AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782290346907
154 pages
J'ai lu (06/01/2005)
3.91/5   132 notes
Résumé :
C'est l'aube. L'air est doux. Le vieux Simm et son chien Bic traversent un village encore endormi. Brusquement, un volet claque, et la façade de l'hôtel Splendide s'illumine d'un visage inconnu - la rencontre est fugitive, immense et joyeuse. Mais soudain les murs se lézardent et tout bascule dans un tremblement de terre. Dans les ruines, au milieu des cris et des larmes, Simm veut retrouver le jeune étranger avec lequel il a échangé un regard quelques secondes avan... >Voir plus
Que lire après L'AutreVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
3,91

sur 132 notes
5
9 avis
4
11 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
Quelque part dans un village méditerranéen , le temps d'un regard, d'un bref salut , Simm, le vieil homme se sent enveloppé dans le monde de "l'autre", il partage ses émotions, il partage la vue que" l'autre", ce touriste occidental, contemple de sa fenêtre d'hôtel.

Puis, survient le tremblement de terre.
Simm n'aura de cesse de retrouver ce jeune homme, emmuré quelque part sous les décombres du village.
Contre les avis de tous, il persistera, jusqu'à ce que "l'autre" lui réponde.

Le jeune homme, désabusé par la vie, trouvera en ce sage vieil homme, la force de résister, de garder espoir.

Simm croit au chemin qu'il faut suivre, cette "échelle sur laquelle les hommes glissent, recommencent, reculent, escaladent, escaladent, tout au long du temps"... Finalement ils avancent, ils progressent.

Sous la terre, chaque parole, chaque silence pénètre le jeune homme , l'habite, le transforme.
C'est comme si Simm engendrait ce jeune inconnu à une nouvelle vie , dans le ventre de la terre. Si la terre finit par "accoucher" de ce jeune homme, il ne faudra pas qu'il oublie les enseignements de ce sage poète, elles lui permettront d'avancer dans la vie, anonyme, avec un regard neuf et clair, sans ombres.

