AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782370560940
Super 8 éditions (05/10/2017)
3.96/5   123 notes
Résumé :
La magie, c'est la vie !
Depuis sa naissance, Daniel Pearse jouit de la protection et des services de l'AMO (Association des magiciens et outlaws), géniale et libertaire société secrète.
Sous le parrainage du Grand Volta, ancien magicien aujourd'hui à la tête de l'organisation, le désormais jeune homme va être initié à mille savoir hors normes, de la méditation à la pêche à la mouche, du poker à l'art de la métamorphose, en passant par le crochetage e... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
3,96

sur 123 notes
5
12 avis
4
11 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
1 avis

Voilà un livre très important.

Très important par la somme de faits simplement importants qui le constitue.

L'envie d'argumenter, de lister ou de hiérarchiser des raisons a très envie de disparaitre devant nos yeux enlunés.

Pudeur devant l'imagination.

...

Avant de commencer:

ne pas lire la quatrième,

ne pas lire de résumés,

ne pas lire la préface de Thomas « Volta » Pynchon,

ne pas lire de critiques,

ne pas utiliser le moindre objet numérique (les jeter serait plus prudent, les éteindre du moins),

...

Vous le sentez le merveilleux là ?

...

...

P.S: L'Etoile est prête à toute proposition post-pynchonienne; questionnaire disponible en fin de lecture.

l'éternel n'oublie jamais

Commenter  J’apprécie          6414

Pourquoi je l'ai choisi:

J'ai trouvé la couverture dynamique et plutôt accrocheuse à l'oeil, et quand on parle de magie, je ne sais pas résister…

Les personnages:

Tout d'abord, grande affection pour cette A.M.O, Alliance des Magiciens et Outlaws! Tout comme Daniel Pearce, on se laisse séduire par l'esprit, les personnalités, les qualités de tous ses personnages, qui font de son enseignement, un enrichissement pétillant! Chacun dans son style, ils m'ont tous plu et c'est un enchantement de les découvrir au sein de cette aventure hors norme! Tous plus timbrés, déjantés et plus talentueux les uns que les autres, on se plaît à connaitre leurs spécificités qui flirtent avec l'illégalité, et qui jettent dans les hautes sphères de la poudre aux yeux scintillante pour mieux contrer l'influence du capitalisme, avec toujours à l'esprit, l'Art du jeu…Chaque coup, comme un défi, chaque action pour aiguiser la chance d'être hors du commun…Belle équipe de joyeux lurons qui s'entraident dans les mailles d'un filet qui défie les lois de la raison…

« – HORS-LA-LOI, rectifia Smiling Jack. Pas des criminels, des HORS-LA-LOI. Mon ami Volta dit qu'il y a une différence de taille. Les hors-la-loi ne font le mal que lorsqu'ils estiment agir pour le bien ; alors que les criminels, eux, ne se sentent bien que lorsqu'ils font le mal. »

Ce que j'ai ressenti:…Un pour tous, et tous pour l'AMO!

"J'ai trouvé la vérité, et elle est simple: la vie est étonnante. "

Je dirai qu'un grand souffle de liberté souffle dans ses pages, et que ça fait du bien! En se mettant hors-la-loi, le duo Mère/Fils Pearce, s'offre une chance de vivre sans contraintes, sans limites, sans entraves…Il ne sont plus enfermés dans les codes de vies « classiques », du genre Métro-Boulot-Dodo, et s'enrichissent de ce fait, d'une autre forme d'apprentissage, de connaissances et de plaisir qui les tournent vers une autre façon d'appréhender le monde. Daniel Pearce deviendra donc un être malléable qui tend vers une Liberté absolue, et chaque rencontre avec les membres de L'AMO sera une leçon d'émerveillement, une puissance méditative et une conscience plus active sur les mystères de l'existence.

"Disparaître est un outil, une technique, une autre manipulation de l'apparence. La magie est l'expropriation du réel."

Entre l'art de s'inventer, de réinventer, de faire sauter toutes les barrières physiques et morales, cette grande oeuvrette alchimique souffle en 4 éléments , la plus fantasque des aventures et la plus magique des quêtes…Ce Diamant, entre trésor mystérieux et espoir de pierre philosophale, va mobiliser tous les talents cachés de cette association secrète! Et tout devient spectacle d'illusions, force d'invisibilité, pouvoir de transformation et don de disparition, pour notre plus grand bonheur de lecteur! 700 pages d'une audace magique, trempée dans une dynamique irrévérencieuse!

"Ce que je suggère, si tant est que je suggère quoi que ce soit, c'est que nous sommes nés pour être étonnés. "

J'ai adoré ce roman pour la douce folie qui le caractérise, pour son étonnante façon de briser les styles convenus, pour son originalité loufoque, pour sa pétillante Magie! C'est un moment de lecture très spécial, un genre presque inclassable, intense et divertissant, et incroyablement addictif! Je ne suis pas prête d'oublier cette Alliance de hors-la-loi bien sympathique, qui m'a donnée le temps de cette aventure, une énergie communicative!

"Parce que si les souhaits étaient des ailes, on volerait tous dans le ciel, et si la crème comptait pour du beurre, y aurait pas à baratter pendant des heures."

Ma note Plaisir de Lecture 9/10

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement le site Babelio ainsi que les éditions Super 8 pour l'envoi de ce livre! Ce fut une lecture étonnante!


Lien : https://fairystelphique.word..
Commenter  J’apprécie          370

Il aura fallu attendre vingt ans pour que soit traduit Stone Junction en français, vingt ans pendant lesquels Internet réalisa sa révolution tranquille, et fit basculer notre univers dans le tout numérique. le lire de notre coté du Temps, c'est comme regarder un homme prendre sa respiration avant de sauter dans une eau tumultueuse et froide. Un dernier rayon venu d'une étoile encore visible mais déjà morte.

C'est aussi comme lire une version "tout public" du gigantesque "Contre-jour" de Pynchon (ce n'est certes pas un hasard si c'est le divin Thomas qui signe la préface de Stone Junction). Mêmes héros anarchistes drogués à la dynamite, même obsession pour les entrelacements de la modernité et de la science, même intérêt pour les situations à la marge et les faux-semblants qui se jouent de nous, humains pauvres humains.

Dodge emploie des moyens plus simples et une narration plus limpide que son ébouriffant aîné, notamment grâce à une trame de roman d'aventure particulièrement efficace. Mais derrière l'apprentissage du jeune Daniel se dessine ici aussi un univers chatoyant qui refuse la logique froide et déshumanisante du capitalisme mondialisé. L'avantage, c'est qu'il mêle ainsi avec grâce (et humour, et poésie, et émotion) les éléments les plus triviaux à des concepts ésotériques louchant du coté de l'alchimie et de la sagesse orientale sans perdre jamais le lecteur. le (petit) hic, c'est qu'immanquablement, la forme finit par phagocyter et affadir un peu le fond. le roman gagne en confort ce qu'il perd en mystère. Il fixe et canalise le mouvant, domestique l'incompréhensible. Mais oublions deux secondes le mirifique Pynchon, et ne faisons pas la fine bouche : Stone Junction reste une merveilleuse odyssée littéraire.

Commenter  J’apprécie          200

Merci aux éditions Super8 pour le choix de réédition de ce petit pavé (et merci pour la qualité qu'ils y ont apportée).

Stone Junction est le troisième roman de Jim Dodge, l'auteur du jubilatoire "Oiseau canadèche".

Ayant adoré ce dernier, j'étais impatient de retrouver dans Stone Junction une bonne dose d'humour fin et de cocasseries.

Pour résumer très brièvement l'esprit de Stone Junction, je pense invariablement à le comparer Forrest Gump. On retrouve dans les sept cent pages de Stone Junction la narration de la vie très rock and roll de son personnage principal, et des aventures fantastiques qu'il vivra successivement.

Une très belle confirmation du talent de Jim Dodge, en version longue.

Pour découvrir l'auteur, préférez lui cependant dans un premier temps l'Oiseau canadèche.

Commenter  J’apprécie          221

Il y a peu de temps de ça, un réjouissant petit opus fit le tour de la blogosphère : L'oiseau Canadèche. La curiosité me poussa à découvrir son autre roman qui est aussi gros que Canadèche était succinct.

Bien m'en a pris...

" Ce livre est une oeuvre de FICTION. Pensez le contraire à vos risques et périls. "

Le ton est donné !

Dans Stone Junction, nous suivons le destin de Daniel Pearse, depuis son enfance jusqu'à ...

Daniel a pour mère une adolescente rebelle de 16 ans qui préfère fuir l'asile des bonnes soeurs qui veulent faire adopter son enfant, pour mieux élever le fruit d'un plaisir inconnu (elle ignore qui est le père parmi tous ses amants).

Suit un début de vie rocambolesque ( tout comme le sera aussi la suite !). Annalee et son fils se retrouvent pris en charge par l'AMO, Alliance des magiciens et Outlaws. Logée gratuitement dans une vieille maison au milieu de nulle part, Annalee est simplement chargé d'accueillir de mystérieux visiteurs en fuite pour le compte de l'organisation (dont un certain Johnny Sept Lunes... rappelez-vous... ). Regroupant une floppée de personnages tous plus originaux les uns que les autres, l'AMO est une société secrète aux fonctions un peu floues mais inévitablement hors la loi.

Daniel, déscolarisé, apprend la vie auprès de sa mère et de ses différents visiteurs. Il grandit et fait preuve d'une curiosité et d'une vivacité d'esprit peu communes.

Mais son univers est bouleversé quand sa mère meurt dans l'explosion d'une bombe. Accident ou meurtre ? Daniel jure de découvrir la vérité. Mais en attendant, Daniel, à 14 ans, est encore un enfant. C'est l'AMO qui, une fois de plus, le prend en charge et s'occupe de lui donner une éducation par l'intermédiaire de Volta, sorte d'agent coordinateur et magicien à ses heures. Volta, qui a descellé chez lui des capacités alchimique hors du commun, va diriger le destin du jeune homme et le confier successivement aux mains d'experts bien particuliers... Mais dans quel but ? Trouver la cause de la mort de sa mère ou pour un autre dessein plus ésotérique... Une soi-disant pierre philosophale à voler, par exemple... ?

Wild Bill Weber lui enseignera l'art de la méditation et de la patience. Lui imposant des séances quotidiennes, il l'obligera aussi à pêcher et à savoir survivre dans la nature.

Ensuite c'est Mott Stocker qui initie le jeune Daniel aux plaisirs de la drogue ! Toujours en train de planer ou avec la gueule de bois, nourrissant sa mûle de whisky, il est néanmoins LE spécialiste des stupéfiants. Il connait tout sur les plantes psychotropes, les mélanges détonnants et les pouvoir de la drogue.

Daniel poursuivra son apprentissage avec Willis Clinton, le roi de la fauche. Crocheteur redoutable, aucune serrure ne l'arrête. Il a transformé ses capacités en art de haut vol et se plait plus à ouvrir les coffres qu'à voler leur contenu.

Bad Bobby prendra le relai pour lui apprendre tous les subtilités des jeux et du poker en particulier.

Puis c'est Jean Bluer qui initiera Daniel à l'art du travestissement et du déguisement. Grace à une connaissance poussée des postiches, du maquillage, des vêtements, des langues et des accents, des postures propres à chaque profession ou origine.

Enfin, c'est dans les mains de Volta que Daniel terminera son apprentissage. Volta, grand spécialiste de la disparition, connaît la manière de dématérialiser son corps. Un art dangereux qui comporte de nombreux risques et auquel Daniel semble très sensible.

Toutes ses techniques permettront-elles au jeune homme de trouver la raison du décès de sa mère ? Rien n'est moins sûr !

Difficile de résumer un tel roman à la fois simple et complètement foutraque !

Stone junction tient bien évidemment du roman d'apprentissage. Suivant Daniel depuis sa naissance, on assiste à son évolution et à l'acquisition des différentes connaissances, aussi originales soit-elles ! Il rencontre donc une série de personnages hauts en couleur et se révèle un très bon élève. Il mènera notre héros dans une véritable quête existentielle où ce dernier se trouvera enfin, de quelque manière que ce soit.

Mais ce roman totalement anticonformiste va bien au-delà : roman d'aventures, traité mystico-ésotérique, roman anarchiste et libertaire, ... Les dénominations sont nombreuses pour ce roman qui ne se laisse pas appréhender facilement !

Le ton est ironique et humoristique à souhait et n'est pas sans me rappeler les excentricités de Tom Robbins, autre spécialiste des romans déjantés. Certains dialogues valent leur pesant d'or !

Le pitch de départ qui est de découvrir la cause de la mort d'Annalee finit par devenir complètement secondaire au profit du parcours de son fils.

Découpé en 4 parties : l'air, la terre, l'eau et le feu, le roman reprend ici les éléments de base de l'Alchimie. le sous-titre du roman est d'ailleurs : "Une grande oeuvrette alchimique".

Ecrit en 1989, en pleine montée d'internet, du monde virtuel et du numérique, Stone Junction se veut une ode à un monde à taille humaine où les gens continuent de vivre grace à l'entraide de quelques uns (le réseau AMO) qui fournissent secours et informations en cas de besoin, le tout en marge du système officiel. Critiques consuméristes, FBI tourné en ridicule, apologie de la contre-culture et d'un choix de vie libre et libertaire.

A travers le destin hors-norme et en dehors des "circuits officiels" de Daniel, Jim Dodge appelle à l'imagination, au libre choix des individus. La fin de l'histoire en est la parfaite illustration. Il vaut peut-être mieux parfois se noyer dans sa propre imagination plutôt que d'avoir à vivre une petite vie étriquée, bien balisée.

Stone Junction est donc un roman vraiment très particulier qui plaira forcément aux lecteurs de Pynchon (qui signe par ailleurs la préface) et Robbins.

Inutile de vous dire que j'ai adoré ce roman qui est pour moi un très grand livre !

Je conçois néanmoins que ses nombreuses digressions et circonvolutions, son histoire déjantée ne trouve pas forcément preneur chez d'autres lecteurs moins amateurs de bizarreries !


Lien : http://legrenierdechoco.over..
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (47) Voir plus Ajouter une citation

Quand tu es à fond, à la limite, et que l'amour de la vitesse te tombe dessus et te semble si vrai, si pur, si authentique, que tu ne veux pas ralentir. Tu sais que tu devrais. Mais tu es pris dans quelque chose de tellement grisant, de tellement jouissif, que tu ne peux pas lever le pied. C'est toujours pareil - plus tu vas vite, plus tu te fiches d'être capable de t'arrêter. A jamais. Et ça, Daniel, c'est mauvais. Ne t'embringue pas là-dedans.

Commenter  J’apprécie          80

-Et qu'est-ce qui te dit que pour deux mille dollars je ne vais pas trahir ces individus sans ciller ?

- Si je te croyais capable de les balancer pour DEUX MILLIONS, je ne serais pas en train de te parler.

- Jack, si tes amis criminels sont moitié aussi sympas que toi, je te rendrai les mille dollars par mois et on sera quittes.

- HORS-LA-LOI, rectifia Smiling Jack. Pas des criminels, des HORS-LA-LOI. Mon ami Volta dit qu'il y a une différence de taille. Les hors-la-loi ne font le mal que lorsqu'ils estiment agir pour le bien ; alors que les criminels, eux, ne se sentent bien que lorsqu'ils font le mal.

Commenter  J’apprécie          40

Ne te lamente pas quand tu perds et ne la ramène pas quand tu gagnes.

Commenter  J’apprécie          240

« Mais indépendamment des dérives concernant son nom, l'AMO est une société secrète - enfin, davantage de l'ordre du secret de polichinelle, en fait. En gros, l'AMO est une alliance historique de criminels, d'inadaptés, d'anarchistes, de chamans, de mystiques de la terre, de romanichels, de magiciens, de scientifiques fêlés, de rêveurs et autres individus sociologiquement marginaux. Je me suis laissé dire que l'Alliance avait à l'origine été montée pour résister aux influences pernicieuses du monothéisme, en particulier du christianisme, qui s'en prenait à l'alchimie prétendue païenne, l'obligeant à se terrer dans la clandestinité. »

Commenter  J’apprécie          10

J'ai trouvé la vérité, et elle est simple: la vie est étonnante.

Commenter  J’apprécie          190

Videos de Jim Dodge (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jim Dodge
Lecture à deux voix par Jim Caroll et Nicolas Richard, illustrée en direct par Tom Haugomat, accompagnement musical de Rubin Steiner
Dans le cadre du festival Paris en toutes lettres
Publié initialement en 1983, Fup, de l'écrivain américain Jim Dodge, est un livre qui a connu un succès au long cours. Il raconte l'histoire de Titou, orphelin élevé par son grand-père, un solitaire excentrique. le duo, déjà très attaché, se renforce encore le jour où arrive à la maison Canadèche, un canard boulimique. Un texte tour à tour drôle, rageur ou bouleversant, ici mis en dessin par Tom Haugomat, dont les traits et les couleurs saisissent admirablement les émotions de la vie.
À lire – Jim Dodge, Fup (L'Oiseau Canadèche), trad. de l'anglais (américain) par Jean-Pierre Carasso, illustré par Tom Haugomat, éd. Tishina, 2021.
+ Lire la suite
autres livres classés : initiationVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus




Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1692 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre