AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Cécile Dutheil de La Rochère (Traducteur)
ISBN : 2070620964
Éditeur : Gallimard Jeunesse (22/01/2009)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 52 notes)
Résumé :
Fergus a dix-huit ans lorsqu'il fait une découverte extraordinaires : le corps d'une enfant à demi enterré dans la tourbe. Presque intact. Pourtant, il a deux mille ans... Une archéologue vient sur les lieux avec sa fille, Cora. S'il n'y avait que le charme et la sensualité de Cora...
Mais l'Irlande du Nord est en plein conflit avec l'Angleterre et Joe, le frère de Fergus, proche de l'IRA et en prison, a entamé une grève de la faim. Comment trouver les mots p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
iz43
  27 avril 2019
J'avoue avoir choisi ce livre pour la découverte archéologique sujet qui m'intéresse beaucoup. J'ai appris plein de choses avec ce roman jeunesse en particulier sur le conflit en Irlande dans les années 80. l'IRA ça me disait vaguement quelque chose mais j'ai trouvé passionnant de voir traité de ce sujet dans un roman jeunesse.
Fergus Mc Cann est un jeune homme de 18 ans qui vit en Irlande. L'histoire se déroule en 1981. Fergus révise pour son concours d'entrée à la fac de médecine. Il espère obtenir le précieux sésame pour quitter l'Irlande en proie à des conflits violents. Entre deux révisions, Fergus aime courir. Il apprécie aussi d'accompagner son oncle Talli dont il est proche faire un peu de contrebande de tourbe (je connaissais la contrebande de cigarettes ou d'alcools mais alors de tourbe !).
Justement un jour que Fergus accompagne son oncle pour récupérer quelques sacs de tourbe, Fergus fait une découverte incroyable: le corps d'une petite fille conservé par la tourbe.
On pense tout d'abord à une disparation d'enfant puis il devient évident que la petite fille date de l'âge de fer. Fait encore plus surprenant une corde est attachée à son cou et elle a été poignardée. Sacrifice? Assassinat?
Après quelques débats sur à qui appartient le corps (trouvé sur la frontière), les archéologues commencent leur travail auquel est associé Fergus qui a le privilège de donner un prénom.
Fergus la prénomme Mel et nous suivons l'histoire très touchante de cette petite fille à travers les rêves de Fergus.
Fergus se lie d'amitié avec Cora la fille de l'archéologue qui loge chez lui. Cela lui fait beaucoup de bien car son frère joe est emprisonné à Long Kesh et vient d'entamer une grève de la faim pour réclamer le statut de prisonnier politique. Or, plusieurs personnes sont déjà décédées de cette grève de la faim.
Les attentats se succèdent. Fergus qui court près de la frontière est rapproché par les révolutionnaires pour transporter des colis.
Roman passionnant et très riche avec un personnage principal très attachant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
mollymon
  11 janvier 2015
Irlande du nord 1981: Fergus Mc Cann est un jeune homme de 18 ans confronté à la violence des "troubles" qui secouent son pays. Plutôt pacifiste, il aimerait s'éloigner de toute cette violence mais elle s'impose à lui de façon très directe et l'oblige à faire des choix qui vont le faire passer de l'adolescence à l'âge adulte. Son frère purge une peine de prison car c'est un activiste de l'IRA provisoire. Il a entamé une grève de la faim apportant l'angoisse dans sa famille qui a peur de le voir mourir. Quand on demande Fergus à transporter des paquets à travers la frontière , le jeune homme n'ose pas refuser. Cette mission va l'amener à se lier d'amitié avec un jeune soldat anglais.
Un jour il découvre dans la tourbe un corps parfaitement conservé qui porte un bracelet celtique autour du bras, un noeud coulant enserre son cou. Ce corps baptisé Mel est daté de l'âge de fer par une archéologue.
La nuit Mel visite les rêves de Fergus pour lui raconter son histoire...
Si le roman de Sioban Dowd contient tous les ingrédients d'un roman jeunesse: l'amour, l'amitié et la difficulté de devenir adulte, son écriture suffisamment complexe peut satisfaire n'importe quel lecteur, quel que soit son âge. Les questions soulevées par l'histoire de Fergus mise en parallèle avec celle de Mel, restent plus que jamais d'actualité. Si certains, pour défendre leurs idéaux, sont prêts à donner leur vie d'autres préfèrent sacrifier celle d'inconnus à coup d'attentats terroristes. Les plus radicaux optent pour les deux solutions afin de mieux semer la terreur. Alors dans ces conditions, comment trouver la paix ? Quels sacrifices sont justifiés ? Saurons-nous jamais apprendre les leçons du passé ? Et surtout, la barbarie cessera-t-elle un jour ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Melisende
  07 avril 2019
Une découverte archéologique dans le Donegal, à la frontière entre la République d'Irlande et l'Irlande du Nord, en plein conflit irlandais, au moment des grèves de la faim dans la prison de Long Kesh… voilà qui avait TOUT pour me plaire.
D'ailleurs, tout avait bien commencé et puis, finalement, je suis ressortie de cette lecture un peu frustrée par le potentiel pas tout à fait exploité. Dommage.
Un héros jeune adulte – Fergus – qui s'apprête à entrer à la Fac. Promis à un brillant avenir de médecin, tout pourrait pourtant être remis en question pendant ces deux mois d'été ; tout dépend des décisions qu'il prendra pendant cette période charnière.
Tout commence alors qu'il découvre, enfoui dans la tourbe, un cadavre d'enfant parfaitement conservé. Au début tout le monde pense que c'est en rapport avec le conflit nord-irlandais, que les Brits ou l'IRA sont derrière le meurtre car la tourbière située à la frontière entre la République d'Irlande et l'Irlande du Nord est un no man's land idéal. D'ailleurs, qui appeler pour signaler la découverte ? La garda (la police irlandaise) ou la police royale de l'Ulster (britannique, basée en Irlande du Nord et interdite aux catholiques) ? Les deux unités sont finalement prévenues ainsi que des archéologues de Belfast et de Dublin. Mais c'est surtout l'une des scientifiques de Dublin qui s'intéressera à cette enfant de la tourbe. Elle et sa fille Cora, du même âge que Fergus.
Les recherches archéologiques démarrent, notre héros les suit de près et en profite pour se rapprocher de la jolie dublinoise. le joli et léger flirt d'été pourrait être la seule préoccupation du jeune homme mais son frère aîné, détenu à la prison de Long Kesh, commence à son tour une grève de la faim, pour marcher dans les pas de son héros Bobby Sands.
Le conflit nord-irlandais rattrape Fergus bien malgré lui, lui qui souhaite seulement continuer sa vie et partir en Angleterre pour poursuivre de prometteuses études. Et tout s'accélère lorsque l'IRA le contacte et lui demande son aide pour quelques « courses » innocentes. Que faire ? A-t-il le choix ? Est-ce mal de ne pas être aussi engagé pour la cause irlandaise que les autres jeunes de son âge ? Est-ce mal de sympathiser avec Owen, le Brit qui vient du Pays de Galles et qui garde un des postes frontières ?
Les questions soulevées par ce que vit Fergus sont loin d'être inintéressantes et le contexte politico-historique dans lequel elles prennent vie n'est pas mal amené, je dirais même qu'il est particulièrement tangible, mais l'autrice choisit finalement de rester dans une certaine légèreté.
Alors oui, il s'agit d'un titre a priori plutôt dédié aux jeunes lecteurs (adolescents et jeunes adultes) donc je comprends que Siobhan Dowd ait décidé de « minimiser » les événements. Mais en tant qu'adulte déjà au courant du conflit, j'aurais aimé davantage de profondeur et d'intensité. Il est clair que si j'avais lu ce livre à sa sortie il y a 11 ans, beaucoup moins au fait du contexte irlandais, j'aurais certainement beaucoup plus apprécié. J'ai beaucoup trop attendu pour le découvrir, dommage.
L'autre petite déception de ma lecture réside dans l'utilisation de la découverte archéologique qui n'est qu'un prétexte scénaristique finalement sans grand intérêt pour l'intrigue principale si ce n'est provoquer la venue de Cora et de sa mère archéologue et donc provoquer la rencontre avec Fergus.
Les recherches liées à la dépouille sont en fil rouge tout au long du récit. Les scientifiques comprennent rapidement que le corps est beaucoup plus ancien qu'on le pensait de prime abord (plus de 2000 ans !) et qu'il a certainement été enseveli à cet endroit précis pour suivre une sorte de rituel sacrificiel… mais lequel et pourquoi ?
J'ai beaucoup aimé ces questionnements mais ai ressenti comme un goût de trop peu et n'ai pas vraiment vu de liens entre cette petite intrigue et celle concernant Fergus. Et j'ai souri en découvrant la vitesse à laquelle les archéologues et les chercheurs avançaient leurs hypothèses et l'efficacité universitaire pour la prise de décisions. Tout semble bouclé en un été, en deux mois. Les institutions françaises devraient carrément en prendre de la graine ! Ahah.
Malgré ces facilités scénaristiques, ces simplifications et cette légèreté que l'on peut certainement imputer à l'âge du lectorat visé ; j'ai beaucoup aimé le personnage de Fergus, emprunt d'une très belle humanité qui, je pense, témoigne de celle de sa créatrice. Siobhan Dowd pose des questions et fait passer quelques beaux messages de paix et de bienveillance. le tout dans un style très agréable et immersif. J'ai particulièrement apprécié sa facilité à transporter son lecteur au milieu de la campagne irlandaise, au coeur d'un conflit compliqué et bien particulier.
J'aurais aimé encore plus de relief au personnage de Fergus, plus d'intensité dans ce qu'il vit et plus de profondeur au contexte nord-irlandais ; mais La Parole de Fergus est à mon avis, une très bonne approche du conflit pour un jeune lectorat qui suivra au plus près les questionnements du héros.
Lien : http://bazardelalitterature...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LadyDoubleH
  21 février 2015
Nous sommes en 1981. Fergus à 18 ans. Il court beaucoup, révise pour son examen d'entrée à l'université – trois B et il sera pris en Médecine, c'est le métier qu'il veut exercer depuis toujours – , il prend des leçons de conduite accompagnée avec son oncle Tally. Fergus a deux petites soeurs qu'il emmène parfois à la piscine, il aide sa mère quand elle en a besoin. Par hasard, il vient de découvrir un corps inhumé dans la tourbière, plus haut dans la montagne, parfaitement conservé, certainement une fillette ayant vécu à l'âge du fer... et la fille de l'archéologue chargée du dossier est séduisante en diable.
Fergus est un jeune homme bien, comme les autres, peut-être juste plus chouette que beaucoup. Il pourrait avoir une vie des plus classiques… Sauf qu'il vit en Irlande du Nord, non loin de la frontière de la République d'Irlande ; pendant les Troubles.
Son frère aîné Joe est emprisonné à Long Kesh, et entame une grève de la faim. Bobby Sands vient d'en mourir, après 66 jours sans se nourrir. le gouvernement Britannique leur refuse le statut de prisonniers politiques (ils sont traités comme des prisonniers de droit commun), Margaret Thatcher, la Dame de Fer, ne cède jamais. le circuit de jogging de Fergus, tôt le matin, l'amène à passer le poste frontière et il sympathise (en cachette, car cela pourrait lui coûter cher) avec le jeune gallois Owain, soldat de l'armée Britannique en faction. L'IRA provisoire l'approche habilement et sollicite son aide comme « passeur »… la retransmission télévisuelle du match de foot du vendredi soir est coupée par un flash annonçant un nouvel attentat à la bombe.
L'amour, la fraternité, trouver sa place, se réaliser… Comment vivre une vie normale quand le destin d'une nation brûle autour de soi ?
Tout au long du récit, par petites touches délicates et sensibles, les rêves de Fergus portent jusqu'à nous la voix de Mel, l'enfant de la tourbe. Sa vie, sa famille, ses affections, ses tourments, l'approche de sa mort (Assassinat ? Sacrifice ? ). Ces passages forment un contrepoint mélodieux au présent de Fergus, et en sont souvent étrangement proches.

Siobhan Dowd réussit dans « La Parole de Fergus » à aborder des sujets douloureux sans jamais tomber dans un pathos réducteur, et à alterner gravité et légèreté sans aucune frivolité. Certains retournements de situation sont délicieux ; d'autres hélas, terribles. Ce roman est un plaisir rare de bout en bout, un vrai coup de coeur.
L'auteure est décédée subitement en 2007 d'un cancer du sein. Elle avait 47 ans et nous laisse quatre romans jeunesse, « une oeuvre littéraire magistrale d'autant plus précieuse qu'elle fut interrompue au summum de son accomplissement », comme le dit très justement son éditeur français Gallimard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Lowra
  29 mai 2013
Fergus a 18 ans et prépare ses examens d'admission pour la faculté de médecine. L'ambiance à la maison n'est pas vraiment propice à l'étude, toute la famille est tracassée depuis l'arrestation de Joe, le grand frère de Fergus. Proche de l'IRA, il a démarré la grève de la faim qui a déjà couté la vie à plusieurs personnes.
Un jour, alors que Fergus et son oncle ont passé la frontière pour aller remplir des sacs de tourbe, ils découvrent un corps, le corps d'une jeune fille qui aurait des dizaines voir des centaines d'années. Considéré comme à l'origine de cette découverte, Fergus est alors associé aux recherches de l'archéologue et de sa fille qui sont venues identifier le corps.
Son côté innocent, sa gentillesse et son altruisme connu pourraient faire de lui un atout pour les révolutionnaires qui cherchent sans cesse de nouvelles recrues. Fergus devra faire attention à ne pas tomber dans un engrenage dont il n'est pas facile de sortir ...
J'ai retrouvé dans La Parole de Fergus tout ce que j'aime dans un roman : la petite histoire se mêle à la grande, les époques se superposent, les personnages sont vrais, attachants. Sans avoir jamais mis les pieds en Irlande, j'ai très vite eu l'impression d'y être. La pluie, le vent, les couleurs qui ressortent plus belles qu'ailleurs, les soirées au pub,... Et puis, d'un autre côté, les tensions entre Irlande et Angleterre, l'ombre de Thatcher qui plane, les bombes, la peur, ...
Je rejoins sans plus attendre le club des adorateurs de Siobhan Dowd, triste qu'elle soit partie trop tôt mais heureuse de savoir qu'il me reste tout de même deux autres romans à découvrir.
Lien : http://ca-sera-comment-dis.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
charlie309charlie309   19 août 2015
C'est ça l'Histoire : un immense avertissement destiné à nous tous, sauf que nous écoutons rarement.
Commenter  J’apprécie          60
charlie309charlie309   19 août 2015
C'est comme ça qu'on enseigne l'histoire, poursuivit Felicity. Une série de batailles, comme s'il n'y avait pas de paix et de vie quotidienne entre deux batailles.
Commenter  J’apprécie          30
TiaRosamTiaRosam   07 août 2013
Si seulement il pouvait retrouver cet âge, quand le temps passait si simplement et qu'il filait à la queu leu leu entre les petites salles de classe si rassurantes. (p. 152-153)
Commenter  J’apprécie          10
cats26cats26   14 février 2015
La vie, c'était comme la course à pied, quatre-vingt-dix pour cent de sueur et de labeur, dix pour cent de joie.
Commenter  J’apprécie          20
LadyDoubleHLadyDoubleH   14 février 2015
Un épervier glissa dans son champ de vision en planant, porté par un courant d'air, frémissant à peine. Soudain, il piqua vers la terre et disparut de sa vue. Fergus s'allongea sur la terre humide et fraîche, à plat ventre, pour observer le monde. Derrière lui, l'herbe soupirait dans un bruit d'attente.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : irlandeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Livres et auteurs chez PKJ (pocket jeunesse)

Qui est l'auteure de "Eleanor & Park" et "Carry on" ?

Cat Clarke
Marika Gallman
Rainbow Rowell
Jo Witek

20 questions
68 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature pour adolescents , jeune adulteCréer un quiz sur ce livre
.. ..