AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2211211283
Éditeur : L'Ecole des loisirs (04/10/2012)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 91 notes)
Résumé :
Dans la nuit tropicale, un jeune garçon s’enfuit. Il s’appelle Edmond, mais n’a pas de nom de famille. C’est un garçon étrange, passionné, d’une intelligence hors du commun. Il n’a jamais appris à lire, pourtant il connaît le grec ancien. Il n’est jamais allé à l’école, mais ses connaissances en botanique égalent celles des meilleurs savants. Edmond est noir, il est né esclave. Il est orphelin, mais n’a pas connu le même sort que ses parents. À sa naissance, un homm... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (55) Voir plus Ajouter une critique
Moan
  01 février 2015
Sur l'île Bourbon, qui deviendra quelques années plus tard l'île de la Réunion, Ferréol Bellier Beaumont est responsable de la plantation familiale de canne à sucre à Sainte Suzanne pas loin de la capitale. Il régnait sur quelques dizaines d'esclaves. N'ayant jamais voulu se marier, se sentant seul, il décide de s'occuper d'un jeune esclave dont la mère vient de mourir. Il le nomme Edmond.
Féru de botanique,Ferréol partage avec Edmond sa passion. Il lui enseigne la classification des plantes, lui fait mémoriser leur nom grec, lui montre la manière de les féconder. Si bien qu'à l'âge de douze ans, Edmond fait une découverte extraordinaire, comment féconder cette fleur de la famille des orchidées: la vanille.
"C'est un petit garçon qui avait tout découvert. Il avait du génie...
Edmond Albius. Mais il était noir, esclave et enfant, aussi on lui a volé sa découverte, on lui a dénié son génie et on l'a spolié de ses bénéfices".
Ecriture pleine de poésie, qui donne envie d'apprendre le grec quand elle parle de la classification des plantes. Et je n'ai pas résisté à me faire un chocolat, à la vanille et au miel comme (?) celui offert à Cortez par Moctezuma qu'elle évoque.
Je n'ai pas pu m'empêcher de dévorer ce livre et je l'ai trouvé délicieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          445
ladesiderienne
  28 septembre 2017
Comme l'auteure le dit elle-même à propos de "La vraie couleur de la vanille" : " La trame historique se tissait patiemment. Mais c'était un roman que je voulais écrire. Le plus authentique, le plus plausible, mais aussi le plus romanesque possible. Écrire un roman, c'est accumuler des pierres et des poutres éparses de réalité. Tâcher de les assembler avec un ciment d'imagination, d'intuitions. Et aérer le tout par des questions qui sont des ouvertures, des portes battantes, des vasistas." Pari réussi avec ce livre où Sophie Chérer mêle avec brio réalité et romance tout en jouant avec nos émotions.
Sur l'Ile Bourbon, en cette première moitié de 19ième siècle, Ferréol Bellier Beaumont, riche planteur de canne à sucre va défier ses compatriotes. Pour tromper sa solitude, il décide de prendre sous son aile le nouveau-né d'une de ses esclaves morte en couches. Au fil des années, ce passionné de botanique va transmettre à celui qu'il a appelé Edmond ses connaissances de la flore, sans pour autant lui apprendre à lire, ni l'affranchir. Un jour, par hasard, le jeune garçon découvre le secret de la vanille, secret qui pourrait apporter la richesse à l'île. Mais les notables et les planteurs blancs ne sont pas prêts à accepter que ce qu'ils cherchent depuis longtemps ait pu être trouvé par un esclave.
Inutile de vous dire que j'ai pris beaucoup de plaisir à retrouver à travers cette lecture, ce petit bout de caillou qui allait devenir La Réunion, île que j'ai eu le bonheur de parcourir il y a quelques années. Son histoire passée a fait d'elle ce qu'elle est actuellement : une terre de mixité culturelle, originelle, religieuse.
Sophie Chérer déploie son talent en jouant sur deux tableaux : d'une part la violence en étalant sous nos yeux le quotidien des esclaves et d'autre part la poésie à travers ses nombreuses descriptions de la flore locale.
Elle joue aussi sur l'ambivalence du maître des lieux. Par ses idées sur l'esclavage, il semble en avance sur son temps par rapport à ses compatriotes. Pourtant, il n'est pas prêt à les mettre en pratique, notamment vis à vis d'Edmond. Une mention particulière pour le chapitre qui porte sur l'importance de l'identité chez l'être humain. Identité que l'on refuse à l'esclave qui n'a pas de nom et souvent un prénom ridicule donné par le propriétaire.
Classé dans la catégorie jeunesse, mon seul regret est que ce roman ne soit pas plus long. Il est temps de rendre à Edmond ce qui lui appartient : si la fleur est blanche, le fruit de la vanille, lui, est bien noir. Un magnifique hommage à ce petit garçon qui mérite un 20/20.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
ogmios
  10 décembre 2016
J'ai lu dans une interview que Sophie Cherrer avait porté ce roman en elle pendant 15 ans avant de l'écrire, et bien cette maturation lui a permis de donner naissance à un très beau roman. J'ai été sensible à l'écriture même si j'imagine qu'elle pourra présenter quelques difficultés pour des jeunes lecteurs, cela fait partie des textes que l'on a envie de leur donner à lire pour les confronter à de beaux textes littéraires. La langue est surtout au service d'une formidable histoire, celle d'Edmond Albius, jeune esclave sur l'île Bourbon (l'actuelle Réunion), qui au début du XIXe siècle découvre le secret de la polinisation de la fleur de vanille. Spolié de sa découverte par les blancs, lui dont le geste permis l'enrichissement de l'île qui va devenir le premier producteur de vanille, tombe dans l'oubli. le roman lui offre cette reconnaissance. Si le personnage a bien existé et qu'il est avéré qu'il est "l'inventeur" de la polinisation artificielle de la vanille, il restait à lui réinventer son histoire. C'est en racontant la vie d'Edmond et celle de son maître, Ferréol que S. Cherrer parvient à donner chair à son personnage principal. Tout débute pour lui en effet avec sa rencontre avec Ferréol, un propriétaire terrien pas comme les autres dans cette île ou en 1793, il est normal de posséder des esclaves pour exploiter la canne à sucre. Mais le maître d'Edmond est d'abord botaniste, féru de lectures des textes des grands philosophes grecs et mal à l'aise avec l'exploitation de l'homme par l'homme. Il est surtout veuf et ce bébé qui vient de naître orphelin, il décide de le prendre sous son aile. Il lui apprend sa science de la botanique sans jamais lui donner par contre accès à la lecture. Edmond est intelligent, il absorbe tout, les noms latins et grecs des plantes comme les gestes de bouturage ou de greffe. Mais cela n'était pas suffisant pour expliquer pourquoi un jeune esclave avait réussi là où les plus éminents botanistes avaient échoués. Sophie Cherrer imagine alors que Edmond a vécu un événement fondateur qui conditionne son geste créateur.
J'ai adoré ce roman, l'auteur a su rendre au mieux les émotions du personnage principal et accorder l'écriture au sujet du roman. Nombre de comparaisons entre les plantes et les hommes sont parfaitement utilisées pour signifier en toute subtilité ce que vit Edmond, même le plus traumatisant. On comprend tout de la violence de la condition d'esclave ou des tourments des personnages grâce à cette belle langue. On ne peut plus prendre entre ses doigts une gousse de vanille sans penser à Edmond Albius après avoir lu ce livre, le noir de ces graines est la plus belle des couleurs grâce à Sophie Cherrer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
cdilyceedescartes37
  12 janvier 2015
J'ai mis un certains temps à m'adapter au style de Sophie Chérer et à l'histoire de ce livre. En effet, j'ai trouvé que le personnage principal Ferréol n'était pas très attachant. Mais dès que nous en apprenons plus sur Edmond j'ai trouvé l'histoire plus intéressante, d'autant plus que c'est une histoire vraie. Ce roman nous en apprend beaucoup sur l'esclavagisme d'un adolescent noir.
En conclusion c'est un bon roman qui nous permet de découvrir une histoire touchante.
AL

La Vraie Couleur de la Vanille, de Sophie Chérer est un livre à lire ! Cette auteur Lorraine à parfaitement su écrire cette histoire passionnante et bouleversante. Elle raconte la vie d'un orphelin noir, adopté à la naissance par un riche propriétaire. Cet homme lui apprend beaucoup sur la botanique. Plus l'enfant grandit, plus son intelligence se développe ce qui en fait bien-sûr un esclave redoutable car un être de cette "race" qui est intelligent et qui a du savoir est hors-du-commun au XIXe siècle et les esclavagiste trouvent cela dangereux. le jeune garçon va faire une découverte qui peut changer le destin de son île et pourtant il décide de fuir... L'auteur à su créer une magnifique histoire pleine de renversements. Par son réalisme, ce roman nous emmène au coeur de la vie esclavagiste au XIXe siècle. Un roman de choix à ne pas rater, une place de choix dans ma bibliothèque.
MD
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
barbabulle
  22 octobre 2012
« La vrai couleur de la vanille …. est noire »
Sophie Cherer nous offre pour cette fin d'année un roman fort, autant pour adolescent que pour adulte. Ce roman inspiré de faits réels ou cette vrai histoire romancée, raconte la vie d'Edmond Albius et réhabilite sa découverte, celle de la fécondation de la fleur de vanille. L'île Bourbon, future île de la Réunion prospéra de cette découverte pendant longtemps. Pourtant de paroles en mensonges on va finir par oublier que cette découverte est dû à un jeune esclave de onze ans, accueilli par un maître des sa naissance, qui lui a tout appris sur la botanique.
A la fin de son roman l'auteure nous explique toutes ces recherches sur la véritable vie d'Edmond et sa découverte, et les parties romancées. Avec habilité elle jongle entre vérité et romanesque pour tenter de comprendre pourquoi ce maître si aimant, qu'il a éduqué pendant des années en plein esclavage, ne l'a pas soutenu, défendu. Des secrets cachent d'autres secrets jusqu'à l'incompréhension entre le maître et cet enfant qui n'a d'yeux que pour lui.
Nous sommes transportés du début à la fin. Prise par l'histoire, dévorant chaque mots, le seul bémol, la vie adulte après l'oubli de la découverte d'Edmond, la dégradation des rapports entre lui et Bellier Beaumont , sont relatées un peu rapidement. Mais c'est mieux ainsi, sinon le roman l'emporterait sur le réel.
Mais qu'est devenu Mr Bellier Beaumont qui a trahi cet enfant, qui a écrit un courrier pour le réhabiliter mais un peu trop tard …. le mensonge avait gagné ?
Edmont Albius un nom inconnu jusque là …….. Celui qui a fait cette découverte !!!!
Une rencontre pleine d'émotion !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (1)
Ricochet   07 décembre 2012
Un très beau roman sur l’esclavage, ses horreurs et les fausses bonnes consciences que les Européens pouvaient se donner.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   27 septembre 2017
D'abord on ne voit rien. On ne note aucun changement. Le premier signe, c'est l'odeur. Comme quand une femme s'apprête à entrer dans la pièce et que les mouvements de ses jupes envoient des bouffées de son parfum au-devant d'elle. Ça sent la vie. Ensuite, on aperçoit, au ras du sol, et puis à hauteur d'yeux, au bout des rameaux, des pousses fraîches, des bourgeons. Les Grecs appelaient ce mois, le huitième mois de leur année, le mois d'Anthestérion, ce qui veut dire la fabrique des fleurs. Tout devient peu à peu vert tendre et orangé, couleur de miel, et rose, et blanc. Les jours rallongent, le soleil se lève de plus en plus tôt, se couche de plus en plus tard. Un matin, avant l'aube, c'est une fanfare. Une explosion. Un concert de milliers d'oiseaux. Ils sont revenus. Les plantes elles-mêmes deviennent animales. Les fleurs de noisetiers s'appellent des chatons, d'ailleurs. Les peupliers se mettent à mousser, comme des toisons d'agneaux nouveau-nés. On a envie de les flatter. Les fleurs surgissent, comme des cadeaux. Celles des iris ! l'air d'être emballées dans du papier de soie. Celles des coquelicots ! pliées comme des gants de peau souple dans des coquilles de noix. On a envie de les garder. Mais le printemps ne peut pas s'enfermer. Il passe...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ladesiderienneladesiderienne   25 septembre 2017
Il allait élever un enfant noir. Parfaitement ! Passionnément. Partager avec lui son savoir. Il allait damer le pion à tous ces incultes abrutis par leurs richesses, qui voulaient des ceintures toujours plus dorées, des calèches toujours plus armoriées, des robes toujours plus brodées, des colliers toujours plus emperlés, des mets toujours plus gras, qui venaient faire craquer leurs articulations et leurs bottes dans les génuflexions, dimanche après dimanche, et sans rien écouter, rien comprendre de ce qui se disait sous la nef. Qui s'apprêtaient à fêter un Noël de plus, et une Épiphanie, en faisant mine de croire qu'un Noir avait pu être mage, qu'un Noir avait pu être l'un des premiers du monde à saluer leur Dieu et à le vénérer, et qui, à peine sortis de la célébration, s'en iraient recommencer à traite les nègres comme avant, comme des rats, comme des chiens.
Il allait leur montrer qu'ils avaient tort, qu'ils se trompaient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ladesiderienneladesiderienne   27 septembre 2017
Car là où les botanistes baptisaient les fleurs, les arbres et les buissons de noms sonores comme des bijoux, qui pour honorer une épouse, une fille ou une maîtresse, qui pour décorer un collègue et qui pour se flatter soi-même, les maîtres donnaient aux Noirs des noms comme des coups.
Certains pratiquaient l'ironie. Ils les affublaient de noms de dieux, d'empereurs ou de héros, Jupiter, Zéphir, Adonis, Pompée, Charlemagne, pour mieux les traiter en sous-hommes. De noms de vertus, Minutie, Généreux, Franchin, pour mieux leur infliger leurs propres vices. De noms de villes lointaines, Coblence, Bayonne, pour mieux les clouer là, les empêcher de fuir. De noms de mois de l'année ou de jours de la semaine, Janvier, Avril, Mardi, Jeudi, pour mieux leur interdire de jouir du temps, des saisons et des heures.
D'autres étaient plus directs. Ils les affligeaient de noms grecs dont le sens leur échappait, Philogène, Scholasique, Euphrasie, Polycarpe, ou de calembours idiots, Groné, Pacape, Monchéry, pour amuser, pour s'amuser. Pour tenir à distance, Ferréol était sûr que, si certains de ses pairs avaient pris un malin plaisir à baptiser ainsi les esclaves, c'était paradoxalement, pour ne pas être tentés de les appeler vraiment. Les interpeller, c'était les considérer. Leur parler normalement, c'était faire d'eux des humains à part entière. Plus grave : dire leur nom, c'était s'attendre à les aimer.
Il y a des phrases, il y a des mots qu'on ne dit pas à quelqu'un qui porte un sobriquet.
Tout commençait par un prénom. Et d'ailleurs, chez les esclaves, tout s'arrêtait avec lui. Pas de nom de famille. Pas de famille. Pas d'ancêtres. Pas de place sur une branche quelconque d'un arbre généalogique. Ils étaient des fruits tombés. Aussitôt nés, aussitôt niés. L'habitude était prise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ladesiderienneladesiderienne   26 septembre 2017
Il repense à ses amis, à ses pareils, à ses confrères planteurs de l'île. A ceux de sa race, de son rang, de sa couleur, de sa classe. Il réentend leurs réflexions. Il connait leurs peurs, leurs incohérences. Les Noirs les fascinent. Ils leur prêtent des puissances inconnues. Les Noirs les terrorisent, c'est pourquoi ils tiennent tant à les dominer. Ils se voient mangés par eux, dévorés crus, ou bouillis dans leurs chaudrons de sorciers. Ils se croient maudits par eux, ensorcelé par leurs magiciens, persécutés par leurs divinités flamboyantes. Ils s'imaginent violés par eux, traversés par leurs sexes démesurés. Il revoit les gestes furtifs des dames et des jeunes filles, quand elles longent les plantations, pour se coller un mouchoir de batiste ou de dentelle sous le nez, pour ne pas sentir l'esclave, le Noir, le nègre, comme on se bouche les narines devant l'ordure ou la charogne, ou comme on cherche à éventer le parfum de l'interdit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MoanMoan   01 février 2015
Nommer, c'est faire exister. C'est donner la vie. On n'a pas le droit de négliger cela. On ne peut rien faire d'une fleur si on ne commence pas par prononcer correctement son nom. Ce manque d'attention est un manque de savoir-vivre. Ne deviens jamais comme eux, Edmond. La plupart des êtres humains ne font que passer à travers la Nature. Toi, connais-là. Sens-la. Sers-la. Aime-la?. Edmond!
Commenter  J’apprécie          133
Videos de Sophie Chérer (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie Chérer
Sophie Chérer, autrice du roman "La vraie couleur de la vanille".
autres livres classés : île de la réunionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

La vraie couleur de la vanille.

Quel est le nom actuel de l'île Bourbon ?

Ile de Ré
Haïti
Ile de la Réunion
Guadeloupe

10 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : La vraie couleur de la vanille de Sophie ChérerCréer un quiz sur ce livre
.. ..