AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2714459544
Éditeur : Belfond (19/03/2015)

Note moyenne : 2.98/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Un classique de la littérature anglaise du XXe siècle, dont l'esprit, le charme et l'insolence ont inspiré Gosford Park et Downton Abbey ; un roman culte sur les derniers jours d'une aristocratie dépassée, sourde aux premiers échos de la grande guerre, accrochée avec la force du désespoir aux derniers vestiges de sa splendeur d'antan. Un bijou de noirceur et d'élégance où, entre séductions, rivalités et trahisons, tous les coups sont permis.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Folfaerie
  11 février 2016
Ouh la, quelle déception ! J'ai emprunté ce livre en biblio car il a inspiré le scénariste de Gosford Park, l'un de mes films préférés. Je pensais retrouver, plus ou moins, la trame de cette excellente histoire. Que nenni ! Tout le récit tourne autour d'une poignée de lords et autres nobliaux plus ennuyeux et inintéressants les uns que les autres, qui massacrent allègrement volatiles et petites bêtes au cours d'interminables parties de chasse dans le domaine de Lord machin-chose (je n'ai même pas retenu son nom !!). 150 faisans par ici, 40 canards par là... bref, des tableaux de chasse qui laissent songeur et qui occupent l'essentiel de l'intrigue. Enfin, intrigue, c'est un bien grand mot. Lady Trucmuche couche avec untel parce qu'elle s'ennuie auprès de son riche époux, Lord bidule tente tant bien que mal de masquer la vacuité de son existence en brillant en société... ouais... Pas bien palpitant tout ça. Enfin, vers la fin de cette trépidante histoire, un regrettable coup de feu (conséquence d'une rivalité plus que stupide) vient mettre un peu de piment : un pauvre diable de rabatteur est atteint. Il est vrai qu'à ce moment, on atteint des sommets dans la description de ce microcosme de parasites mondains. Pas un pour s'en émouvoir ou montrer de la compassion pour ce représentant de la plèbe, victime d'un tir hasardeux. Vous connaissez la différence entre le bon chasseur et le mauvais chasseur, hein, je ne vais pas vous la refaire...
Bref, deux ou trois personnages surnagent un peu au milieu de ce naufrage, entre autres le fils du garde-chasse et le gamin qui a apprivoisé une cane,qui paraissent les seuls "humains" de cette méprisable société.
Je n'en reviens pas de m'être ennuyée à ce point. Mais en tout cas, je ne peux que louer l'admirable travail du scénariste de Gosford Park qui a su tirer parti de ce roman insipide pour en faire ce très bon film.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
KRISS45
  08 novembre 2015
En vous immisçant dans la partie de chasse organisée par Sir Randolph, événement à la fois sportif et mondain, vous découvrirez avec consternation le monde de l'aristocratie edwardienne au comble de sa futilité, de sa cruauté et de son arrogance.
Commenter  J’apprécie          90
SallySullivan
  05 mars 2019
Une partie de chasse au début du XXème siècle est un événement commun pour la noblesse anglaise. C'est un tableau idéal pour saisir ce qu'est le quotidien des personnages. Certains, dont le portrait est très ironique, ne tirent que de la satisfaction de leur mode de vie. D'autres en revanche ont des rêves et des espoirs plus grands que ce que la tradition et leurs obligations leur permettent. Naît une frustration qui les rend amers, les plonge dans la solitude ou les mène à une colère telle que le dénouement apparaît comme une véritable - et dramatique - fatalité.
J'ai apprécié ce livre, même si quelques longueurs ont rendu la lecture parfois quelque peu ardue. de même que la survenance de personnages qui n'apportent pas grand chose à l'histoire. Ce fut quand même un bon moment.
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Telerama   01 juillet 2015
Le constat subtil, cruel et ironique d'une fin de règne irréversible.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
KRISS45KRISS45   08 novembre 2015
Le caractère irrationnel de l'amour était pour elle un perpétuel sujet d'étonnement, et la tyrannie cruelle du désir n'en était pas l'aspect le moins fascinant.
Commenter  J’apprécie          70
autres livres classés : aristocratieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1677 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre