AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Danièle Valin (Traducteur)
ISBN : 2070782875
Éditeur : Gallimard (16/11/2006)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 49 notes)
Résumé :
Erri De Luca s'empare de l'histoire la plus connue de l'humanité, et l'articule autour de la figure de Marie. Ou plutôt de Miriàm, une simple jeune femme juive, fiancée à Iosef quand elle tombe enceinte, et qui sait ce que cette grossesse avant le mariage signifie aux yeux de la Loi. Sous la plume du romancier italien, l'histoire de la Nativité trouve un ancrage nouveau dans le contexte hébraïque, et se fait éloge d'un corps et d'une âme, ceux d'une mère...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
cicou45
  24 juin 2013
Je ne sais pas comment je me suis retrouvé avec pour lecture cet ouvrage-là, probablement un livre que mon mari avait rapporté du boulot (il est bibliothécaire) et qui a du m'intriguer car j'aime beaucoup l'auteur.
Même pour les personnes athées ou d'autres religions, je crois qu'il est nul besoin de faire un résumé de l'histoire de la nativité du Christ. Eh bien voilà, c'est de cela dont il est question ici mais raconté et vu par les yeux de la mère, Marie ou Miriàm.
Celle-ci nous narre donc comment, en tant que vierge, elle a été visité par un ange et qu'elle s'est retrouvée grosse alors qu'elle était encore vierge et sur le point de célébrer ses noces avec un modeste charpentier, Iosef.
La femme en tant que mère et future épouse a donc toute sa place ici mais également l'homme ou encore future mari car jamais Iosef ne remettra en cause les (bien qu'étranges) propos que lui rapportera Miriàm. C'est ainsi qu'aux yeux de tous, ces dernier passent pour des dévergondés, des gens sans fois et que Miriàm et Iosef entreprennent leur voyage de Nazareth à Bet Léhem (retranscrit comme dans le texte)...
Un texte court, composé de quatre stances et de trois chants, dont l'écriture coule de source et qui se lit très rapidement. Cependant, j'avoue avoir été un peu déçue concernant les anciens textes que j'avais lu d'Erri de Luca et voilà ce qui justifie tout simplement ma note moyenne concernant cet ouvrage. Un texte qu se laisse lire, légèrement moralisateur mais sans trop d'excès, à découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          301
saphoo
  26 octobre 2016
Lire un livre d'Erri de Luca s'est faire entrer la paix entre les pages, la sérénité, la sagesse et bien sûr la poésie. de livre en livre je suis charmée par son pouvoir des mots, cette grâce qu'il offre aux lecteurs, on se sent bercé par ses phrases, détendu, complètement en osmose avec un monde qui n'existe que dans les livres je le crains fort.
Ce petit livre est donc l'histoire calquée de Marie et Joseph, il y a malgré tout quelques mots sans doute dû à la traduction qui n'ont pas leur place au sein de ce récit comme » bobard », et d'autres peu importe j'ai malgré tout apprécié cette lecture apaisante et lumineuse.
Cet auteur peint plus qu'il n'écrit, on est en contemplation devant un tableau dont ne se lasse pas.
L'histoire commence le jour où l'ange se présente à Miriàm, puis on vit cette nouvelle étrange, il va sans dire que les gens du village se posent bien des questions, comment une femme qui n'est pas encore mariée peut elle porter l'enfant d'un homme. Il faut se batailler pour éviter la lapidation à Miriàm, et là j'admire l'attitude de son futur mari qui fera barrage à tout danger, bravant les coutumes, mais offrant à Miriàm un mariage en bonne et due forme. Puis ils partiront sur le chemin sur le dos d'un ânesse etc.. vous connaissez l'histoire.
Que c'est beau, ce couple soudé par cet amour pur et sincère, cette naissance dans cette étable, et des passages magnifiques.
Ne vous en privez pas, c'est court mais tellement bon
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
LiliGalipette
  17 mai 2012
Nul besoin de résumer l'histoire de Marie, la mère de Jésus. L'auteur ne prétend pas réinventer la Bible. Pendant quelques pages, très touchantes, il donne simplement la parole à cette femme. Elle raconte tout simplement ce que c'est qu'être mère. le fils de Dieu est un homme comme les autres, et la mère du Sauveur est avant tout une femme. "Je n'ai rien de spécial. Je suis ton récipient. C'est bon, tu leur ressembleras, tu auras la morve au nez et tu éternueras." (p. 41)
C'est une histoire éternelle avant tout. "Au nom de la mère s'inaugure la vie." (p. 12)
Je pourrais encore écrire des lignes de gnose inutile. Ce livre très court se lit très vite, et il dit simplement que si une religion a vu le jour, c'est tout simplement parce qu'une mère ne peut que croire en l'enfant qu'elle porte. Et ça donne envie de vivre la même chose qu'elle.
Commenter  J’apprécie          70
Carmendb
  08 novembre 2018
Le dernier roman de Erri de Luca se dévore, non plutôt se savoure, en quelques heures. Il nous raconte à sa façon, dans un bain de poésie, de tendresse et de sérénité, l'histoire de la Nativité. Bien des mères se retrouveront dans la grossesse de sa Marie-Miriam, dans sa relation avec l'enfant qu'elle porte, dans son attente, dans ses craintes et dans ses espoirs. Il nous offre là un superbe portrait de femme, une ode à la maternité même s'il s'agit avant tout, de la mère de Ieshu-Jésus, le fils d'une femme et "d'un vent de paroles".
Toujours ce même paradoxe pour ce non-croyant mystique qui maintient un rapport passionné avec la Bible et qui déclare que pour se ressourcer chaque matin il se plonge dans la lecture des Saintes Ecritures!
Commenter  J’apprécie          50
sylvie
  19 octobre 2010
Voilà un court texte que j'ai aimé. Il est simple, clair, pur. Il parle de la nativité, une histoire des plus connues au monde, sans doute, et il la renouvelle, l'illumine même.
D'abord avec son titre "au nom de la mère", comme pour rétablir une vérité, un équilibre, à côté d"au nom du père"...
Ensuite parce que cette nativité nous est contée par la voix de Marie/Myriam, femme, mère, épouse silencieuse.
Enfin, parce que c'est un homme qui lui donne la parole en écrivant ce beau texte, et que je trouve ce geste magnifique et courageux.
L'auteur a donc choisi Marie pour écrire la maternité rêvée par un homme. Il rêve et tente de toucher à ce qui se passe dans sa chair, au plus profond de cette histoire intime universelle qui lie les mères à leurs enfants avant qu'elles ne les cèdent au monde et aux pères.
Ici, les géniteurs sont entre parenthèse, le temps de la procréation , de la gestation et de la naissance, comme pour mieux faire leur place aux pères, ceux qui aiment la mère pour ce qu'elle est, qui l'acceptent et qui l'accompagnent, trouvant et faisant ainsi leur place irremplacable.
Le texte met en scène une Marie inouïe de candeur et de force, portée par la seule ferveur pour son enfant à naître et l'amour pour cet homme qui l'accepte malgré le fruit qui signe un adultère. Cette force en elle lui permet de convaincre Joseph de l'aimer elle et son enfant, malgré la faute qui devrait l'envoyer à la lapidation et à la mort, et d'affronter ceux qui les excluent pour avoir transgresser les interdits sociaux et religieux.
J'ai aimé la manière dont cet auteur parle de la maternité en la rêvant à partir de cette figure biblique. A force de sincérité et de quête d'authenticité il arrive à extraire quelques phrases d'une beauté que je trouve assez exceptionnelle .
Des liens sur le blog :
Lien : http://sylvie-lectures.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
palamedepalamede   20 janvier 2018
... on donne trop d'importance aux mots, il arrive qu'ils contraignent à l'exil, aux prisons ou pire. Ils sont chargés de poids et pourtant ils ne sont que souffle.
Commenter  J’apprécie          442
dolly31dolly31   17 septembre 2018
Dans notre histoire sainte, les anges ont un corps humain normal, on ne les distingue pas. On sait que ce sont eux quand ils s'en vont. Ils laissent un don en même temps qu'un manque. Même Abraham ne les a pas reconnus aux chênes de Mamré, il les a pris pour des voyageurs. Ils laissent des paroles qui sont des semences, ils transforment un corps de femme en motte de terre.
Commenter  J’apprécie          181
cicou45cicou45   24 juin 2013
"[...] on donne trop d'importance aux mots, il arrive qu'ils contraignent à l'exil, aux prisons pu pire. Ils sont chargés de poids et pourtant ils ne sont que souffle."
Commenter  J’apprécie          160
saphoosaphoo   26 octobre 2016
Dehors, il y a le monde, les pères, les lois, les armées, les registres sur lesquels inscrire ton nom, la circoncision qui te donnera l’appartenance à un peuple. Dehors, il y a une odeur de vin. Dehors, il y a le campement des hommes. Ici, il n’y a que nous, une chaleur de bêtes nous enveloppe et nous sommes à l’abri du monde jusqu’à l’aube. Puis ils entreront et toi tu ne seras plus à moi. Lumière d’une étoile errante est à pic sur nous, nous sommes seuls au monde. Nous pouvons nous passer d’eux, même de ton père Iosef qui est le meilleur des hommes. Imagine : nous sortons d’ici à l’aube du jour et dehors plus rien n’existe, ni villes ni êtres humains. Imagine : nous sommes seuls au monde. Quel bonheur ce serait, aucune obligation à part vivre. Tant que dure la nuit, c’est ainsi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
sylviesylvie   10 décembre 2007
Ici, il n'y a que nous, une chaleur de bêtes nous enveloppe et nous sommes à l'abri du monde jusqu'à l'aube. Puis ils entreront et toi tu ne seras plus à moi. Mais tant que dure la nuit,...,nous sommes seuls au monde...Imagine : nous sommes seuls au monde. Quel bonheur ce serait, aucune obligation à part vivre. Tant que dure la nuit, c'est ainsi."



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Erri De Luca (97) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Erri De Luca
Pourquoi faut-il venir à Livre Paris 2019 ? Réponses en trois questions à Sébastien Fresneau, directeur de Livre Paris, et Gauthier Morax, responsable de la programmation.
Livre Paris invite l'Europe avec une scène spécialement dédiée à la culture européenne. 2019 est une année décisive pour l'avenir de l'Europe, à deux mois des élections européennes.
Erri de Luca, Orhan Pamuk, Peter Sloterdijk, Hubert Védrine ou encore Javier Cercas : de grands noms de la culture européenne nous font l'honneur de leur présence à Livre Paris 2019 !
Retrouvez également vos auteurs préférés pendant 4 jours de débats, de conférence et d'échanges sur 9 scènes différentes : Nicolas Mathieu, François Begaudeau, Olivier Guez, Raphaëlle Giordano, Jérôme Ferrari, Joann Sfar, Bernard Werber, Olivier Adam, Morgane Ortin, Blet Buckler, Antoine Jacquier et bien d'autres. Plus de 3500 auteurs présents !
https://www.livreparis.com
+ Lire la suite
autres livres classés : nativitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
535 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre
.. ..