AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070369850
288 pages
Éditeur : Gallimard (07/12/1977)
3.45/5   11 notes
Résumé :
Le dernier volume de la Chronique des Pasquier a pour personnage central un homme hors série, Joseph Pasquier, que sa volonté de richesse et de puissance va mener à la catastrophe. Et pourtant, «rien n'est jamais fini dans notre monde misérable».
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
BVIALLET
  23 juillet 2012
1925. Alors que Cécile en est à sa quatrième tournée triomphale en Amérique et que Laurent et Jacqueline coulent des jours heureux avec leurs trois enfants, rien ne va plus pour Joseph, l'homme d'affaires richissime. Ses intrigues pour se faire accepter à l'Institut tournent court. Au Mexique, une société de recherches pétrolières lui coûte une fortune et accumule les revers : puits ne crachant que de l'eau salée, grèves à répétition et incendies volontaires. Joseph a déjà dépensé un million de francs en pure perte quand il décide de s'en débarrasser pour une somme ridicule. Il apprend ensuite que tout va mieux et que l'affaire va rapporter gros alors qu'il est déjà trop tard. Il se retrouve également avec 300 tonnes de lentilles invendables sur les bras. Son secrétaire particulier l'abandonne en rase campagne au pire moment. Hélène et lui se séparent ce qui déstabilise gravement leur dernier fils Jean-Pierre et a pour conséquence un drame dont on devine que Joseph ne s'en remettra pas.
Ce dixième tome de la Chronique des Pasquier est certainement le plus dramatique de la série. La folie mégalomane de Joseph l'a poussé au-delà des limites du raisonnable. Ses mauvais choix mettent en panne une machine à profits si bien huilée, ses accumulations de biens, ses affaires compliquées, ses trafics plus ou moins honnêtes finissent par écraser l'arriviste qui perd de plus en plus le contrôle. Et le châtiment tombe. L'argent ne fait pas le bonheur, dit-on. Duhamel le démontre magistralement dans cette histoire éminemment morale tout en immergeant son lecteur dans le monde impitoyable des affaires, monde dans lequel il faut toujours réussir. le moindre échec amenant rejet et mépris du reste de la profession. Les méthodes des spéculateurs et autres grands financiers sont minutieusement démontées. A un siècle de distance, elles permettent même de mieux comprendre certains éléments de la crise économique actuelle.
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
garanemsa
  15 février 2019
l'histoire d'une forme de Harpagon, grognon et dur en affaires mais ce que j'ai aimé c'est la verve de l'auteur, les magnifique tournures de phrases, il est agréable de lire, même si l'histoire n'est pas extraordinaire des textes aussi bien écrits
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
BVIALLETBVIALLET   23 juillet 2012
Des hommes incorruptibles, eh bien ! Gn'y en a pas. Moi, je n'en ai jamais vu. Le tout c'est de trouver le point faible des prétendus incorruptibles. Gn'y en a, c'est l'argent ; mais ça, c'est l'enfance de l'art. D'autres, c'est leur famille. D'autres, ce sont les honneurs. Des bouffis ! Des baudruches ! D'autres, c'est l'orgueil, la gloriole ! Gn'y en a, c'est drôle à dire, on les a par la vertu. On leur dit : « Vous, vous êtes incorruptible. » Ils commencent à baver et, pendant ce temps-là, on leur tire les vers du nez, ou ils donnent une signature, ou ils trahissent leurs copains, enfin, ils tournent en eau de boudin.
- Fichtre ! Papa, fit le jeune homme, vous avez sur l'humanité des vues plutôt pessimistes, plutôt amères.
- Moi ? fit Joseph d'un air scandalisé, moi, pas du tout. Moi, je respecte l'humanité. Je ne lui demande qu'une chose, c'est qu'elle me foute la paix. Et alors, Fourdillat ? 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BVIALLETBVIALLET   23 juillet 2012
D'instinct, depuis le premier jour, Joseph, en Obregon, avait reniflé une canaille. Et voilà que cette canaille s'avisait d'être un honnête homme. Quand un gaillard que l'on estime une canaille se comporte comme un honnête homme, c'est la pire des canailleries, c'est surtout la moins pardonnable de toutes les canailleries, parce qu'il n'y a plus moyen de s'y reconnaître.
Commenter  J’apprécie          40
BVIALLETBVIALLET   23 juillet 2012
L'argent : tu dis l'argent ! Mais moi, je suis un saint de l'argent, un martyr de l'argent. Ne ris pas. Tu aurais le courage de rire ! Mais tu ne comprends donc pas que je n'ai jamais de bon temps, jamais de repos et que je finirai par en crever ! » Comme je continuais à garder le silence, il a dit encore : « Autrefois, je croyais, oh ! Je ne m'en cache pas, je croyais que l'argent était immortel. Mais non, mais non, l'argent n'est pas immortel. L'argent meurt, comme tout. L'argent meurt pour un rien. Et il faut toujours l'empêcher de mourir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BVIALLETBVIALLET   23 juillet 2012
J'ai une Pierlot huit cylindres et je sais ce que cela me coûte. Mais si j'ai cet instrument, c'est pour faire ce que je veux et pour qu'on me foute la paix. Oui l'hypocrisie est partout, mais, grâce au ciel, pas sur la route ! Là, c'est la loi du chiffre et rien de plus. Les dix chevaux dépassent les cinq chevaux et ma vingt cinq chevaux doit, nécessairement, dépasser les quinze. Né-ces-sai-re-ment ! Comme ça, la vie est simple et il n'y a pas de singeries. On en a pour son argent. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BVIALLETBVIALLET   23 juillet 2012
Pour qu'un plaisir soit vraiment un plaisir, pensait-il et disait-il parfois, faut que j'en jouisse seul. Faut, du moins, que le nombre de gens qui en jouissent avec moi soit aussi réduit que possible. Ils me font rire tous ces gaillards qui parlent des besoins de la multitude et de la démocratisation des inventions utiles ! 
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Georges Duhamel (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Duhamel
Première partie de la conférence sur Georges Duhamel donnée le 25 mai 2016 à l'Institut Henri Poincaré à l'occasion du Festival Quartier du Livre (Paris 5ème) par Philippe Castro.
autres livres classés : chronique familialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1206 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre