AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782259208789
384 pages
Éditeur : Plon (03/02/2011)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 21 notes)
Résumé :
« Effroyablement crédible. » ELLE
« Le dernier roman d'Alec Covin, c'est comme un coup de poing qu'on se prend en pleine figure. (...) Un vrai petit chef-d'oeuvre. » L'ALSACE
« Un polar d'une efficacité à couper le souffle. » LA PROVENCE
« Diablement efficace » L'ECRAN FANTASTIQUE

SI VOUS RENCONTREZ UN HOMME PORTANT UN SEUL GANT DE CUIR NOIR,FUYEZ !

Tome 3 : Le général Enfer
Cinq ans ont passé depuis les terr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
gruz
  22 novembre 2011
Fin en apothéose de la trilogie des "Loups de Fenryder".
Je l'ai déjà dit pour le deuxième épisode, bien évidemment on peut lire ce roman sans connaitre les précédents, mais ce serait criminel à mon sens !
Oui, criminel, tant l'histoire prend son essor et une dimension extraordinaire.
On retrouve les personnages des précédents tomes (du moins les quelques rares que l'auteur n'a pas massacrés en route).
5 ans se sont écoulés dans l'histoire (et 5 ans également entre l'écriture des 2 tomes) et ça se ressent clairement dans l'écriture de Covin.
L'élève surdoué a bien travaillé et progressé pour nous proposer un sens de l'intrigue et une analyse psychologique des personnages de haute volée. Ce n'est clairement pas donné à tout le monde de donner ainsi vie à de tels personnages.
L'histoire des loups prend, cette fois ci, ancrage dans la grande Histoire des États-Unis de Obama, donnant un roman à la fois d'aventure, d'épouvante avec un brin de sociologie du meilleur effet. C'est un divertissement avant tout, mais sacrément intelligent.
Sans conteste, pour moi, le meilleur des 3 tomes, je ne lui trouve qu'un seul réel gros défaut : celui de terminer une histoire qu'on aurait adorer voir se poursuivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
ericstorda
  09 mars 2011

1861-1865: Guerre de Sécession sur le continent américain. Les États qui deviendront États-Unis d'Amérique vivent une période qui marquera leur jeune histoire à jamais. Une simple histoire de pouvoir et de propriétés. Une histoire vieille comme le monde. Et comme dans tous conflits, il y a un homme qui prend plus à coeur encore que les autres. Un homme que les massacres n'effraient pas. Un homme surnommé par ses adversaires le Général Enfer. Un homme nommé Lucius Fenryder. Un homme... pour le moment...
2006: Un auteur de littérature fantastique, Stanley Holder, est l'oeil du cyclone meurtrier. Dans une interview, il a laissé échapper une anecdote venant du passé. de 1933 pour être exact. L'histoire d'un massacre que lui a raconté sa grand-mère. Il ne devait pas y avoir de témoins. Ils étaient trois. Les Loups de Fenryder, se lancent à la poursuite des témoins rescapés. Ne restez pas sur leur chemin. Charlie McNeice ne fera pas de pitié. Son arme favorite? Vos peurs...
2007: Les Loups ne sont pas que chimères, ils sont les compagnons de guerre du général Fenryder. Vampire des temps modernes, il n'a qu'une envie, qu'un rêve. Il veut revivre Le Grand Sud, et que la honte nordiste disparaisse dans les limbes. Trois personnes essaient tant bien que mal d'empêcher la survenance de la grande nuit, Ragnarök. Ils finiront pourchasser par les autorités et par les Loups. Ils sont coupables d'être dans le piège tendu.
2011: Forrest est en prison à Ryker's Island. Sarah est en fuite et toujours vivante grâce à l'aide de Laureen, survivante du massacre de 2005, et son fils Scotty. Tim Moden est aidé par un mystérieux soutien. Il parvient à réchapper à ses poursuivants. Mais il est sûrement le plus touché par ces évènements. Il a perdu son frère, son oncle e la femme qu'il aimait. Il est devenu un loup solitaire qui préfère lécher seul ses blessures. Mais il va devoir retrouver ses amis pour éviter l'accomplissement de la Grande Nuit. le Général Enfer va lancer ses Loups décapiter le gouvernement nordiste. le plan est prêt et en route. Les victimes seront nombreuses et pas toujours du même camp.
Alec Covin revient avec la conclusion de sa saga des Loups. J'ai voulu vous remettre un peu les événements depuis le début de la saga. Et ce parce que tout simplement ce roman est le finale que nous attendions. Celui qui parachève une oeuvre de longue haleine.
Les éléments des deux premiers sont repris et mélangés de façon à ce que rien ne soit oublié. Toutes les questions laissées en suspens sont soulevés et les réponses ne nous plaisent pas forcément. Mais le talent d'Alec est là. Il nous surprend à chaque page. Les deux premiers romans laissaient déjà un grand nombre de personnage avec lesquels il pouvait s'amuser. C'est pas grave, il les utilise mais il en crée d'autres. Par conséquent, on se retrouve avec une flopée de personnages mais on les discerne tous, on les individualise tous. Il sait écrire des personnages, et nous les faire aimer. Et ce qu'ils soient du bon ou du mauvais côté. Ils sont attachants. A aucuns moments, on tombe dans le stéréotype ou le pathos gratuit.
Je dois vous avouer une chose. Par deux fois, j'ai eu les larmes qui coulaient. L'histoire vous prend tellement aux tripes que vous vivez tous les événements à 150 à l'heure, et vous prenez des murs à chaque chapitre. Jamais, il ne cède à la facilité. Jamais, il prend des gants: un personnage doit mourir, il mourra. Et sans crier gare.
Avec ce quatrième roman ( 3ème de la série des Loups), Alec Covin signe une oeuvre qui laisse sur le carreau nombreux de ses concurrents ou confrères. Alors que certains s'échinent à écrire un roman par an, et perdent en qualité avec les ans, il se bonifie avec l'âge. Il a son actif moins de publications que d'autres mais elles sont toutes de valeurs.
Allez acheter le Général Enfer! Et si vous n'avez pas lu les deux premiers, profitez-en pour les acheter en poche. Et faites-vous la trilogie d'un coup! Vous serez pas déçus!!!!
Lien : http://artdelire.blogspot.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
greg320i
  31 mars 2013
Je précise tout d'abord que ma critique se fera majoritairement dans l'optique de comparer ce numéro trois de la saga par rapport aux géniaux et sans doute irrécupérable joyaux que furent "Les Loups de." et "Etats P."

