AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
Scorpi tome 1 sur 3
EAN : 9782702160749
376 pages
Calmann-Lévy (05/10/2016)
4.3/5   320 notes
Résumé :
Une histoire d’amour survitaminée dans un Paris teinté de surnaturel.

Par un de ces orages d’été dont Paris a le secret, la jeune Charlotte découvre un petit garçon blotti au pied de son immeuble, ses cheveux sombres dégoulinant, son T-shirt plaqué par la pluie. Charlotte, qui est la gentillesse même, lui propose de s’abriter chez elle. Là, l’enfant lui tient des propos ahurissants : ses parents et son grand frère sont des « créatures de l’ombre », d... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (109) Voir plus Ajouter une critique
4,3

sur 320 notes
5
64 avis
4
29 avis
3
7 avis
2
2 avis
1
0 avis

Aelynah
  20 avril 2015
Tout d'abord je dois dire que cette auteure vient de gagner une fan inconditionnelle.
Déjà avec sa série Animae et l'équipe Lou et Joshua j'avais accroché grave mais là… ce n'est pas mieux, ce n'est, surement pas moins bien, c'est … différent et tout simplement aussi génial qu'addictif.
Charlotte travaille dans une petite entreprise, à la comptabilité, service note de frais. Elle se fait aussi harceler par son supérieur, Thomas, qui la surnomme Charlotte aux fraises, framboises et autres fruits devant tout le monde et lui fait des avances non déguisées et menaçantes lorsqu'ils sont seuls.
Toujours en période d'essai elle se retrouve dos au mur et fait tout pour éviter la moindre confrontation.
Un soir d'été fort orageux, elle trouve devant la porte de son immeuble un gamin de 11 ans, trempé et tremblant de froid qui semble abandonné. Son grand coeur et sa générosité n'étant pas de vain mots, elle va le loger jusqu'à en savoir plus et le ramener chez ses parents. Croit-elle !
Il s'avère qu'il fait partie d'une famille de tueur à gages très dangereux et qu'il est en apprentissage. Sa phrase favorite : « Tu veux que je le tue ? » rend Charlotte marteau et nous complètement hilare devant sa déconvenue.
Alors quand le grand frère, clone plus âgé du petit, déboule chez elle, qu'il semble à dreuze totale pour tout ce qui ne touche pas son « métier » et qu'ils (les frangins) trouvent une super solution pour la protéger du tous les dangers, Charlotte est à deux doigts de faire une syncope. Et moi de me faire pipi dessus de rigolade car je dois dire que question humour, il n'y a pas de quoi s'ennuyer.
Alors comment refuser poliment lorsque l'on sait notre interlocuteur tueur à gages sans état d'âme ? A vous de voir si vous voulez tenter le coup mais Charlotte se laisse un peu de temps pour trouver une solution moins risquée.
Et c'est ce temps passé en leur compagnie, les événements qui vont se dérouler autour d'elle, entre arrestation, agression, enlèvement, harcèlement, tout cela va nous entrainer et Charlotte avec, dans une aventure pleine d'humour, d'amour et de guerre des clans.
En un mot comme en cent j'ai adoré ma lecture.
Charlotte est adorable, trop gentille, bonne poire, enfin tous les adjectifs qui vous passeront par la tête dans ce genre de situation mais elle est aussi super attachante, attentive, tendre et courageuse. C'est une jeune femme avec le coeur sur la main, qui ne ferait pas de mal à une mouche, la preuve avec ce harcèlement qu'elle subit sans réussir à s'en dépêtrer. Mais par contre que vous touchiez à ceux qu'elle aime, alors la biche aux abois devient lionne et ça nous la rend encore plus sympathique.

Elias est un gamin de 11 ans pas du tout comme les autres. Outre le fait qu'il a un niveau scolaire hors du commun et des particularités familiales du même acabit, il est débrouillard, attachant et pas têtu pour deux sous. Adepte de la conversation par monosyllabe il comprend rapidement qu'avec Charlotte ça ne marche pas comme ça et se débrouille très bien.
