AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2362661482
Éditeur : Talents Hauts Editions (14/04/2016)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Le jour où je suis né, Maman m'a appelé Aimé.

- Aimé, tu es l'enfant de l'amour, du plus grand amour de toute ma vie. C'est pour ça que je t'ai appelé Aimé.

Quand elle me parle comme ça, Maman, je trouve que mon prénom est le plus beau des prénoms. Seulement, à l'école, Maman n'est pas là. Et à l'école, il y a Prudence et Olive. Chaque matin, elles m'accueillent en pouffant :

- Aimé, hé hé, Aimé-mémé, si tu crois qu'on va... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
dedanso
  18 février 2018
Dans Aimé, Claire Clément a choisi d'aborder le thème du harcèlement scolaire. Elle le fait avec brio !
Le lecteur s'identifie très rapidement au petit Aimé, que sa maman a appelé ainsi parce qu'il est le fruit de l'amour qu'elle ressentait pour son père, mort alors qu'Aimé était très jeune. Le petit garçon reçoit tout l'amour et la protection de sa maman. Il pourrait être heureux...s'il n'y avait les deux pestes qui se moquent sans arrêt de son prénom à l'école.
Les personnages de ce petit roman sont très nuancés alors que le thème du harcèlement scolaire aurait pu être traité de manière caricaturale. Premier bon point.
J'accorde le second à l'intrigue par elle-même, traitée avec finesse par l'auteur. Là encore beaucoup de vraisemblance, de nuance dans les actes et les paroles des protagonistes.
Le tout fait que le lecteur se projette très vite dans l'histoire, malgré le petit nombre de pages. On ressent l'injustice d'une punition, la tristesse des moqueries, l'amour d'une maman, la compréhension d'un adulte.
J'ai apprécié comme l'auteur a su montrer qu'une remarque blessante, qui peut sembler anodine aux adultes, devient, à force de répétition, une réelle souffrance quotidienne pour l'enfant moqué.
Aimé est un très bon premier roman, qui sonne juste et fait réfléchir, qui permet de développer l'empathie des enfants. Et, cerise sur le gâteau, il permet aussi de s'interroger sur l'histoire familiale via l'origine des prénoms.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          263
Saiwhisper
  04 novembre 2016
Des camarades qui se moquent des prénoms ou des noms de famille, c'est très fréquent à l'école... Voire malheureusement jusqu'à la faculté. Et, bien souvent, cela fait souffrir ceux qui en sont victimes... C'est le cas d'aimé, un petit garçon très émouvant, innocent, sincère et mal dans sa peau. En effet, il se fait harceler sans arrêt par deux fillettes de sa classe. Ces deux dernières répètent sans arrêt la même rengaine, ce qui a le don de faire bouillir le pauvre aimé... Hélas, c'est un sujet sensible qui parle et qui parlera à tous les enfants tôt ou tard. Ce n'est pas forcément évident d'aborder ce genre de thématique, toutefois l'auteur le traite de façon très naturelle et mignonne. D'ailleurs, j'imaginais aisément un véritable enfant à la place du jeune narrateur. J'ai trouvé l'image du petit nuage aussi adorable que poétique.
Les illustrations me plaisent beaucoup et représentent assez bien les scènes de l'ouvrage. Ce dernier est parfait pour une première lecture : le nombre de pages est correct, le sujet est parlant, les dessins sont sympathiques et la chute est attendrissante. Je pense que l'ensemble plaira à mes petits lecteurs de CE1-CE2. Pourtant, certains passages ne sont pas évidents : rien qu'au début du récit, on découvre que le père d'aimé est décédé... Ajoutons à cela la thématique de la tolérance et du harcèlement... Tout n'est pas forcément tout rose, mais j'espère que cela fera réfléchir les jeunes lecteurs... Un premier roman jeunesse plein de sensibilité à mettre dans certaines petites mains.

Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Cigale17
  25 août 2018
L'éditeur aime les jeux de mots : sa maison s'appelle Talents Hauts et la collection « Livres et égaux, des romans illustrés qui tordent le cou aux clichés »… Joli ! Petit roman « moral », mais pas mièvre.
Un petit garçon, aimé, est harcelé à l'école à cause de son prénom, dont le lecteur a appris l'origine dès les premières pages. Ce qui commence comme une plaisanterie devient vite très lourd à porter pour l'enfant. Les deux fillettes harceleuses emploient toujours la même phrase, comme un refrain, pour se moquer de lui (voir la quatrième de couverture). La souffrance provoquée par le harcèlement est représentée par un nuage noir au-dessus de la tête d'aimé. L'enfant pique une colère et tire les tresses de l'une des filles. Envoyé chez le directeur, il refuse de parler comme il refusera d'avouer la vérité à sa mère le soir. le lendemain, les filles recommencent et l'enfant hurle de colère à la cantine. La maîtresse met un mot dans son carnet de liaison. aimé finit par tout avouer à sa mère qui le console et lui dit qu'il a de la chance : dans sa classe, tout le monde ne connaît peut-être pas l'origine de son prénom…
Le lendemain, aimé lit devant toute la classe ce qu'il a écrit la veille, dans son lit. Sa mère avait raison, il est bien le seul à connaître l'origine de son prénom. le surlendemain tout le monde revient avec son histoire, sauf Olive, une des harceleuses ! Mais tout finit bien…
Pas de facilité dans ce petit roman. On parle de la mort du père dès la deuxième page ; le harcèlement est traité de manière efficace, mais pas lourdingue. de plus, il s'agit de harcèlement moral exercé par des filles sur un garçon. Diverses émotions sont habilement présentées, avec une insistance sur la frustration et la colère.
Le clin d'oeil final à l'histoire du prénom de tous les enfants clôt agréablement le récit.
Les illustrations (très influencées par Pef débutant, me semble-t-il) permettent d'identifier les émotions et concrétisent le petit nuage noir…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Nadael
  17 mai 2016
Tous les matins c'est le même refrain, dès qu'Aimé arrive à l'école, Olive et Prudence se moquent de lui, enfin de son prénom. Un prénom original qui pèse bien lourd sur le coeur du petit garçon. Jusqu'à aujourd'hui, il se contentait de hausser les épaules, mais là, maintenant, Aimé en a assez de ces moqueries absurdes. Ça bout fort à l'intérieur et risque d'exploser à tout moment ! Quand la maîtresse lui a demandé de réciter un poème de Paul Éluard, et que Prudence a commencé à le déconcentrer en remplaçant le mot Liberté par Aimé en grimaçant, il a fini par se tromper dans sa récitation en la terminant ainsi : Mon nom, c'est Aimé. Évidemment, toute la classe a éclaté de rire.
Aimé, c'est le prénom que sa maman a choisi lorsqu'il est venu au monde. Comme elle lui confie à chaque anniversaire, Aimé est l'enfant du « plus grand amour de toute sa vie » : son papa, mort alors que le garçon était tout petit. Ce prénom, sa maman le chérit tellement... qu'Aimé n'ose pas lui parler des railleries à l'école, le concernant.
Mais, le nuage au-dessus de sa tête devient de jour en jour de plus en plus noir, et prend de plus en plus d'ampleur. Alors, Aimé se fâche, laisse éclater sa colère. Il donne un coup de pied à Prudence et tire les nattes d'Olive. La maîtresse le gronde et le punit, le directeur le convoque... Va-t-il enfin pouvoir livrer ce qu'il a sur le coeur ? Parler à sa mère ? Faire fondre ce nuage noir ? Retrouver le sourire ? En écrivant l'histoire de son prénom peut-être...
Un petit roman illustré sensible et juste pour les jeunes lecteurs qui saura les toucher, abolir certains de leurs préjugés et leur donnera sûrement envie d'en savoir davantage sur l'origine familiale de leur prénom.

Lien : https://lesmotsdelafin.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Milkyway
  31 janvier 2018
Une très belle histoire ! Douce, émouvante et drôle à la fois.
aimé est un petit garçon ordinaire avec un prénom pas si ordinaire que ça. Quelques-un de ses camarades se moquent de lui, ce qui le rend si triste qu'il finit par se comporter violemment, n'ayant pas d'autres moyens pour se défendre. La maman finit par comprendre que quelque chose ne va pas et de fil en aiguille, aimé finit par avoir une belle idée : il va raconter à l'école l'histoire de son prénom. Ainsi, tous les enfants (ou presque) de la classe, se rendent compte qu'eux aussi, ont un prénom avec une signification particulière... C'est ainsi que l'on apprend que Charlotte s'appelle ainsi parce que sa maman adorait Charlotte Brontë etc...
Un petit livre qui aborde la tolérance d'une très jolie façon, mes élèves étaient captivés pendant tout la lecture.
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
Ricochet   07 juin 2016
Un roman illustré empreint de vraisemblance et de sensibilité, engagé dans une lutte contre la discrimination qui trouvera très certainement preneur chez un jeune lectorat se lançant dans la lecture.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
NadaelNadael   17 mai 2016
« - Aimé, hé hé, Aimé-mémé, si tu crois qu'on va t'aimer... hi hi hi ! Moi je hausse les épaules. Mais c'est comme si le ciel s'était assombri. Dans ma tête, je repense à ce que maman m'a dit : que je suis l'enfant de l'amour et son plus beau joyau. Mais tous les matins, ces deux-là m'attendent et j'ai droit au même refrain. - Aimé, hé hé, Aimé-mémé, si tu crois qu'on va t'aimer... hi hi hi ! Je hausse les épaules encore et encore, mais ce matin-là, je ne sais pas pourquoi, je me suis réveillé de mauvaise humeur. Maman dit que ça arrive, que c'est un petit nuage qui s'est trompé de direction, qui loge dans ma tête et fait tomber la pluie. C'est pour ça que j'ai envie de pleurer. »

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
dedansodedanso   14 février 2018
On est entré en classe. La maîtresse a demandé qui voulait réciter le poème "Mon nom, c'est Liberté" de Paul Édouard. J'ai levé la main parce que je le connaissais par coeur. J'ai commencé à réciter.
Prudence s'est retournée. Chaque fois que je disais "liberté", elle articulait "Aimé" mais sans proférer un seul son, et en faisant la grimace. J'étais le seul à l'entendre et à la voir, évidemment. Ça a fini par me perturber. Et à la fin du poème, au lieu de dire "Mon nom, c'est Liberté", j'ai dit "Mon nom, c'est Aimé". Tout le monde a rigolé, sauf la maîtresse.
- Aimé, si tu veux faire le clown, tu attends la récré, compris ?
J'ai baissé la tête, parce que les larmes montaient et je ne voulais pas qu'on les voie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
SaiwhisperSaiwhisper   04 novembre 2016
Il faut croire que les mamans sont comme les animaux : elles ont du flair.
- Tout va bien à l'école ? m'a-t-elle demandé pendant le dîner.
J'ai rougi et j'ai gardé mes yeux baissés au fond de mon assiette.
- Oui, j'ai répondu, ça va.
Mais Maman est pire que les autres. Elle a du flair et des antennes, comme les abeilles.
- Montre-moi ton carnet... a-t-elle susurré.
Commenter  J’apprécie          92
JuinJuin   05 octobre 2017
Rolls, parce que c'est un enfant de luxe, comme sa sœur Mercedes, et son petit frère Bentley.
(P40)
Commenter  J’apprécie          122
SaiwhisperSaiwhisper   03 novembre 2016
- C'est drôle, a dit quelqu'un, parce que Prudence, elle n'est pas du tout prudente !
- C'est vrai, a dit la maîtresse, on n'a pas toujours un prénom qui nous ressemble.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Claire Clément (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claire Clément
Payot - Marque Page - Claire Clément - Rebelle au bois charmant
autres livres classés : harcèlementVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

sami's quiz

quel est l'animal de sami

cheval
cobaille
lapin
vache

3 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : Sami, Goliath, Oscar, Ousman et les autres... de Claire ClémentCréer un quiz sur ce livre