AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2709658437
Éditeur : J.-C. Lattès (29/03/2017)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 15 notes)
Résumé :
« Ma fille n’aura pas la même grande section que moi. Pour elle la grande section sera ce qu’elle est supposée être, la récré avant le CP, l’inspiration avant le plongeon, le calme avant la tempête. »
Septembre 2014, une mère accompagne sa fille le jour de sa rentrée. Subitement, ses 6 ans se rappellent à elle : de septembre à juin, elle revit ces quelques mois entre la Syrie et les États-Unis, ses souvenirs de France, ces instants où tout a basculé.
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
motspourmots
  31 mars 2017
Beaucoup de sincérité dans ce témoignage d'une femme soudain confrontée aux trous laissés dans la construction de son identité par la mort prématurée de son père.
Alors que sa fille arrive à l'âge (6 ans) auquel elle a assisté au rapide déclin de son père malade, mort à 43 ans dans des conditions un peu floues, la narratrice retrouve les souvenirs et les sensations de cette période, 30 ans auparavant.
Un père syrien, une mère libanaise, des frères et soeurs nés au fil des déménagements de la famille, en France ou au Koweit. Une villa à Cannes qui abrite ses plus jolis souvenirs d'enfance. Et puis San Diego en Californie, la dernière demeure de son père venu finir ses jours dans la maison de sa soeur.
On devine le grand vide laissé par l'absent et surtout ignoré par cette jeune femme bien décidée à grandir et à avancer sans se plaindre ni faire de bruit, sans alourdir le chagrin d'une mère amputée d'une part d'elle-même. On comprend le lien qu'elle tisse entre les générations et tente de consolider en faisant la lumière sur les dernières zones d'ombres qui entourent les derniers jours de son père, souvenirs à hauteur d'enfants qui méritent quelques éclaircissements par les adultes.
Mais le risque avec ce genre de témoignage c'est de rester trop personnel et de ne pas parvenir à faire entrer le lecteur dans le jeu. C'est un peu ce qui m'est arrivé même si j'ai quand même été touchée par les toutes dernières pages.
C'est typiquement le genre de livre qui touche ou pas, selon son vécu, selon ses lectures sur le même thème, selon sa sensibilité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
Agathethebook
  04 mars 2018
Comment les choses que l'on avait si bien enfouies nous reviennent-elles? Pour la narratrice, la rentrée de sa fille en grande section fait apparaître des réminiscences de son enfance. Un crayon HB acheté pour la rentrée et ses souvenirs des années 80 ressurgissent. Que s'est-il passé cette année là pour qu'elle ait autant envie de pleurer?
Nous voilà à ses côtés, à voyager dans sa mémoire et visionner les clichés Kodac de son enfance, le clip de Thriller en fond.
Née à Koweït de parents syriens, elle déménage trois fois en cinq ans. Koweït, Cannes, Damas, puis San Diego, près de Los Angeles. Puis elle rentrera en France, à Paris, où elle grandira.
Au départ, son père est dans « les affaires », fait construire une villa à Cannes, et sa famille fait ainsi partie des privilégiés du Proche Orient installés sur la côte s'azur.

Malheureusement les affaires en famille tournent mal, et son père se voit contraint de les faire déménager et de retourner en Syrie. Ils restent alors deux ans en Syrie, la narratrice découvre la culture arabe, elle entend les appels du minaret comme une musique car elle n'est ni croyante ni pratiquante. La nourriture est abondante, odorante, et les femmes sont très habillées.

A Damas, elle est heureuse, sa vie ne change pas trop de Cannes, « sa vie cathodique est riche » et l'école est française. Mais déjà il faut déménager. Son père projette de nouvelles affaires, croit au rêve américain et les emmène à San Diego. Ce sera la parenthèse américaine, celle qui emportera celui qui y croyait tant. Son père ne fera jamais affaire là bas puisqu'il y mourra.
Mon papa ne va pas mourir dans le pays qui l'a vu naitre, mais dans celui qui aurait dû être le témoin de son ascension.
Que reste-t-il de l'enfance quand on a été arrachée à tout? A son pays d'origine, à ses frères et soeurs, à son père? Que reste t-il quand on a connu les trahisons familiales, la maladie paternelle, la dépression maternelle?
Sa fille ne vivra pas la même année de Grande Section. Ni la même vie. Elle veut la protéger des excès, des voyages, elle veut pour elle une enfance stable, pleine d'amour et de tendresse. Elle ne veut pas qu'elle grandisse trop vite, veut la porter jusqu'à la crampe, profiter de chaque instant avec elle.
Mon avis
Un premier roman a quelque de chose de commun au premier amour. Une émotion particulière, quelque part entre le frémissement et la sensation d'absolu.
Ce livre touchant à la plume impeccable nous parle du déracinement des êtres et des cicatrices que l'on maquille, de la tristesse que l'on cache et qui nous rattrape toujours. Ce roman est un voyage, le pèlerinage d'une enfance volée, une déclaration d'amour au père trop vite parti.

Lien : https://agathethebook.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Aufildeslivres
  06 juillet 2018
L'écrit est très personnel et aurait pu ne présenter aucun intérêt. Hadia a perdu son papa à l'âge de 6 ans et raconte son enfance ballottée entre la Syrie et la France puis aux Etats-Unis. Pourtant voilà, sa plume nous captive, le récit interpelle et les pages se tournent. On côtoie la petite fille et on découvre la femme construite sur un mélange de cultures, des silences, une absence - une terrible absence perçue par des yeux d'enfant puis d'adulte.
Un à un, Hadia assemble ses souvenirs pour redonner à son père une existence et une histoire, pour apporter des réponses qui comblent ses vides afin d'avancer. C'est douloureux, poignant, intense. On est conquis par ces réminiscences qui parfois font écho aux nôtres. La souffrance est universelle.Un roman d'une grande qualité à l'écriture aboutie et prenante.
Lien : http://aufildeslivresblogetc..
Commenter  J’apprécie          80
raghda
  01 avril 2017
nostalgie et emotion certaine d'un roman que l'on ne peut lire que d'un trait ...on est emporté par des situations encore d'actualité ...le déracinement l'integration et la disparition prematuré d'un parent ...
construction et deconstruction se côtoient dans un style remarquable et tellement singulier ... les phrases se heurtent et s'enchainent ...l'auteur jongle avec doigté sur les mots ... et l'ecriture dépasse la simple autobiographie . un moment intense a traverser ...
Commenter  J’apprécie          21
Anne_Litt_
  05 avril 2018
Une mère s'autorise pour les 6 ans de sa fille à libérer ses propres souvenirs d'enfance quand elle avait entre 5 et 6 ans et en particulier la mort de son père. le sujet est difficile bien sûr mais il est servi par une écriture si énergique, et drôle aussi que l'on passe du rire aux larmes en permanence. Les souvenirs de cet enfant sont précis quand ils passent par les sens : l'ouïe, la vue et surtout l'odorat : la description des aliments qui sont délicieux et qui pourtant sentent mauvais est géniale.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Hadia Decharrière (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hadia Decharrière
Interview de Hadia Decharrière.
autres livres classés : transmissionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Hadia Decharrière (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
798 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre