AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2803622394
Éditeur : Le Lombard (07/09/2007)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 78 notes)
Résumé :

De retour à Londres après un long voyage, Prudence Endicott décide de reprendre le rôle tenu par sa mère: celui de conciliatrice de la ville.

Gouvernante le jour, elle devient la nuit une justicière qui règle les tracas des pauvres gens.

Suite à un simple problème de voisinage, elle découvre le monde des Oubliés, le petit peuple qui habite les sous-sols de la ville. Les Oubliés sont au bord de la révolte et la nouvelle concili... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  15 novembre 2014
C'est aujourd'hui l'enterrement de Marguerite Madeleine Endicott, "Maggie" pour tous ceux qui l'aimaient. Toujours le coeur sur la main, dévouée et prête à rendre service aux démunis. Autour de son cercueil se sont réunis les villageois mais aussi sa fille, Prudence. Aussittôt, l'un d'eux l'interpelle et lui remet une clé. Celle-ci ouvre une porte que la jeune femme doit sensément connaître. de retour en ville, elle se fait engager comme gouvernante dans une grande maison bourgeoise. Les parents étant absents très souvent, elle doit s'occuper de Kévin, le petit garçon. le majordome, Conrad, la prévient de suite que ce dernier est facétieux et intrépide. Bizarrement, celui-ci se laisse apprivoiser aussitôt. Miss Endicott demande à Conrad la permission de sortir le soir, après souper. En effet, elle reprend le flambeau de sa défunte mère. Celle-ci officiait dans un bureau dans lequel toute personne ayant un problème quelconque venait le lui soumettre. Et Marguerite tentait de les résoudre, à titre gracieux. Aidé de Wallace, un petit homme rabougri et ronchon, qui travaillait déjà pour sa maman, Prudence reçoit sa première cliente...
Miss Endicott, une sorte de Mary Poppins qui résout tous les problèmes. Aussi, lorsque cette cliente la met sur une piste mystérieuse et loufoque, à savoir des galeries souterraines habitées par d'étranges créatures, la jeune femme, en tant que conciliatrice, fera en sorte que toute cette marmaille vive en harmonie avec les humains. Elle aura fort à faire mais sa malice, sa vivacité et sa ténacité auront raison de ces imposteurs. le personnage principal a tout pour séduire, les secondaires ne sont pas en reste, notamment en la personne de Wallace ou des deux ivrognes. le scénario est efficace et bien mené. Dans ce décor très londonien de l'époque victorienne, le trait tout à fait charmant de Xavier Fourquemin est remarquable. Les détails fourmillent, la palette de couleurs étonne et le découpage est impeccable.
Bienvenue Miss Endicott...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Lorraine47
  14 décembre 2014
Je n'aurais jamais pensé plonger en quelques instants dans un univers à la Charles Dickens et ceci en ouvrant le très bel album signé Fourquemin pour les dessins et Derrien pour le scénario.
Tout comme "De grandes espérances" l'histoire débute dans un cimetière dans cette envoûtante Angleterre du début de l'ère victorienne.
Miss Endicott, sa mère à peine enterrée, prend ses fonctions de gouvernante auprès du petit Kevin. Né du bon côté, dans un mileu bourgeois, il souffre d'être abandonné par ses parents comme de nombreux héros de Dickens. Et donne un peu de fil à retordre à la jeune Prudence Endicott.
Gouvernante le jour, notre petite cumularde reprend les fonctions de négociatrice de quartier laissées vacantes par sa défunte mère la nuit.
Londres by night, dans des coins un peu glauques, elle n'a pas froid aux yeux notre Miss.
Ce premier tome plante le décor avec brio, les personnages ont une vraie densité, et on se laisse emporter par un scénario riche en rebondissements.
Les amateurs de fantastique ne seront pas de reste quand ils plongeront dans le monde des "oubliés", un monde souterrain et parallèle de ce Londres du XIX ème siècle.
Miss Endicott: qui a dit que les anglaises n'avaient pas de caractère?
Oups, j'ai failli oublier! Un grand merci à Babelio pour cet envoi dans le cadre de la dernière Masse Critique!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
kllouche
  23 mars 2014
Je remercie Babelio et les éditions le Lombard pour m'avoir fait parvenir cette BD qui fut une excellente découverte !
On y rencontre une héroïne typiquement anglaise avec un caractère particulièrement marqué et original. Elle n'échappe pas à la référence: Miss Endicott, c'est la nouvelle Mary Poppins!
Cette jeune femme rentre à Londres d'un long voyage aux Indes pour les funérailles de sa mère. Elle décide de rester sur place et trouve un poste de préceptrice auprès du petit Kévin, garnement de son état, qui est bien décidé à faire la misère à toutes les jeunes femmes que ses parents emploient. Néanmoins, elle semble immédiatement charmer le petit chenapan qui fond pour sa cuisine et ses méthodes pédagogiques surprenantes. Mais Kévin découvre bien vite que sa préceptrice mène une double vie. En effet, Prudence Endicott a repris le flambeau de sa défunte maman. Cette dernière, sage-femme de profession, se transformait à la nuit tombée en conciliatrice. Elle recevait les doléances des habitants de Londres et se chargeait de régler tous les problèmes qu'ils rencontraient. Cela incluait de s'assurer des bonnes relations entre les londoniens. A sa mort, c'est donc à sa fille que revient la lourde tâche d'assurer ce rôle. Seulement, tout ne se passe pas exactement comme prévu. Dès sa première mission, Prudence découvre l'existence du royaume des Oubliés, des êtres souffrants de malformations qui ont été envoyés sous terre pour éviter qu'ils ne se mélangent aux personnes dites normales. Un vent de révolte souffle dans la cité et les tensions jusque-là gelées commencent à avoir de sérieuses répercussions.
Emprunte de tradition anglaise, cette bande-dessinée propose une véritable plongée dans l'univers des romans policiers historiques typiques, faisant concurrence à Anne Perry ou autre Jacqueline Winspeare. Certainement d'ailleurs que cette série suivra à peu près le même format: une enquête à proprement parler par tome avec des intrigues parallèles qui évoluent au fur et à mesure qu'on avance dans le temps. Et j'ai d'ailleurs bien hâte de voir ce que va donner la mère Endicott. Vu comment est la fille, ça promet de bonnes tranches de rigolade!
Teintée d'humour à tous les instants, de personnages forts et charismatiques, cette BD m'a totalement convaincue. L'humour passe surtout par le grotesque de certains personnages, parfois pathétiques toujours attachants. Et ce qui le permet, c'est tout le travail qui a été fait pour leur construire une vraie personnalité, qu'ils soient très présents dans l'histoire ou pas.
Cependant, j'ai trouvé dommage que les Oubliés soient si peu réalistes. Il est assez difficile de déterminer si les auteurs ont voulu introduire des éléments de fantastique dans leur histoire ou si le but était juste d'exagérer les malformations de ces délaissés de la société. (Je viens d'aller lire la quatrième de couverture du tome 2 dans laquelle ils appellent les Oubliés "gnomes" et "mutants". On est donc bien dans du fantastique même si ce n'est pas évident pour l'instant).
Et comme on ne peut pas parler d'une bande-dessinée sans évoquer le graphisme, voici ce que j'en ai pensé. le dessin est très très beau, avec une mention spéciale pour les costumes autant celui de Miss Endicott que ceux des hommes qui sont splendides. La couleur a elle aussi été très bien choisie puisqu'elle retranscrit parfaitement l'atmosphère générale.
Et puis si vous n'avez pas encore compris: j'ai adoré tout simplement ! Je ne peux que vous recommandez cette histoire, en espérant que le second tome sera tout aussi génial! (Même s'il ne sera visiblement pas comme ce à quoi je m'attendais à la fin de ma lecture du premier volet...)

Lien : http://mariae-bibliothecula...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
orbe
  04 avril 2014
A la mort de sa mère patience hérite de sa fonction de conciliatrice. Elle doit répondre aux demandes des habitants de la ville de Londres. Sa première affaire sera de découvrir qui gratte à la porte des Parks toutes les nuits... Mais le défi principal de Miss Endicott sera d'arriver à succéder à sa mère tout en réussissant à imposer son style...
Une bande dessinée qui lie fantastique, aventure et suspense. L'histoire est intéressante et les illustrations soigné.
Commenter  J’apprécie          130
purplevelvet
  21 juillet 2014
3° chronique pour le club Signé. Après Western et Afrika, qui malgré leurs cadres différents avaient des points communs ( un antihéros taiseux seul face à la corruption) , j'ai eu envie de partir sur tout autre chose.
direction l'Angleterres victorienne.
La rousse Miss Prudence Endicott vient de rentrer des Indes pour l'enterrement de sa mère Maggie. Celle -ci , en plus de son métier le jour, occupait le soir une fonction de conciliatrice auprès des gens modestes, aidant à régler les querelles et conflits de voisinage. Une femme à poigne , qui avait même su gagner le respect des marlous du coin. Miss Prudence va devoir reprendre le flambeau, tout en officiant de jour comme gouvernante auprès du turbulent petit Kevin,un gamin qui ne voit pas souvent ses parents ( on apprend qu'ils ont laissé leur vie et leur fils en plan pour aller sur le continent à la recherche du grand père de la famille, parti sur un coup de tête sans laisser d'adresse!).
Première affaire pour Miss Prudence: une certaine mrs Parks vient signaler qu'on gratte à sa porte tous les soirs, et suspecte un bandit local de la harceler. le bandit en question n'y est pour rien, mais Miss Prudence va faire une drôle de découverte: on gratte en fait SOUS la maison. il s'agit d'un nain, répondant au sobriquet d'Ugly Joe. Il vit sous la maison et n'a plus accès à l'extérieur, on lui a bouché "sa" sortie. Ce curieux événement va amener Prudence a découvrir tout un monde insoupçonné: la ville sous la ville, où se terrent comme des rats tous ceux qui ne sont guère mieux considérés qu'eux: nains, bossus, contrefaits, femme à deux têtes.. une belle galerie de monstres de foire qui semblent fomenter un coup louche, ça sent la révolte et la tentative de putsch, quelque chose comme ça. On en saura probablement plus dans les tomes suivants..En tout cas le quotidien de Miss Prudence s'annonce mouvementé pour elle qui n'a pas l'habitude de cumuler deux emplois et d'enchainer les nuits courtes (oui ce détail me plait, ce n'est pas une super-héroïne increvable et elle maugrée régulièrement au réveil). Elle va pouvoir malgré tout compter sur "l'aide " à l'efficacité toute relative de Karl et Darren, deux traîne-savate qui ont eu le béguin pour elle au premier coup d'oeil et s'ingénient à attirer son attention en espérant se montrer sous leur meilleur jour, ainsi que de Wallace ( le secrétaire de feue Maggie) et Conrad ( le majordome de la famille de Kevin).
En tout cas, ce tome 1 plante le décor de manière prometteuse: le Londres des humbles et des pauvres, peuplé de travailleurs, de désoeuvrés, et de bandits patibulaires. C'est un vrai plaisir, le dessin est agréable, les tonalités dominantes vert/ brun sont du meilleur effet.. et comment résister à une Miss capable de tenir en respect un bandit, en utilisant de manière très personnelle une paire d'aiguilles à tricoter. Un personnage féminin qui ne s'en laisse pas conter, quelle joie! Et surtout, Miss Endicott n'est pas la seule à monopoliser le récit, les personnages secondaires ne sont pas délaissés et semblent devoir encore gagner en épaisseur par la suite. Mais j'avoue que le duo Karl/ Darren a ma préférence pour l'instant, ils sont assez impayables dans leurs tentatives de se rendre indispensables malgré leur tendance naturelle à tirer au flanc.
Encore une bonne découverte, d'autant que le tome se finit sur un coup de théâtre prometteur, l'ensemble est très intriguant, j'ai bien envie de savoir la suite!
Lien : http://chezpurple.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
christinebeaussonchristinebeausson   09 novembre 2019
C'est chez nous, les oubliés, les loqueteux, les difformes, ceux que les gens d'au dessus ne veulent pas voir et ne tolèrent que la nuit, quand les ombres nous dissimulent.
Commenter  J’apprécie          00
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   18 mars 2016
- Mon Dieu c'est la guerre !! Ça y est les Français nous attaquent !
- Rassurrez-vous, Prudence, ce n'est que moi Conrad... Il est l'heure de se lever ! Un nouveau jour commence.
- Déjà ! Mais comment ma mère pouvait-elle être à la fois conciliatrice la nuit et sage-femme le jour ?
- Facile, elle faisait comme moi, elle était insomniaque.
Commenter  J’apprécie          30
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   18 mars 2016
- Au menu ce soir, dîner prévu... ragoût indistinct et... snf.. .potage douteux... Diner goûtu... Seesh Kebab et riz basmati !
- ?
- Pas un mot à Simone. Elle ne sait rien de mes petits plats !
- C'est vous qui l'avez fait vraiment ?
- J'ai appris beaucoup lors de mes voyages. Ça se laisse manger, vous devriez essayer, Conrad.
- Oh oui ! Prenez donc une assiette, Conrad.
- Ce n'est pas trop protocolaire mais j'avoue être affamé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
tycostycos   30 mars 2013
- Wallace ... Le monde des oubliés, ça vous dit quelque chose ?
- C'est une légende urbaine, comme l'existence de mes honoraires pour services rendus.
Commenter  J’apprécie          30
tycostycos   30 mars 2013
- et puis il a mal tourné. maintenant il est capable de tout ... du pire comme de l'impensable !
Commenter  J’apprécie          40
Lire un extrait
Videos de Jean-Christophe Derrien (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Christophe Derrien
Jean-Christophe Derrien, scénariste de la série Poker, Le Lombard
autres livres classés : gouvernanteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3553 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre
.. ..