AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782954516349
96 pages
Éditeur : Signes et balises (11/05/2016)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Christos Chryssopoulos raconte par l’image l’Athènes d’aujourd’hui, cette ville secrète et blessée qui n’appartient à personne. Il porte sur elle un regard tendre et inquiet et en débusque les failles, s’étonnant encore et toujours, et accompagnant de ses mots la ville en crise.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
AnnaDulac
  20 juillet 2018
Dans ce petit livre, le lecteur trouvera une trentaine de photographies d'Athènes accompagnées de courts textes inspirés par les images.
Et c'est un choc. Car ici la flânerie dans une ville, lieu commun en littérature (Georges Perec, Julien Gracq, Walter Benjamin) , devient une interrogation profondément dérangeante et stimulante sur le tissu urbain et la manière d'y vivre, sur fond tragique de crise économique.
On ne verra ici nulle image esthétisante du Parthénon, mais des brins d'herbes poussant entre les dalles de la Bibliothèque nationale, un fauteuil en plastique abandonné dans une rue, un cône orange signalant un improbable carrefour.
La déambulation hasardeuse de l'auteur saisit des objets dans leur surgissement et nous dit que ces objets existent et n'existeront plus. Ils sont en voie de disparition, comme celui qui écrit et photographie qui disparaitra, dit-il, dans «le trou noir de la dernière photographie. »
Les perspectives se mêlent, les strates se superposent, l'avant, l'après, le devant, le derrière. On peut jouer avec la ville. Elle n'a pas de rationalité. Elle est « indisciplinée ». Elle est « folle », « violente », « tordue », provoque une « frénésie assez pénible », mais aussi « intrigue », car l'inattendu distille « un charme étrange. »
Oui, Athènes est une ville musée, mais pas comme on l'entend généralement.
« La ville se métamorphose en un musée à ciel ouvert, rempli de fragments », soit de tôles froissées, de poubelles fixées à un lampadaire coupé en deux, de chicanes en plastique, ainsi que de quelques et rares situations humaines, comme cet homme soliloquant sur une barrière, ou cette femme au soleil.

La démarche de Christos Chryssopoulos est extrêmement intéressante, car elle témoigne d'un tiraillement entre garder (quitte à « mettre sous le tapis ») et perdre. Sa portée philosophique dépasse largement l'anecdotique.
L'origine de ce livre est un projet nommé « Disjunction » qui a fait l'objet d'expositions à Marseille, Paris et Athènes. Les textes ont été traduits du grec par Anne-Laure Brisac et publiés dans sa maison d'édition Signes et Balises. Merci à Masse critique.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Warrenbismuth
  06 août 2019
On pourrait ici s'attendre à parcourir un petit guide de voyage de la capitale grecque, il n'en est rien. L'auteur de ce bouquin s'est baladé durant trois années dans les rues d'Athènes, il en a tiré des photographies de tous ordres, et c'est par le prisme de ces instantanés qu'il va nous entretenir sur le Athènes d'aujourd'hui, en tout cas du XXIe siècle.
Une grosse trentaine de photos, des petits bouts de quartiers de la ville, mais avant tout des photos qui évoquent l'atmosphère de la ville, son âme, eût-elle été vendue au diable ou à l'un de ses représentants. Ce que l'on voit n'est pas toujours un simple cliché couleur, mais bien une courte tranche de vie d'Athènes, un grain de sable de son passé, et pourquoi pas de son avenir. L'auteur tend à faire comprendre qu'Athènes est une ville unique à l'univers singulier, comme décalée voire absurde : des chaises ou fauteuils trônant en pleine rue et parfois attachés comme un deux-roues, pour qui pour quoi ? Des morceaux de ville installés sur le bitume, que ce soit des chicanes brandissant fièrement des morceaux de bâtons, des colonnes ioniques (en fait d'immenses cendriers), des touffes d'herbe mangeant le béton, l'accouplement improbable d'un bout de poubelle et d'un demi lampadaire (peut-être la photo la plus absurde), un plot en béton enfilant comme sexuellement un cône de chantier, des branches de palmiers sorties de terre au centre d'une rue goudronnée. Je n'omets pas ce mannequin plastique grandeur nature habillé de sacs poubelles, ni ce no man's land de détritus et carcasses au pied d'immeubles, ni ce globe bleu scintillant en plein centre d'une façade, sorte de boule à facette grotesque.
« Athènes dresse sans arrêt sur notre route des pièges insolites de ce genre. Des failles qui nous font un peu perdre le sens de l'orientation. Nous vivons dans une oscillation permanente entre ce qui est prévisible et ce qui est inattendu. Cela aussi fait partie du charme étrange qui nous retient ici ».
Entre fascination et peur, l'auteur ne sait pas vraiment sur quel pied danser. À la fois il aime, admire Athènes, mais il voit ce je ne sais quoi d'angoissant, tous ces détails inutiles voire dépassés, comme si la ville s'était délestée de sa chrysalide pour se métamorphoser en monstre incontrôlable. Tous ces clichés sont parlants si, comme l'auteur, on se penche un peu sur leurs significations : Athènes lézardée et épuisée, Athènes incompréhensible, faite de dérisoires petits grains de folie qui ne mènent à rien mais représentent un état d'esprit, une force, mais aussi une protection par l'absurde.
La préface est assurée par Edgar MORIN, en tout cas par un extrait de l'un de ses livres « Les sept savoirs nécessaires à l'éducation du futur ». Si ce futur semble quelque peu embrumé, CHRYSSOPOULOS ne verse pas dans la résignation, d'ailleurs la photo de couverture représente la statue d'un coureur, en plein ville, aux yeux étincelants, une image doublement non figée.
De courts textes accompagnent une partie des photographies, ils reflètent cette ville d'Athènes, ils sont des sous-titres aux instantanés, ils peuvent être cruels ou tendres mais toujours empreints d'un grand respect pour le coeur de la Grèce. La traduction assurée par Anne-Laure BRISAC, spécialiste de littérature grecque et Responsable des éditions Signes et Balises, fait encore un peu plus palpiter la ville, la rendant animale, sensuelle, en mouvement mais fragile, tout en lui offrant un aspect poétique, un cocon de protection. C'est sorti en 2016 chez Signes et Balises et ça m'a l'air absolument parfait pour une petite lecture estivale.
https://deslivresrances.blogspot.fr/
Lien : https://deslivresrances.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AnnaLouise19
  14 août 2018
J'avoue que je m'attendais à un livre avec des photos plus classiques. L'auteur nous balade dans une version d'Athènes telle qu'il la perçoit tout en nous livrant sa pensée et en faisant l'analyse de cette cité si particulière. J'avoue que je m'attendais à quelque chose de plus lumineux, connaissant moi même un peu la ville, pour y être allée 6 ou 7 fois... mais peut-être justement que ma vision est biaisée par mes yeux de touristes, ce que l'auteur n'a point. Il parle des changements, des mutations profondes de cette ville et de ces habitants en évoquait d tranches de vie.
Surprenant. Un concept original et sans fard.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
AnnaDulacAnnaDulac   20 juillet 2018
« Quand on parcourt la ville en la photographiant, on prend conscience de quelque chose que seuls ceux qui prennent des photos sont capables de percevoir : elle est criblée de trous noirs. Les endroits où il n’y a absolument rien sont légion. Je ne reviens jamais voir les lieux que j’ai photographiés. L’arbre qui se dresse seul dans la ruelle qui donne sur l’avenue, Singrou. Le mannequin dans le terrain vague de la rue Eolou. Le sex-shop ouvert la nuit…Le cliché que j’en ai pris les a effacés. Et je me déplace dans la ville entre ces trous noirs qui sont les photographies que j’ai déjà prises. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Christos Chryssopoulos (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christos Chryssopoulos
Christos Chryssopoulos - La tentation du vide (Shunyata) .Christos Chryssopoulos vous présente son ouvrage "La tentation du vide" aux éditions Actes Sud. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/chryssopoulos-christos-tentation-vide-shunyata-9782330060633.html Notes de Musique : Chris Zabriskie "Virtues Inherited, Vices Passed On" - Free Music Archive Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : absurdeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16108 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre