AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782809824520
308 pages
Éditeur : L'Archipel (13/06/2018)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 20 notes)
Résumé :
Venise, mai 1313. Alors que les préparatifs pour la fête de l’Ascension vont bon train, les eaux de la lagune charrient jusqu’a la place Saint Marc les cadavres de trois enfants crucifiés. L’horreur est a son comble parmi la population.
Afin de calmer les esprits, le Conseil des Dix, organe chargé de veiller à la sécurité de la République de Venise, accuse Eleazar, un vieux Juif, d’avoir perpétré ces meurtres.
Son amie Adia, convaincue de son innocence... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
kateginger63
  12 février 2019
Une aventure vénitienne quelque peu ésotérique
*
Tout d'abord, un petit mot sur la couverture. Elle est franchement envoûtante, mystérieuse, chaude et picturale. Elle promet une certaine dose d'ésotérisme, de complot, d'Histoire, voire d'alchimie. Et effectivement elle n'est pas mensongère.
Ceci est le troisième tome des aventures de Mondino de Liuzzi, un chirurgien réputé de Bologne du 14ème siècle. Je n'ai pas lu les deux tomes précédents mais je pense que ce n'est pas bien important.
*
Une épopée italienne qui démarre avec la découverte de trois cadavres d'enfants et nous emmène dans la belle cité vénitienne.
J'avoue que je ne connais pas du tout cette ville mais qu'elle m'a toujours fasciné par sa flamboyance baroque et son architecture si singulière.
Un voyage captivant qui déroule les différents visages de Venise: la richesse qui côtoie la crasse et la pauvreté, les palais dorés et les canaux putrides, les supplices publics et les fêtes somptueuses de monsieur l'ambassadeur.
Et puis au milieu de tout ça, il y a l'intrigue. Il y en a plusieurs qui vont s'imbriquer, notamment avec l'arrivée inopinée de deux chevaliers des Templiers. La quête est obscure et épaisse comme la vase du canal. Ceci pour démontrer que l'histoire est complexe et tend vers les sciences occultes, la Kabbale, les origines du judaïsme et le mystère touffu des Templiers.
**
De course-poursuites en arrestations, de découvertes en chausse-trappe, la vie de nos compères est toujours sur la sellette. Il n'y a pas de temps mort, les actions se succèdent pour finir dans un dénouement que je n'ai pas soupçonné (un beau twist!). Les descriptions sont très imagées et cinématographiques, on s'y croirait! Attention tout de même aux termes historiques, il faut s'y connaître un peu. Pour ma part, je me suis documentée en parallèle sur ce pan d' histoire religieuse.
*
Je suis un peu déçue par l'absence de démonstrations de médecine légale. J'attendais un peu plus de ce chirurgien avant-gardiste pour son époque. Mais baste, le tourbillon historique et même romanesque m'a emporté dans cette Venise médiévale.
*
Je viens de voir que l'auteur est aussi le traducteur de Don Winslow et Joe R. Lansdale. Merci aux editions l'Archipel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
ladesiderienne
  31 octobre 2018
Je suis tombée sous le charme de Venise lors d'un voyage en 2015. Depuis, j'adore lire les histoires qui s'y déroulent et parcourir ses canaux au travers de l'imagination d'un auteur. Lors de la dernière opération Masse Critique, j'ai eu de la chance en étant sélectionnée pour mon titre préféré qui était à la fois une invitation à découvrir "La Sérénissime" au XIVième siècle et en même temps (d'après la quatrième de couverture) un thriller captivant. Merci donc à Babelio et aux Éditions de l'Archipel d'avoir comblé ainsi deux de mes attentes. En faisant connaissance avec l'auteur Alfredo Coletto, je m'aperçois que "Le grimoire de l'ange" est la suite de deux autres ouvrages où il met en scène ses personnages principaux : Mondino de Liuzzi, professeur et chirurgien et Gerardo, un de ses étudiants qui appartient à l'Ordre des Templiers.
A quelques jours des fêtes de l'Ascension, Mondino est appelé à quitter sa ville de Bologne pour se rendre à Venise, sur la demande d'un de ses amours de jeunesse Adia, une alchimiste. Il doit l'aider à innocenter Eléazar, un vieux juif, accusé du meurtre de trois enfants retrouvés crucifiés. De son côté, Gerardo, son élève, doit accompagner Pietro da Bologna, l'avocat des Templiers en fuite depuis le procès qui les a opposés au Pape et porteur d'un document secret qui ne doit pas tomber dans les mains de Philippe le Bel. Ces derniers en partance pour le Portugal se sont déroutés sur Venise pour échapper à la poursuite de Béranger de Tours et de ses hommes envoyés par le Roi de France. Adia persuade Mondoni qu'Eléazar a été condamné non par pour meurtre, mais pour lui soustraire "le grimoire de l'ange" qu'il détient. Il s'agit d'un texte dicté par l'archange Raziel à Noé et transmis jusqu'à présent de prophètes en sages dans l'attente de l'arrivée du Messie. Ce document sacré dans la tradition juive ouvre avant tout l'accès à un pouvoir immense. Mondino, en menant son enquête et en aidant également Gerardo à échapper à ses poursuivants va rapidement se heurter au Conseil des Dix chargé de la sécurité de la ville.
Je dois d'abord dire que le voyage est captivant. L'auteur s'y entend pour opposer les différents visages de Venise : d'un côté, sa richesse avec ses débordements d'or, ses tissus flamboyants, ses débauches de fêtes somptueuses et de l'autre, l'enfer putride des geôles du Palais des Doges, l'horreur des condamnations et des supplices en place publique ou les agissements cachés de ceux qui se livrent aux sciences occultes. Pour ce qui est de l'intrigue, mon sentiment est mitigé. Elle aussi a deux aspects. De prime abord, elle est compliquée car l'auteur, avec ce fameux document recherché, fait souvent référence à la tradition ésotérique du judaïsme en termes nébuleux pour les non-initiés. L'histoire est un melting-pot de croyances occultes, d'alchimie, des différentes religions et du mystère des Templiers. Pas simple tout cela...
Pourtant, si l'on fait abstraction de ce qui l'obscurcit, l'intrigue peut se résumer aisément : c'est ni plus, ni moins qu'une course-poursuite (avec bagarres à la clé) à travers canaux et palais entre une multitude de belligérants, chacun œuvrant pour une entité différente : le Roi de France, les Templiers ou une religion quelle soit juive ou autre, officielle ou non. Je déplore que l'auteur ait privilégié l'action pure au détriment du développement de la psychologie des personnages.

Même si j'ai apprécié de découvrir Venise au Moyen-Age, j'ai été décontenancée par ce roman, parfois ardu pour une novice et en même temps au déroulé si simpliste. Après un départ sur les chapeaux de roue, j'ai malheureusement trouvé que l'histoire, à laquelle j'accorde un 12/20, manquait de profondeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
frgi
  30 juin 2019
Tout d'abord je souhaite remercier Babelio et les éditions L'Archipel pour m'avoir envoyé "Le grimoire de l'Ange" dans le cadre d'une Masse Critique en octobre dernier. Je me dois également de présenter mes plus plates excuses à l'éditeur pour ne pas avoir lu son livre et rédigé ma critique dans les temps. Je m'en suis d'ailleurs expliqué avec eux précédemment.
Ce sera bientôt chose faite ! Je dois dire que je n'avais jamais entendu parlé de cet auteur italien. Mon choix s'est donc porté sur ce livre en raison de la couverture et du titre qui ont tous deux attirés mon attention. N'ayant pas lu le résumé du livre, tous deux m'ont fait penser à un thème ésotérique, thème que j'affectionne tout particulièrement.
Dès le début du livre, on se rend compte que l'auteur s'est grandement documenté. La profusion d'informations historiques, géographiques, et autres rendent parfois la lecture compliquée. Toutefois, une fois cet écueil passé, je me suis retrouvé happé par l'intrigue et j'ai dévoré ce thriller ésotérique avec grand plaisir et une seule envie en tête, de terminer au plus vite ma lecture afin de connaître le fin mot de l'histoire.
En conclusion, une toute grande belle découverte pour moi avec l'envie de découvrir les deux autres titres de l'auteur.
Un tout grand merci aux éditions L'Archipel de nous offrir de tels romans et d'avoir été aussi patients avec moi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
morin
  30 juillet 2019
Merci à Mylène Pagnat d'Archipel de m'avoir adressé "le Grimoire de l'Ange".
Cet ouvrage met en scène de nombreux personnages imaginaires pour leur plus grand nombre, mais aussi deux personnages réels : Mondino de Liuzzi, chirurgien de Bologne et Pietro da Bologna, avocat des templiers. Leurs aventures dans cet ouvrage sont imaginaires.
L'histoire se situe au printemps 1313 à Venise. le cadavre de trois enfants crucifiés sont déposée par les eaux de la lagune sur la place Saint-Marc. Eleazar, un vieux juifs, est accusé et condamné à mort. Son arrestation et sa condamnation ont été décidé par Gradenigo, l'un des membres du Conseil des Dix, dans le but de récupérer le" Sefer ha-razim" tablette en saphir , aux pouvoirs magiques, détenu par Eleazar.
A quelques jours de son mariage avec la belle Mina, Mondino de Liuzzi reçoit un appel d'Adia, son amour de jeunesse, lui demandant de venir à Venise pour essayer de sauver Eleazar.
Mondino quitte Bologne sans Gerardo de Castelbretone, son ami le plus proche. Ce dernier est engagé dans une mission secrète liée à l'affaire des Templiers.
Dés son arrivée à Venise Mondino rencontre Gradenigo, L'entrevue se passe mal. Gradenigo ordonne à Mondino de rentrer immédiatement à Bologne. Il n'obtempère pas et se rend au domicile d' Adia.
Gerardo a quitté Bologne avec Pietro da Bologna. Pour échapper aux espions français, commandés par Bérenger de Tours, ils prennent la route de Venise. Malheureusement les français prennent la même route.
Conclusion tous les protagonistes se retrouvent à Venise avec des objectifs différents et des esprits combatifs !
Ce roman est passionnant car il réussit à être à la fois un roman de cap et d'épée et un thriller sur fond d'Histoire, le tout parsemé d'un peu d'ésotérisme et d'alchimie.
Une excellente lecture de vacances.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
brinvilliers
  01 novembre 2018
Un grand merci à Babelio pour avoir été sélectionnée pour cet ouvrage, et également tous mes remerciements aux éditions l'Archipel pour l'envoi du livre, un petit carnet et un courrier que j'ai très apprécié.
Mondino de Liuzzi en plein préparatif de mariage doit partir secourir son amie Aida à Venise en pleine fête de l'Ascension. Mondino apprend que trois jeunes enfants ont été retrouvés crucifiés et l'ami d' Aida qui est juif se retrouve accusé. Mondino découvre Aida très malade, et se retrouve malgré lui pris dans cette recherche de coupable, car la facilité avec laquelle on a accusé Eleazar et emprisonné son fils le trouble. Mondino découvre par Aida que l'un des membres du conseil des dix cherche autre chose que le coupable des enfants.
Un roman historique où les actions s'enchaînent sans interruption avec toujours plus de rebondissements et ce pour notre plus grand plaisir, et qui nous donne envie de lire les aventures précédentes de ce médecin avant-gardiste sur son époque.
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   28 octobre 2018
Parmi les boutiques et les étals en plein air, des files de planches délimitaient un parcours qui conduisait à la basilique. En regardant cette dernière qui se dressait au fond de la place, Mondino fut captivé par les quatre grands chevaux de bronze doré et argenté, transportés par voie maritime depuis l'hippodrome de Constantinople avant d'être placés au-dessus du portail central de l'église.
La façade entière formait un spectacle barbare : une accumulation de trésors pillés, de statues, aiguilles, piliers et mosaïques qui n'avait rien en commun avec les façades de brique rouge ou, tout au plus, de marbre blanc des églises bolonaises. Elle transpirait non pas la puissance de l'église du Christ, mais celle de Venise et des Vénitiens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ladesiderienneladesiderienne   27 octobre 2018
David se dirigea sans répondre vers la galée qui attendait puis il s'arrêta net et lâcha : "Quand il s'est aperçu que je suis juif moi aussi mais que je ne porte pas la rouelle sur la poitrine, il a failli me dénoncer. Je n'ai pas honte d'être juif. Mais j'ai honte de devoir porter un signe distinctif. Si au moins il n'était pas jaune...
- Qu'est-ce que la couleur y change ?
- Ma mère aussi portait un voile jaune. Je hais cette couleur."
- Ne sachant que répondre, Mondino préféra se taire. Davide venait de lui révéler qu'il était le fils d'une prostituée chrétienne et d'un père juif, une combinaison dont il était difficile d'être fier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ladesiderienneladesiderienne   26 octobre 2018
- C'est une femme, l'interrompit-elle.
- Comment ?
- Celle que tu vas voir à Venise. Si c'était un homme, tu aurais dit son nom. Mais tu as dit "une personne". C'est donc une femme.
Voilà pourquoi Mondino n'aimait pas discuter avec les femmes. A cause de leur flair. Gandone s'était seulement préoccupé de savoir si le voyage imprévue de Mondino à Venise pouvait changer quelque chose à leur accord et, une fois rassuré sur ce point, il ne s'était pas interrogé sur le sexe de la personne que Mondino allait rejoindre à son chevet. Mina, quant à elle, ne semblait ne se soucier que de ce dernier point.
"Quel est le rapport ? répondit-il. Elle est malade, peut-être mourante. C'est mon devoir de médecin..."
Il entendit un bruit, sentit sa joue le brûler, vit la servante se signer, et finit par comprendre que Mina l'avait giflé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
morinmorin   30 juillet 2019
On craignait des désordres pour la fête de la Sensa, l'Ascension, dont le point d'orgue était la cérémonie grandiose du Mariage avec la mer, qui se déroulerait dans dix jours. Seule la punition exemplaire d'un bouc émissaire permettrait de les éviter. Ce rôle était revenu à Eléazar, homme isolé et mal vu par nombre de personnes, y compris au sein de sa communauté, parce qu'il était ouvert à toutes les races et à toutes les religions.

p.36
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ladesiderienneladesiderienne   31 octobre 2018
Jusque-là, Mina n'avait jamais fait allusion à Adia. Si un jour elle l'interrogeait à son propos, Mondino était décidé à dire la vérité, ainsi qu'il l'avait promis. Ils se disputeraient, se feraient des reproches, mais leur relation en sortirait grandie. Parce que entre deux personnes qui s'aiment profondément la vérité est une force, non un danger.
Commenter  J’apprécie          50

autres livres classés : veniseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2083 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre