AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782213677613
416 pages
Éditeur : Fayard (02/09/2013)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Quelle part y avait-il d'enfance dans ces amours bizarres et contrariées, quelle part de masochisme, de folie et d'addiction ? Personne n'aurait su le dire. Le fait que Natacha était tombée amoureuse de Quentin alors qu'elle le connaissait depuis toujours pouvait passer aussi bien pour un accomplissement que pour une trahison de leur passé commun. À moins bien sûr de considérer que, Quentin étant de son côté incapable de tomber amoureux de qui que ce fût, Natacha te... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
sandrine57
  23 août 2013
Du plus loin qu'elle s'en souvienne, Natacha Flinch a toujours passé le plus clair de son temps libre chez ses voisins les Erschen ; deux frères, Quentin et Raphaël, et une soeur, Delphine, élevés par leur père cardiologue et une gouvernante, leur mère étant morte dans un accident de voiture alors qu'ils étaient encore au berceau.
Inséparable de la fratrie Erschen, c'est tout naturellement que, plus tard, elle les suit à Paris pour entamer des études de médecine, à l'instar des deux frères, pendant que Delphine s'inscrit dans un cursus d'anglais à la Sorbonne. Commencent alors les années loin de leur Alsace natale, dans un appartement du boulevard Brune. le beau Quentin étudie sans relâche, le joyeux Raphaël court les fêtes et les filles, la gentille Delphine subit ses cours tout en se rêvant boulangère. Et Natacha espère encore et toujours que Quentin réponde enfin à cet amour qui la ronge depuis tant d'années.

Roman sur l'enfance, ses joies, ses douleurs, les jeux partagés, J'étais Quentin Erschen est aussi un roman sur l'amour, celui qu'on donne, qu'on reçoit et celui dont on est privé. Isabelle COUDRIER y décortique les souffrances, les tourments de ce sentiment qui fait vivre l'enfer quand il n'est pas partagé mais peut s'avérer encore plus dangereux quand on est incapable de le ressentir.
Après le prometteur va et dis-le aux chiens, Isabelle COUDRIER confirme son talent. On y retrouve la même musicalité nostalgique et lancinante que dans son premier roman. Sa signature s'affirme grâce à des thèmes récurrents : une petite ville d'Alsace, une famille confrontée à un drame, une fille qui ne sera jamais une femme (d'après sa mère) et l'amour, bien sûr, obsédant, insaisissable, si difficile à appréhender et à vivre.
Une auteure talentueuse, un roman magnifique, un style à découvrir absolument!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          281
claraetlesmots
  16 septembre 2013
Depuis toujours, Natacha fille unique passe tout son temps libre avec ses voisins les enfants Erschen : Quentin, Raphaël et Delphine. Elle éprouve une amitié profonde envers Raphaël et Delphine, et un amour inconditionnel pour Quentin l'aîné. Seules trois années la séparent de Quentin. Quentin, Raphaël et Delphine ont perdu leur mère alors qu'ils étaient encore touts petits. Ils sont élevés par leur père un cardiologue très pris et une gouvernante. La mère de Natacha n'est pas dupe des sentiments de sa fille pour Quentin. Mais Natacha et les enfants Erschen sont inséparables. A l'adolescence, Quentin a beaucoup de succès auprès des filles mais elles ne l'intéressent pas ce qui laisse de l'espoir à Natacha. Elle enchaîne les tentatives pour que l'amitié de Quentin se transforme en amour. En vain.
Sérieux, réservé et brillant élève, Quentin est le premier à partir d'Olsenheim leur ville de l'est de la France pour des études de médecine à Paris. Raphaël le suivra l'année suivante. Delphine a toujours montré un intérêt pour devenir boulangère mais selon son père, elle doit poursuivre des études supérieures. Elle rajoindra ses frères et s'inscrira en fac de lettres. Quand arrive le tour de Natacha, elle choisir médecine et comme les Erschen louent un spacieux appartement boulevard Brune, elle s'installera avec eux. Quentin étudie sans relâche, Raphaël sort beaucoup et enchaîne les conquêtes féminines. Delphine s'ennuie dans ses études et Natacha toujours amoureuse de Quentin subit l'attente qu'un jour enfin il la regarde avec des yeux différents. Et soudainement, cet ordre des choses établi tacitement entre eux quatre et qui règne Boulevard Brune vole en éclat car Delphine disparaît.

la suite sur :
http://fibromaman.blogspot.fr/2013/09/isabelle-coudrier-jetais-quentin-erschen.html
Lien : http://fibromaman.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Courrielle
  19 juillet 2020
Curieuse histoire, originale d'où se dégage un charme plutôt lent mais assez subjuguant. La vie, les émotions de 4 ados que l'on va suivre jusqu'à leurs trente ans...
Difficile de ne pas le faire car ils sont inséparables.
Dans une maison en Alsace, trois frères et soeur, qui vivent avec leur père veuf, Quentin 15 ans, Raphaël 14 ans et Delphine 13 ans. Dans la Maison d'à côté, Natacha 12 ans qui vit chez ses parents mais passe ses journées avec et chez ses voisins les Erschen.
Peu à peu elle tombe amoureuse de Quentin sans aucun espoir de retour car Quentin s'il est très beau, supérieurement intelligent et très gentil, est en fait,toujours « à côté «  dans sa tête. Cette situation va durer bien au delà de leur adolescence puisqu'ils vont s'installer tous dans le même appartement à Paris pour leurs études en Fac. On apprend fortuitement ,comme les enfants, que leur mère n'est pas morte dans un accident de voiture mais a été assassinée lorsqu'ils étaient tout petits. Et un jour, sans raison apparente, Delphine disparaît définitivement mais malgré leur chagrin, la vie continue comme avant pour les 3 autres.
Ce roman est en fait une chronique sur les difficultés pour certains de quitter l'enfance, l'adolescence. Il y a quelques longueurs lors de leur vie à Paris mais l'ensemble est très agréable à lire même s'il ne se passe
pas grand chose. J'ai aimé ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Florence31000
  02 août 2016
Un secret de famille
Une histoire à priori toute simple, l'amitié de Natacha pour ses 3 petits voisins, Quentin dont elle sera pendant très longtemps amoureuse, Raphaël et Delphine. Ce roman nous fait vivre le quotidien de l'enfance, à l'adolescence, et de la vie parisienne d'étudiant pour se finir au début de la vie d'adulte. On suit sur près de 30 ans leurs chagrins, leurs secrets, leurs émois.
La mise en place des personnages que l'on peut trouver d'un prime abord un peu longue permet finalement de s'imprégner complètement et intensément de la vie de ces personnages qui sont si attachants et émouvants. J'ai ressenti une profonde sympathie pour ces 4 enfants, et la fin m'a bouleversé.
J'ai aimé ce roman, beaucoup même et pourtant à la 100ème page je n'étais pas convaincu par ma lecture, trouvant les 100 premières pages longues avec peu d'intérêt et ensuite un rebondissement (secret de famille) et puis un autre, et j'ai commencé à ressentir une profonde sympathie pour ces 4 enfants et pour leur histoire. Un roman a ne pas manquer et à savourer doucement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MyriamBachon
  28 juillet 2014
Je n'ai jamais pu rentrer vraiment dans le livre... trop long, trop lent.
Cet espèce d'amour béat, cette disparition inexpliquée mais qui, en fait, passe presque naturellement dans la platitude de leur vie... Je n'y ai jamais cru vraiment.
Le style est agréable mais l'histoire est vide ; les descriptions très longues sur des banalités du quotidien n'apportent rien. Tout est dit des les premières pages.
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (1)
Telerama   10 octobre 2013
Malgré une écriture ample de grande conteuse (et excellente scénariste), Isabelle Coudrier manie admirablement l'ellipse et maintient constamment ouvert le mystère, l'insondable part d'ombre et de mort de chacun.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
SanchanSanchan   13 août 2013
-Évidemment. Il y aura de plus en plus de décalage entre notre âge réel et l'âge auquel on est resté bloqué. Vous n'avez jamais vu de gens comme ça? Je veux dire à part nous, bien sûr...
-Si, j'en ai déjà vu. Mais je ne ressemblerai jamais à ça. Je ne te prouverai un jour que je suis un grand garçon, et même mieux que ça, un homme, affirma Quentin en souriant.
-Mais arrête! Qui a encore envie d'être un homme de nos jours? C'est ridicule, répondit Natacha, décidée à plaisanter.
-Puisque tu as l'air de connaître tout ça très bien, que tu as même une théorie là-dessus, comment se décide l'âge auquel on reste bloqué? demanda Raphaël avec curiosité.
-Je pense que c'est le moment de ... (Elle fit mine de cherche ses mots.)... l'apogée, continua Natacha. Il peut-être différent pour chacun. Mais la plupart du temps, c'est entre quinze et vingt-cinq ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
claraetlesmotsclaraetlesmots   16 septembre 2013
Natacha savait qu'il était inutile de rêver que le monde se figeât à un instant et pour toujours, mais quelques images du passée resplendissaient suspendues et immuables, vibrantes et inaltérables dans sa mémoire, et c'était comme si déjà s'y résumait sa vie, qui ne faisait pourtant que commencer.Ce n'était pas de la nostalgie, elle n'en avait pas l'âge. C'était plutôt la certitude d'avoir déjà vécu tout le bonheur possible et la conviction qu'il ne reviendrait pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SanchanSanchan   13 août 2013
-Je ne sais pas, parce que nous vieillissons. Tu fera l'expérience par toi-même. Est-ce que tu n'as pas déjà remarqué?
-Quoi exactement?
-Et bien que le temps passait déjà plus vite que quand tu avais cinq ans?
-Je ne me souviens pas de comment le temps passait quand j'avais cinq ans.
Il arrivait à Natacha de faire sciemment des fautes de français pour agacer sa mère. En outre, Natacha était consciente de sa mauvaise foi, car elle avait senti, par instants, que l'éternité était derrière elle, que c'était l'enfance et qu'elle ne reviendrait plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SanchanSanchan   13 août 2013
-Salut, c'est l'heure du goûter ici?
Natacha leva son verre de lait à l'adresse du nouveau venu. (...) Delphine arriva à son tour, et ce fut l'enfance à nouveau, comme chaque fois qu'ils se retrouvaient tous les quatre. Quelle drogue pouvait être plus dure que celle-là? Quelle addiction plus violente?
Commenter  J’apprécie          10
SanchanSanchan   13 août 2013
Ce peignoir et cette couleur le vieillissaient. Il avait l'air d'avoir vingt-cinq ans, ce qui paraît très vieux quand on en a dix-huit.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : roman d'amourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
205 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre