AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782375792162
428 pages
Critic (01/10/2021)
4.24/5   50 notes
Résumé :
« N’oubliez pas notre baseline : soyez écoresponsable, suicidez-vous. »

Le monde d’après s’effondre.
Malgré l’odeur de fin des temps, des restes de civilisations subsistent, au bord du chaos, et chacun lutte pour donner du sens à sa vie. Les quatre modèles des puissances atomiques, aux abois, dominent cette désolation et se confrontent, prêts à en découdre : ultra-capitalisme américain, écologisme européen, nationalisme russe et tot... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
4,24

sur 50 notes
5
13 avis
4
9 avis
3
1 avis
2
2 avis
1
0 avis

HordeDuContrevent
  16 octobre 2021
Ce livre, véritable bombe atomique, devrait être lu par tous pour soulever enfin le voile, le faire exploser, pour entrapercevoir l'étendue des dégâts possibles du réchauffement climatique dans quelques décennies. Pour mettre des images derrière ces mots galvaudés, devenus quasi ritournelles.
Conséquences sociétales, sur la faune et la flore, alimentaires, conséquences géopolitiques, économiques, et philosophiques. Etienne Cunge, biologiste de formation et expert dans le développement durable, aborde, sans ton moralisateur ni condescendance sucrée, ces multiples impacts de main de maitre. A la fois à l'intérieur de son épopée dans laquelle s'entremêlent quatre personnages au destin lié, mais aussi à chaque début de chapitre par ces extraits hallucinants d'une radio, « Radio Collapse », qui raconte des tranches de vie bouleversées par le changement climatique. Peuplades des bords de mer contraints de vivre sur un assemblage de bateaux, exilés climatiques désormais esclaves, lutte vaine de pompiers contre d'immenses incendies, mort terrible dans le dégel puis le bouillonnement du pergélisol, prolifération des méduses au détriment des poissons…Ce sont autant de petits nouvelles, des nanofictions, venant en préambule de chaque chapitre… effet garanti, à peine avons-nous terminé un chapitre, que le suivant nous happe tant ces préambules sont passionnants, prenants, glaçants ! Je suis épatée par le talent de conteur visionnaire et réaliste d'Etienne Cunge qui fait de cette bombe une symphonie !
Tout démarre en 2019, l'année où les événements extrêmes commencèrent à accélérer leurs manifestations et où l'épidémie due au Covid 19 se répandit, « associée au Grand Confinement, préparant le monde d'après, recroquevillé sur lui-même ». L'Ère de l'Effondrement à partir duquel désormais on compte le temps selon un nouveau repère. Nous sommes dans les années 50 de cette nouvelle ère. Une cinquantaine d'années constellées de marqueurs, dénommés les Grandes Plaies, au nombre de 5 : réchauffement climatique, désagrégation des écosystèmes, montée des eaux, incendies géants et le dernier en date : la rupture du cycle de la matière organique.
« Désormais, la nature n'offrait plus, dans la majorité des lieux, qu'un spectacle désolant pour le coeur et les yeux. le bord de mer plus que tout autre. Les terres, de leur côté, formaient un univers couvert de déchets organiques et d'amas spongieux de bactéries mêlés de champignons tentant désespérément de venir à bout de cette abondance. Parmi l'infinie diversité du vivant qui prévalait autrefois, seules quelques espèces invasives tiraient leur épingle du jeu de sélection massif en cours que l'homme lui-même avait déclenché dans sa poursuite du bonheur ».
Deux générations se côtoient désormais, celle qui est née avec l'Ère de l'Effondrement, qui a traversé les Cinq Plaies, traumatisée, souvent en proie au mal du siècle, la solstalgie, ce mal du pays sans exil, et les jeunes nés bien après, qui n'ont rien vécu d'autres. Un gouffre insondable les sépare.
Des questions éthiques insupportables, vous vous en doutez, sont soulevées. Elles portent essentiellement sur la question des réfugiés climatiques source d'une traite humaine qui traverse désormais un nouvel âge d'or. Elles portent sur la question de la nécessaire diminution de la population : la procréation, le traitement des handicapés et des personnes « âgées », c'est-à-dire des personnes ayant plus de 60 ans. Quand les européens incitent les familles à faire moins d'enfants en imposant des taxes croissantes après le premier enfant, les chinois ont de leur côté des méthodes plus radicales pour éliminer leurs anciens, en les incitant en effet à se suicider pour laisser la place aux jeunes et aux bien portants afin de ne pas devenir un poids économique et environnemental. Glaçant…
Les moindres gestes du quotidien sont appréhendés à l'aune de l'émission carbone qu'ils induisent, dissonance cognitive entre la responsabilité collective et la recherche culpabilisante d'un peu de plaisir dans ce monde devenu si triste :
« Il appelait depuis sa cuisine et le bruit d'un expresso en cours d'élaboration – un luxe incomparable – résonnait derrière lui. Elle ne put s'empêcher de penser à l'impact carbone d'un tel vice. Elle se trouvait pourtant des plus mal placés pour lui faire la leçon avec son amour du vin, des sous-vêtements chics et sa passion de l'époque disparue où chacun pouvait consommer sans modération… »
4 blocs géopolitiques, 4 puissances sont désormais les seuls maîtres du monde : les États-Unis, l'Europe, la Fédération de Russie et la Chine. L'Europe s'est lancée dans une décroissance imposée de telle façon par le gouvernement que les européens sont appelés des « écomunistes », ne sachant pas si ces contraintes fortes sont « les fruits d'une démocratie responsable affrontant une crise majeure ou ceux d'une dictature dissimulée sous les oripeaux d'une république peinte en vert »…La Chine et la Russie sont, elles, de véritables dictatures muselant fermement leurs populations. Seuls les États-Unis continuent dans leur lancée en ne changeant rien à leurs valeurs sociétales, en restant le plus gros consommateur d'énergie et de matériaux, en rejetant toute forme de loi bioéthique, avec la liberté comme principe de vie, notamment la liberté d'entreprendre. Les inégalités y sont à leur paroxysme.
Ces quatre puissances seules ont l'arme nucléaire (l'Inde, avec son milliards d'habitants, aussi se doute-t-on d'où un embargo à son encontre déployé), arme désormais présente dans l'espace et non plus sur Terre devenue sujette à de telles catastrophes que l'espace est un lieu désormais bien plus sécurisé pour l'abriter. Un équilibre de la Terreur représenté par 4 navires spatiaux dont vous pourrez facilement deviner les nationalités : le Putin, le Freedom, l'Esperanza et le Dragon de Jade.
Ces 4 puissances spationucléaires en apesanteur seront ébranlées cependant par les visées d'un milliardaire qui met tout en oeuvre pour voir aboutir son projet privé Surviving Tomorrow : créer des ilots, des bulles parfaites, sous terre, une chance de futur pour quelques riches privilégiés, le chaos et la mort pour les autres. Une sorte d'Eden, de renaissance que les politiques actuelles, en repoussant un peu les limites de régénération de la Terre bon an mal an, réduisent à néant, ou repoussent en tout cas à trop tard du vivant de cet entrepreneur obsédé par son projet.
« Vous imaginez déjà un monde glauque, éclairé par des néons grésillants, voire intermittents… Mais il va de soi qu'il n'en sera rien. La lumière naturelle, propagée partout grâce au plus grand réseau de fibres optiques au monde, parviendra jusque dans les villas, appartements et jardins les plus enfouis, à près de deux cents mètres sous la surface. Pour l'énergie, un système innovant de ventilation, inspiré des termites, exploitera les différences de température entre l'extérieur et les profondeurs, garantissant l'équilibre thermique sans injecter la moindre calorie, tout en assurant le renouvellement d'air et la production d'électricité grâce à l'implantation de microéoliennes. Pour l'eau, le recyclage intégral, plusieurs puits sur nappe profonde, la récupération des précipitations ainsi que des systèmes permettant de collecter l'humidité de l'air par condensation garantiront l'approvisionnement. Une alimentation saine et équilibrée pour tous proviendra de serres agricoles exploitées en permaculture et de matrices de croissance tissulaire pour la viande et le poisson. D'autres plantations produiront des biomatériaux, indispensables à la technologie comme à la vie quotidienne. L'ensemble ne générera presque aucun déchet ou rejet. Un cycle fermé sur lui-même, dans la limite permise par l'entropie ».
Ça vous fait rêver ? Alors réservez d'ores et déjà votre place sur Surviving Tomorrow. Si vous n'avez pas les moyens financiers, pas les aptitudes, ou le bon ADN permettant d'assurer la diversité génétique de ce futur paradisiaque, je vous en prie, « soyez écoresponsables, suicidez vous » !
Un grand merci à Etienne Cunge pour nous permettre, de façon haletante et brillante, de nous emparer de cette question terriblement actuelle, d'y projeter des images, de soulever des questions multiples. Quel foisonnement, quelle richesse, quelle angoisse aussi ! Un livre qui restera en moi et que je relirai sans aucun doute…Un livre à prêter ou à offrir pour échanger et changer !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10829
Le_chien_critique
  30 septembre 2021
Ça c'est de la bombe !
Début septembre, je reçois un mail de l'éditeur pour me faire part d'un de leur prochain roman. Dans la présentation, une phrase : "N'oubliez pas notre baseline : soyez écoresponsable, suicidez-vous." Comment résister à cette punchline ? Moi, j'ai signé de suite (pour le roman, pas pour le suicide, il faut que je lise le dernier Jean Baret).
Avec ce mantra, on se doute que ce texte ne va pas être très gai, mais sûrement bien jouissif. Et c'est le cas, lu en deux trois mouvements.
L'auteur nous conte le monde dans 50 ans. Et le moins que l'on puisse dire, il va mal, très mal. Il a été placé en soins palliatifs même si l'espoir guide encore quelques esprits. L'Europe s'est lancée dans une décroissance contrainte. Les États-Unis restent sur leur lancée, il ne faut pas restreindre la liberté d'entreprendre, la Chine et l'Union soviétique musellent leur population.
Un nouvel équilibre de la terreur a été établi entre ses 4 puissances, mais certains aimeraient bien que tout ce merdier se termine au plus vite. Un voyage sans retour sur Terre et dans l'espace.
Voilà un roman assez désespérant sur le monde des puissants, dirigeants politiques ou économiques. Si tu es riche, très riche, tu t'en sortiras, sinon... Un thriller sur fond écologique où l'on suit quatre personnages qui vont tenter de faire l'histoire parfois à leur corps défendant. Et tous vont devoir faire des choix qui auront leur empreinte sur le futur.
Chaque chapitre s'ouvre sur un extrait de Radio Collapse, la radio qui vous fout le bourdon en racontant des tranches de vie bousculées par le dérèglement climatique.
J'avais peur que le roman soit un peu didactique, un cri d'alarme pour agir au plus vite, mais Étienne Cunge (prononcé queunnege et pas quinge comme je le pensais), bref un texte à message au forceps, mais que nenni, place au thriller 48h chrono qui va vous empêcher de dormir (par sa qualité et par sa noirceur). J'avais peur aussi que ce soit un roman rempli de bienveillance sirupeuse, ce qu'il n'est pas du tout, c'est dur et c'est âpre : Réfugiés climatiques, écoanxiété et difficultés à changer sa mentalité consumériste, rien ne nous est caché.
Un petit bémol, les relations entre grandes puissances m'ont semblé un peu maladroites, mais la raison d'État est bien rendue.
Et un gros bémol, je trouve cependant le prix du livre un peu cher, mais comme nous allons bientôt crever, autant se faire plaisir...
Et n'oubliez pas, soyez écoresponsable, suicidez-vous. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3010
Lenocherdeslivres
  18 novembre 2021
« N'oubliez pas notre baseline : soyez écoresponsable, suicidez-vous. » C'est le mot d'ordre proposé par Radio Collapse, la fréquence de la fin du monde. Car ça y est, les prévisions les plus noires se sont réalisées. Notre apocalypse est advenue, avec l'arrivée des plaies qui ont frappé la Terre les unes après les autres. On n'en est pas encore à la septième, mais la planète a bien morflé : inondations, tempêtes, sécheresses. Malgré cela, les différents blocs de pays se hérissent encore sur leurs positions respectives, laissant planer la menace d'une guerre atomique.
Ce qui m'a marqué, en premier, dans ce roman, c'est le réalisme des situations présentées. On s'y croirait, hélas ! Les scènes décrites par Étienne Cunge paraissent tout droit sorties d'un avenir que nous promettent les scientifiques qui étudient le réchauffement climatique et que remettent en question nombre de personnes, renchérissant ainsi le risque que ce futur advienne. Et les scènes sont décrites d'une manière très réaliste. Trop par moments, devrais-je dire, tant elles peuvent angoisser. Si, comme je le pense, le propos de l'auteur était de nous envoyer une grande baffe afin que la prise de conscience soit enfin effective, c'est réussi. Je me suis vu, dans quelques décennies, sur cette planète en grande partie dévastée, sans réel espoir d'une amélioration significative. Et je dois dire que c'est assez terrifiant.
Mais Symphonie atomique n'est pas qu'un roman engagé. Loin de là. C'est avant tout un thriller de haute tenue, qui tient son lecteur par le bout du nez du début à la fin. Étienne Cunge connaît son affaire en matière de personnages et de rythme de narration.
Les personnages, tout d'abord, sont assez nombreux pour apporter une complexité nécessaire à l'intrigue, sans pour autant demander de faire des fiches pour s'y retrouver. D'ailleurs, ils sont suffisamment bien caractérisés pour être reconnaissables au premier coup d'oeil même si, comme moi, vous éprouvez quelque difficulté avec les prénoms. On trouve de quoi s'attacher, de quoi haïr aussi. Car les motivations sont ancrées dans la chair de ces femmes et de ces hommes marqués par une vie difficile, sans beaucoup de choix tant les éléments ont repris le pouvoir et qu'il ne reste plus grand-chose à espérer. Ils doivent, s'ils désirent encore exister en tant qu'individus, accomplir des actions fortes, voire folles. Mettre leur vie dans la balance. D'où les réactions fortes que l'on ressent en leur présence.
Le rythme, ensuite. Comme souvent, on passe d'un personnage à un autre en changeant de chapitre. Chapitres tous initiés par un extrait de Radio Collapse donnant un exemple de vie dans cet avenir qui pourrait être le nôtre. Et l'action est au rendez-vous. Car nous sommes en pleine crise politique mondiale. Les intérêts de plusieurs groupes visent à déstabiliser l'ordre précaire qui permet à la planète de ne pas sombrer dans le chaos. Quatre grands blocs se partagent le pouvoir : les États-Unis, repliés sur eux-mêmes, sous la férule d'un clone (enfin, pas un vrai clone, mais quelqu'un qui a le même type de comportement) de Donald Trump ; les Russes, toujours aussi adeptes du secret, même aux dépens de la vie de leurs compatriotes ; les Chinois, commerçants aux espions efficaces et habiles négociateurs, pour qui la vie humaine compte peu ; les Européens, sous le coup d'une sorte de dictature écologiste, qui tentent de vivre avec le plus petit impact sur la planète. Et les autres me direz-vous ? Eh bien, comme ils ne possèdent pas d'armes nucléaires flottant dans l'espace, ils peuvent se taire ! Car le nucléaire a été relégué dans l'espace où trônent quatre bases spatiales, une par grande puissance. le célèbre équilibre de la terreur, venue du ciel lointain cette fois-ci.
Nous sommes donc plongés dans un monde en plein bouleversement, puisque un cinquième (voire un sixième) groupe tente de tirer son épingle du jeu. Et son plan est plutôt futé, quoique complètement cinglé. Et terriblement meurtrier. Je n'en dirai pas plus, car une partie du plaisir de la lecture de Symphonie atomique consiste à découvrir les tenants et aboutissants de ce monde ainsi que les manoeuvres mises en oeuvre. Et surtout, par qui. Car les pions sont multiples et ne réagissent pas tous comme prévu. Ce qui amène à des situations incroyablement dangereuses et complexes à souhait. Et angoissantes. Mais je me répète…
Je ne saurais trop conseiller la lecture de Symphonie atomique, car ce roman m'a touché et diverti. J'ai été happé par l'intrigue, estomaqué par la force de l'évocation d'un futur redouté, convaincu par le réalisme des personnages. Un très bon moment, donc. Une très belle découverte.
Lien : https://lenocherdeslivres.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          219
JessieL
  05 octobre 2021
Pour inaugurer ce mois de l'Imaginaire 2021, les éditions Critic nous propose avec Symphonie Atomique d'Etienne Cunge, un roman choc.
Expert sur la question écologique et le développement durable, Etienne Cunge se plaît à interroger ses thématiques dans ses romans. D'ailleurs, avec Symphonie Atomique il va même plus loin dans sa réflexion en y proposant un scénario crédible de notre futur.
Dans Symphonie Atomique, Etienne Cunge nous plonge dans le monde d'après, marqué par l'effondrement de la société. Entre bouleversements climatiques et épidémies, la planète et ses habitants ont été grandement éprouvés. Sur la scène géopolitique, l'Amérique capitaliste, la Chine totalitaire, la Russie communiste et l'Europe écologiste rivalisent pour étendre leur hégémonie respective sur cette planète moribonde. Au coeur de ce monde décadent et tendu, on suit les traces d'Agathe, une espionne qui travaille pour les renseignements américains et de Juan, un spationaute, chargé d'assurer la sécurité nucléaire spatiale à bord d'un vaisseau européen. Tous deux vont être au coeur d'événements qui vont bouleverser et menacer le futur de la planète et de ses habitants. Mais seront-ils à même de faire la différence ? Et à quel prix ?
Symphonie Atomique est une oeuvre très riche qui aborde de nombreux aspects, aussi bien écologiques, sociétales que politiques. Sensibilisé à la cause environnementale de par son cursus professionnel, sans surprise, Etienne Cunge inscrit ici son récit dans du climate fiction. Aussi, il projette les lecteurs dans un avenir proche du nôtre après que la Terre ait subi de nombreux bouleversements climatiques entre la fonte des glaces, la montée des eaux, la sécheresse, les incendies à répétions ou encore l'infertilité des sols. Or, en dépit de toutes les stratégies mises en place par les différents modèles économiques, y compris les plus extrêmes comme celui de la Chine qui prône un "Soyez écoresponsable, suicidez-vous" obligeant les plus de 60 ans à mettre volontairement un terme à leur vie, l'impact carbone des activités humaines demeure forte, continuant ainsi à appauvrir toujours un peu plus la planète.
Pour donner du crédit à sa collapsologie, il nous immerge dans un monde toujours dominé par les quatre puissances nucléaires actuelles : l'Amérique, la Chine, l'Europe et la Russie. Il explore, avec beaucoup d'habileté, ces modèles sociaux-économiques dans leur fonctionnement en mettant en exergue leurs forces et leurs faiblesses tout en soulignant leurs dérives. On retrouve les mêmes rivalités de gouvernances étatiques avec un déplacement de la puissance nucléaire dans l'espace puisque chaque état dispose d'un vaisseau bardé d'ogives nucléaires mis en orbite gravitationnelle autour de la Terre. Voilà de quoi nous promettre un Armageddon en cas de désaccord. Justement en introduisant l'arme atomique, Etienne Cunge nous rappelle les dangers de posséder de telles armes et surtout de remettre son usage à un petit groupe de personnes grisées par leur ego et leur désir personnel. le nucléaire, c'est l'arme ultime pour favoriser l'accélération de la destruction de la planète en provoquant des génocides et des écocides irréversibles. Ici, l'auteur en a fait un enjeu narratif transformant son rôle dissuasif en arme létale puisque Symphonie Atomique nous narre également une course contre la montre pour sauver la planète d'une guerre nucléaire, initiée par un magnat arriviste et mégalomane.
Symphonie Atomique est le fruit d'une réflexion nourrie et argumentée par les connaissances actuelles pour nous modéliser un futur sombre et inéluctable. Non pas que l'auteur nous annonce la fin de l'humanité car il s'avère qu'elle est extrêmement résiliente mais il nous avertit, tout de même, sur les écueils à venir.
Pour contrebalancer ce cadre d'action lourd de sens, Etienne Cunge se fait également ici l'auteur d'un roman d'espionnage doublé d'un space opéra. En effet, on a, d'un côté, une menace que l'espionne Agathe est chargée d'identifier afin de la mettre hors d'état de nuire, et de l'autre côté, Juan, lui, est chargé de déjouer les plans ourdis en secret pour créer cette guerre atomique. Au fur et à mesure des pages, l'auteur met à jour une corruption qui court jusque dans les plus hautes sphères du pouvoir. Il en ressort un récit passionnant que l'on a dû mal à lâcher.
L'action se déroule simultanément sur terre et dans l'espace, ce qui contribue à donner une vraie dynamique au récit. Les chapitres sont courts et bien rythmés. On se laisse complètement happer par ce roman. La plume d'Etienne Cunge est haletante. Finalement, point de fausses notes dans cette partition qui nous offre un roman de science-fiction coup de poing.
Pari réussi pour ce roman qui associe cohérence du propos à une tension narrative maîtrisée. Symphonie Atomique est donc le bon compromis entre la réflexion constructive et le divertissement... plus d'infos sur Fantasy à la Carte.



Lien : https://fantasyalacarte.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
LaGeekosophe
  11 juin 2022
Lors des dernières Imaginales, J'ai pu entendre Étienne Cunge parler de Symphonie Atomique à l'occasion d'une table ronde. J'ai été séduite par l'humour noir de l'auteur, mais aussi par l'idée du roman : imaginer la société faisant face à l'apocalypse, chaque partie du monde à sa manière.
L'auteur prend le partie de mettre en place une apocalypse écologique très réaliste. Grâce à une émission de radio, nous suivons des survivants autour du globe. Tous quasiment vivent des situations désespérées. La sécheresse, manque de nourriture, séismes, typhons, réfugiés climatiques, conflits qui surgissent… Pompiers luttant contre des feux impossibles, les réfugiés qui s'entassent dans des clans, les restrictions multiples. le monde est dans un sale état. Les grandes tentent de réagir. Les problématiques sont multiples : comment réduire la population ? Comment diminuer l'impact des activités ? Les méthodes sont multiples et illustrent bien les différences de culture et de philosophie. Certains pays poussent les anciens à se suicider à 60 ans, à taxer les naissances… L'Europe, surnommée écomuniste par les puissances voisines, a travaillé pour faire en sorte que les habitants se sentent satisfaits par le fait de limiter leur impact écologique.
Etienne Cunge propose donc un récit d'anticipation remarquable. Visionnaire, ce sont des multiples histoires morcelées qu'il met en scène. On suit donc plusieurs personnages à différents endroits : station spatiale, guerre dans les plaines d'Asie centrale, Lieu de refuge pour les riches… L'auteur est spécialiste en développement durable. Cela se sent dans la sensation de réalisme qui m'a accompagné dans la lecture du roman. Certains passages sont ainsi très durs, car on se place souvent du point de vue du personnes qui n'ont plus de pouvoir sur leur vie. heureusement, l'auteur laisse tout de même quelques moments d'espoir. Il existe notamment des populations très isolées ou proches de la nature qui parviennent à s'adapter, difficilement.
Symphonie Atomique propose notamment un thriller futuriste sur fond de tensions géopolitiques. Les grandes nations sont au bord de l'explosion alors qu'une attaque a lieu sur l'une des stations spatiales. Qui est responsable ? Pourquoi ajouter du chaos au chaos ? le récit montre que la volonté de domination et de pouvoir n'a pas de limite, même quand tout s'écroule. Les relations entre les puissances manquent peut-être parfois de finesse, mais elles mettent en avant la complexité de prendre des décisions dans un contexte de manque d'information et d'urgence. Et dans la peur d'une destruction mutuelle assurée. Les acteurs en présence sont nombreux et il vaut mieux rester attentif aux évolutions de la situation.
Le récit ne fait aucune pause ! L'alternance des points de vue ne ralentit pas l'action. Au contraire, cela permet de suivre plein d'arcs narratifs en parallèle et de voir les histoire évoluer jusqu'à se rejoindre pour un final au cordeau. Je qualifierais les personnages d'efficaces. Ils sont variés et ont des personnalités marquées. J'ai beaucoup aimé Agathe, l'espionne hackeuse qui se retrouve happée par des événements dont elle tente de percer le mystère. Il y a cependant quelques développement, notamment autour d'Ashkat, qui sont assez maladroits à mon goût.
Sans concession, le roman est loin d'être une niaiserie qui donne des leçons bien pensantes. On sent la formation scientifique de l'auteur, qui anticipe les grosses problématiques du changement climatique avec précision et sans fioritures. le livre retrace bien les dilemmes des populations et des grandes puissances, qui tentent de répondre aux grands défis (réfugiés climatiques, multiplication des catastrophes naturelles…) en accord avec leur culture. Mais quand des attaques présagent qu'un mystérieux belligérant tente de tirer profit du chaos, on se retrouve plongé dans un thriller au cordeau, aux côtés de personnages affirmés. Malgré les maladresses de caractérisation, je salue la portée visionnaire du récit.
Lien : https://lageekosophe.com/202..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150


critiques presse (1)
Syfantasy   12 octobre 2021
Rien à redire sur ce roman. Effondrement climatique, menace nucléaire, guerre froide et personnages terriblement humains : Etienne Cunge signe un grand roman d’anticipation. Critic propose un roman à mettre entre toutes les mains qui douteraient encore des risques du réchauffement climatique ! Bravo !
Lire la critique sur le site : Syfantasy
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
HordeDuContreventHordeDuContrevent   14 octobre 2021
Les prévisions les plus pessimistes des modèles climatiques du début de siècle n’arrivaient pas à la cheville de la réalité. Les cataclysmes se succédaient à un rythme effréné. Les scientifiques nommaient ces vagues les « marqueurs de l’effondrement ». Au nombre de cinq, ils portaient les doux noms de réchauffement climatique, désagrégation des écosystèmes, montée des eaux, incendies géants et, enfin, dernier en date : rupture du cycle de la matière organique… Le fondateur de la très apocalyptique secte des Témoins des Derniers Jours popularisa, plus tard, un autre terme : les Plaies. Un vocable passé depuis dans le langage courant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          296
HordeDuContreventHordeDuContrevent   14 octobre 2021
Le plus souvent, il prenait plaisir à cette balade, bien qu’il en ressorte plein de nostalgie, ou plutôt de solstalgie : ce sentiment de perte irrémédiable, successeur de la solastalgie. Cette pathologie était apparue très tôt dans l’histoire humaine – les Amérindiens et les peuples aborigènes pouvaient en témoigner. Ce mal, cette dépression due à la perspective de la destruction de son environnement, connu et aimé, n’avait cependant été décrit, diagnostiqué et nommé qu’à partir du début du troisième millénaire, lorsque les Occidentaux en expérimentèrent les ravages à leur tour.

Rien de bien nouveau dans une telle ségrégation de l’histoire et de la science…

Les générations actuelles subissaient un syndrome un peu différent. Conséquence psychique de la rémanence d’un paradis perdu, perçu dans l’enfance, mythifié, et dont on ignorait tout mais qui vous manquait en dépit de cela. Cette affliction, plus agressive encore que la précédente, s’en distinguait par la perte d’un simple « a ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          139
HordeDuContreventHordeDuContrevent   14 octobre 2021
Sous ses pieds, la planète bleue tournait et il devinait désormais la partie du globe plongée dans la nuit. Les incendies géants y brillaient comme des feux follets sur le mât d’un navire. La crainte se distilla dans les tripes du spationaute : qui était-il pour décider d’achever sa planète à l’agonie ? De quelles sanctions pourrait-on le menacer s’il n’exécutait pas le commandement reçu, vu que, presque quoi qu’il advienne, il mourrait, ici, en orbite, abandonné de tous ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          234
HordeDuContreventHordeDuContrevent   15 octobre 2021
Comme beaucoup, elle ne parvenait pas à s’empêcher d’écouter Radio Collapse. La fréquence qui foutait le bourdon et encourageait ce genre d’idées. Un véritable vice… comme on ne peut s’abstenir, malgré la douleur, de jouer avec sa langue sur une dent branlante.
Commenter  J’apprécie          251
HordeDuContreventHordeDuContrevent   14 octobre 2021
Un peu partout se construisaient des havres pour riches soucieux de survivre au chaos environnemental et social, bien à l’abri des regards, des crises, des épidémies, de la souffrance morale et physique des populations livrées au déchaînement des éléments et à leur propre sauvagerie.
Commenter  J’apprécie          112

autres livres classés : stations spatialesVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4116 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre