aventures qui vont le composer.
La légende de Mike S. Blueberry est en marche.
Les dessins de Jean Giraud, qui n'est encore pas Moebius, sont somptueux.
Le récit de Jean-Michel Charlier est passionnant, tendu et inventif.
Annoncée, en novembre 1966, par la superbe couverture du 370ème numéro de "Pilote", cette nouvelle aventure fait rebondir la série, va l'ancrer dans la durée et l'installer, pour les jeunes lecteurs du journal d'Astérix et Obélix, comme la référence du genre.
Cela tombait à pic, Mike, à Fort-Navajo, n'avait plus de whisky et avait envie de changer d'air... sans compter que le général Dodge est une vieille connaissance et qu'il va retrouver, en bien mauvaise posture, ce damné poivrot de Jimmy Mac Clure...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          331
belette2911
  05 septembre 2020
Ça ne vous dit rien, cette histoire de deux compagnies de train rivales, d'un côté l'Union Pacific et de l'autre, la Central Pacific, qui se sont lancées dans un gigantesque chantier : relier l'ouest à l'Est en train !
Pour cela, il faut construire par une voie ferrée d'un côté à l'autre du pays.
Mais oui, c'est l'album 9 de Lucky Luke : Des rails sur la prairie !
Sauf que ne sommes pas chez le héros qui tire plus vite que son ombre mais chez Blueberry et que lui, sa spécialité, c'est se foutre dans les emmerdes jusqu'au cou !
L'Union Pacific est dirigée par le général Dodge (celui qui cassa le nez de Blueberry dans "Double jeu") et il fait appel à Blueberry car le général craint les attaques que pourraient mener les Cheyennes et les Sioux car ils se préparent à entrer sur leurs territoires de chasse.
C'est un album aux dessins superbes de Giraud foisonne de détails de ce qu'était la vie en ce temps-là (1866) lors de la construction d'une voie de chemin de fer de cette ampleur : saloons, tripots, prostituées, travailleurs dépensant leur solde en alcool et cultivant leur haine du Peau-Rouge.
Le scénario n'est pas en reste avec Charlier qui développe une histoire aux ramifications politiques et qui n'auraient pas déplu à Machiavel puisque Jethro Steelfingers divise pour faire régner puisqu'il roule pour la concurrence, à savoir, la Central Pacific (mais personne ne le sait).
La propagande est une fois de plus aux avants postes et comme d'autres l'ont fait avant lui et après lui, les fauteurs de troubles agissent dans l'ombre pour que les Indiens croient que ce sont les hommes du rail qui ont fait fuir les troupeaux de bisons et massacré leurs femmes et papoose dans leurs camps.
La colère gronde et les hommes du chemin de fer veulent bouffer du Rouge car le racisme est lui aussi de la partie. L'Homme Blanc a la langue fourchue comme celle du serpent et ils ont beau avoir touché la plume, les Blancs ne respectent pas ensuite leurs propres traités, méprisant les Indiens et remangeant leur parole.
Plus sombre et moins drôle que la version de Morris (Lucky Luke), les auteurs ont au moins le mérite de ne pas jouer sur les clichés concernant les Indiens en les transformant en alcooliques un peu benêts.
Les dessins sont réalistes et on a de quoi s'occuper avec les dialogues ou les explications de Charlier qui prend le temps de planter son décor et de nous raconter l'Histoire.
À noter que cet album est le premier d'un nouveau cycle qui en comptera 4 et que notre lieutenant Blueberry va encore cumuler les emmerdes plus vite que Jimmy MacClure ne collectionne les cuites au whisky !

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
bdelhausse
  05 octobre 2016
La guerre du rail, un incontournable du western... à l'instar du tome 9 des aventures de Lucky Luke... mais en moins sympathique. le sujet est traité en plusieurs tomes, dont celui-ci est le premier.
On se place résolument dans le contexte historique. L'Union Pacific à ma droite. La Cetnral Pacific à ma gauche. A vos marques, prêts, partez! le plus rapide empochera un pactole en pouvant exploiter les miles de voies ainsi posées.
L'Union Pacific arrive en territoire indien. On retrouve à la tête du chantier une vieille connaissance, le général Dodge. Connaissant les talents de négociateur et les connaissances indiennes de Blueberry, il le mandate pour parler avec eux et arrondir les angles. Mais une bande à la solde de la Central Pacific multiplie les escarmouches et les provocations, de quoi irriter les indiens et les faire déterrer la hache de guerre...
Rien de très neuf sous le soleil. On reproduit la même dialectique que dans les cinq premiers tomes. Les indiens sont vifs et s'emportent facilement. Blueberry rame. de méchants blancs titillent les indiens... Rien de bien original, mais c'est réalisé avec brio. On sent moins l'influence cinématographique derrière le scénario. Mais le final où le train passe sur le pont en flammes est grandiose. Sans parler d'un super méchant... Jethro Steelfingers, avec sa main en acier.
La première planche est une sacrée entrée en matière. Une case qui occupe plus de la moitié de la planche, avec des détails incroyables, et surmontée d'un pavé de texte, qui replace l'histoire dans son contexte historique. le truc est utilisé à plusieurs reprises par la suite.
On notera pour l'anecdote que la version que j'ai eue en mains alterne les "coyottes" et les "coyotes"... le mot qui ne prend normalement qu'un seul "t" est écrit avec deux depuis le début de la série (corrigé lors des réimpressions).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
umezzu
  25 mai 2016
Ce septième tome de Bluebery commence un nouveau cycle centré autour de la concurrence entre les deux compagnies ferroviaires chargées de construire la première ligne traversant le continent américain : l'Union Pacific et la Central Pacific. La Central Pacific part de l'Ouest. L'Union Pacific a délégué à la supervision de la construction, côté est, le général Dodge. L'enjeu pour les deux compagnies est de construire la ligne la plus longue possible, pour maximiser les profits, en termes de trafic et de propriété de terres longeant la voie. Tous les coups sont permis pour ralentir la compagnie rivale. La Central Pacific a corrompu un proche de Dodge et surtout a envoyé à l'est Jethro Steelfinger, un bandit de la pire espèce doté d'une prothèse en fer (d'où son nom). C'est dans ce contexte que Dodge décide de s'adjoindre Blueberry pour sécuriser la construction de la voie.
Charlier s'attaque au mythique cheval de fer, symbole de la civilisation américaine venant rogner les terres indiennes. L'album est rempli d'action, de bagarres et d'escarmouches. C'est aussi la première apparition de Red Neck, un guide qui va devenir le troisième pilier du trio Blueberry – Mc Clure – Red Neck.
Une bonne BD de western revisitant un pan de l'histoire américaine, superbement dessinée par Giraud.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ElGatoMalo
  23 décembre 2012
La version que j'ai ici, datée de 1971, est titrée "Fort Navajo, une aventure du lieutenant Blueberry". Elle prenait la poussière et n'ayant plus rien à me mettre sous les yeux et motivé finalement par le coté "référence" du titre ou plutôt du personnage, Blueberry est à la bande dessinée "sérieuse" ce que Luky Luke est à la bd humoristique, un monument incontournable que j'ai réussi à contourner pendant presque un demi-siècle mais quand il faut y aller ... Donc un coup de lingette pour faire réapparaître les couleurs originales sur la couverture et c'est déjà plus tentant...
(à compléter, après lecture du reste des volumes précédents de la collection)
Commenter  J’apprécie          82

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
GrouchoGroucho   28 janvier 2015
Good Lord ! C'est le ciel qui vous envoie... Moi qui désespérais de jamais trouver le moyen de me débarrasser de ce damné Bluberry !

Tenez ! Allez le délivrer, il est aux arrêts de rigueur depuis dix jours pour avoir dévaster avec son six-coups tout un saloon, dont le patron paraît-il trichait au poker.

Et dites à ce damné fils de mule que je le dispense de me faire ses adieux. Emmenez-le tout de suite ! Et souhaitez bien du plaisir de ma part, au général Dodge !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Radwan74Radwan74   22 janvier 2021
- quel massacre !.. des dizaines de bisons abattus... et ceux qui ont fait ça ne les ont même pas dépouillés.
- sacré gâchis !.. des tonnes de viande perdues et déjà en train de s’avarier !.. quand les Peaux-Rouges découvriront ce carnage stupide, ils seront fous de rage !..
Les « rascals » qui ont fait ce joli travail se sont tout juste donné la peine de prélever les langues !.. Une fois fumées, elles sont vendues très cher à ces messieurs dames de l’Est !..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
bdelhaussebdelhausse   04 octobre 2016
Cesse de ronchonner, vieux jeton !... ça va encore te donner soif!... (p.32)
Commenter  J’apprécie          20
bdelhaussebdelhausse   04 octobre 2016
Ça, on peut dire que vous êtes un fameux client, lieutenant. Ici, les gens ne se baignent qu'une fois par mois! Je crois que je vais vous faire un prix ! (p.31)
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Jean-Michel Charlier (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Michel Charlier
À présent corsaires du Roy, Barbe-Rouge, Éric, Baba et Triple-Patte partent en chasse du « Spectre », un mystérieux pirate qui rançonne les planteurs de Pamticoe Sound. Une course mortelle s'engage contre un adversaire machiavélique… Entre hommage respectueux aux créateurs, Jean-Michel Charlier et Victor Hubinon, et nécessaire actualisation du mythe, Jean-Charles Kraehn et Stefano Carloni signent un retour fracassant du plus célèbre pirate de la BD franco-belge dans ce premier tome d'un diptyque !
autres livres classés : westernVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Aviateurs de légende

Quel pilote de sa majesté a déserté pour rejoindre les républicains à Barcelone dans Mattéo quatrième époque ?

Lord Guynemero
Sir Mermoza
Lord Nungessero
Sir Lindebergha

12 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : Jean-Michel CharlierCréer un quiz sur ce livre