Donc tant attendu , et si chèrement côté pour moi , le livre se délivre enfin sous mes yeux scintillants d'excitation. Hum et là plein feu sur la dynamite:
Misère et désespoir, mon hostie, mon graal, mon rêve s'achève , ma croyance à la trilogie parfaite plonge dans l'abime. Ainsi je constate que comme le Parrain , parfois mieux vaut s'abstenir de trop attendre une oeuvre. C'est donc avec une fièvre glaçante que j'entame le roman :
L'horreur prend un sacré coup , l'épouvante au placard et le rencart avec l'humour noir carrément envolé. Mon papillon au coeur ne décolle pas, mon palpitant ne veut battre + fort que çà. Ahh , je reste accroché oui, mais,, pas d'ingéniosité ou de suspense à vous tordre les boyaux , pas de vision sanguinolente , ni de descente au Enfer. Ce général que l'on peut apercevoir en tout et pour tout sur trois pages maximum semble aussi fragile qu'un mouton.
Ho bien sûr Alec Covin avé légitiment le droit de finir sa saga mais pas vite fait-bien fait que diable ! Car s'il n'est foncièrement pas mauvais et plaira sans doute aux amateurs thriller , moi j'en demeure stoïque d'effarement pour apercevoir que l'on peut rendre une copie aussi timoré,en demi-teinte et marqué à l'encre invisible pour les moments mémorables passé à la trappe.
Je n'ose croire qu'après 370 pages le mot de la fin se trouve, refuse de réaliser que la patte de Covin s'est adouci et finalement préfère arrêter ici ma critique assassine sur ce livre .
En agitant un mouchoir , je fais donc signe et vous souhaite de trouver bien du plaisir avec les opus précédents : un Loup çà va , deux c'est mieux ,, trois : Attention les dégâts !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          53
CrazyCat
  24 juillet 2016
Dernier volume de la trilogie, tout aussi bon que les deux précédents. Qui poursuit qui, là est la grande question. Je ne peux rien révéler de plus sur l'histoire que ce qu'en dit le résumé officiel, mais sachez que si vous avez trouvé qu'Alec Covin est retors, vous n'avez encore rien vu. Les exclamations qui m'ont échappé lors de la lecture des chapitres finaux aurait outré bon nombre de personnes tellement je n'avais pas vu venir les derniers rebondissements.
Lien : http://www.chatfou.com/post/..
Commenter  J’apprécie          110
SebastienCreo
  18 juin 2013
En 2005 j'ai découvert Les Loups de Fenryder un policier fantastique que j'avais franchement bon pour un roman français, il m'avait laissé une impression. Et maintenant huit ans plus tard, je trouve son troisième roman sur la série de Fenryder. Durant ma lecture, j'avais quelque chose qui revenait souvent relire un auteur américain que j'avais beaucoup aimé Graham Masterton dans la superbe série Manitou (oublié le merdique quatrième livre qui est là seulement pour remplir les poches de l'auteur) tout comme le shaman, Fenryder joue sur la magie et réécrire L Histoire à sa manière peut importe le nombre de morts. Voilà les ressemblances, le reste il aurait été très populaire dans les années 90 maintenant je l'aurais comparé plus à Philippe Cavalier mais en moins bon. Lui c'est quatre livres ont eux combiner de la petite histoire dans la Grande Histoire avec de la magie et de la vengeance tout comme cette intrigue. Et ici je ne mentionne pas la banale finale et l'épilogue tout aussi rapiécer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
gruzgruz   18 novembre 2011
Établie en plein cœur de la Grosse Pomme, la prison de Rikers Island pouvait faire penser à une colonie de vacance, si l'on admettait que l'enfer avait ouvert un centre de loisirs.
Bien sur, comme dans toute colonie digne de ce nom, le personnel se composait d'un directeur très à cheval sur la discipline, de quelques infirmières zélées, enfin et majoritairement d'un grand nombre de gardiens qui jouaient à s'y méprendre les moniteurs sourcilleux.
Sauf que dans cette colonie on n'apprenait pas à skier ni à peindre des œufs de Pâques, mais tout simplement à survivre et que les leçons étaient dispensées 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, aux frais du contribuable américain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LatuluLatulu   15 octobre 2014
Pour la forme, les journalistes du groupe avaient comme consigne de ne jamais donner, dans leurs articles ou dans les reportages, le titre de président à Barack Obama ; ils disaient donc "M. Obama" ou le plus souvent "Barack Obama" ou "Obama" tout court. Le magnat, pour sa part, n'en parlait jamais que comme "le nègre de Washington". On évitait aussi de le montrer à la Maison-Blanche ou dans Air Force One ou en compagnie d'autres chefs d'Etat. Les images qu'on gardait de lui le faisaient voir en train de manger ou de danser ou de rire, et l'idéal c'était quand il était pris entouré d'autres Noirs.
Cette stratégie n'avait pas seulement pour but de déconsidérer Obama ; elle lui déniait aussi tout pouvoir. Obama n'était pas le président ; il n'était pas leur président ; il ne travaillait jamais, il passait son temps à s'amuser et à rire avec ses copains de même couleur de peau. Obama était un noir. Obama était le chef des Noirs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
gruzgruz   20 novembre 2011
Quel que soit le domaine où vous voulez percer, quels que soient l'énergie que vous y mettez et le talent que vous possédez, sachez que vous ne réussirez que si vous rencontrez la bonne personne.
Sur les Tables de la Loi du succès, il n'y a que trois mots de gravés : LA BONNE PERSONNE.
Commenter  J’apprécie          150
MurielTMurielT   17 mai 2015
Il repose sa main gantée sur l'accoudoir et jette un regard dans le grand miroir à côté de la fenêtre et il contemple, satisfait, tout l'éclat de sa beauté. Beauté d'ange, beauté irrésistible. Quelle fille serait assez sage (ou assez folle) pour ne pas vouloir l'étreindre ? Qui ne voudrait pas embrasser un ange, dût-il être l'ange de la destruction.
Commenter  J’apprécie          80
PiertyMPiertyM   18 septembre 2014
Quel que soit le domaine où vous voulez percer, quels que soient l'énergie que vous y mettez et le talent que vous possédez, sachez que vous ne réussirez que si vous rencontrez la bonne personne.

Commenter  J’apprécie          80

Videos de Alec Covin (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alec Covin
Entre le Mulholland Drive de Lynch et Eyes Wide Shut de Kubrick, Deux et demi ou le roman du diable est un roman surprenant et fellinien, à l'étonnante puissance visuelle et dramatique. Muriel Beyer a rencontré Alec Cobvn, l'auteur de ce livre étonnant.
autres livres classés : sociétés secrètesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1944 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre