AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 276093330X
Éditeur : Leméac (Editeur) (01/02/2011)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Il a des pensées suicidaires, s’étonne d’un râteau, d’un étranger moins étranger que lui. Elle songe au suicide de sa sœur, à ses baignades d’enfance, sa peur de l’eau, ses craintes de procréer.
Ils ont un passé qui ne les a pas préparés au présent. Il marche vers elle. Elle l’attend au restaurant. Ce rendez-vous n’aura pas lieu. Leurs monologues intérieurs, en s’entrecroisant, tissent le récit de leurs deuils passés et à venir, de leur amour impossible et de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
zhivago
  10 septembre 2011
J'ai rencontré deux fois dans ma vie des livres qui exprimaient ma propre pensée, qui semblaient avoir été écrit pour moi. La première fois c'était le Livre de l'intranquilité de Pessoa. Maintenant il y a La Concordance des Temps. Un grand merci à l'auteur. Ce livre exprime un désarroi profond face au monde moderne, une déconnexion, un hurlement silencieux en face d'une vie sans but.
Commenter  J’apprécie          80
Lali
  23 juillet 2011
Après quatorze pièces de théâtre en douze ans, la Québécoise Évelyne de la Chenelière, dont le nom n'est plus à faire en tant que comédienne et dramaturge, s'attaque maintenant au roman. En effet, vient de paraître en avril chez Leméac La concordance des temps, un roman où les voix des deux narrateurs s'entremêlent à l'heure de la rupture, où chacun des deux choisit dans ses souvenirs personnels ou communs des moments précis.
Or, les deux narrateurs se ressemblent tellement qu'ils s'expriment de la même façon. du coup, ce n'est qu'au bout de plusieurs pages que j'ai fini par comprendre — grâce à un participe passé au masculin plutôt qu'au féminin — que la narratrice venait de passer le relais au narrateur. du coup, j'ai tout repris depuis le début…
Le fait qu'on ne soit pas servi de la typographie autrement qu'en utilisant l'italique pour mettre en évidence les dialogues écrit d'un souffle, sans ponctuation, nuit au départ à la lecture. Même si l'idée est de prouver au lecteur qu'ils sont indissociables à cause de leur ressemblance, et ce jusque dans leur écriture, le fait de volontairement ne pas indiquer qui a la parole n'a pas l'effet escompté. le lecteur est inutilement désorienté.
Il ne suffit pas de supprimer les didascalies fonctionnelles pour qu'une pièce de théâtre devienne un roman. Or, Évelyne de la Chenelière avait une idée et suffisamment de talent et d'expérience pour l'élaborer et en faire un roman. Mais.
Mais la confusion sur l'identité du narrateur gâche sérieusement la lecture et je ne peux faire abstraction de ceci. Même si l'osmose entre elle et lui est de plus en plus évidente à mesure que nous progressons grâce au talent de l'auteure.
Mais. Mais je suis restée sur ma faim. Avec l'impression qu'un éditeur qui aurait eu à coeur de véritablement travailler de concert avec l'auteure aurait pu donner à ce roman les ailes qui lui manquent pour être autre chose qu'un dialogue théâtral sans didascalies.
Lien : http://lalitoutsimplement.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
zhivagozhivago   08 septembre 2011
...ils ont la révolte au bout de leurs lèvres tachées de vin rouge, les bien-pensants qui s'insurgent devant les inégalités sociales, en se préservant de tout blâme, perpétuant néanmoins un jeu impitoyable dont ils sont à la fois les maîtres et les vainqueurs, tout en prenant bien soin, surtout, de dire combien ce jeu est impitoyable, avec une sorte de regret dans la voix, et de fatalité aussi, se confondant avec les misérables dont ils s'improvisent les porte-parole, le soir, à table, alors que plus tard, repus, ils s'endorment loin de la misère du monde...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
zhivagozhivago   07 septembre 2011
La cirrhose du foie de ta mère, puis son cancer, puis ses yeux jaunes, rien n'est venu à bout de son désir d'alcool. Toujours davantage, toujours du chaud dans la gorge, toujours, à tout moment, insatiable, brûlant d'un feu inextinguible,ta mère a joui longtemps de son suicide. le bruit des glaçons qui s'entrechoquent doucement, leur craquement quand ils fondent, le bruit des frêles cascades coulant de la bouteille au verre, ce sont les bruits de ton enfance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
zhivagozhivago   09 septembre 2011
J'ai rencontré deux fois dans ma vie des livres qui exprimaient ma propre pensée, qui semblaient avoir été écrit pour moi. La première fois c'était Le Livre de l'intranquilité de Pessoa. Maintenant il y a La Concordance des Temps. Un grand merci à l'auteur. Ce livre exprime un désarroi profond face au monde moderne, une déconnexion, un hurlement silencieux en face d'une vie sans but.
Commenter  J’apprécie          30
dreulmadreulma   01 décembre 2013
Il se penchait dangereusement au-dessus de sa chaussure. J'ai eu peur qu'il perde l'équilibre, qu'il se fracasse le nez ou un autre os et qu'il meure en tentant de renouer son lacet. La courtoisie, en général, est indiquée, mais il y a des sortes de courtoisies qui soulignent l'incapacité de l'autre, qui mettent en lumière son inconscience, à vouloir faire comme avant, comme quand on est jeune et qu'on se penche nonchalamment sur son lacet, sans se douter que cette position deviendra périlleuse un jour, à cause de l'usure de tout et de son squelette. Donc, comme je suis d'une culture où vieillir est honteux, je n'arrivais pas à décider s'il valait mieux aider mon prochain ou ignorer son vieux squelette.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MaaeMaae   13 août 2013
Qui sommes-nous réellement les uns pour les autres? Des miroirs avantageux, qui poétisent nos moindres tares, jusqu'à ce qu'ils soient fatigués de nous rendre plus beaux que nature, jusqu'à ce qu'ils se ternissent ou volent en éclats, brisant notre reflet pour toujours. Et alors on tente en vain de le recomposer, mais les morceaux se mêlent, et notre visage ne sera plus jamais le même. Plus jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Évelyne De La Chenelière (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Évelyne De La Chenelière
Évelyne de la Chenelière, "Car Je est un autre", UdeM, le 1er mars 2012
autres livres classés : littérature québécoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Couples célèbres de la litterature

Julien Sorel

Louise de Renal
Maguerite Gautier
Ariane
Camille
Celimene

10 questions
469 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , théâtreCréer un quiz sur ce livre