AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jamila Ouahmane Chauvin (Traducteur)Serge Chauvin (Traducteur)
ISBN : 2070308464
Éditeur : Gallimard (18/01/2007)

Note moyenne : 3.05/5 (sur 164 notes)
Résumé :
Maria, une jeune fille de milieu modeste, vit aux environs de Birmingham. Indifférente par choix, indécise par nature, elle trouve que l'on fait beaucoup de bruit pour peu de chose. Que valent les succès aux examens et les déclarations de Ronny qui l'aime désespérément, que penser des amis de classe avec leurs vacheries et leurs cancans... Seul le chat, un exemple d'indifférence satisfaite, lui donne à penser qu'une forme de bonheur est possible. Mais comment être h... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
sylvaine
  19 mai 2017
Je découvre avec La femme de hasard le premier roman de Jonathan Coe . Roman déroutant, roman dérangeant! Marie ne s'aime que dans la solitude du moins le pense t'elle . Égoïsme, nombrilisme, décalage vis à vis des autres, bref elle ne connaît pas la signification des mots plaisir, satisfaction , bien-être alors vous pouvez comprendre que le mot bonheur lui soit complètement étranger! Marie est une lycéenne méritante quoique sans amis, une fois à Oxford elle suit son cursus sans trop de problèmes toujours aussi peu entourée... Éternellement indécise il semble que les évènements surviennent sans crier gare, inerte face à la vie elle semble subir tous les accidents de son existence ...pas bien drôle tout cela.
Marie n' attire pas spécialement l'empathie c'est le moins que l'on puisse dire , par contre elle attire inexorablement toutes les tuiles . Est-ce le fait du hasard? Bref on retrouve ici me semble t'il l'une des thématiques chères à Jonathan Coe je pense par exemple à son roman La pluie avant qu'elle tombe, roman où le hasard a la part belle.
Une lecture donc en demi-teinte mais Jonathan Coe a su prouver depuis son immense talent !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Aline1102
  28 janvier 2015
Vous est-il déjà arrivé de lire un livre qui s'annonçait comme passionnant, mais qui tournait ensuite à la catastrophe ?
Quand j'ai commencé ce roman, je pensais qu'il allait me plaire, le sujet m'intéressant déjà beaucoup. Dans les premières pages, nous faisons la connaissance de Maria, une jeune fille vivant dans la banlieue de Birmingham. Elle vient de réussir un examen d'entrée lui permettant d'intégrer l'Université d'Oxford.
Certes, Maria ne réagit pas comme prévu à cette admission… Alors qu'elle est chaudement félicitée par la principale de son lycée, la jeune fille semble étrangement détachée. On pourrait penser, à ce stade de l'histoire, que c'est dû au choc de cette bonne nouvelle, au fait d'être reçue dans le bureau de la directrice de son établissement scolaire,…
Mais, par la suite, le comportement de Maria ne s'arrange pas. Ses relations avec sa famille ne semblent pas plus chaleureuses que celles qu'elle entretient avec sa principale. Et Maria intègre Oxford comme d'autres vont se promener au parc : avec indifférence.
Durant ses études, Maria rencontre de nombreuses personnes mais ne se lie d'amitié avec aucune d'entre elles. D'un côté, je peux comprendre cela car les gens rencontrés m'ont semblé excessivement désagréables : kleptomanes, plongé dans des théories psychologiques peu crédibles (l'une des colocataires de Maria est persuadée de la « force » du regard et tente de faire passer au moins un milliard de messages en fixant quelqu'un pendant deux secondes), bons samaritains qui se révèlent plus proches du harceleur professionnel… La seule fréquentation normale de Maria, c'est Ronnie, son ami d'enfance, qui persiste à demander la jeune fille en mariage. Mais Maria, elle, persiste à refuser !
Après Oxford, la vie de Maria ne s'arrange pas. Elle fait un mauvais mariage mais ne semble pas s'en soucier, jusqu'au moment où son mari décide de demander le divorce. Pour couronner le tout, Maria a fait plusieurs tentatives de suicide qui lui valent d'être séparée de son fils.
Ensuite, Maria trouve un emploi, s'éloigne de sa famille, fréquente certaines personnes (que l'on ne peut qualifier d'amis, dans son cas) avant de s'en éloigner, le tout dans l'indifférence générale.
Au bout d'une centaine de pages, j'en ai eu assez de Maria et du véritable dégoût dont elle fait preuve envers la vie. Elle ne s'intéresse à rien, n'apprécie vraiment personne, ne prend pas la peine d'essayer de voir le bon côté des choses ou des personnes qui l'entoure. Maria semble traverser l'existence en attendant simplement que la mort vienne la libérer de quelque chose de trop compliqué pour elle.
Bref, je suis totalement passée à côté de ce roman. Espérons que La maison du sommeil et La pluie, avant qu'elle tombe (qui sont dans ma PAL), seront plus passionnants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          166
Itenarasa
  18 février 2014
Moi vouloir être chat
La femme de hasard c'est Maria, une jeune fille qui part faire ses études à Oxford, suivie de près par le fidèle et persistant Ronny. Maria la détachée, Maria l'imperméable déroule devant elle le tapis noir d'une vie plate, triste que vient éclairer parfois au grès du hasard des présences qu'elle s'autorise à considérer comme, allez en forçant un peu, amicales. Qui saurait venir percer ce masque d'indifférence ?
Il est des personnes qui vous font vous interroger sur le mot "bonheur" et sur son existence. Est-ce que Coe a croisé une telle personne et s'en est inspiré pour écrire son premier roman? Aucune idée. Belle prise de risque toutefois que de se faire un nom d'auteur avec une histoire qui pourrait n'être perçue que comme affreusement déprimante. Heureusement pour l'auteur, je crois que nous les français l'avons surtout découvert en masse grâce à l'excellent et satirique Testament à l'anglaise. C'est le 1er titre qui est venu en association avec le nom dans mon cas, même si ce n'est pas avec lui que je suis entrée dans l'univers Coe. Non, moi je lui ai préféré le sublime, La pluie avant qu'elle tombe. Je vous vois sourire vous qui me connaissez et dites, celui-là elle le glisse partout. Oui, oui, 100 fois oui, c'est mon chouchou! Passons.
Donc oui, certaines personnes dans votre vie, vous font dire que : non les Hommes ne sont pas tous égaux en matière d'aptitude au(x) Bonheur(x). Ceux-là même qui vous apprennent à relativiser au sujet de votre propre vie et ses déboires. Ceux-là même que l'on voudrait parfois tirer de leur état à coups de pieds au c... ou parfois, juste planter là, parce que "merde ça fait chier cette déprime polluante". Au choix selon l'humeur et la patience, le degré d'amitié ou d'amour...
Maria, le personnage du roman est ainsi, peu amène, blasée de la vie. C'est une inadaptée sociale qui dit ne pas comprendre les gens donc ne pas pouvoir les aimer. Plus apte à envisager ce que pourrait être le bonheur qu'à le ressentir au moment où il pourrait être là. Elle a la beauté et l'intelligence pour plaire nous dit Coe, le narrateur. Mais elle ne plaît pas vraiment, peu. Et quand elle y parvient par hasard, quand soudain son coeur s'emballe et qu'on se met à y croire pour elle, pfuit "Epic Fail". L'auteur lui-même finit par nous annoncer qu'il s'est fatigué de nous narrer Maria, qu'il aimerait finir vite et passer à autre chose (ben oui, la tristesse ça épuise même les bonnes âmes). C'était drôle ça.
L'humour contrairement à ce que pourrait laisser croire les lignes ci-dessus est vraiment présent dans ce roman. Que ce soit lié aux intrusions du narrateur/auteur, qui se rit ou rit avec le lecteur, ou à Maria elle-même. Je dois dire qu'elle m'a parfois bien amusée, non que je me sois moquée, mais Maria a une certaine forme d'humour. Un peu pince sans rire vous voyez. Les situations dans lesquelles, elle est régulièrement aux prises sont souvent burlesques, voire tragi-comiques. Et on retrouve là, l'humour de Coe, qui soulage le lecteur de la morosité ambiante dans laquelle son personnage pourrait conduire même les bienheureux.
Maria, le bonheur ça l'(a fait chier)ennuie, les gens heureux la font fuir. Elle leur préfère sa bulle de solitude et si ce n'était les convenances et les exigences pécuniaires, elle se passerait bien de côtoyer l'espèce humaine qui après tout ne lui apporte rien. Elle jalouse la nonchalance et l'indifférence de son chat, Sefton. Comme lui, elle aimerait que personne ne vienne lui casser les c...l'importuner au sujet de son vide affectif ou de son manque d'exaltation.
N'empêche Maria, je l'ai bien aimée. Avec ses rendez-vous manqués et ceux qu'elle aurait dû manquer! Elle m'a fascinée quelque part. Bien plus que ces autres individus qui l'ont accompagnée, harcelée, maltraitée, mal-aimée, mal appréciée, ratée. Elle m'a fait penser à... et à... Derrière cette grisaille, j'ai quand même trouvé matière à m'amuser de ma lecture. C'est tout ce que je demande parfois à un roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Lune
  25 avril 2012
J'ai dévoré « Testament à l'anglaise » et « La Maison du sommeil ». Pourquoi cette « Femme de hasard » (premier livre de l'auteur) fut-elle lue avec une certaine lassitude ?
Certes j'ai retrouvé ces pointes d'humour et les boutades que j'apprécie chez Jonathan Coe ainsi que ses réflexions caustiques émanant de l'observation des choses et des gens.
Il me plaît également d'être interpellée par l'auteur en cours de lecture.
Le livre refermé, j'ai pensé que Maria, l'héroïne, avait pesé lourd sur l'élan de ma lecture. Être aussi indifférente dépasse tout entendement.
Après l'avoir plainte et maudit ceux qui profitaient de sa nonchalance, j'ai eu envie de la secouer, de la réveiller.
Il y a cependant de beaux moments dans sa solitude recherchée, Jonathan Coe nous en livre toute l'atmosphère feutrée et isolée du monde des vivants.
La description des uns et des autres qu'elle côtoie est implacable : irrespect, égoïsme... Son inertie développée à tour de pages pose la question de la responsabilité.
Sortie de cette ambiance lourde, je me dis que ce livre n'est pas si mal que ça...
Maria :victime ou victime consentante ?

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
isabroot
  03 mars 2015
Attention, livre très très énervant! Je n'ai jamais supporté le procédé littéraire qui consiste à interpeller le lecteur au cours du roman. Cela casse la magie et le rythme, et nous rappelle que derrière le texte se cache un individu comme vous et moi, parfois (souvent ici) en panne d'inspiration. Et Dieu sait que Jonanthan Coe use et abuse de ce procédé dans "La femme de hasard" pour signifier au lecteur combien il peine à nous décrire le destin morne et sans intérêt de Maria, personnage agaçant et antipathique s'il en est. On se demande (et il a l'air de se le demander aussi) pourquoi Jonathan Coe s'en est encombré et comment il va bien pouvoir s'en débarrasser. le procédé, censé être drôle, ne l'est pas du tout, et on a autant de mal à terminer le roman (court, heureusement) que Maria à grimper sa colline. Si on retrouve l'intérêt de Jonathan Coe pour nos solitudes contemporaines, son humour corrosif ne frappe que rarement et ne nous sauve pas de l'ennui. On dirait un travail imposé dans lequel l'auteur cherche son style en en essayant diverses techniques et en se moquant régulièrement de ses propres maladresses. Heureusement pour nous, Jonathan Coe ne s'est pas arrêté là!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
MorgouilleMorgouille   20 mars 2011
Rien n’est plus misérable que le souvenir du bonheur, position qu’on peut occuper de divers points de vue, comme nous le verrons dans certains des chapitres suivants. Dans le même ordre d’idées, à moins qu’il ne s’agisse d’un ordre d’idées opposée, rien n’est plus plaisant que la perspective du bonheur, et quand je dis « rien, je n’emploie pas ce mot à la légère. Car le bonheur en soi, se disait Maria, n’avait guère de poids comparé au temps passé soit dans sa perspective, soit dans son souvenir. En outre, l’expérience immédiate du bonheur paraissait complètement détachée de l’expérience de son attente ou de son souvenir. Jamais elle ne le disait, quand elle était heureuse : « C’est ça, le bonheur », et jamais donc elle ne l’identifiait comme tel au moment où elle le vivait. Ce qui ne l’empêchait pas de penser, quand elle ne le vivait pas, qu’elle avait une idée très claire de ce qu’il recouvrait. La vérité, c’est que Maria n’était vraiment heureuse que lorsqu’elle pensait au bonheur à venir, et je crois qu’elle n’était pas seule à adopter cette attitude absurde. Il est plus agréable, allez savoir pourquoi, d’éprouver de l’ennui, ou de l’indifférence, ou de la torpeur, en se disant : dans quelques minutes, quelques jours, quelques semaines, je serai heureux, que d’être heureux en sachant, fût-ce inconsciemment, que le prochain sursaut intérieur nous éloignera du bonheur. L’idée du bonheur, qu’il soit prospectif ou rétrospectif, éveille en nous des émotions beaucoup plus fortes que la seule émotion du bonheur. Fin de l’analyse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
PiertyMPiertyM   13 janvier 2015
Il existe entre les gens, un certain type de silence, où les mots ne sont pas nécessaires, et qui signale non la fin mais le début d'une entente.

Commenter  J’apprécie          280
MorgouilleMorgouille   20 mars 2011
Maria jalousait Sefton pour trois choses. Et la troisième était que personne n’attendait de lui qu’il exprime le moindre intérêt ou la moindre satisfaction pour les affaires humaines. Ainsi était-il en mesure d’exhiber une indifférence stupéfiante et parfaitement légitime. À ce titre, le simple spectacle de Sefton faisait un bien fou à Maria. Visiblement, il n’en avait rien à cirer du sort de la famille, tant qu’il n’affectait pas le sien. Il était complètement égocentrique et pourtant dénué de tout égoïsme : une qualité que Maria savait, et elle le déplorait déjà, hors de sa portée. Cela n’en faisait pas moins de lui son confident préféré. Elle pouvait par exemple lui parler sans gêne de sa réussite à l’examen, puisqu’il n’y avait aucun risque qu’il manifeste la moindre excitation. Nombreux étaient les secrets que Maria avait confiés à Sefton, sachant qu’ils ne signifieraient rien pour lui, et nombreuses étaient les petites révélations qu’elle avait testées sur lui, pour puiser de la force dans l’incroyable nonchalance avec laquelle il les entendait et les ignorait. Voilà pourquoi chaque famille devrait avoir un chat.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MorgouilleMorgouille   20 mars 2011
« Tu te rends compte, dans un an, on sera à Oxford ensemble.
— Ronny, dit Maria, pourquoi tu as déposé un dossier pour Oxford ? Tu m’as dit un jour que jamais tu ne voudrais y aller.
— J’ai déposé un dossier parce que toi, tu y seras.
— Mais imagine que tu aies été admis et pas moi ? À quoi ça aurait servi ? Tu as pris un gros risque, Ronny, en pariant sur l’avenir.
— Mais j’ai eu raison.
— Et si jamais je mourais avant ? »
Au lecteur d’imaginer un bref silence.
« Je t’aime, Maria.
— Et pourtant tu sais bien que je te trouve insensé. Si tu crois pouvoir contrôler ta vie ainsi, tu ferais mieux de te trouver une autre fille, une fille qui saurait de quoi tu parles quand tu dis ça. »
Ce conseil piqua Ronny à ce que nous autres romanciers appelons le vif. Pourtant, comme d’habitude, il n’en tint pas compte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
dreulmadreulma   12 avril 2011
Choses à exprimer aujourd'hui par mon regard .
Maria examina la liste. .... Voici ce qu'elle avait écrit :
1- Un reproche sans rancoeur
2- Un vague espoir, poignant et sincère, suggérant peut-être une joie à venir
3- L'amour.
4- Une sorte de regret dénué de tout désespoir, teinté d'acceptation de la bienveillance ultime du destin, exprimant une pleine conscience de tout ce qui aurait pu se passer entre nous, et impliquant par cette conscience la croyance fragile que tout n'est pas perdu.
5- Un halo d'allégresse divine, presque mélancolique dans son immarcescibilité, mais fondée sur la certitude d'une communion spirituelle excédant les possibilités humaines, et qui donc renferme et transmet la prémonition de cette communion tout en reconnaissant avec une nostalgie sereine que dans les rapports amers entre Melle B. et moi-même elle n,a été que fugitivement perceptible. Et donc
6- Un adieu riche de la promesse de retrouvailles.
Maria relut cette liste plusieurs fois.
« Ça va être un sacré regard », dit-elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Jonathan Coe (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jonathan Coe
Le c?ur de l'Angleterre Jonathan Coe Traduction de Josée Kamoun Gallimard, août 2019
Jonathan Coe, plus en verve que jamais, nous régale avec ce « le c?ur de l'Angleterre » du roman du Brexit. de 2010 à 2018, l'on retrouve les personnages de « Testament à l'anglaise » dans un Royaume-Uni pré et post rupture du Brexit : un voyage au c?ur qui ne laissera aucun lecteur de marbre !
https://www.laprocure.com/coeur-angleterre-jonathan-coe/9782072829529.html
autres livres classés : littérature anglaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La pluie, avant qu'elle tombe

A quel âge est morte Rosamond?

71
72
73
74

15 questions
53 lecteurs ont répondu
Thème : La pluie, avant qu'elle tombe de Jonathan CoeCréer un quiz sur ce livre
.. ..