AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782251771014
318 pages
Éditeur : Les Belles Lettres (01/11/1997)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 35 notes)
Résumé :
D'Alexandre Dumas, de ses mille et un personnages, de ses innombrables intrigues, de sa verve, de son ampleur, de sa. puissance, de son génie inventif, l'on pensait depuis long-temps avoir tout dit, tout écrit, tout répété... L'on pensait avoir exploré les moindres recoins de son imagination fabuleuse et sillonné tous les chemins de ses livres...
Et pourtant !
Et pourtant c'etait sans compter avec ce véritable chef-d'oeuvre, " Le meneur de loups ", c'e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Ellane92
  07 janvier 2015
Alexandre Dumas, au cours de sa première chasse, est persuadé d'avoir réussi son tir sur un loup. Or le loup s'est enfui, il n'en reste que la balle du fusil. C'est le vieux Moquet, qui l'initie à ce noble sport, qui lui fournit la solution à cette énigme : ce loup devait être un meneur de loups ! Une légende ancienne dit que le Diable est invulnérable sauf un jour par an. Ce jour-là, il s'incarne en loup, et s'il fuit tout danger, il n'en est pas moins pervers que d'habitude, il n'y a qu'à écouter l'histoire de Thibaut le sabotier, ou plutôt de Thibaut le meneur de loups. Cette histoire qu'il tient de Moquet, Dumas va nous la partager !
Thibaut donc est sabotier de son état. Il vit de son art qu'il pratique devant sa cabane dans la forêt. Il porte beau, a bel esprit et belle figure, est instruit. Il ne lui manque qu'un nom à particule et un pécule pour faire son bonheur. En attendant, il plait assez à la belle de la forêt qui s'occupe de sa vieille grand-mère. Un jour, le seigneur de la forêt et sa clique viennent à passer devant lui, à la recherche d'un loup. L'échange entre Thibaut et son seigneur est humiliant et quand Thibaut rentre chez lui, il a la surprise de découvrir que le loup recherché y a pris ses quartiers.
Mais ce loup n'est pas un loup ordinaire. Il s'agit du Diable en personne qui, voulant (officiellement en tout cas) remercier Thibaut de l'avoir caché et donc sauvé en ce jour à haut risque pour lui, lui propose d'exhausser tous ces voeux, tant que ces voeux portent préjudice à quelqu'un (charge à lui de les formuler de façon à ce qu'il en tire bénéfice). En échange, Thibaut ne lui devra presque rien : pour son premier voeux, un cheveu, pour son deuxième, deux cheveux, pour le troisième, quatre, etc… Thibaut est ravi et s'empresse d'accepter : il va rouler le Diable en obtenant tout ce qu'il a toujours désiré en quelques voeux seulement, et le vieux loup en sera pour ses frais. du moins, Thibaut en est persuadé !
Ah, quel plaisir de retrouver la gouaille d'Alexandre Dumas dans un conte fantastique ! Comme une fable dont le lecteur devient le dépositaire, Dumas nous raconte l'histoire d'un homme naïf et pas très satisfait de son sort, et qui, grâce à des circonstances exceptionnelles, va révéler tout le potentiel de nuisance de son incapacité à savoir ce qu'il désire vraiment en se transformant en homme toujours naïf mais envieux des autres, de ces autres que l'on connait et que l'on côtoie. Bien sûr, le lecteur sait d'entrée de jeu que Thibaut ne va pas faire le marché du siècle : quand on passe un pacte avec le Diable, celui qui est roulé dans la farine, ce n'est pas le Diable.
Bref, on se régale des mésaventures de Thibaut, un "petit peu couillon" comme on dit par chez moi, pas un mauvais bougre, mais pas très malin, contrairement à ce qu'il croit. Tous ses choix se révèlent plus catastrophiques les uns que les autres, et l'on rit franchement avant de se demander si, finalement, Dumas ne serait pas en train d'écrire une tragédie. En plus de la plume de conteur de l'auteur, on trouvera quelques réflexions pas inintéressantes sur l'amour, le désir, et la solitude.
A lire pour passer un bon moment et découvrir une nouvelle facette du talent de conteur de Dumas !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          421
belette2911
  10 février 2013
Johnny Hallyday chantait "Qu'on me donne l'envie", mais Thibault le sabotier, personnage principal de ce livre n'a pas besoin de le hurler sur scène, l'envie lui est chevillée au corps comme une moule à son rocher. Et il aurait mieux fait d'avoir envie qu'on lui donne l'envie... si vous me suivez.
Découvert dernièrement, ce livre traînait dans une de mes caisses de mon dernier déménagement (2006) et fait plus que partie intégrante de ce que je nomme ma PAL Noire (les livres qu'on a acheté il y a très longtemps et qu'on a pas encore lu).
Mais vraiment Noire de chez Noir, vu que son étiquette - apposée par la FNAC - a un prix en francs et porte la date de décembre 1998 !
Quatorze ans qu'il attend une lecture, ce pauvre livre oublié dans un coin sombre. C'est de la PAL tellement Noire que si c'était du café, la cuillère et le sucre auraient peur d'entrer dedans.
C'est bête de l'avoir oublié parce qu'il vient de me faire passer un agréable petit moment.
L'introduction est d'Alexandre Dumas lui-même (où d'un de ses nègres) et il nous parle d'un moment de son enfance, avec le garde de son père - Moquet - un type pétrit de superstitions que à ce niveau là, ça ne se soigne plus.
Bien des années plus tard, lorsque Dumas eut quinze ans, il participa à une chasse au loup avec Moquet, l'ancien garde de feu son père. Bien qu'ayant touché le loup, ils retrouvèrent la balle par terre.
C'est alors que Moquet entreprit de raconter à Alexandre l'histoire du loup noir de Thibault le sabotier... Un loup qu'on ne peut tuer qu'à l'aide de balles en argent ou en or.
Dès la page 35, nous entrons donc dans cette histoire fantastique qui nous raconte qu'un jour précis de l'année, le Diable s'incarne sur terre dans un loup noir.
Cette année-là, pourchassé par le seigneur du lieu et sa meute, il se réfugie chez un pauvre sabotier à qui il propose un pacte...
Thibault, c'est le personnage central du livre, un sabotier instruit mais pauvre et qui ne rêve que d'une chose : devenir riche. Il envie les autres, ceux qui sont les seigneurs, qui ont de l'argent. Pourtant, il n'est pas trop mal loti, mais il veut plus et son pacte avec le Diable incarné en loup noir doit y pourvoir.
De ce livre, on peut en tirer de nombreux préceptes de vie, des morales et même quelques commandements bibliques :
1. L'envie, c'est mauvais...
2. La jalousie aussi
3. La colère encore plus
4. Tu ne convoiteras pas les biens d'autrui
5. Tu ne convoiteras pas la femme d'autrui
6. le Diable ne se roule pas dans la farine
7. Des pactes, tu ne feras pas
8. Tu ne tueras point
9. La vengeance n'apporte que malheur
Un de ces préceptes nous apprend qu'il vaut mieux ne pas pactiser avec le Diable, illustré ici au propre, mais servant aussi au figuré, tel une fable de Lafontaine.
Que celui qui penserait pouvoir pactiser avec une organisation criminelle telle que la Mafia et les rouler dans la farine, se fourre le doigt dans l'oeil jusqu'au coude et le bloc ciment aux pieds. On ne les roule pas et on sort toujours perdant.
Entre nous, si Thibault n'était pas un être aussi malfaisant, son rôle irait comme un gant à un acteur tel que Pierre Richard tellement ce gars n'a pas de chance : chaque fois qu'il pense détenir quelque chose ou arriver à conclure ce qu'il désire, un grain de sable vient gripper les rouages et tout s'écroule ou se retourne contre lui.
Hélas, ce n'est pas une comédie mais une tragédie.
Durant toute la lecture, Thibault ne cessera de vouloir ce qu'il ne peut avoir et son âme se noircira au fur et à mesure.
Dès qu'il souhaite une chose, il utilise son pacte, qui n'est pas gratuit, mais il oublie une chose importante, on ne peut pas forcer une femme à vous aimer, même si vous faites disparaître l'homme qu'elle aime.
Chassé de toute part suite à sa détestable réputation, il n'aura pour compagnie que sa meute de loups. Son caractère s'aigrit de plus en plus.
Il est orgueilleux, vaniteux, envieux, tricheur, haineux et ne ressent aucun regrets.
Le pire, c'est qu'il ne se rendra jamais compte qu'il est responsable lui-même de ses malheurs ! C'est toujours la faute aux autres, les puissants, les seigneurs et tutti quanti.
Il change d'avis comme de chemise, oublie une femme parce que "pas assez riche" pour lui, mais devient furax le jour où elle se marie, alors que lui, il a convoité d'autres femmes ! Il a toujours une bonne excuse à son inconduite.
Et puisque se sont les autres les coupables, ils doivent payer tous autant qu'ils sont. de l'égoïsme à tomber raide mort.
Alors, avec sa meute de loups, s'engagera un bras de fer avec la meute de chiens du seigneur local, mais les loups, aidés de l'intelligence et du savoir de l'homme, seront les plus fort, tuant et détruisant tout ce qui vit.
Là dessus, je m'insurge ! Utiliser les loups pour se venger et faire le mal, c'est rajouter à la vieille peur ancestrale des loups, dévoreurs d'hommes. Pas une bonne pub pour ces pauvres créatures. Ok, avec des lapins, ça n'aurait pas fait le même effet...
Thibault parviendra-t-il a obtenir sa rédemption ? Pas de spoiler, muette comme une tombe.
Ce qui me fait enrager c'est que j'ai attendu 14 ans avant de lire ce livre ! Bon, le tort est réparé et ce fut une lecture gourmande et savoureuse.
Une belle leçon de morale et de vie sur tout ce qui peut découler des gens qui sont envieux d'autrui alors qu'ils avaient tout pour être heureux.

Lien : http://the-cannibal-lecteur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          321
Arakasi
  13 août 2014
Thibault est sabotier et, cette condition peu reluisante mise à part, plutôt gâté par la Nature : beau garçon, vif d'esprit, bon danseur, habile chasseur, artisan compétent… Mais Thibault possède également un petit vice qui gâche toutes ces belles qualités, une petite pointe d'envie profondément enfoncée dans son coeur qui le pousse à désirer toujours un peu plus que ce qu'il possède et, surtout, que ce que possède son prochain. Un jour, un loup noir pourchassé par le baron du coin trouve refuge dans sa cabane et, en récompense de sa protection, lui propose un marché : le pouvoir d'exaucer ses voeux à condition de lui donner un cheveu pour chaque souhait accompli. Mais pas n'importe quel voeu, attention ! Thibault ne pourra formuler que des souhaits apportant le malheur à autrui, à lui de les choisir assez habilement pour en tirer profit. Notre sabotier, que les scrupules n'étouffent guère, saute aussitôt sur l'occasion dans l'espoir de s'arracher à sa misérable condition sociale et – tant qu'à faire – de se dégotter une jolie et riche donzelle de la bonne société au passage. Mais bien naïf est celui qui pense pouvoir tirer avantage d'un marché avec le loup noir (sous la fourrure duquel, le lecteur moins crédule aura surement reconnu le grand Satan en personne) et l'avide aventurier l'apprendra rapidement à ses dépens.
Comme le dit la chanson, « lire un p'tit Dumas, c'est agréaaaable ! Lire un p'tit Dumas, c'est bon ! ». Et ce Dumas-là mérite réellement l'adjectif de « petit » puisqu'il aligne à peine 200 pages, autant dire à peine la longueur d'une novella si on le compare aux pavés dont l'auteur est coutumier. Mais « petit » ne veut pas dire « inconsistant » et, à défaut d'entrer en panthéon des chefs d'oeuvres de notre gros romancier préféré, ce court conte fantastique vaut amplement le détour. On y retrouve les qualités habituelles d'Alexandre Dumas – dialogues vifs et brillants, suspense habilement dosé, beaucoup d'humour, etc… – avec en sus une atmosphère gothique et fantastique plutôt réussie. Un petit bémol à signaler tout de même à propos du personnage principal, si foncièrement mesquin et antipathique que j'ai un peu peiné à me soucier réellement de son sort. « le Meneur de loups » n'en reste pas moins un roman joliment mené et à conseiller aux lecteurs qui souhaiteraient découvrir une facette méconnue de l'oeuvre ô combien volumineuse de Dumas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Bellonzo
  13 janvier 2014
Le meneur de loups nous entraîne dans les forêts d'enfance d'Alexandre Dumas.Du côté de Villers-Cotterets au XVIIIème Siècle, Thibault,un modeste sabotier un peu trop envieux va vivre pendant juste une année une malédiction,assez proche de celle de Faust.Un soir, un loup noir se présente à lui et lui propose un pacte : la possibilité de faire des voeux, à condition qu'à chaque voeu, un peu de sa chevelure change de couleur.Son pouvoir sera immense.Il pourra se venger des humiliations du lieutenant de louveterie,devenir riche, épouser la charmante Aignelette.Mais à pactiser avec le Diable on risque gros et Thibault sera conduit à la surenchère,voyant ses souhaits exaucés mais aussi dévoyés.Ses amours,ses rêves de puissance et de conquête vont lui échapper de bien lupine façon.
La forêt de Retz,Dumas l'a arpentée en ses tendres années,né en à Villers-Cotterets en 1802.Ecrit en 1857,Le meneur de loups est une incursion dumasienne dans le conte fantastique,assez rare dans sa prolifique bibliographie.L'auteur narre cette histoire à travers le garde-chasse Mocquet qui l'aurait-lui même dite au jeune Dumas de quinze ans.On comprend très vite que le défaut majeur de Thibault,cette envie maladive,deviendra une véritable haine du genre humain et finira par le briser dans ses lubies d'ascension sociale.Mais le récit est bien mené,comme la meute, non sans drôlerie.Comme je l'ai vu sur plusieurs notes il serait intéressant de lire le meneur de loups en pleine forêt de Retz,Dumas ayant soigné la toponymie,très fidèle à la belle Picardie du Sud,verte, ombrageuse et propice à courre...le cerf,le loup et le sabotier.
En 2002,bicentenaire oblige, on a déplacé le tombeau d'Alexandre au Panthéon.Je l'aimais mieux dans son pays d'Ourcq.Mais les Amis d'Alex l'ont plébiscité.Pourquoi ne pas réunir tous les grands écrivains en un seul lieu? Et ainsi " jacobiniser" davantage notre pays en une sorte de Père Lachaise Litterary Land.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Taraxacum
  09 août 2019
L'histoire du meneur de loups, c'est l'histoire de Thibaut le sabotier, que le vieux Moquet raconte au jeune Dumas, pour le prévenir des dangers de l'envie, et du danger des pactes passés avec le Malin... Car Thibaut était jeune et doué, à défaut d'être riche, et pouvait prétendre à la main d'une jeune femme bonne, mais aussi pauvre que lui, mais hélas ne sut pas s'en contenter. Meute fantastique menée par un homme, loup-garou, sorcier, malédiction, échange de corps, c'est le versant le plus sombre du fantastique, tout en dents et en crocs, et c'est à vous faire frisonner de plaisir! Juste un petit bémol, mais ce n'est ni pour l'histoire, ni pour la plume, mais simplement
Dumas fantastique est décidément aussi bon que Dumas historique!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Ellane92Ellane92   07 janvier 2015
Pendant les vingt premières années de la vie, on a pour guide l'espérance, et, pendant les vingt dernières, la réalité.
Commenter  J’apprécie          240
Ellane92Ellane92   17 février 2015
Est-ce que la vie serait ronde comme la terre ? Est-ce que, sans s'en apercevoir, on en ferait le tour ? Est-ce qu'à mesure qu'on approche de la tombe, on se rapprocherait de son berceau ?
Commenter  J’apprécie          120
belette2911belette2911   09 février 2013
- Menacez-moi tant que vous voulez, Thibault, mais lui est loin de vous, par bonheur, et vous n'avez aucun pouvoir sur lui.

- Qui te dis que, grâce au pouvoir infernal que je possède et auquel je résiste à peine, je ne puis pas frapper de loin comme de près ?

- Et quand je serai veuve, Thibault, me croyez-vous assez vile pour accepter votre main teinte du sang de celui dont je porte le nom ?
Commenter  J’apprécie          40
Ellane92Ellane92   19 février 2015
Mais, par ma foi, quand on a couvé un œuf pendant trente-huit ans, on peut bien finir par croire qu'on l'a pondu.
Commenter  J’apprécie          150
Ellane92Ellane92   23 février 2015
Les amours et amitiés des riches valent-elles une obole de plus que celles des pauvres ?
Commenter  J’apprécie          190

Videos de Alexandre Dumas (55) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Dumas
Kean d’Alexandre Dumas : pièce en cinq actes (1949 / France Culture). La RTF présente un drame en cinq actes et six tableaux d'Alexandre DUMAS père. Portrait d’Alexandre Dumas par Nadar, en 1855. Réalisation : Léon Ruth. Avec Maria Casarès (Anna), Louise Conte (La comtesse de Koefeld), Marcel André (Le comte de Koefeld), Daniel Lecourtois (Le prince de Galles), Jean Temerson (Salomon), Marcelle Monthil (Amy), Lily Siou (Ketty), René Hiéronimus (Pistole), Charles Lavialle (Peterpat), Jean Clarens (Lord Mewill), Edmond Beauchamp (John), Jean Topart (Darius), Roger Bontemps (Bardoche) et Pierre Brasseur (Kean).
Présentation des Nuits de France Culture par Philippe Garbit : « L’acteur, à cette époque - la pièce est créée en 1836 -, l’acteur n’est pas grand chose. La pièce met en scène un acteur, donc, un acteur anglais mort quelques années plus tôt. L’acteur, le comédien ne laisse rien après lui, on le sait bien, il ne vit que pendant sa vie, sa mémoire s’en va avec la génération à laquelle il appartient ; il tombe du jour dans la nuit, du trône dans le néant. Edmund Kean, Kean, le grand et illustre Kean n’est pas totalement mort. En tout cas, il n’est pas tombé dans l’oubli grâce à un écrivain français, Alexandre Dumas, qui écrivit une pièce en cinq actes : “Kean ou Désordre et génie”, tout à la gloire de sa passion pour la comédie. Un comédien de génie - quelques privilégiés naissent avec le génie - mais un homme, fut-il l’ami du prince de Galles, qu’on ne saurait recevoir dans un salon digne de ce nom. Le noble, l’illustre, le sublime Kean, le roi des tragédiens passés, présents et futurs a pour nous la voix de Pierre Brasseur, grâce à la diffusion de cette version radiophonique proposée pour la première fois sur la Chaîne nationale en 1949. »
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : pactesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages des Trois Mousquetaires et Vingt ans après

Sous quel nom connaît-on monsieur du Vallon de Bracieux de Pierrefonds ?

Athos
Porthos
Aramis
D'Artagnan

9 questions
125 lecteurs ont répondu
Thème : Alexandre DumasCréer un quiz sur ce livre