D'ailleurs on s'aperçoit rapidement que ce gamin est tout sauf idiot et que son don d'observation va le rendre attentif au bonheur de Charlotte mais surtout réceptif à ce qu'elle est vraiment. Il est aussi super attendrissant dans ces manques au point que l'on comprend Charlotte qui fond d'amour pour lui à peine rencontré.
Extrait :
« — Bonne nuit, Élias, dis-je en posant un baiser sur son front. Fais de beaux rêves.
Il me regarda en écarquillant les yeux.
— Quoi ? m'inquiétai-je.
— Pourquoi tu as fait ça ? bredouilla-t-il.
— J'ai fait quoi ?
— Ben… Ça !
Il désigna son front. Je fronçai les sourcils.
— Eh bien, je t'ai fait un bisou. Pour te souhaiter une bonne nuit.
Le petit garçon continua à me dévisager, ahuri, ses petits poings serrés sur le drap. Une triste vérité me brisa le coeur.
— Ta maman et ton papa ne t'en font pas ? murmurai-je.
— Ma mère, non, souffla-t-il. Mon papa, oui, parfois. »
Comment ne pas craquer devant ce petit être sans défense et en manque d'amour ?
Facile quand lors d'une agression la gamin tout mignon tout gentil vous sort ce genre de phrases :
« Élias se tourna vers moi, le visage impassible.
— Tu veux que je les tue ?
— Quoi ? bredouillai-je.
— Tu veux que je les…
— Élias ! soufflai-je, paniquée. Il faut s'enfuir !
— D'accord. Mais avant, je les tue ou pas ? »
Cette phrase fétiche "tu veux que je le tue!" dans la bouche de gamin a l'air supra sérieux fait flipper et en même temps fondre de tendresse. Je sais je suis irrattrapable.
Et quand arrive son frère, son clone en plus grand ça devient franchement désopilant (cf la scène où Charlotte le voit pour la première fois). Adam a de nombreuses qualités mais de prime abord on se demande où il a vécu pour avoir des réactions aussi peu conventionnelles et parfois complètement irréelles. Lorsqu'il accepte sans une question la proposition de son petit frère concernant Charlotte on se pose des questions sur son état mental. Mais ensuite lorsque l'on commence à connaitre un peu mieux la famille on s'amuse beaucoup.
La décision des « frangins » à l'encontre de Charlotte ne va pas l'arranger et elle va devoir faire preuve de doigté pour s'en sortir. Mais par contre, nous, nous allons adorer découvrir petit à petit ces personnages principaux.
Et à côté de cela, les protagonistes secondaires sont aussi des petits morceaux de bonheur comme Firmin, homme à tout faire dans tous les sens du terme ou presque puisqu'il est majordome, médecin, avocat et tant d'autres si l'on en a besoin. de plus malgré sa nature surnaturelle il a tout du majordome stylé « So british » avec le flegme et le sens de l'à propos. Je l'ai de suite adopté, enfin j'ai encore du mal avec son régime alimentaire quand même 
Rajoutez-y un flic bien têtu à la poursuite d'Adam, l'inspecteur Balard, de la brigade de l'hypercriminalité, têtu mais au grand coeur et pas idiot pour deux sous. Il poursuit Adam mais cette poursuite est un peu à la « attrapes-moi si tu peux ! » et on sent une certaine amitié entre les deux adversaires. C'est un policier intègre et avec des principes et c'est justement ce dernier point qui fait qu'ils s'apprécient. Sa réaction face au harcèlement de Charlotte est aussi un point qui m'a touché même s'il ne peut faire grand chose sans preuve.
Vous comprenez donc que tout ce roman a été pour moi un immense moment de délire et de lecture détente. Et cela n'était pas seulement du à mon transat au soleil sur ma terrasse pour le lire.
Les dialogues entre les frères Scorpi et Charlotte sont du bonheur à l'état pur et leur cohabitation des moments délicieux d'humour et de découverte. Un vrai délice !
Au contraire on a envie de voir rouge lorsque Thomas, le supérieur de Charlotte fait son apparition. La gentillesse de Charlotte lui vaut un harcèlement que peu d'entre nous supporterait sans broncher. Et j'ai eu souvent envie de lui flanquer une raclée même si je comprends sa situation, à l'essai et incomprise de ses autres collègues. Heureusement Sophie, sa collègue et amie est là ainsi que l'inspecteur Balard qui vont l'écouter et la soutenir.
C'est d'ailleurs un point qui m'a fait réfléchir sur cette propension à ne pas croire la victime de harcèlement mais son harceleur. Et les détails que le lecteur apprend sur ce genre de délit ne sont pas sans nous mettre là aussi mal à l'aise.
C'est donc un vrai coup de coeur d'humour et de tendresse pour cette famille de tueurs (ben oui l'amour ça ne se commande pas) et aussi pour Charlotte.
Maintenant je n'ai qu'une hâte c'est de lire la suite et surtout, de les voir éditer en format papier pour qu'ils aillent rejoindre les autres petits bijoux de cette auteure que j'apprécie de plus en plus au fil de mes lectures.
Je remercie donc les Editions de l'épée de leur confiance et Roxane Dambre pour sa plume si légère et entrainante qu'elle nous attrape dès le début du livre pour ne plus nous lâcher avant la fin, pour ces émotions pleine de rires et parfois de larmichettes qu'elle sait nous envoyer en pleine face et surtout pour cette imagination débordante qui me plaît énormément.
Alors ? A quand la suite des aventures d'Elias, Charlotte et Adam ??
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
deidamie
  30 mars 2018
Avant toute chose : merci à A. de m'avoir introduite au manoir Scorpi.
« Bonjour les Babélionautes ! Aujourd'hui, je viens vous parler d'un roman, Ceux qui marchent dans les ombres, de Roxanne Dambre.
-Waaaah ! En voilà un titre prometteur !
-Oh oui, très prometteur. Or donc Charlotte, jeune comptable, trouve un beau soir Elias, un garçon d'une dizaine d'années sur le pas de son immeuble. N'écoutant que sa bonté naturelle, elle l'héberge et fait donc la connaissance du plus jeune membre de la famille Scorpi, une importante famille de tueurs à gages réputés pour leur savoir-faire exceptionnel. Les choses se compliquent avec la rencontre d'Adam, le frère aîné du petit garçon.
Comme vous pouvez le constater, l'histoire reprend le bon vieux cliché de la demoiselle esseulée et/ou en détresse, avec un prince richissime, à la morphologie divine et aux multiples talents pour lui faire découvrir l'amour, la fortune et le bonheur. Ce roman s'inscrit très clairement dans la lignée de Vampires scintillants et de Nuancier de noir clair.
-Tu as bien conscience que le paragraphe au-dessus ne présente absolument rien d'élogieux ou… ?
-Mmh ? (relis) Ah oui, en effet. Donnons donc un peu de contexte.
Oui, j'ai lu Vampires scintillants et Nuancier de noir clair. Ces deux titres m'ont procuré bien du divertissement : j'ai beaucoup ri à leur lecture. Hélas, ces romans n'ont pas été rédigés dans ce but : ils sont conçus pour faire rêver du prince charmant, de la puissance et de la fortune ou pour stimuler sa vie sexuelle en rêvant du prince charmant, de la puissance et de la fortune. Je riais du roman.
Ceux qui marchent dans les ombres reprend, comme je le disais plus haut, les mêmes clichés amoureux. Cependant, ils sont restés parfaitement tolérables parce que le roman ne se prend pas au sérieux une seconde, sauf pour les passages concernant Charlotte au travail : j'ai trouvé ces moments-là tristement authentiques. le texte n'est pas mièvre (sauf une fois, peut-être… mais là encore, j'ai beaucoup pouffé…) ni consternant. Cette fois, j'ai ri avec le roman.
-Pourquoi et comment ?
-Charlotte ressemble à n'importe quelle fille, banale, gentille, le miroir idéal pour faire ressortir le pragmatisme froid d'Elias et d'Adam. le contraste entre sa tendre humanité et leur dureté émotionnelle et professionnelle forme des dialogues hilarants ! Encore que pour le petit Elias, « dureté » ne constitue pas le bon mot, il est enthousiaste comme un gamin. Il affiche plutôt une candeur noire qui le rend très drôle. Quant à Adam, l'aîné, lui aussi a droit à son lot de reparties inattendues dont la muflerie à la fois naïve et complètement assumée m'a terrassée d'esclaffade. Les personnages constituent définitivement le point fort du texte.
-Et l'histoire ?
-L'histoire reste intéressante et pleine de suspense assuré par…
-Par…
-De Terribles Secrets ! Une bonne part d'ombre baigne le lourd passé de la famille Scorpi et l'autrice prend un malin soin de ne point tout révéler trop vite.
Je compte bien continuer à lire les aventures de cette amusante comptable embarquée malgré elle dans une aventure fantastique. J'espère que la suite continuera à me faire rire, non d'un rire moqueur ou consterné, mais sincère et complice. Je regrette cependant quelques fautes et coquilles dans le texte… dommage. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Symphonie42
  03 août 2022
Je ne vais pas détailler mon avis tome par tome car ce serait assez redondant, je vais plutôt vous donner mon avis global sur le cycle :
Univers
L'histoire se déroule dans un monde identique au nôtre, à ceci près que les créatures « magiques » existent mais qu'elles se cachent après avoir été décimées par les humains. Celles-ci (trolls, fées, nymphes, sirènes etc.) vivent donc sous la protection des créatures de l'ombre, des êtres très semblables aux humains mais dotées de pouvoirs dangereux, réparties en un certain nombre de familles, alliées, rivales voire franchement ennemies. Ces créatures de l'ombre officient comme tueurs à gage (parce qu'il faut bien manger, hein), et si certains ont des principes… d'autres beaucoup moins.
L'essentiel du récit se passe dans des lieux « connus », que ce soit Paris, Belfort ou Venise. Il n'y a pas de monde secondaire, puisque les créatures magiques vivent dans le même monde que nous, c'est juste qu'elles prennent des apparences humaines et évitent de se mêler aux gens. Malheureusement, il reste des humains déterminés à leur faire du mal, et toutes les créatures ne sont pas bienveillantes non plus.
Intrigue et thématiques
L'histoire suit Charlotte, jeune femme française de 23 ans, comptable, qui a des problèmes ordinaires de jeune femme, entre problèmes d'emploi, inquiétude quant à son avenir… et harcèlement sexuel d'un de ses supérieurs, avec la hiérarchie qui ne la croit pas/s'en fout (ordinaires, donc, j'ai bien dit). Mais son quotidien ordinaire va être chamboulé quand elle va recueillir Elias, un gamin de 10 ans tout mignon… et fleuron d'une famille de tueurs à gage surnaturels. Au fil du cycle, elle devra donc composer avec cet étrange univers (d'autant qu'elle va s'engager en couple avec Adam, le grand frère d'Elias, l'un des meilleurs tueurs à gage des créatures de l'ombre), la belle-famille, les humains qui leur veulent du mal, et les créatures qui lui veulent du mal à elle. Tout un programme^^
Si le cycle se veut avant tout une oeuvre de divertissement, il n'est pas que ça. Je l'ai déjà mentionné, mais le premier tome tourne pas mal autour du harcèlement, avec les difficultés d'une plainte, ses conséquences pour la victime par rapport à son travail et son entourage, le non-appui de la police et de la hiérarchie. Il est aussi pas mal question de l'environnement et des dégâts provoqués par l'humain sur la nature, les autres espèces, et les autres humains que ce soit par négligence, cupidité ou cruauté. On aura aussi toute une thématique autour de la parentalité toxique, notamment via le personnage de Julia (la nouvelle femme de Lazare, père d'Elias et Adam), toxicité qu'elle a subi et qu'elle inflige en retour. Sans oublier les expérimentations subies par les créatures magiques, que l'on peut mettre en parallèle avec une certaine exploitation animale, à travers le tome 2.
En bref, c'est marrant, c'est surnaturel… mais quand même, ça parle pas mal de notre monde à nous, et ce n'est pas que du divertissement.
Un petit mot au sujet de la romance. Elle est un peu rapide, mais ça ne m'a pas dérangée tellement l'alchimie entre Charlotte et Adam fonctionne. Et en plus… elle est super safe ! Consentement, attention portée à l'autre, protection, respect des limites… Que ça fait du bien de lire ça !
Personnages
Je les ai déjà un peu mentionnés, on va surtout graviter autour de Charlotte, la protagoniste humaine, Adam, créature de l'ombre qui lui est fiancé, et Elias, le petit frère (tout choupi) de celui-ci (choupi mais avec un air de Kirua de Hunter X Hunter, pour celleux qui connaissent^^). Parmi les personnages notables, on aura également Balard, flic (adorable) qui rêve de coincer Adam sans savoir sa nature, Lazare, le père de Adam et Elias, Julia, sa nouvelle femme, qui vient d'une famille ennemie, et toute une myriade de domestiques.
Je ne vais pas détailler tout le monde, mais il n'y a pas un personnage que je n'ai pas aimé (oui, même Julia, on finit par la comprendre et l'apprécier malgré son côté peau de vache). Ils sont tous très attachants et constituent l'un des points forts du cycle.
Narration et Ambiance
A l'exception des nouvelles et du dernier chapitre de chaque tome, l'histoire est racontée à la première personne par Charlotte. On aura donc droit en direct à tous ses questionnements et commentaires à propos de ce qui lui arrive, commentaires toujours très drôles, parfois un peu cyniques ou désabusés. Ca participe pas mal à l'immersion, puisqu'on peut assez facilement s'attacher et s'identifier à Charlotte, en tant qu'humaine normale qui découvre un monde extraordinaire, fascinant et dangereux à la fois. L'humour est aussi très présent via le décalage entre les créatures surnaturelles et nous, que ce soit par leur nature même (Elias qui pense que la meilleure preuve d'amour envers Charlotte consiste à… lui proposer de tuer des gens toutes les 5 minutes) ou par une différence de classe (les créatures de l'ombre sont très riches, elles ont des domestiques etc.). Je me suis réellement beaucoup amusée lors de cette lecture, j'ai même passé la fin du tome 3 quasiment les larmes aux yeux tellement je ne pouvais pas m'empêcher de rire !
Je l'ai évoqué dans les thématiques, mais s'il y a beaucoup d'humour, il y a aussi une certaine noirceur. Mais elle reste assez peu visible en terme d'ambiance, que ce soit parce qu'elle est tournée en dérision (pauvre Régis XD), ou parce qu'elle n'est pas présente longtemps. du coup on est quand même globalement sur une ambiance feel-good.
A propos des Nouvelles
Le tome 1 propose quelques nouvelles en bonus pour évoquer le passé de Firmin et Nicolette, ou des nymphes Clématite et Myosotis. Il n'est pas indispensable de les lire pour la compréhension du cycle, mais c'est très sympa de découvrir la « jeunesse » de ces personnages hauts en couleur. On a aussi une nouvelle évoquant un certain évènement majeur dans la vie de Adam, Lazare et Elias. Celle-ci est bien entendu triste et pas drôle du tout, mais elle est intéressante à lire.
Bilan
Je sais que l'expression est très galvaudée mais… ce cycle est vraiment un coup de coeur, je ne m'y attendais pas quand j'ai rencontré l'autrice au salon ImaJn'ère de 2022. Les personnages sont très attachants, autant les protagonistes que les seconds rôles, l'univers tient bien la route, c'est vraiment très drôle, et même s'il y a des moments tendus ou plus sombres, globalement c'est quand même bien feel good 🙂 C'est en tout cas l'un de mes nouveaux cycles doudou ❤
Lien : https://limaginaerumdesympho..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Cylhis
  05 décembre 2016
Dans le cadre du dernier Masse Critique de Babelio, j'ai eu la chance d'être sélectionnée et de recevoir des éditions Calmant-Lévy un exemplaire de ce roman. Un grand merci à Babelio et aux éditions Calmann-Lévy.
Charlotte est une jeune comptable en période d'essai dans une entreprise parisienne. Alors qu'elle regagne son appartement un soir, elle découvre un enfant d'une dizaine d'années au bas de son immeuble, visiblement perdu. Ne pouvant le laisser seul sous la pluie battante et en pleine nuit, elle l'invite à se réchauffer chez elle, en attendant de découvrir ce qui lui arrive et comment le ramener à ses parents. Mais le jeune garçon se révèle plutôt étrange : il lui parle de tueur à gage, alors qu'un assassin est recherché activement par la police dans la capitale, il a le corps couvert de cicatrices sans que cela ne lui paraisse anormal, et lorsqu'elle recherche son nom sur Internet, elle ne trouve rien d'intéressant qui pourrait l'aider.
Alors qu'elle tente de percer le mystère de son petit invité, et qu'elle hésite à l'amener à la police au risque qu'il retourne auprès de parents maltraitants, elle fait bientôt une nouvelle rencontre surprenante : Adam, le grand frère du garçon, tout aussi étrange que ce dernier…
Il s'agit d'un roman pour adolescent comme on aime bien en dévorer de temps à autre (moi en tout cas) : pas de prise de tête, pas de temps mort, une histoire facile et simple, sans qu'elle tombe dans l'ennuyeux, et une irrésistible envie de tourner les pages après avoir lu les premières lignes. Oui bien sûr on peut prétendre que ce genre de roman n'est pas bien folichon et ne va pas chercher midi à quatorze heures, qu'il est peut-être peu intéressant et dédié à des jeunes pour leur donner le goût de la lecture sans leur faire trop peur, mais moi j'aime les livres qui vous font passer un agréable moment, qui se lisent vite et bien, même s'ils ne vous laissent pas un souvenir impérissables. Certes, son écriture n'est travaillée au point que l'on relise plusieurs fois une même phrase pour le plaisir des mots et des sons, certes, on se doute un peu de la suite des événements et l'histoire d'amour est trop facile, mais ça fait du bien, de temps en temps, de laisser son esprit plonger dans un univers d'adolescent dans lequel on se préoccupe plus de savoir si l'un aime vraiment l'autre, s'il va la sauver des griffes des méchants, et si on va en apprendre un peu plus sur le monde fantastique dans lequel l'héroïne a pénétré malgré elle.
Sans le comparer à d'autres séries comme le Protectorat de l'Ombrelle, l'ambiance générale sent bon la jeunesse et les pulsions. Et ça aussi, ça fait du bien d'arrêter de se prendre au sérieux juste le temps d'une lecture et de s'octroyer un petit temps "ado".
Je conseille la lecture de ce roman, si l'on cherche une histoire fort sympathique, un univers prometteur (avec "ceux qui marchent dans les ombres") et quelques heures bien agréables pendant cette période de fête et de célébrations, loin du sérieux, du drame et du grandiloquent.
Et j'attends le tome 2 avec impatience !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Lovehorse
  09 janvier 2021
Charlotte est la gentillesse incarnée. Comptable pour une entreprise, elle mène une vie des plus normales. Un soir en rentrant chez elle sous une pluie torrentielle, elle découvre un petit garçon d'une dizaine d'année devant sa porte. Sans hésiter une seconde, elle l'accueille chez elle et s'occupe de lui du mieux qu'elle peut.
Cependant, la jeune femme commence à se poser des questions lorsqu'elle découvre des cicatrices sur le corps de l'enfant, qu'il lui annonce que ses parents et son frère sont tueurs à gages et que sa phrase favorite semble être : « Tu veux que je le tue ? ».
Mais les choses prennent un nouveau tournant lorsque le frère du petit Elias, Adam, débarque dans son appartement et semble ne plus vouloir sortir du quotidien de Charlotte, la mêlant à des querelles de pouvoir dans un monde insoupçonné, peuplé de créatures fantastiques …

J'ai adoré cette lecture. Dès les premières pages, j'ai été emportée par la plume immersive de Roxane Dambre et il est fort possible que je poursuive l'aventure avec cette autrice.
La première moitié du roman est assez calme et pose les bases de l'histoire (rien de très surprenant, me diriez-vous …). On y découvre des personnages très attachants et, bien que diamétralement opposés, qui se lient les uns aux autres. Charlotte n'a rien d'une héroïne badass. Elle est calme, posée, gentille, n'entre en conflit avec personne, … Bref, la gentillesse incarnée. Lorsqu'elle accueille Elias, on découvre une femme attentionnée, appliquée et investie. Mais progressivement, avec les épreuves, on la voit sous un nouveau jour : plus déterminée, courageuse et faisant preuve d'un grand sang-froid, peut-être même un peu effrontée, par moment. J'ai beaucoup aimé ce personnage qui constitue un savant mélange de « normalité » et d'héroïne prête à tout pour aider ceux auxquels elle tient.
Finalement, elle est assez complémentaire d'Adam qui est plus impulsif. Bien qu'il passe sa vie à exécuter des contrats, il présente une vraie morale, une certaine sensibilité, et certains dialogues avec Charlotte le rendaient presque plus humain qu'elle, nous faisant reconsidérer son rôle de meurtrier.
Et bien sûr, Elias. Ce petit garçon apporte une touche de légèreté, d'humour, de joie, de lumière au milieu de ces ombres. Il est à la fois drôle et touchant, attachant, par sa bonne humeur et sa presque innocence enfantine.
La deuxième moitié de l'histoire présente un peu plus d'actions et de rebondissements. Les personnages évoluent et on approfondit l'aspect fantastique de l'histoire en découvrant toutes les créatures qui peuplent le monde des ombres.
Le roman s'achève sur 3 nouvelles nous faisant découvrir l'histoire de certains personnages secondaires (Myosotis et Clématite, Firmin, Nicolette, Lazare, …) et celle de la grande Upsilon Scorpi.

En ouvrant ce premier tome de la saga Scorpi, je me suis plongée dans une histoire addictive et intrigante. Assez originale par certains aspects, avec des réflexions intéressantes et intelligentes sur la responsabilité de l'Homme et sa cruauté. L'autrice nous entraine avec elle sans difficulté au gré d'une plume empreinte d'humour et de mordant dans son univers pour découvrir les aventures de ses personnages à la fois sombres, touchants et drôles.
Il ne me reste plus qu'une chose à faire : lire la suite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
boulimiquedeslivresboulimiquedeslivres   13 décembre 2015
— Elle a vingt-trois ans, juste deux ans de moins que toi, et pas de fiancé,
— Adam, tu devrais épouser Charlotte.
Stop. Minute. Qui devait faire quoi ?
Adam aussi avait ouvert rond ses yeux bleus si incroyablement semblables à ceux d'Elias,
— Elle a vingt-trois ans, juste deux ans de moins que toi, et pas de fiancé, poursuivait ce dernier avec le plus grand sérieux, et il faut qu’elle fasse des enfants vite avant d’être trop vieille.
— Hein ? m’insurgeai-je. —
Et puis elle sera une super maman. Elle sait cuisiner des tas de trucs vraiment bons. Sans les faire bouillir. Et elle fait des bisous sur le front.
Adam se releva pour m’étudier plus attentivement. Non mais il ne prenait pas au sérieux cette idée saugrenue, quand même ! Il se tourna à nouveau vers son cadet emballé dans ses serviettes.
— Tu es sûr ? demanda-t-il simplement.
— Oui.
Comment ça, oui ? Et moi ? On ne me demandait pas mon avis, à moi ? Adam hocha la tête.
— Très bien, déclara-t-il. Je dois partir vers dix-sept heures…
Tant mieux ! Et qu’il ne revienne pas ! J’avais deux mots à dire à Élias !
—… pour préparer un boulot pour demain…
Oh misère… Je ne voulais rien savoir de ce boulot.
—… Mais on peut faire ça maintenant.
Je faillis m’étrangler.
— On peut faire quoi ? articulai-je péniblement.
Il esquissa une moue désapprobatrice.
— Se marier. Tu n’as pas écouté ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LeMaedreLeMaedre   18 avril 2020
Il posa les fleurs dans l'évier et se rendit droit au placard à vaisselle pour sortir assiette et couverts supplémentaires, comme s'il avait vécu ici toute sa vie.
- Euh... Tu dînes ici, c'est ça ? bredouillai-je.
- Oui.
- Et ça... Ca veut dire que... Que tu as... Euh... Que tu as réussi à... À tuer ta cible l
- Oui.

Je déglutis péniblement. J'avais un tueur à ma table.
- Mais tu... Pourquoi... Enfin je veux dire... Juste oui ? Tu n'as pas... Tu n'as pas... une hésitation ? Des remords ? Rien ?
- Non.

Ma bouche devint sèche.
Adam me dévisagea, intrigué. Élias posa la main sur son bras.
- Elle est toujours un peu paniquée pour tout, expliqua-t-il gentiment. Et elle aime bien quand on lui dit beaucoup de mots. Parce que « oui » et « non » ça l'angoisse.
- Elle est bizarre, répondit Adam.
- Oui, mais elle est très gentille.
Moi, bizarre ? Ils ne s'étaient pas regardés, ces deux-là !

Adam reporta son attention sur moi. Je raffermis prudemment ma prise sur mon saladier plein de soupe. S'il tentait le moindre mouvement malheureux, il goûterait à ma spécialité concombre-crevettes. En plein sur le crâne.
- Oui, je dîne ici et je suis très heureux de partager ce premier moment d'intimité avec ma fiancée, reprit-il avec sérénité.
Ben voyons.
- La prochaine fois, préviens avant de débarquer, bougonnai-je. On risque de ne pas avoir assez à manger, si tu te pointes à la dernière minute.
Adam fronça les sourcils.
- Elle a l'habitude d'être pauvre, intervint Élias. Je lui ai donné un peu de mon argent de poche, mais elle a toujours des réflexes de pauvre.

Son aîné hocha la tête.
- Quand nous serons mariés, m'assura-t-il, tu ne manqueras plus jamais de rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Nono19Nono19   15 avril 2017
- Les agriculteurs empoisonnent la terre en y répandant des pesticides, énonça-t-il. Les éleveurs empoisonnent les bêtes avec leurs hormones et leurs antibiotiques. Les marins empoisonnent la mer avec le dégazage sauvage des pétroliers. Les industriels empoisonnent l'air et l'eau avec leurs "rejets autorisés" qu'ils ont monnayés.
Je fronçai les sourcils.
- Pourtant les gens mangent les céréales, la viande et le poisson, poursuivit-il. Ils boivent et ils respirent. Ils développent des intolérances, des allergies, du diabète, des cancers. Des populations entières souffrent de malformations congénitales à cause d'une eau contaminée ou d'une nourriture malsaine. Chaque jour, des centaines de personnes meurent à cause des actes des autres. Crois-moi, si la race humaine s’éteint, ma famille n'y sera pour rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
talou61talou61   03 mai 2022
Elle hocha la tête avec le plus grand sérieux. Les journaux ne parlaient que de ça depuis une semaine. Un tueur sévissait dans les rues de la ville, après la tombée de la nuit. Nul ne savait vraiment la façon dont il choisissait ses victimes, mais pour ce que j'avais compris des morts politiquement corrects de la presse. Il assassinait des hommes connus des services de police. Des dealers ou des fauteurs de troubles, principalement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
MarcellinaMarcellina   28 novembre 2016
Pas de meurtre gratuit, pas de témoin, pas de victime collatérale. Ce qui signifie : pas d'explosion, pas d'arme, pas de poison. Si tous les tueurs à gages prenaient autant de précautions, il y aurait beaucoup moins de larmes chez les humains.
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Roxane Dambre (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Roxane Dambre
Message des autrices et auteurs Calmann-Lévy pour la réouverture des librairies. Avec Plantu, Roxane Dambre, Guillaume Musso, Laurent Gounelle, Niko Tackian, Marlène Charine, Serge Hefez, Emmanuelle de Boysson, Julien Sandrel, Patrick Breuzé, Laurence Peyrin, Cécile Pivot, Olivier Weber, Agathe Portail, Eddy Moine, Jean-Marie Périer, Jean-Francois Chabas, Sylvie Baron, Francois Grandcollot, Helene Legrais, Georges-Patrick Gleize, Iman Bassalah, Elisabeth Segard, Jacques Expert, Philippe Dana, Corinne Javelaud, René Manzor, Marie-Bernadette Dupuy, Jérome Loubry, Yann Queffélec.
autres livres classés : tueur à gagesVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
18431 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre