AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Bernardine Poylo (Traducteur)
EAN : 9782264023070
282 pages
10-18 (29/08/1995)
3.88/5   54 notes
Résumé :
En 1975, Robyn Davidson, alias la Camel Lady, débarque à Alice Springs avec cinq dollars en poche. Son rêve : apprivoiser et domestiquer des chameaux pour traverser, à pied et en solitaire, les deux milles kilomètres de désert et de bush de l'Australie-Occidentale.
Commence alors un périlleux voyage avec ses chameaux Dookie, Bub, Zeleika et Goliath pour venir à bout de ce projet extravagant, malgré les préjugés, les sarcasmes et les calculs intéressés des uns... >Voir plus
Que lire après TracksVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
3,88

sur 54 notes
5
7 avis
4
6 avis
3
1 avis
2
2 avis
1
0 avis
En 1975, Robyn décide de se rendre à Alice Springs où elle veut acheter et apprendre à dresser des chameaux dans le but de traverser le désert, seule avec son chien, jusqu'à l'océan Indien soit une distance de deux mille kilomètres par une chaleur extrême la journée et une température très froide la nuit. Apprivoiser et domestiquer les trois chameaux lui prendront plusieurs mois. Pour réussir son entreprise, elle accepte une aide financière de l'Institut National Geographic pour lequel un photographe la rejoindra à certaines étapes de son périple. Une sérieuse préparation est nécessaire pour un voyage d'une durée de plusieurs mois.
Robyn m'a emmenée avec elle, à ses côtés j'ai vécu une aventure extraordinaire.
Commenter  J’apprécie          602
Ce livre est un appel à la contemplation, au calme, à un certain retrait du monde pour connaître l'autre, celui qui est différent, et pour se connaître soi-même.
C'est accompagnée de chameaux et de son chien que Robyn Davidson a décidé de traverser l'Australie de l'Ouest au départ d'Utopia proche d'Alice Springs.
C'est avec eux qu'elle a affronté ses montagnes intérieures, ses combats pour le bien-être de ses animaux, les agressions des hommes sur le chemin.
Plus que la soif, la chaleur et la faim, c'est le non-respect de certains humains qui lui a coupé le souffle et ôté ses ailes.
Plus qu'une aventure, ce voyage est une découverte du monde des chameaux, la difficulté à les dresser, leur caractère particulier, leur attachement à leur maître ou encore leur capacité à jouer et participer lorsque l'ambiance est à la fête.
C'est encore un apprentissage de la vie et de la culture aborigène, de ses territoires sacrés, de la condition difficile voire dramatique des hommes et des femmes à qui le colon blanc a pris les terres.
C'est enfin une plongée au coeur du bush, ce coin de terre infini au multiples trésors cachés.
Le voyage m'a happée, transformée, émerveillée, parfois émue.
Down Under n'a pas fini son emprise sur moi.
Commenter  J’apprécie          261
Robyn Davidson, née en 1950, est une écrivaines australienne connue pour ce livre, Tracks, paru en 1980.
En 1975, Robyn Davidson a une idée folle, relier Alice Springs au coeur de l'Australie, à la côte ouest et l'océan Indien, deux-milles kilomètres de désert et de bush, seule avec quatre chameaux et son chien ! Une gageure qu'elle réussira tant bien que mal à réaliser, ce qui lui vaudra par la suite le surnom de Camel Lady.
le récit est en deux parties égales, la préparation du périple et le voyage en lui-même. On pourrait s'étonner que la première partie soit si longue mais elle s'expliquera aisément quand on saura que Robyn Davidson arrivée de Brisbane, débarque à Alice Springs avec cinq malheureux dollars en poche et c'est tout. Il lui faudra deux ans pour réunir, les fonds nécessaires pour financer son projet (petits boulots dans des bars, etc.) et acquérir un minimum de connaissances sur les chameaux (des bestioles rarement faciles, « les chameaux sont hautains et ethnocentriques, persuadés d'être les êtres les plus réussis de la Création ») pour pouvoir les soigner et les commander. Bref, elle part de rien et sans rien.
La seconde partie nous mène dans le désert. Si la préparation pesait son poids en embrouilles, galères diverses et souffrances, le voyage sera riche lui aussi en problèmes comme on s'en doute : ses chameaux qui n'en font qu'à leur tête et se sauvent, les chameaux sauvages très dangereux qui les attaquent, les blessures et autres joyeusetés ponctuent le récit. La Camel Lady trace son chemin avec ses quatre camélidés, son chien Diggity et de temps à autres, la rejoint Rick un photographe, suite à un accord avec le National Geographic qui a finalement mis la main à la poche.
Si l'aventure est solitaire, le bouquin fourmille de rencontres et de personnages « musclés » pour caractériser les moins agréables (pochetrons, machos, patrons autoritaires….), de figures sympathiques aussi et prêtes à rendre service, de vétérinaires serviables et d'aborigènes. le livre s'attache à prendre fait et cause pour ces peuples autochtones, incompris par l'Administration (que ce soit leur mentalité, qu'il existe de nombreuses tribus qu'on force à cohabiter etc.) et honnis par de nombreux Blancs qui les « traitent de paresseux et d'êtres inintelligents », ce que contrediront les faits quand la voyageuse en croisera.
Le projet n'était pas gratuit, Robyn Davidson voulait se prouver quelque chose à elle-même, que « rien n'était plus sans doute plus important que la liberté » et « que l'on peut s'affranchir du besoin d'obéissance qui nous semble naturel parce qu'il est tout simplement familier. »
Si vous m'avez suivi jusqu'ici, vous devez penser que j'ai aimé ce livre or ce n'est pas le cas ! Familier des récits de voyages, d'explorateurs et autres marcheurs à travers le monde, je prise fort ce type de littérature en général, mais là, je me suis ennuyé. Difficile de dire pourquoi : la manière de conduire son récit ne m'a pas emballé, tout ne m'a pas semblé très clair et sa personnalité, toujours inquiète, manquant de confiance, m'ont agacé, alors quand au détour d'une phrase elle avoue « ce voyage me paraissait totalement dénué d'intérêt », j'en ai conclu que s'il en était ainsi pour elle, que dire pour moi ?
Commenter  J’apprécie          40
Si j'avais dû noter le résumé de Tracks sur la quatrième de couverture, je n'aurais jamais parié sur ce livre et ça n'aurait pas dépassé un 2/5. Sincèrement, heureusement que j'ai trouvé ce livre dans une boîte à lire et que je n'avais alors rien à débourser pour le tester car il ne me donnait pas vraiment envie. Et pourtant ! Ca aurait été une terrible erreur pour moi que de passer à côté de ce livre, récit tiré de l'expérience de Robyn Davidson pour son voyage dans les déserts de l'Australie avec ses chameaux et son chien.

Vous allez me dire, il est très difficile de bien vendre une telle histoire qui paraît si fantasque. Dans les années 70, Robyn Davidson se met en tête de traverser, à pied et en solitaire avec des chameaux, les déserts australiens depuis Alice Springs jusqu'à l'océan Indien. Dit comme cela, ce roman ressemble à un nième récit de voyage, de marche et ce n'est vraiment pas le cas.

A ma grande surprise, presque la moitié du livre est dédié à la préparation du voyage, dès l'arrivée spontanée de Robyn à Alice Springs où elle doit trouver une solution pour faire de ce rêve une réalité. Ce qui est particulièrement intéressant, c'est le recul que l'aurtice a par rapport à ses expériences avant et pendant le voyage. Elle ne mâche pas ses mots contre sa propre inexpérience et ses "erreurs" d'apprentissage. On est donc loin de l'aventurier qui présente son voyage comme un fait extraordinaire. Robyn reste totalement lucide sur différents aspects et n'essaie pas d'enjoliver cette expérience.

Malgré que l'Australie et l'aspect désertique ne font pas partie de mes "environnements" préférés dans les voyages, j'ai adoré suivre Robyn dans ce voyage et j'ai été touché par ses apports personnels et engagés quant à la politique australienne et la vision des gens face aux aborigènes. La politique, la philosophie et la culture aborigène font partie intégrante du récit et apportent des éléments importants et qui enrichissent le livre.

D'un point de vue stylistique, j'ai été happée dès les premières pages par l'écriture fluide et agréable de Robyn Davidson. Elle étrenne son récit de belles descriptions qui nous font vraiment l'accompagner tout en simplicité.

Ce livre sera donc un coup de coeur pour moi et si vous aimez les récits de voyage en solitaire et les grands espaces, je ne peux que vous conseiller Tracks !
Commenter  J’apprécie          10
Récit d'un voyage à travers le désert australien, "Tracks" est aussi la narration d'une femme qui fait, sans se demander si elle peut, si la société lui accorde cette possibilité.
Avant d'être un récit féministe montrant qu'une femme aussi peut le faire, c'est le récit d'une jeune femme qui se perd dans le désert pour mieux se retrouver. Qui se dépouille de tout ce qui fait d'elle un être social pour ne plus garder que la substantifique moelle de son âme, et renaître plus forte, plus déterminée au sein du monde habité. C'est l'histoire d'une jeune femme qui ne trouvait pas sa place dans une société étriquée, alors elle l'a fait éclater, s'en est totalement coupée, pour mieux se comprendre avant de s'y réinstaller.
Écrit sans fioriture et sans psychanalyse après coup, on est hypnotisé par le quotidien de la préparation, le quotidien du voyage et les sentiments contradictoires qui animent la jeune Robyn, sa relation avec ses chameaux aussi.
C'est un très beau récit sur un être qui se cherche et se trouve au cours d'un long et difficile périple en solitaire.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
Un matin avant l'aube, Akhnaton [son corbeau] essaya de me réveiller comme d'habitude mais j'en eus soudain assez de ses manières. Il était tout à fait capable de se nourrir et de se débrouiller sans sa mère adoptive. Après de vaines tentatives pour me faire lever, alors que je l'envoyais se chercher son maudit petit déjeuner tout seul, il sauta sur cette fameuse branche, s'avança en sautillant au-dessus de moi, visa, tira et me lâcha avec une précision étonnante un superbe cadeau blanchâtre et liquide en plein milieu de la figure.
Commenter  J’apprécie          242
L'importance que les aborigènes accordent à leur terre a étonné bien des Blancs qui travaillent ici. Comme me l'écrivit un jour Toly :
« Il y a une puissance et une force particulières dans ce pays et elles se dégagent du peuple aborigène. Je pense que je peux aussi y appartenir. Cette puissance se déploie inlassablement et c'est à chacun de l'utiliser à bon escient. »
Commenter  J’apprécie          250
Cette rencontre entre Eddie et son épouse me permit pour la première fois de réaliser que contrairement aux dires des anthropologues masculins, la femme tenait un rôle important dans la société aborigène. Alors que l'environnement contraint l'homme et la femme à des tâches différentes, celles-ci tendent vers un même et unique but : la survie, et les deux rôles sont considérés l'un et l'autre avec autant de respect. Grâce à leur adresse à trouver de la nourriture dans la brousse, les femmes ont une part plus importante dans l'approvisionnement de la tribu que les hommes dont la chasse ne rapporte que le kangourou occasionnel. Les femmes célèbrent aussi leurs propres cérémonies et jouent un grand rôle dans la protection de leurs terres.
Commenter  J’apprécie          110
Mais, compte tenu du comportement des fermiers blancs, des attitudes racistes des Australiens en général et de la politique du génocide du gouvernement actuel, compte tenu du fait que le reste du monde semble ne pas connaître ni s'intéresser au sort de l'une des plus anciennes cultures du monde, l'autonomie de ce peuple demeure douteuse. Les aborigènes n'ont plus beaucoup de temps. Ils sont en train de mourir.
Commenter  J’apprécie          90
L'amour, c'est souhaiter le meilleur à ceux qui vous entourent, sans tenir compte de ses propres intérêts.
Commenter  J’apprécie          352

Dans la catégorie : Australie (Géographie)Voir plus
>Géographie générale>Géographie des pays>Australie (Géographie) (10)
autres livres classés : chameauxVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (145) Voir plus



Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
597 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..