AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Yves André (Traducteur)
ISBN : 2070318168
Éditeur : Gallimard (29/09/2005)

Note moyenne : 3.23/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Un bien étrange détective que ce Père Brown ! Prêtre catholique doué d'un instinct hors pair qui lui révèle la présence du Mal, il se trouve toujours mêlé à de mystérieux problèmes... Qu'il enquête sur l'affaire d'un jeune homme retrouvé ligoté dans une pièce mise à sac, sur l'enlèvement d'un richissime banquier par un bandit italien ou sur la malédiction ancestrale qui poursuit une famille, le Père Brown fait toujours preuve de flair pour découvrir la vérité.
>Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Syl
  06 juin 2014
Je découvre le père Brown et son auteur avec ce petit recueil de nouvelles.
G.K. Chesterton a créé ce personnage pour 51 histoires. La muse qui l'a inspiré est le père de sa paroisse à Beaconsfield, John O'Connor.
Chesterton est un contemporain d'Henri James. Journaliste, essayiste, poète, romancier, il a une belle prestance et une forte personnalité, n'hésitant jamais à clamer sa pensée. de l'avis contraire de Kipling sur l'impérialisme, il aime débattre et promulguer ses idées sur le libéralisme et sur le christianisme, quitte à se fâcher avec ses amis. Il se convertit au catholicisme en 1922.
Le père Brown… est un curieux personnage, armé d'un chapeau et d'un parapluie bien encombrants. Je ne sais pas comment il est décrit dans les autres nouvelles, mais il m'est apparu comme un homme doux, très rêveur et maladroit. Il est en apparence, le contraire d'Hercule Poirot qui est souvent satisfait de sa personne, mais en intelligence, il est aussi fin et brillant que lui. Leurs petites cellules grises fonctionnent aux mêmes degrés.
"Trois enquêtes du Père Brown" sont issues du recueil "La sagesse du père Brown" qui en compte douze au total.
L'absence de Mr Glass
Le Dr Orion Hood, criminologue et psychiatre à Scarborough, reçoit la visite du père Brown qui voudrait avoir son avis sur deux de ses paroissiens. Maggie, une jeune fille de bonne famille, souhaite se marier à James Todhunter, un locataire de la pension de sa mère.
Alors que le père Brown explique à Hood que malgré sa gentillesse, James est un personnage mystérieux, Maggie arrive affolée et annonce l'assassinat du jeune homme par Mr Glass, un homme qui s'était enfermé avec James dans sa chambre. Qui est ce Mr Glass que personne n'a vu ? Et pourquoi James est-il attaché par des cordes ? D'autres questions se télescopent à grande vitesse, surtout lorsqu'on s'aperçoit d'une chose surprenante et primordiale pour la suite de l'enquête…
Le paradis des voleurs
Le grand Muscari, un poète Toscan chaud comme la braise, tombe amoureux de la jeune Ethel Harrogate, la fille d'un banquier fortuné qui passe quelques jours de vacances en Italie avec son père et son frère. Dans la salle de son restaurant où il compte lui chanter une sérénade, il rencontre une vieille connaissance à lui. Ezza a été embauché pour servir de guide aux Harrogate le temps de leur voyage dans la région. Témoin de tout cela, le père Brown écoute d'une bonne oreille tout ce qui se dit, des retrouvailles entre Muscari et Ezza, de la séduction entreprise auprès de Miss Ethel et des histoires sur un célèbre bandit qui hante les montagnes, le Roi des Voleurs.
Tout semble normal… alors pourquoi le père Brown conseille-t-il à Muscari de faire attention à Miss Ethel et de rester sur ses gardes ?
Les naufragés des Pendragon
Le père Brown a été invité par son ami Flambeau à accompagner Sir Cecil Fanshaw pour une croisière le long de la côte des Cornouailles. Depuis quelques temps, le père Brown est malade. A trop se surmener, son organisme s'est affaiblit et l'air marin ne pourrait lui être que bénéfique. En fait… ça serait bien s'il n'avait pas le mal de mer ! A bord du petit yacht, son attention vagabonde de Flambeau à Fanshaw, et tout en essayant de se contenir, il les écoutent raconter les histoires du pays, du roi Arthur et de Merlin, de Drake et d'Elizabeth, des corsaires, des naufrageurs, des Pendragon… A l'embouchure du fleuve, le bateau remonte la rivière et le paysage se transforme petit à petit. Une tour se dresse, imposante, elle est la propriété des Pendragon, une vielle famille d'illustres capitaines. Cette tour a une histoire bien sombre que l'Amiral, héritier de la famille, va raconter aux trois amis. Une terrible malédiction semble habiter les pierres.
Contes et légendes ou histoires criminelles ? le père Brown, qui se porte mieux sur la terre ferme, cherche déjà à élucider l'intrigue, surtout qu'une jeune fille mystérieuse fait son apparition. Shakespeare aurait pu s'inspirer de ces tragédies…
.
De ces trois nouvelles, c'est la dernière que j'apprécie le plus. Plus longue, plus travaillée, étrange et meurtrière, elle a maintenu mon intérêt jusqu'au dénouement. J'ai aimé également les petites pointes d'humour, la distraction du père Brown, les descriptions des paysages et en particulier le découpage de la côte des Cornouailles et les pérégrinations sur les chemins de la Toscane. Ce que j'ai moins aimé, ce sont les phrases très longues et le manque de rythme. Peut-être que d'autres y trouveront du charme… Je préfère quant à moi, le style d'Agatha Christie et son héros Hercule Poirot, ou la vivacité des écrits de Conan Doyle.
Je ne pense pas continuer les enquêtes de ce bon père Brown, mais j'ai été ravie de le rencontrer car le personnage est charmant, simple et profondément bienveillant.
Les enquêtes ont été adaptées par la BBC et je trouve l'incarnation du père Brown parfaite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Magdalae
  26 mai 2013
Mieux connu outre-manche qu'en France, le père Brown est un personnage atypique dans le genre policier. Ce n'est ni un homme de métier, ni un détective privé, ni un détective consultant mais un prêtre catholique qui, avec la force de son esprit déductif, de ses talents d'observation et de sa perspicacité, résout une série d'enquêtes au fil des ses voyages de courte, moyenne ou longue distance. Ainsi, au cours de ces "trois enquêtes" (sur les cinquante-huit nouvelles écrites par G.K Chesterton), on le retrouve dans sa propre paroisse pour aider une de ses ouailles ("L'absence de Mr Glass"), puis non loin des Cornouailles pour résoudre une étrange affaire de naufrages à répétition ("Les naufragés des Pendragon") et enfin en Italie, des voleurs de grand chemin sur son passage où le danger n'est pas loin ! ("Le paradis des voleurs")
L'énigme première de cette série de nouvelles policières, c'est bien sûr l'identité de son personnage éponyme. Que vient faire un prêtre catholique sous la peau d'un détective amateur, jurant ainsi avec les sacro-saints codes du polar ? Bien sûr, on pourrait l'interpréter dans une visée parodique qui ridiculiserait le genre, ses mécanismes mais. Au contraire, je dirais que la place prépondérante des énigmes à résoudre en absence de meurtres à proprement parlé met en valeur le genre puisque Chesterton en a gardé l'essence même. Que serait un roman policier sans ces énigmes qui travaillent le lecteur autant que les protagonistes ? Ces "Trois enquêtes du père Brown" conservent donc cet aspect cérébral même si, bien sûr, vu le format de la nouvelle, les énigmes ne peuvent pas être déployées comme dans un roman. Bien sûr, la parodie pourrait attaquer cet aspect même en laissant entendre que les romans policiers sont peut-être que des énigmes où les histoires plus ou moins macabres, les cadavres et la recherche du meurtrier ne serait qu'un bon prétexte pour faire chauffer ses neurones.
Par contre, si parodie il y a, le père Brown n'est jamais ridiculisé. Certes, il jure un peu avec le paysage habituel (rien que par le fait qu'il soit catholique parmi des anglicans ou des personnages non-croyants), il suscite toujours l'étonnement mais, il reste le héros de cinquante-huit nouvelles dont j'ai pu en lire un aperçu avec ces trois-là. Pour mieux comprendre le choix bien réfléchi de ce personnage en soutane, toujours affublé de son chapeau et de son parapluie (même en Italie!), il faut connaître un minimum d'informations à propos de G.K Chesterton. Comme C.S Lewis, Chesterton a plusieurs flèches à son arc : « homme d'un génie colossal » selon George Bernard Shaw (son ami-ennemi), journaliste, poète, biographe (de Robert Browning, Dickens, William Blake, Stevenson entre autres). Mais, c'est aussi et surtout un converti au catholicisme et, comme Lewis, il « s'engage » dans une apologétique du christianisme. Quoi de plus normal, dès lors, de voir ce prêtre sous sa plume surtout inspiré par sa rencontre avec un prêtre catholique, le père John O'Connor, un curé du Yorkshire qui a participé à sa conversion.
Pour ceux qui auraient peur de voir dans ses enquêtes « un message chrétien » trop marqué, je dirais que ces trois enquêtes n'en font pas du tout cas. C'est une façon ludique de faire connaissance avec ce personnage atypique avec un plaisir de lecture certain pour un trajet aller-retour en train comme moi par exemple. le père Brown est particulièrement attachant et ces nouvelles pleines d'humour y sont bien sûr pour quelque chose. Je pense que des questions plus sérieuses, comme par exemple la « cohabitation » entre catholiques et anglicans en Angleterre dans les années 20, doivent être développées dans les nombreuses autres enquêtes.
C'est d'ailleurs le seul reproche que je pourrais faire à ces "Trois enquêtes du père Brown" : je suis un peu restée sur ma faim. Forcément, avec cette petite sélection de trois nouvelles sur cinquante-huit, on manque l'unité de la série créée par Chesterton et, malgré le brio des intrigues, on aurait envie d'en savoir plus sur ce père Brown, sur ses habitudes, sa personnalité.
Lien : http://la-bouteille-a-la-mer..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
fdelorme
  12 mars 2014
Le père Brown est un ovni dans la littérature policière. D'abord, ce n'est pas un policier, et puis sa façon de résoudre les enquêtes est très particulière. L'auteur n'hésite pas à railler les approches "scientifiques" des enquêteurs type Sherlock Holmes, c'est d'ailleurs le sujet de la première nouvelle, où un excellent criminologue voit tellement d'indices qu'il passe complètement à côté de l'affaire. le père Brown, lui, se base sur la psychologie des personnages, essaie de rentrer dans la tête du criminel pour résoudre les énigmes qui lui sont proposées. Ce sont là les idées de l'auteur lui-même qui sont mises en avant, lui qui se méfiait tant du positivisme censé tout expliquer.
Autre chose intéressante, l'atmosphère de ces nouvelles est très particulière, presque éthérée, loin en tout cas du réalisme très poussé qui est généralement la norme dans la littérature policière. L'humour aussi est omniprésent, ce qui est relativement rare dans ce genre littéraire.
Le seul défaut de cet ouvrage, c'est qu'il est trop court ! On a à peine le temps de faire connaissance avec l'enquêteur que le livre est déjà terminé. C'est un excellent livre pour le découvrir, quitte à ensuite acquérir l'intégrale en un seul tome des nouvelles qui le font intervenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Wanig22
  14 février 2016
Je ne connaissais pas du tout G.K. Chesterton, et encore moins le père Brown. Celui-ci m'a plu, dans le sens qu'il est original : ce n'est pas du tout un détective aux supers-pouvoirs à la Sherlock Holmes ou la Hercule Poirot : un gentil prêtre catholique, un peu maladroit, sans le pied marin, qui veut juste le bonheur de ses ouailles.
Ce père Brown m'est sympathique. Pas imbu de lui-même, comme tant d'autres dans le genre, (dont Chesterton se moque dans la première enquête) il résout les enquêtes avec bonhomie et humour.
Cependant, trois défauts sont ancrés dans ce livre.
Premièrement, je n'appelle pas ces nouvelles des "enquêtes", dans le sens où, à chaque fois, l'explication ne provoque la surprise que parce qu'elle fait simple là où on serait tenté de croire que c'est compliqué.
C'est sans doute dû au fait que ces nouvelles sont trop courtes pour développer une réelle intrigue, prenante et poussée.
Je trouve donc que c'est une mauvaise idée de vouloir réduire le recueil initial "la Sagesse du Père Brown" comptant 12 nouvelles, à seulement 3, déjà trop courtes elles-mêmes : on reste sur sa faim, on n'a pas le temps de s'habituer au personnage, et à ce qu'il nous plaise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
MagdalaeMagdalae   26 mai 2013
Le docteur regarda le nouveau venu avec un ahurissement à peine déguisé, comme s'il se fût trouvé en présence d'un monstre marin, mais évidemment inoffensif. (...) Son chapeau tomba sur la tapis, son encombrant parapluie glissa entre ses genoux avec un bruit mat ; il parvint à reprendre le premier et suivit l'autre des yeux, puis avec un indéfinissable sourire, il dit :

- Mon nom est Brown.
Commenter  J’apprécie          80
Wanig22Wanig22   14 février 2016
Un homme est retrouvé ligoté dans une pièce fermée à clé. Dans la pièce, de nombreux éléments sont autant d'indices pour le docteur Hood. C'est alors que le père Brown prend la parole :

Il rit en regardant le chapeau et encore plus en s'arrêtant devant le verre cassé, et le sang sur la pointe de l'épée le fit presque s'étrangler. Enfin, il se tourna vers le spécialiste furieux :
- Docteur Hood, s'écria-t-il enthousiaste, vous êtes un grand poète ! Vous avez fait surgir une créature du néant. C'est un exploit bien plus digne d'un dieu que de faire éclater la vérité des faits. Par comparaison, les faits sont plutôt ordinaires et comiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SylSyl   06 juin 2014
"- Et la jeune fille, demanda le docteur Hood qui s'amusait intérieurement, que veut-elle ?
- Eh bien ! elle veut se marier avec lui, s'écria le père Brown en se redressant subitement. C'est justement ce qui complique terriblement les choses.
- En effet, c'est une énigme indéchiffrable, dit le docteur Hood."
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Gilbert Keith Chesterton (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gilbert Keith Chesterton
Chronique animée par Fabien Delorme, consacrée aux grands noms de la littérature policière, dans le cadre de l'émission La Vie des Livres (Radio Plus - Douvrin). Pour sa dixième chronique, le 15 février 2017, Fabien aborde l??uvre de Gilbert Keith Chesterton. Fabien Delorme est aussi conteur. N'hésitez pas à vous rendre sur son site : http://www.fabiendelorme.fr/ La page Facebook de l'émission La Vie des Livres : https://www.facebook.com/laviedeslivres62/
autres livres classés : pékinVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1215 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre