AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2723464962
Éditeur : Glénat (07/10/2009)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 32 notes)
Résumé :
Info ou intox?

En 1519, le roi François Ier aurait confié aux moines de l’Abbaye de Vauluisant un tableau tellement dérangeant qu’il devait rester à l’abri du regard des hommes. Son auteur? Un certain Léonard de Vinci…

Entre thriller et récit historique, une intrigue concoctée par Convard (Le Triangle secret) et dessinée par Chaillet (Lefranc, Vasco).
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  21 décembre 2014
Vaut pour les 2 parties du diptyque aux couvertures très réussies. Et pour ne rien gâcher, le papier glacé est de qualité !

Hiver 1519, le roi de France rejoint l'abbaye cistercienne pour confier au secret et à l'oubli un tableau de maître. Bien que son nom ne soit jamais cité dans cette introduction, on comprend très vite que les 2 tomes sont un immense flashback dans laquelle François Ier raconte l'histoire secrète de Léonard de Vinci à l'abbé Antoine (le récit s'engouffrant dans la brèche ouverte par les circonstances mouvementée mais méconnues qui conduisirent le génie à quitter l'Italie pour la France).
Hiver 1494, le prévôt de Florence découvre un cadavre mutilé auquel le tueur à voler le visage en le découpant au scalpel… un témoin aviné parle d'un monstre sorti du canal pour fondre sur sa proie…
On tease sur les mystères qui entoure tous les personnages et les nombreux regards torves qu'ils se jettent alors même qu'on masque l'identité de certains d'entre eux pendant pas mal de pages (et jusqu'à la fin pour l'une de ces figures malgré tout trop facilement reconnaissable), mais finalement l'identité du tueur est vite éventée. Peu de suspens et peu de tension au final, et peu de rebondissements puisqu'on sait rapidement le « qui ? » et le « comment ? ». Reste qu'on suit les péripéties pour enfin connaître le « pourquoi ? »

Les phylactères sont assez bien remplis, surtout au début, et je me suis surpris, ô honte, à oublier les dessins pour me concentrer sur le texte… Mais les dialogues quoique bien troussés sont un peu redondants : les sentiments amoureux du Vinci, les sentiments filiaux de Salaï, la suspicion du prévôt de Florence, l'admiration du roi de France…
On insiste sur la dualité de l'assassin et de son âme tourmentée, mais le personnage affiche du début à la fin une parfaite sérénité… C'est un peu gênant pour celui qui est dépeint comme un ange de vengeance : on est plus près d'Hannibal Lecter que d'Edmond Dantès, et je ne sais pas vraiment si c'est voulu ou pas…
Les dessins du regretté Gilles Chaillet sont toujours de qualité. Les paysages et les décors regorgent de détail et la minutie apportée aux monuments, vêtements, mobiliers et accessoires force le respect (avec une mention spéciale pour la mise en scène des inventions du Vinci !). C'est un vrai plaisir que de voyager avec lui dans cette Italie de la Renaissance à Milan, Venise, Rome et Florence. Après concernant les traits des personnages, c'est les goûts et les couleurs… c'est old school et le dessinateur n'a pas toujours su conserver une homogénéisation au niveau du charadesign (pour cette série courte, on repère bien au début un temps de recherche et d'adaptation, avec les visages et les expressions du Vinci et Salai par exemple).
Sinon le portier de l'abbaye cistercienne a de faux airs de Michael Londsale et l'abbé de vrai airs de Sean Connery : visiblement le dessinateur est toujours sous le charme de l'adaptation ciné du "Nom de la Rose"… ^^

J'avoue aussi que j'aurais sans doute bien davantage apprécié cette relecture de la vie de Léonard de Vinci si entretemps je ne m'étais pas pris au jeu "Da Vinci's Demons", la très cool et très fun série télé de David S. Goyer qui en puisant dans un esprit résolument comics nous a concocté un fort réjouissant pulp clockpunk !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
blandine5674
  27 février 2015
Belle BD pour un polar historique au scénario classique qui se passe dans ces belles villes italiennes que sont Venise, Florence, Milan et Rome. Des dessins bien travaillés aux couleurs chaudes rendues lumineuses grâce au papier glacé. Hiver 1519 : François 1er demande à un moine de cacher des regards un tableau de Léonard de Vinci. L'intrigue est prenante, même si le meurtrier se dévoile rapidement. le véritable suspens est le portrait du tableau et de voir le visage de l'élue du coeur de Vinci. Un peu agacée par les répétitions un peu mièvre du grand génie amoureux. Histoire un peu courte. Un agréable plongeon dans la renaissance, surtout pour le dessin.
Commenter  J’apprécie          60
Stemilou
  13 juin 2010
le polar historique Vinci se conclu par ce second et dernier tome. Rappel des faits : François 1er se rend à l'Abbaye de Vauluisant afin de dissimuler aux hommes une toile de Léonard de Vinci, il continue de compter les évènements qui ont conduit Vinci à produire cette toile et faire comprendre pourquoi il souhaite tant la cacher.
Dans ce second tome un personnage très complexe pour le monde de l'art entre en scène : Mona Lisa et le fameux mythe entourant La Joconde. Je trouve que les auteurs ont très bien approché et compté le mystère de Mona Lisa avec cette touche de romantisme qui fait éclat au milieu des crimes commis par le voleur de visages.
Le dénouement de l'enquête autour du meurtrier et le suspense autour du secret de Leonard de Vinci sont à la hauteur de mes attentes, je me demandais comment les auteurs allaient lever le voile mais là c'est purement génial (en tout cas pour les amateurs de la Joconde). Petit clin d'oeil aussi aux multiples inventions de Vinci qui ont servis à rendre justice (j'en dirais pas plus). Après Milan on voyage en Italie pour partir à Venise et à Florence.
Surprise donc et une petite déception quand même car le suspense aura été du courte durée (seulement 2 tomes)

Lien : http://www.stemilou.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Fantine
  16 mai 2010
Léonard de Vinci est le héros de cette série en deux volumes.
L'intrigue policière est vraiment bien ficelée car une seule question revient : qui se cache sous le masque du Voleur de Visages ??? Leonard de Vinci serait il ce tueur en série ???? Quel but poursuit cet assassin ????
Le mieux est de lire les deux tomes … …
Il est à noter que une certaine exigence dans la recherche graphique. L'illustrateur a effectuer une recherche importante afin de recreer les lieux au millimètre près ainsi qu'une ambiance, une atmosphère noire à souhait.
J'avoue avoir lu avec beaucoup de plaisirs ces deux titres.
Commenter  J’apprécie          30
Kenehan
  18 juillet 2013
Toute la lumière se fait sur les mystérieux meurtres commis par le "Voleur de Visages" dans ce tome. J'ai été un peu déçu par ces révélations ainsi que par le modus operandi et ses "monstres". Une manière comme une autre d'intégrer l'oeuvre de Vinci dans une réalité mais en même temps, on a un peu de mal à adhérer à cette version.
Cela reste une fiction plaisante à lire, surtout pour l'ambiance d'époque que les dessins restituent, mais pas mémorable pour autant.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   12 décembre 2014
[Salaï à Léonard de Vinci]
- Si Dieu avait voulu que l’homme vole…
- Je sais ! Il lui aurait donné des ailes ! Et s’il avait voulu qu’il soit bon, il lui aurait donné une âme !
Commenter  J’apprécie          171
AlfaricAlfaric   10 décembre 2014
[François Ier] - Que regardez-vous ainsi, Salaï ?
- Cette chauve-souris, Sire. Elle n’a pas cessé de tourner autour du carrosse alors que je vous attendais. Et la voici qui nous accompagne. Je me plaisais à penser que ce pouvait être l’âme de mon père… Maître Léonard.
- Allons, Salaï… Allons ! Léonard, s’il devait se réincarner, choisirait une blanche et rose colombe ! Le noir n’était pas une couleur qui lui convenait car c’était un homme de lumière…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AlfaricAlfaric   14 décembre 2014
- Un personnage hors du commun ! Il m’a aidé tout au cours de mes enquêtes en allié fidèle, jouant avec moi comme un chat rusé avec une innocente souris ! Mais tu as raison, je l’aimais vraiment.
- Cela signifie-t-il que vous le détestiez aujourd’hui ?
- Je l’admire, Menanzzo ! Je l’admire et le crains comme s’il était le Diable en personne !
Commenter  J’apprécie          40
AlfaricAlfaric   12 décembre 2014
Vous voyez, dans une enquête, lorsque les coïncidences se répètent trop, elles se mettent à ressembler à de solides suspicions… qui ne sont plus très loin de devenir des preuves !
Commenter  J’apprécie          80
AlfaricAlfaric   15 décembre 2014
Vous découvrirez alors combien le cœur du Vinci était pur et sombre à la fois. Il y avait de l’ange et du démon chez cet homme-là… L’un et l’autre se combattaient sans cesse…
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Didier Convard (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Didier Convard
Protocole du tueur
autres livres classés : leonard de vinciVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1766 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre