AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9791097434274
Lynks Editions (21/03/2019)
3.98/5   89 notes
Résumé :
Nous avons cherché par tous les moyens à découvrir pourquoi nous étions enfermés ici. Si seulement nous avions su… Aurions-nous quand même été jusqu’au bout ?

Un nom, un bloc, une couleur d’uniforme : Rouge ou Vert. Ce sont les seules informations dont disposent les deux-cent-cinquante pensionnaires de la Croix d’If, entrés dans l’institut sans le moindre souvenir et sans opportunité de sortir.
Natt Käfig est un Rouge du bloc 3A. Il est le dern... >Voir plus
Que lire après Les NocturnesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (53) Voir plus Ajouter une critique
3,98

sur 89 notes
5
28 avis
4
20 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
0 avis
Encore une bonne découverte que je n'aurais pas faite si je n'avais pas connaissance du PLIB ou si je n'avais pas lu la critique d'Amanda. J'ai passé un très bon moment avec cette dystopie qui a su offrir une tension constante, des messages très forts, une psychologie des personnages poussées et une ambiance particulière. le lieu et le contexte m'ont rappelé des oeuvres que j'appréciais, notamment « Méto » d'Yves Grevet ou encore « The Promised Neverland » de Kaiu Shirai et Posuka Demisu. Ici aussi, il est question d'huis-clos inquiétant où vivent des jeunes n'ayant pas bien conscience de l'édifice où ils se trouvent et qui vont chercher à sortir. C'est à leurs côtés que l'on va chercher à en savoir plus sur l'endroit où ils vivent, sur l'équipe dirigeant la structure ainsi que sur l'avenir des pensionnaires… Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le résultat est addictif !

L'ouvrage va emporter le lecteur dans une cascade de révélations et va sans cesse nourrir son envie d'en savoir plus. Au fil de ma lecture, je me suis posé une myriade de questions, en particulier sur les deux groupes de jeunes ayant perdu la mémoire : les verts et les rouges. Une fois cette information obtenue, j'ai été impressionnée par le fait que l'auteure a réussi à soulever d'autres questions (dont je ne ferais pas mention afin de ne pas spoiler). « Les Nocturnes » est alors passé du thriller psychologique au roman d'action où il est question d'identité, de l'acceptation de soi ou des autres, de traumatisme, de justice, de culpabilité et de survie. C'est devenu très intense ! le dernier tiers a d'ailleurs gagné en maturité et en noirceur. J'ai beaucoup aimé ce changement de genre ainsi que les tensions qui éclataient de plus en plus au sein des groupes. J'ai également apprécié l'intégration de dossiers médicaux des personnages principaux. Cela m'a permis d'en savoir plus sur eux ou leurs secrets. de plus, cela s'intégrait parfaitement dans le récit, sans que cela nuise au rythme immersif.

Dans les reproches à faire à ce one-shot, on distingue sa quantité de protagonistes… Cela dit, je me souvenais qu'Amanda avait soulevé ce problème, si bien que j'ai pris directement des notes. Or, j'ai bien fait d'agir ainsi, car il m'aurait fallu retenir une quinzaine de noms d'un coup, ce qui est assez difficile. Cela dit, il y a au moins de la consistance : les lieux ne semblent pas vides ! Natt, le héros, va évoluer au sein de toute une communauté ! Il y a 250 personnages. Si j'avais eu l'impression qu'il n'y en avait que cinq, je n'aurais pas été satisfaite. J'aurais eu la sensation de vide autour du héros. Cette impression d'être perdue au milieu de tous ces prénoms, des blocs ou des couleurs n'est donc pas un si gros défaut… (Cela dit, mon ressenti aurait sans doute été différent si je n'avais rien noté !) En outre, la narration n'est pas multiple. Elle reste toujours du côté de Natt, ce qui permet d'avoir un point d'ancrage.

En revanche, j'ai eu quelques réticences sur le caractère de certains personnages. Tout d'abord, il est à noter qu'ils sont tous majeurs cependant, ils m'ont parfois donné l'impression d'être beaucoup plus jeunes. J'avais plus l'impression d'être face à des adolescents, surtout au début, où les journées d'étude étaient fortement mises en avant. le héros inventait souvent des excuses plus ou moins valables pour aller à l'infirmerie au lieu d'étudier avec ses camarades… Quelques réactions de ses amis étaient également immatures. On notera également des caractères très forts et d'autres assez fades, voire peu développés… C'est notamment le cas du narrateur qui m'a paru plutôt lisse par rapport à d'autres comparses. Hormis ses belles valeurs et son courage, je n'ai finalement rien noté de spécial le concernant. Il a finalement une personnalité assez naturelle. Il n'est ni trop badass, ni colérique, ni larmoyant, ni idiot ou empoté. Ses réactions sont souvent légitimes et réfléchies, tout en étant parfois guidées par l'impulsion. Il est finalement très « simple ». On se met aisément à sa place en se demandant comment on aurait réagi si on s'était trouvé à sa place. Cela plaira à certains, tout comme cela pourra froisser d'autres lecteurs adeptes de tempéraments plus prononcés.

J'ai refermé cet ouvrage avec satisfaction. J'étais à la fois ravie du dénouement (que je n'avais pas anticipé) et conquise par les thématiques soulevées. Je recommande cette aventure aux adeptes des ouvrages young adult possédant une bonne dose de tensions ! Une lecture percutante, addictive et intelligente !
Lien : https://lespagesquitournent...
Commenter  J’apprécie          180
--- En un seul mot ? Addictif ! ---

Vous l'aurez compris à la lecture du synopsis, ce one-shot repose essentiellement sur la résolution d'un mystère pour le moins obscur. Et lorsque c'est bien mené, c'est le genre de roman que l'on ne peut pas refermer alors qu'il est pourtant l'heure d'aller se coucher, car on a envie de savoir. Non, pire, on a besoin de savoir !

Je ne ferai pas durer le suspense plus longtemps : Les Nocturnes est une franche réussite ! Dès les premiers chapitres, Tess Corsac instaure une véritable tension au coeur de son récit. Grâce à quelques indices et à des révélations à mi-chemin, elle nous pousse à tourner les pages, à élaborer des théories plus farfelues les unes que les autres, jusqu'à sentir la vérité à portée de main. Bref, je n'ai pas lâché ce livre avant de l'avoir terminé !

--- Mais comment gérer « l'après révélation » ? ---

C'est toujours un passage délicat. Parfois, l'intrigue retombe comme un soufflé et le lecteur en ressort déçu. Heureusement, Tess Corsac s'en est admirablement bien tirée. Je ne peux bien évidemment pas vous en dire plus, mais sachez qu'elle est parvenue à maintenir mon intérêt pour cette histoire étonnante. Je me suis surprise à me ronger les sangs, me demandant ce qui allait bien pouvoir survenir.

En outre, l'insertion de documents (dont je tairai la nature) entre deux chapitres permet de compléter notre curiosité sans pour autant interrompre le rythme du récit. Bref, pas de fausse note… ou presque ?

--- Quelques facilités inévitables ---

Certains lecteurs pourraient reprocher un manque d'approfondissement dans la construction du scénario. Cela aurait apporté davantage de crédibilité aux événements, davantage de matière aux personnages. Toutefois, le rythme intensif s'en serait trouvé affecté, et c'est justement ce dernier qui incite à poursuivre.

Par ailleurs, il ne faut pas oublier qu'il s'agit d'un roman young adult. le plus important ici, c'est de captiver le lecteur, et non de le noyer sous une masse d'informations dont il se soucierait peu, en fin de compte. L'auteure s'est donc contentée d'explications parfois simplistes, mais diablement efficaces. Et personnellement, je comprends ses choix !

--- Vert ou Rouge ? ---

Avec 250 pensionnaires à la Croix d'If, les personnages sont forcément nombreux et il n'est pas toujours aisé de s'y retrouver. Pour être honnête, il m'est arrivé d'en confondre quelques-uns, alors qu'ils n'étaient pas dans le même camp. Toutefois, l'histoire ne suit le point de vue que d'un seul protagoniste, ce qui facilite notre avancée dans l'intrigue.

Le hic, c'est que Natt m'a semblé sans saveurs. Certes, il est gentil et attachant, mais il manque cruellement de caractère, contrairement à la Chouette ou Sabine dont les personnalités sont plus marquées, plus ambivalentes même. Au vu des circonstances, j'attendais un minimum d'initiative de sa part, mais celle-ci a été très limitée. Néanmoins, cela ne m'a pas empêchée de savourer ma lecture, rassurez-vous !

--- Mine de rien, on se questionne ! ---

À travers un roman young adult assez court (366 pages), Tess Corsac pousse ses lecteurs à s'interroger. En effet, alors que je découvrais peu à peu ce qui se tramait à la Croix d'If, je ne cessais de me demander : et si j'avais été à la place de Natt, qu'aurais-je fait ? Quels auraient été mes choix ?

Bien sûr, ce genre de questionnements est le propre de l'anticipation, mais c'est brillamment exécuté ici. Je tiens donc à saluer le talent de l'auteure sur ce point. Identité individuelle et collective, rédemption et châtiment, pire et meilleur de l'âme humaine en période de crise : voici quelques exemples de thématiques abordées dans Les Nocturnes. Grandiose !

--- Une fin imparfaite, mais adaptée ---

En toute franchise, j'ignorais comment l'auteure allait bien pouvoir conclure son histoire. Celle-ci tenait la route – à peu de chose près, c'est vrai ! – et je craignais que tout ne s'effondre lors du dénouement. Cependant, celui-ci m'a paru équilibré.

Pour moi, l'essentiel était surtout que l'on obtienne toutes les réponses. Et ce fut le cas ! J'ai donc refermé Les Nocturnes avec le sourire.
Lien : https://lesfantasydamanda.wo..
Commenter  J’apprécie          100
Un autre achat de l'opallstars de l'année dernière et, décidément, il faut croire que mes lectures se passent mieux que je le croyais de prime abord ! C'était une très bonne lecture même si ce n'était pas un coup de coeur 😍

L'auteure nous offre le point de vue immersif de Natt, jeune homme de 22 ans. Il fait partie des 125 Rouges de l'institut de la Croix d'If et comme chacun des pensionnaires, il ne sait absolument pas ce qu'il fait là. Un soir, il aperçoit Laura, une des Vertes, s'échapper en tenant des liasses de documents. Elle est retrouvée morte quelques heures plus tard. Dès lors, Natt va la remplacer au sein des Nocturnes, une organisation secrète qui cherche à savoir ce qu'ils font tous enfermés ici. Et il était loin d'imaginer la vérité... 😨

Les premières pages m'ont un peu déboussolée car j'étais persuadée que Natt était une fille. Ça m'apprendra à lire le résumé une seule fois et de l'oublier après 🤣 Puis une fois les pendules remises à l'heure, j'ai été totalement happée par ma lecture. Je vais commencer par la plume, que j'ai trouvée très fluide, prenante et captivante. Précise et juste, je la trouve d'une belle efficacité. Bref, j'ai été séduite 🥰

Ensuite, l'intrigue. L'histoire que nous propose l'auteure est très mystérieuse. Des secrets, des complots... des traîtres et des alliés. J'ai beaucoup aimé ça. On n'a absolument aucune idée, au départ, du pourquoi ils sont là, ni de qui ils sont vraiment et on se demande même si les identités qu'on nous révèle sont vraies. J'ai tenté de trouver des indices dans les comportements du personnel de l'institut, dans les paroles énigmatiques de celle dite « la Chouette ». Pourquoi ces 250 pensionnaires sont-ils divisés en deux groupes : les Rouges et les Verts ? Qu'attend-on d'eux ? 🤨

J'avais craint de me retrouver dans une histoire d'ados, assez peu développée et avec des intrigues puériles mais pas du tout ! J'avais peur de m'ennuyer mais l'auteure a brillamment évincé mon angoisse. C'était rythmé, je n'ai ressenti aucune longueur. Les révélations se font au compte-goutte et aux bons moments, le tout se tient et reste solide. L'auteure a cherché à faire passer plusieurs messages selon moi. Pas comme une morale et j'ai apprécié ça. Y a rien de moins agréable que de se faire sermonner par un livre 😂. Elle aborde la colère, la victimisation, le pardon de soi et des autres. Que finalement, peu importe ce qu'on a pu faire par le passé, ce qui nous définit sont nos actes aujourd'hui 😌

Quant aux personnages, je ne vous le cache pas, il y en a beaucoup. Il y en a même que j'aurai confondu jusqu'au bout. Je ne saurais dire pourquoi mais je n'ai pas réussi à m'attacher à notre protagoniste Natt. Peut-être parce que je ne l'ai pas trouvé vraiment original, pas plat ni fade, juste... ordinaire 🤷🏻‍♀️ Celle que l'on surnomme la Chouette était déjà beaucoup plus intéressante. C'est une personne à mobilité réduite, et rien que pour ça, elle avait déjà tout mon respect. C'est une jeune femme intelligente, courageuse, autoritaire. Rafraîchissante car elle ne réagit pas toujours comme on s'y attendrait. Léo sort aussi du lot, mais pas pour les bonnes raisons 😅 Peut-être qu'un index des personnages aurait été utile.

Enfin je terminerai par le « point négatif ». Je le mets entre guillemets car ça n'a pas vraiment été dérangeant. Curieusement, j'ai trouvé à cette histoire des airs de... déjà-vu. Les Rouges et les Verts qu'on éduque dans l'animosité des uns et des autres. Deux camps qui s'affrontent constamment, qui se trahissent, qui fricotent... On dirait un peu les Montaigu et les Capulet. Et tout ça sous couvert d'une étude scientifique. Ça m'a rappelé des tas d'autres films ou livres que j'ai déjà lus/vus. Bien que agréable à lire et prenante, cette histoire n'est finalement pas si originale que ça. Évidemment, c'est un point de vue tout à fait personnel et comme je le disais plus haut, ce n'est pas vraiment dérangeant 😄

Pour conclure, c'est une lecture que je recommande. J'ai été happée par tout ce que proposait l'auteure. Une question qui est souvent revenue m'a touchée : si vous aviez le choix d'oublier votre passé (événements traumatiques, enfance malheureuse, etc) le feriez-vous ? 🤔
Commenter  J’apprécie          20
Coup de coeur non sélectionné dans les 5 finalistes du PLIB 2020, Les nocturnes nous emmène dans un pensionnat étrange dans lequel les élèves ignorent la raison de leur présence en ces lieux...

Une ambiance de pensionnat

Dès les premières lignes, Tess Corsac nous fait entrer dans le quotidien des élèves de la Croix d'If. A travers les yeux de Natt, nous découvrons le fonctionnement du pensionnat. L'atmosphère y est plutôt bon enfant au départ, malgré les gardiens et le couvre-feu. Les élèves sont répartis en deux couleurs, puis par blocs selon leur âge. Les enseignants maintiennent une opposition entre les deux équipes, même si les élèves n'en tiennent pas vraiment compte. Il y a un peu de Poudlard dans cette histoire.

Cependant, des élèves, les Nocturnes, se réunissent en secret la nuit tels des Disparus de Saint-Agil ou des membres du Cercle des poètes disparus. Mais ce n'est pas pour l'amour de la poésie qu'ils bravent le froid : ils fomentent une rébellion envers ce système qui les maintient captifs.

On sent que derrière les cours, les entraînements, les séances de thérapie, ces élèves ne sont pas là pour rien. Leurs enseignants et le personnel médical leur promettent un retour à la vie normale, mais... chose étrange, les élèves ne se souviennent pas de leur vie avant l'entrée au pensionnat. Et quand ils se rebellent un peu trop, ils sont emmenés au Sous-Sol, lieu obscur où leur mémoire est effacée. Une ambiance particulière qui rappelle le livre de Kazuo Ishiguro : Auprès de moi toujours, à la différence près que l'écrivain britannique décrit des personnages conscients de leur présence dans ce pensionnat. Ce n'est pas le cas de Natt et des autres Nocturnes déterminés à le découvrir.

Une intrigue digne d'un thriller

Natt va mener l'enquête sur la disparition de Laura malgré lui au départ, puis de façon plus déterminée suite à sa rencontre avec une fille nommée La Chouette. Elle est la leader des Nocturnes et n'a pas de nom. de fil en aiguille, le mystère du pensionnat sera résolu en 40 pages. Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Elle ne fait que débuter.

Que faire de ce secret ? Comment le recevoir soi-même ? Comment les autres vont-ils le recevoir ? Mille questions se posent aux Nocturnes d'autant qu'une taupe est peut-être parmi eux, à travailler pour les psychiatres qui les ont enfermés. Même Natt est suspect...

Rythmé par un suspense haletant, le récit va basculer brutalement du pensionnat sympa aux Hunger Games. On ne sait plus qui croire. On ne sait pas qui l'on est. Il faudra du courage et de la ténacité pour sortir plus ou moins indemne de cette expérience, si jamais il y en a la possibilité...

Tess Corsac réussit le tour de force de nous tenir en haleine sur le devenir des personnages et leurs actions suite à la découverte du Secret. Une vraie prouesse !

Une expérience en poupées russes

Le point de vue de Natt prédomine le récit, à travers ce dont il se souvient, ou semble se souvenir, ce qui rend la narration cotonneuse, comme sa mémoire et celle des autres élèves. Cela induit chez le lecteur une forme de méfiance envers lui dès le départ, et ce, malgré la bonne foi du personnage qui ignore tout de son identité.

Vers la moitié du roman, l'auteur alterne passages narratifs et extraits des dossiers médicaux des élèves. Cela va rendre le lecteur à la fois voyeur, juge des actions des personnages et le place dans la position des médecins qui les ont étudiés. le lecteur devient donc celui qui observe cette expérience dans son ensemble, comme une mise en abyme du récit. C'est une situation quelque peu inconfortable et qui pourra déranger certains, mais sacrément ingénieuse de l'auteure.

En conclusion : Un roman Young adult digne d'un vrai thriller, qui m'aura fait réfléchir sur l'éthique, la science et l'origine de la violence. Un vrai coup de coeur sur fond de pensionnat.
Commenter  J’apprécie          30
Les nocturnes est un roman young adult, un thriller SF assez bien mené et plutôt efficace.

J'ai passé un bon moment de lecture. Celle-ci a été prenante, captivante, et j'avais plaisir à revenir dans ma lecture. Je l'ai lu en LC, donc j'ai été patiente entre les parties, mais c'était dur tant j'avais envie de savoir la suite. Un excellent page turner.


Le roman connait cependant quelques défauts. D'abord, une narration au présent et au je pas justifiée. Ca crée des interrogations restées sans réponses quant au moment où le narrateur raconte, son recul par rapport à son récit... un côté journalistique sensé renforcer l'instantanéité j'imagine, mais complètement artificiel, ce qui à mon sens casse l'illusion romanesque. On a du mal "à y croire".

D'autre part, l'intrigue fonctionne, en revanche il y a clairement des manques, des zones d'ombre pas approfondies; heureusement que je n'y ai pas trop fait attention tant j'étais prise dans ma lecture. Parce que si on était pris d'une envie d'approfondissement, on devrait bien se rendre compte que quand même, il y a des facilités, des contournements, des manques d'explication qui rendent le tout un peu bancal.

Autre souci : le décalage d'âge entre les personnages et leurs actes. Habituellement, on a des gamins ou des ados qui parlent comme des adultes. Là, c'est un peu l'inverse : on a des adultes qui parlent, agissent et sont traités comme des collégiens. Quand on y fait attention, c'est difficile de passer outre et pareil, ça crée une dissonance.

Malgré tout, comme je le disais : pour le public cible, je pense que ça marche très bien. Il y a ce qu'il faut en dialogues et récit, c'est bien équilibré, le suspense est là, ça se tient plutôt bien dans les grandes lignes, et c'est assez original dans le fond. Surtout, l'autrice déjoue pour le coup les facilités habituelles : à chaque fois que je m'attendais à quelque chose, je tombais à côté de la plaque. Pour le coup elle a su me surprendre jusqu'au bout.

J'ai aimé aussi le côté SF, intéressant, touchant à la mémoire et aux souvenirs, tels qu'ils nous définissent en tant qu'individus. Je regrette simplement que le côté SF n'ait pas été plus approfondi, et que les questions relatives à ces thématiques n'aient pas été plus creusées également. Mais la variété de personnages et de situations permet un dialogue de points de vue, et j'ai trouvé que c'était suffisant et au bon niveau pour le public cible. Un bon équilibre questions philosophiques et éthiques // intrigue et suspense.

Bref, une bonne petite lecture qui a rempli sa part de contrat : me faire revenir dans une spirale positive de bonnes lectures, après des semaines un peu maussades globalement. Et surtout, me divertir et me surprendre agréablement. Voilà, il y a des moments où on n'en demande pas plus à un bouquin et c'est très bien comme çà.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
On a pas perdu tout ce qui nous vient de dehors. Si c’était le cas, on se ressemblerait tous. On serait un régiment de fantômes identiques. Tu as des valeurs, tu as des objectifs, tu as des rêves. Ils ne te viennent pas de nulle part : tu n’es pas vide.
Commenter  J’apprécie          50
- C'est comme si on était dans un rêve, murmure Yann.
- Pourquoi? je demande.
- Cette manie qu'on a de pas se poser des questions. De ne pas s'interroger sur notre environnement. On prend ce qu'on voit pour une réalité indiscutable. Sans chercher... plus loin. Je ne sais pas ce qu'ils ont pu nous faire, mais ici, on a la même naïveté que dans nos rêves. On est persuadés que tout est acquis et on ne s'aperçoit des incohérences que lorsqu'on y réfléchit vraiment...
Commenter  J’apprécie          10
Pour la première fois depuis des années, mon regard porte loin, sans obstacle. On dirait que toutes les étoiles du ciel sont tombées par terre, à mes pieds.
Commenter  J’apprécie          50
Au contraire, c'est un acte d'une grande puissance, par lequel tu te débarrasses des mauvais sentiments vis-à-vis de la personne qui a pu te faire du mal. Quand tu pardonnes, c'est toi qui as l'ascendant.
Commenter  J’apprécie          30
C’est l’espoir d’oublier qui vous a fait venir ici. On vous a promis qu’on gommerait vos souffrances de votre mémoire. C’est ce qu’ils ont fait Natt. Vous êtes là parce que vous étiez prêt à quitter parents, amis et vie sociale pour une amnésie.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Tess Corsac (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tess Corsac
Avis sur Les nocturnes à 0:16
autres livres classés : institutVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (188) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4759 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..