Poétique, envoutant, ce roman qui intensifie les sentiments des deux personnages, est un hymne à la vie, fourmillant de pensées et de paroles magiques.
Commenter  J’apprécie          392
Un fait divers dramatique tristement récurrent : une région frappée par un séisme. On peut imaginer un pays du Levant : Albanie, Grèce, Turquie, Egypte… - Soleil, mer, chaleur, prénoms à connotations orientales ( Aga , Jaïs, Ali… )
Au petit jour, le vieux Simm chemine vers son village après quelques jours d'absence. Alors qu'il traverse une bourgade voisine déjà envahie par la faune des touristes, c'est la saison estivale, une fenêtre de l'hôtel Splendid s'ouvre sur l'aurore, poussée par un jeune homme heureux de vivre . Regards appuyés , quelques mots de civilité échangés avant qu'une secousse tellurique de grande magnitude ne fasse disparaître cet inconnu dans les entrailles de la terre. Vingt secondes pour tout anéantir.
Alors mû par son instinct, Simm revient sur les lieux de cette rencontre fortuite et éphémère pour retrouver l'endroit exact où a basculer la fenêtre et avec elle le jeune, tenter de déceler des signes de vie.
Il est le seul à croire à ce miracle possible, malgré les avis contraires des sauveteurs, sa quête obstinante, s'avèrera payante : des bruits venus des profondeurs confortent une présence humaine.
Simm le chenu, Simm le forcené pourra, grâce à un stéthoscope communiquer avec cet individu . Est-il celui aperçu ? Ils échangeront et quand la conversation devient incompréhensible à cause de la barrière de la langue, un interprète vient prêter son concours.
Mais les travaux de déblaiement sont mal aisés , dangereux, périlleux ,les chances d'aboutir se réduisent au fil des heures, au fil du temps. Mais Simm le têtu, le fou reste sur les lieux, jour et nuit, il sait que par sa présence il maintient en vie le sinistré. L'attente devient de plus en plus douloureuse, un éboulement met fin aux espoirs des sauveteurs, pas à ceux du vieil entêté.
Le lecteur se transforme en spectateur, et on se surprend à accélérer le rythme de la lecture , à tourner les pages à une cadence plus rapide, vouloir aussi participer à l'entreprise d'excavation, suspendre le temps pour conserver un peu de souffle de vie à cet inconnu, croire à une happy-end.
On est happé par cette histoire, tétanisé par l'attente qui se fait moins lourde quand la poésie surgit dans le récit.
Commenter  J’apprécie          291
Hier soir, en faisant dérouler les programmes avec la télécommande, je tombe sur des applaudissements avant le match OM-PSG. En hommage au tremblement de terre en Turquie, ah oui, il y a un turc dans l'équipe phocéenne. Un attaquant. C'est lequel ? Sanchez ? Non, il est chilien. C'est l'autre, Malinowski ? Mais non, c'est un ukrainien. Alors, l'autre, Under ? Oui, c'est lui. Il est bien turc. Quelle attaque ! Chili, Ukraine, Turquie, trois pays sinistrés. Incendies, guerre, tremblement de terre, le foot serait-il un réceptacle pour les tragédies mondiales ? Non, simple coïncidence, les commentateurs n'ont pas fait le rapprochement. Je zappe sur l'autre d'à côté, "L'Abîme", nouvelle série. Pfft, non, mais... Et sur l'autre ? Non, je ne vais pas toutes les faire ! Ah, la grande librairie, "Crie-le !". Celui de Munch ? Non, ce sont des portraits. Pfft, pas envie, c'est déprimant ce soir. Je vais reprendre l'autre, le livre commencé hier. Mais au fait, "L'autre", d'Andrée Chedid, ça parle de tremblement de terre, l'actualité dans un livre sublime, si je me souviens bien. C'est le moment de le ressortir, de sous les gravats, pardon, les amas, de livres qui peuplent mon univers. Suivez-moi, je vous emmène dans une oeuvre subtile, touchante, poétique, malgré toute la tension de la catastrophe.
Sim et Bic, les deux héros de l'histoire, quel style, oh ! Stylo ? Mais non, Bic c'est un chien, renifleur avant d'être maudit. Moby Dick, non, pardon, Maudit Bic, de Chedid vous dis-je, pas de Melville. C'est pas dans la mer, c'est sous terre. Terre comme terrible, écoutez ça :
"Dans un bruit de détonation, des volets violemment rabattus vinrent frapper, de chaque côté, le mur de la façade bistre... Bic s'agite, aboie plus fort que d'habitude... se couchant entre les jambes de son maître en gémissant, se redressant, mordillant ses chevilles pour le forcer à repartir". Maudit Bic ! "Il pousse des glapissements lugubres, sa voix est gluante, son poil se hérisse". le chien avait senti le malheur arriver. "La secousse ne dura que vingt secondes... le grondement venait des entrailles de la terre... Au loin, des morceaux de collines roulent vers la vallée. Au large, la mer, boursouflée, inquiétante, progresse en bouillonnant". Puis c'est l'effondrement. "Les murs oscillent, se séparent, interminablement. Arbres, poteaux se brisent dans un craquement infernal... Ce visage, qui n'est plus que grimace. Cette bouche, qui n'est plus qu'un cri". Ce n'est pas Munch, ce n'est pas Saviano, c'est Chedid qui écrit ce cri. "Pluie de vitres, balcons effondrés, bâtisses qui s'affalent, déversant leurs habitants dans des sépulcres béants". Ecoutez toute la poésie terrifiante de sa description. "Sol en cratères, en dos de tortue, enchevêtrement de bois et de torchis, squelette fragile des immeubles, pans de murs taillés au rasoir. Voitures, vélos, charrettes sous un même linceul. Objets réduits à leur matériau. Poussière qui égalise".
La suite, je vous la laisse découvrir en feuilletant ces pages sublimes. C'est "L'autre" qui apparaît. Comme dans la panthère des neiges, le félin fait l'autre. Il est bien vivant, là, en dessous. Et celui qui le regarde à l'air libre, lui, est mort de terreur. le dialogue intérieur qui s'instaure entre les deux, l'un et l'autre, est magnifié par cette écriture magique.
Alors, qu'il soit Chilien, Ukrainien ou Turc, l'autre est là, à notre porte, ne l'oublions jamais. le ballon a circulé entre les pieds de ces trois expatriés. Qu'importe le résultat, la communication s'est faite, limpide. Il y aura toujours quelqu'un pour en témoigner. Si ce n'est vous, nous, ce sera "L'autre".
Commenter  J’apprécie          141
Andrée chedid accompagne toujours ses lecteurs dans des situations tragiques. La guerre, la misère, et ici une catastrophe naturelle. Mais il semble que ce soit à dessein de mieux mettre en lumière que l'espoir et la beauté peuvent surgir quelque soit la situation même dramatique. L'Homme est capable de la pire cruauté mais certains hommes (femmes) donnent spontanément le meilleur d'eux même et créent des miracles. Il suffit d'un regard,d'un geste pour que deux vies se rejoignent.
" l'autre" commence par ce regard. Celui d'un viel homme qui croise celui d'un jeune touriste à la fenêtre de son hôtel. Une émotion, une complicité immédiate s'instaure. Quelques mots s'envolent de l'un vers l'autre chacun dans sa langue, et puis le sol tremble. En quelques minutes tout s'effondre. C'est l'effroi, la panique,les cris,les morts,les blessés. le vieux marocain est épargné ,le jeune homme a disparu,englouti par la terre.
Simm n'aura de cesse de le retrouver,de le sauver envers et contre tous. Car face au découragement des sauveteurs,il restera seul plusieurs jours à fouiller,chercher sans relâche, car il ne peut abandonner cet homme. Il sait,il sent qu'il est vivant. Et puis,il entend le cris! La lutte pour le sauver ne fait que commencer. Il va lui parler,sans cesse,en attendant les secours et puis après l'arrivée des sauveteurs...
C'est un récit à la fois philosophique, humaniste et poétique. le travail pour extraire cet homme des entrailles de la terre devient une métaphore de la naissance. Pour Simm qui pendant tout ce "travail " accède à la profondeur de son être, un peu comme un sage,,pour le jeune homme qui doit renaître à la vie et qui en mesure différemment la valeur.
Commenter  J’apprécie          200
Une belle histoire, ou l'obstination d'un homme est payante. A noter aussi le désintéressement de cet homme qui s'en tient simplement à la notion de devoir. Un bon texte. Une histoire émouvante.
Lien : http://araucaria.20six.fr/
Commenter  J’apprécie          310

Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
" Tu parles trop ,Simm. Tu fais germer l'inquiétude dans les têtes les plus tranquilles !" Le maire de son village le morigénait souvent : " Laisse les gens où ils sont, Simm !" Le vieil homme avait horreur des "têtes tranquilles", il les aurait bourrés de coups, ces jeunes qui se contentaient de vivre comme par le passé. "Si ce n'est pas vous qui allez la retourner , la vie, ce sera qui?...Si ce n'est pas vous qui sortirez de votre peau, qui chercherez plus loin que vos yeux, ce sera qui?..." Le rance, le recuit, il ne le supportait pas. les gens à têtes trop assises, ça le rendait fou ! Il fallait des printemps, des commencements...d'autres commencements toujours !
Commenter  J’apprécie          70
Elle était douce, sa mère, elle oubliait de vivre sa propre vie. Simm aurait voulu ouvrir les portes que l'on bouclait sur les femmes de ces pays.
Commenter  J’apprécie          220
Envie, folie de vivre tout à coup. De plus en plus. Dehors, souvent, c'était le contraire. Il y avait des jours où je souhaitais en finir. L'air du temps était à la dérision. Ton air. Que cherchais-tu vraiment ? Que voulais-tu vraiment ? Aimais-tu cette vie que tu réclames ?... Si peu ! Ou alors, sans le dire, pour rester lucide, pour ne pas être dupe, niais, ridicule.
Commenter  J’apprécie          80
La vieille, au café de la place, la boîte à images a tout déversé en vrac : cataclysmes, répressions, tueries, guerres, tornades. N’y a-t-il rien d’autre à attendre de la terre et des hommes ? La pitié bouleverse un instant. L’indignation, un instant monte aux lèvres. Puis, tout se dissipe comme ces reflets derrière l’écran.

Commenter  J’apprécie          80
- Ben, que penses-tu de la mort?
- La mort, la vie...ça ne peut pas se séparer, ça se regarde ensemble.
Commenter  J’apprécie          270

Videos de Andrée Chedid (53) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andrée Chedid
« Une anthologie de femmes-poètes ! - Eh oui, pourquoi pas ? […] On a dit du XIXe siècle que ce fut le siècle de la vapeur. le XXe siècle sera le siècle de la femme. - Dans les sciences, dans les arts, dans les affaires et jusque dans la politique, la femme jouera un rôle de plus en plus important. Mais c'est dans les lettres surtout, - et particulièrement dans la poésie, - qu'elle est appelée à tenir une place considérable. En nos temps d'émancipation féminine, alors que, pour conquérir sa liberté, la femme accepte résolument de travailler, - quel travail saurait mieux lui convenir que le travail littéraire ?! […] Poète par essence, elle s'exprimera aussi facilement en vers qu'en prose. Plus facilement même, car elle n'aura point à se préoccuper d'inventer des intrigues, de se créer un genre, de se faire le champion d'une idée quelconque ; - non, il lui suffira d'aimer, de souffrir, de vivre. Sa sensibilité, voilà le meilleur de son imagination. Elle chantera ses joies et ses peines, elle écoutera battre son coeur, et tout ce qu'elle sentira, elle saura le dire avec facilité qui est bien une des caractéristiques du talent féminin. […] Et puis, au moment où la femme va devenir, dans les lettres comme dans la vie sociale, la rivale de l'homme, ne convient-il pas de dresser le bilan, d'inventorier - si l'on peut dire, - son trésor poétique. Les temps sont arrivés où chacun va réclamer le bénéfice de son apport personnel. […] » (Alphonse Séché [1876-1964])
« Il n'y a pas de poésie féminine. Il y a la poésie. Certains et certaines y excellent, d'autres non. On ne peut donc parler d'un avenir spécial de telle poésie, masculine ou féminine. La poésie a toujours tout l'avenir. Il naîtra toujours de grands poètes, hommes ou femmes […]. Où ? Quand ? Cela gît sur les genoux des dieux, et nul ne peut prophétiser là-dessus. […]. » (Fernand Gregh [1873-1960])
0:00 - Angèle Vannier 1:22 - Andrée Chedid 2:07 - Juliette Darle 2:51 - Anne Perrier 3:26 - Claire Malroux 4:01 - Anise Koltz 4:26 - Liliane Wouters 5:20 - Générique
Contenu suggéré : QUI NYMPHE, QUI MADONE #12 : https://youtu.be/_wcvfKF95-A QUI NYMPHE, QUI MADONE #11 : https://youtu.be/UGX87mD2NRE QUI NYMPHE, QUI MADONE #9 : https://youtu.be/DtWZIHZU7Vo QUI NYMPHE, QUI MADONE #8 : https://youtu.be/¤££¤51De Serge Martin45¤££¤ QUI NYMPHE, QUI MADONE #7 : https://youtu.be/bPexQr8zYWY QUI NYMPHE, QUI MADONE #6 : https://youtu.be/IKim_loBAbs QUI NYMPHE, QUI MADONE #5 : https://youtu.be/p1ZeL66gnaY QUI NYMPHE, QUI MADONE #4 : https://youtu.be/yos¤££¤54Alphonse Séché64¤££¤ QUI NYMPHE, QUI MADONE #3 : https://youtu.be/D_5987PxJRU QUI NYMPHE, QUI MADONE #2 : https://youtu.be/wGvAEiMIJ2k QUI NYMPHE, QUI MADONE #1 : https://youtu.be/2eLyH8-CM68 Femmes écrivains : https://www.youtube.com/playlist?list=PLQQhGn9_3w8qhOvXJDXpE1fe92htazYwn
Références bibliographiques : Couleurs femmes, poèmes de 57 femmes, Paris, co-édition le Castor Astral/Le Nouvel Athanor, 2010. La poésie à plusieurs voix, rencontres avec trente poètes d'aujourd'hui, sous la direction de Serge Martin, Paris, Armand Colin, 2010. Françoise Chandernagor, Quand les femmes parlent d'amour, Paris, Cherche midi, 2016
Images d'illustration : Angèle Vannier : https://traversees.files.wordpress.com/2020/11/angele-vannier-biographie-cristel-couverture.jpg Andrée Chedid : https://www.bulledemanou.com/2015/03/andree-chedid.html Juliette Darle : http://academiereneevivien.unblog.fr/salon-litteraire/salon-litteraire-6-juillet-2019/ Anne Perrier : https://www.recoursaupoeme.fr/auteurs/anne-perrier/#iLightbox[aac8e1aa6f5de8aeaab]/0 Claire Malroux : https://twitter.com/ColeHenri/status/717368378826956801/photo/1 Anise Koltz : https://www.luxtimes.lu/en/culture/anise-koltz-wins-top-poetry-prize-602d5ef2de135b92369270dd Liliane Wouters : https://www.lezardes-et-murmures.com/2016/10/testament-liliane-wouters.html
Bande sonore originale : Arthur Vyn
+ Lire la suite
autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (361) Voir plus



Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1231 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..